La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Cosi fan Tutte" à Garnier ou la douce danse des désillusions

L'Opéra national de Paris remet à l'affiche la production de Anne Teresa de Keersmaeker pour quatorze représentations avec une distribution vocale en grande partie renouvelée. Dirigé avec une acuité brillante par Philippe Jordan à la tête d'un orchestre magnifique, l'opéra de W.A. Mozart retrouve ici une superbe vitalité.



© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
"Cosi fan Tutte", ainsi font-elles toutes, affirme Don Alfonso dans une des scènes finales de l'opéra, obligeant les deux amants déconfits, Ferrando l'idéaliste et le jouisseur Guglielmo, à reprendre la maxime en chœur. Elles ? Ce sont les femmes et leur inconstance bien connue. "Bien fol qui s'y fie" répétait-on déjà en chœur après un roi. Pourtant cette parabole cruelle, cette "Scuola degli Amanti" (sous-titre de l'opéra que le librettiste Lorenzo da Ponte aurait bien vu en titre) n'est guère plus tendre avec les hommes, si vaniteux, si légers eux aussi puisque prompts à saisir les bonnes fortunes, aussi peu aptes que les filles à ne pas trahir leurs serments.

Longtemps tenu pour un marivaudage léger, le "dramma giocoso" en deux actes, créé en janvier 1790 à Vienne, a révélé depuis sa profondeur amère, sa noirceur féroce, sensible entre les éclats de rire et les intermittences du cœur. Résumons l'intrigue : Don Alfonso, un vieil ami de Ferrando et Guglielmo, parie avec eux que les deux sœurs dont ils se croient aimés avec fureur (Fiordiligi et Dorabella) s'empresseront de les trahir dès qu'ils auront tourné les talons.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Pour les mettre à l'épreuve, le trio décide donc de monter une supercherie avec la complicité de la servante Despina. Officiellement partis à la guerre, Ferrando et Guglielmo (sous les travestissements grotesques de nobles albanais) reviennent pour faire une cour pressante à leurs fiancées. Au détail près qu'ils tentent de séduire la femme de l'autre. Un échange qui bouleversera les certitudes et les configurations amoureuses.

C'est à la chorégraphe Anne Teresa de Kersmaeker qu'a été confiée la mise en scène de cet opéra bouffe tragique l'an dernier ; un travail repris en ce début de saison. Elle a fait le choix d'un dispositif beau et ingénieux : chaque chanteur est accompagné d'un danseur. Ce dernier est un double, révélateur en ce qu'il met à nu sur scène, les non-dits, les sentiments niés, les désirs et les élans des personnages. Comme la musique mozartienne joyeuse ou mélancolique, qui révèle toujours la vérité des êtres au-delà de ce qu'ils veulent bien exprimer, la danse, avec ses ellipses, ses chutes, ses sauts, introduit le désordre, la grâce heurtée et la fluidité dans cette entreprise de désillusion des cœurs.

La chorégraphe belge a conçu un théâtre blanc, aux figures géométriques baignées parfois dans des lumières ultra-modernes. Un plateau vide mais palpitant des corps désirés (et banals) des danseurs de sa compagnie, entraînant les chanteurs en un ballet gracieux et sensuel.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Et c'est la jeunesse qui triomphe, la séduction et le jeu prenant le pas sur l'amertume (1), grâce aussi à une distribution éclatante et d'une évidente pertinence (2). Don Alfonso n'est plus un méchant vieillard mais un joueur qui a l‘âge des jeunes gens dont il révèle ironiquement les insuffisances. C'est le baryton italien Simone Del Savio qui lui apporte rondeur et facétie, atténuant la charge mordante de la leçon. Dans la scène finale, il décide d'excuser les femmes de leur infidélité puisque les hommes ne sont pas plus constants.

La vérité de l'instant doit suffire sur le plateau, magistral oxymore déguisé sous les oripeaux de "la raison" dans le final. Le ténor Cyrille Dubois est un Ferrando suprêmement touchant. Son superbe timbre et sa musicalité au legato admirable rendent justice à deux des passages parmi les plus lyriques de la partition - dans sa déclaration d'amour au premier acte ("Un' aura amorosa") comme dans ses accès de désespoir au second ("Ah, lo veggio quell'anima bella").

Le Guglielmo du baryton-basse Edwin Crossley-Mercer - dont le tempérament solaire s'impose ici dans un bel épanouissement de chant et de jeu - combine élégance, sensualité torride et vanité béate. La déception sera d'autant plus affreuse quand il s'apercevra que sa Fiordiligi (autoproclamée "forteresse imprenable") a fini par se donner à son ami et rival.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Pourtant, un peu plus tôt, son duo avec Dorabella au second acte ("Il core vi dono") s'est révélé des plus électriques, lui procurant ipso facto une victoire aisée sur le champ de bataille de la guerre des sexes. Il y a décidément du Sade et du Laclos dans cet opéra-là. Les Fiordiligi et Dorabella de Ida Falk-Winland et Stephanie Lauricella irradient et semblent survoler sans peine les difficultés de leurs rôles aux facettes extrêmes. La soprano suédoise déjoue (avec Fiordiligi) les dangers de cet air inhumain au possible, quant à la tessiture, qu'est "Per pieta, ben mio, perdona" au deuxième acte. Le spectateur ne sait pas plus qu'elle, alors, à qui des deux amants elle demande pardon.

Ce sont bien les deux "folles" dont se moque la rouée Despina, une "fine mouche" (dixit Don Alfonso) à qui la soprano Mària Celeng apporte une bouffonnerie et un piquant irrésistibles. Lyrisme, ironie mais aussi de sombres abîmes se révèlent grâce à la direction du chef Philippe Jordan, qui mène aussi les récitatifs au clavecin. Détachant les motifs ici, faisant le choix de la rugosité, voire de l'emphase, ou du plus pur élan sublime du discours musical là, il emmène chanteurs et orchestre à des sommets constamment fascinants de subtilité et de raffinement. Où a-t-on entendu récemment interprétation plus intelligente et sensible de cet opus mozartien, un des plus complexes du compositeur ? Quand a-t-on entendu plus beaux pupitres de vents ? L'alchimie magique qui agit sur scène émerveille aussi dans la fosse.

(1) Aux sœurs, Don Alfonso affirme dans la scène finale : "Je vous ai trompées, mais la tromperie fut une "détromperie" pour vos amants." ("Disinganno ai vostri amanti").
(2) Une double distribution se partage les rôles selon les soirées avec notamment Philippe Sly et Michèle Losier.

Spectacle vu le 12 septembre 2017.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Du 12 septembre au 21 octobre 2017.
Lundi 18, mercredi 20, lundi 25, jeudi 28, samedi 30, mardi 3, jeudi 5, mardi 10, samedi 14, mardi 17, samedi 21 à 19 h 30, dimanche 8 à 14 h 30.
Opéra national de Paris, Salle Garnier,
place de l'Opéra, Paris 9e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr
www.operadeparis.fr

"Cosi fan Tutte" (1790).
Opera Buffa en deux actes.
Musique de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791).
Livret de Lorenzo da Ponte.
En langue italienne surtitrée en français et en anglais.
Durée : 3 h 40 avec entracte.

© Christophe Pelé/OnP.
© Christophe Pelé/OnP.
Philippe Jordan, direction musicale.
Anne Teresa de Keersmaeker, mise en scène et chorégraphie.
Jan Versweyveld, décors et lumières.
An D'Huys, costumes.
Jan Vandenhouwe, dramaturgie.

Ida Falk-Winland, Fiordiligi.
Stephanie Lauricella, Dorabella.
Cyrille Dubois, Ferrando.
Edwin Crossley-Mercer, Guglielmo.
Simone Del Savio, Don Alfonso.
Mària Celeng, Despina.

Danseurs de la Compagnie Rosas.
Orchestre et Chœurs de l'Opéra national de Paris.

Christine Ducq
Dimanche 17 Septembre 2017

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019