La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Cosi fan Tutte" à Garnier ou la douce danse des désillusions

L'Opéra national de Paris remet à l'affiche la production de Anne Teresa de Keersmaeker pour quatorze représentations avec une distribution vocale en grande partie renouvelée. Dirigé avec une acuité brillante par Philippe Jordan à la tête d'un orchestre magnifique, l'opéra de W.A. Mozart retrouve ici une superbe vitalité.



© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
"Cosi fan Tutte", ainsi font-elles toutes, affirme Don Alfonso dans une des scènes finales de l'opéra, obligeant les deux amants déconfits, Ferrando l'idéaliste et le jouisseur Guglielmo, à reprendre la maxime en chœur. Elles ? Ce sont les femmes et leur inconstance bien connue. "Bien fol qui s'y fie" répétait-on déjà en chœur après un roi. Pourtant cette parabole cruelle, cette "Scuola degli Amanti" (sous-titre de l'opéra que le librettiste Lorenzo da Ponte aurait bien vu en titre) n'est guère plus tendre avec les hommes, si vaniteux, si légers eux aussi puisque prompts à saisir les bonnes fortunes, aussi peu aptes que les filles à ne pas trahir leurs serments.

Longtemps tenu pour un marivaudage léger, le "dramma giocoso" en deux actes, créé en janvier 1790 à Vienne, a révélé depuis sa profondeur amère, sa noirceur féroce, sensible entre les éclats de rire et les intermittences du cœur. Résumons l'intrigue : Don Alfonso, un vieil ami de Ferrando et Guglielmo, parie avec eux que les deux sœurs dont ils se croient aimés avec fureur (Fiordiligi et Dorabella) s'empresseront de les trahir dès qu'ils auront tourné les talons.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Pour les mettre à l'épreuve, le trio décide donc de monter une supercherie avec la complicité de la servante Despina. Officiellement partis à la guerre, Ferrando et Guglielmo (sous les travestissements grotesques de nobles albanais) reviennent pour faire une cour pressante à leurs fiancées. Au détail près qu'ils tentent de séduire la femme de l'autre. Un échange qui bouleversera les certitudes et les configurations amoureuses.

C'est à la chorégraphe Anne Teresa de Kersmaeker qu'a été confiée la mise en scène de cet opéra bouffe tragique l'an dernier ; un travail repris en ce début de saison. Elle a fait le choix d'un dispositif beau et ingénieux : chaque chanteur est accompagné d'un danseur. Ce dernier est un double, révélateur en ce qu'il met à nu sur scène, les non-dits, les sentiments niés, les désirs et les élans des personnages. Comme la musique mozartienne joyeuse ou mélancolique, qui révèle toujours la vérité des êtres au-delà de ce qu'ils veulent bien exprimer, la danse, avec ses ellipses, ses chutes, ses sauts, introduit le désordre, la grâce heurtée et la fluidité dans cette entreprise de désillusion des cœurs.

La chorégraphe belge a conçu un théâtre blanc, aux figures géométriques baignées parfois dans des lumières ultra-modernes. Un plateau vide mais palpitant des corps désirés (et banals) des danseurs de sa compagnie, entraînant les chanteurs en un ballet gracieux et sensuel.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Et c'est la jeunesse qui triomphe, la séduction et le jeu prenant le pas sur l'amertume (1), grâce aussi à une distribution éclatante et d'une évidente pertinence (2). Don Alfonso n'est plus un méchant vieillard mais un joueur qui a l‘âge des jeunes gens dont il révèle ironiquement les insuffisances. C'est le baryton italien Simone Del Savio qui lui apporte rondeur et facétie, atténuant la charge mordante de la leçon. Dans la scène finale, il décide d'excuser les femmes de leur infidélité puisque les hommes ne sont pas plus constants.

La vérité de l'instant doit suffire sur le plateau, magistral oxymore déguisé sous les oripeaux de "la raison" dans le final. Le ténor Cyrille Dubois est un Ferrando suprêmement touchant. Son superbe timbre et sa musicalité au legato admirable rendent justice à deux des passages parmi les plus lyriques de la partition - dans sa déclaration d'amour au premier acte ("Un' aura amorosa") comme dans ses accès de désespoir au second ("Ah, lo veggio quell'anima bella").

Le Guglielmo du baryton-basse Edwin Crossley-Mercer - dont le tempérament solaire s'impose ici dans un bel épanouissement de chant et de jeu - combine élégance, sensualité torride et vanité béate. La déception sera d'autant plus affreuse quand il s'apercevra que sa Fiordiligi (autoproclamée "forteresse imprenable") a fini par se donner à son ami et rival.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Pourtant, un peu plus tôt, son duo avec Dorabella au second acte ("Il core vi dono") s'est révélé des plus électriques, lui procurant ipso facto une victoire aisée sur le champ de bataille de la guerre des sexes. Il y a décidément du Sade et du Laclos dans cet opéra-là. Les Fiordiligi et Dorabella de Ida Falk-Winland et Stephanie Lauricella irradient et semblent survoler sans peine les difficultés de leurs rôles aux facettes extrêmes. La soprano suédoise déjoue (avec Fiordiligi) les dangers de cet air inhumain au possible, quant à la tessiture, qu'est "Per pieta, ben mio, perdona" au deuxième acte. Le spectateur ne sait pas plus qu'elle, alors, à qui des deux amants elle demande pardon.

Ce sont bien les deux "folles" dont se moque la rouée Despina, une "fine mouche" (dixit Don Alfonso) à qui la soprano Mària Celeng apporte une bouffonnerie et un piquant irrésistibles. Lyrisme, ironie mais aussi de sombres abîmes se révèlent grâce à la direction du chef Philippe Jordan, qui mène aussi les récitatifs au clavecin. Détachant les motifs ici, faisant le choix de la rugosité, voire de l'emphase, ou du plus pur élan sublime du discours musical là, il emmène chanteurs et orchestre à des sommets constamment fascinants de subtilité et de raffinement. Où a-t-on entendu récemment interprétation plus intelligente et sensible de cet opus mozartien, un des plus complexes du compositeur ? Quand a-t-on entendu plus beaux pupitres de vents ? L'alchimie magique qui agit sur scène émerveille aussi dans la fosse.

(1) Aux sœurs, Don Alfonso affirme dans la scène finale : "Je vous ai trompées, mais la tromperie fut une "détromperie" pour vos amants." ("Disinganno ai vostri amanti").
(2) Une double distribution se partage les rôles selon les soirées avec notamment Philippe Sly et Michèle Losier.

Spectacle vu le 12 septembre 2017.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Du 12 septembre au 21 octobre 2017.
Lundi 18, mercredi 20, lundi 25, jeudi 28, samedi 30, mardi 3, jeudi 5, mardi 10, samedi 14, mardi 17, samedi 21 à 19 h 30, dimanche 8 à 14 h 30.
Opéra national de Paris, Salle Garnier,
place de l'Opéra, Paris 9e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr
www.operadeparis.fr

"Cosi fan Tutte" (1790).
Opera Buffa en deux actes.
Musique de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791).
Livret de Lorenzo da Ponte.
En langue italienne surtitrée en français et en anglais.
Durée : 3 h 40 avec entracte.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Philippe Jordan, direction musicale.
Anne Teresa de Keersmaeker, mise en scène et chorégraphie.
Jan Versweyveld, décors et lumières.
An D'Huys, costumes.
Jan Vandenhouwe, dramaturgie.

Ida Falk-Winland, Fiordiligi.
Stephanie Lauricella, Dorabella.
Cyrille Dubois, Ferrando.
Edwin Crossley-Mercer, Guglielmo.
Simone Del Savio, Don Alfonso.
Mària Celeng, Despina.

Danseurs de la Compagnie Rosas.
Orchestre et Chœurs de l'Opéra national de Paris.

Christine Ducq
Dimanche 17 Septembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019