La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pièce du boucher

Climat, un monde oublié…

"Comment va le monde ? Vous paraissez bien triste…" "Oh ! Le monde ? Il va ! Comm'ci, Comm'ça. Il change le monde. Il change. La forêt qui protégeait les Parisiens des intempéries et des vicissitudes vient de brûler. Les arbres avaient été plantés il y a 1 200 ans sous Charles Magne ! Vous vous rendez-vous compte ? Charles Magne ! On avait oublié leur existence et leur présence silencieuse."



© Loic Favel*.
© Loic Favel*.
Alors que tous les arbres pleurent la forêt perdue, les hommes eux parlent ! Parlent ! Sans mesurer les mots et les choses. Le monde a dérapé. Le monde a, comme qui dirait, des ratés. Histoire de climat, sans doute. Entre les hommes, le climat devient délétère.

Alors, avant la panne annoncée, et par une petite saynète installant la situation théâtrale de l'élève et du professeur - car le théâtre est toujours un peu pédagogique et idéaliste -, reprenons le fil du temps, un peu avant que tout ne dérape. Retrouvons le sens des mots, la réalité du monde. Et, par ce retour en arrière, tâtonnons vers un nouveau chemin. Réfléchissons, Imaginons.

Un monde ancien et oublié. Le lecteur surprend la conversation d'une jeune élève et son professeur de botanique qui s'interrogent sur le sens d'un mot : "climat".

Elle : Oh monsieur ? Puis-je ? Puis-je vous demander ? Le sens ? D'un mot ? D'un mot que vous prononcez lorsque vous faites votre inventaire des plantes qui poussent en bordure des chemins ?

Lui : Quel est ce mot dont tu me parles ?

Elle : C'est "Carré d'acclimatation".

Lui : Tu es donc attentive à ce que je dis ? Voyons. Un carré d'acclimatation, c'est une chose simple mais qui a besoin de plus que les mots pour qu'on la comprenne. Car elle recèle un grand mystère. Le mystère de la Nature. Le mystère de notre présence dans la nature. Tu as vu le soleil et la neige. Tu as vu la plaine de la Seine. N'est-ce pas ? Ses nombreux méandres, ses bancs de sable et les gravières en été, ses mares, et, en hiver, ce fleuve rugissant, qui charriant tous ces troncs et ces branches, submergeant les berges et les maisons, recreuse violemment son lit. Tu as vu aussi les castors couper des branches de leurs dents et construire des barrages pour leurs familles. Et les oiseaux faire des nids que même les grands architectes ne savent imiter. Tu as vu les coteaux de Suresnes et leur forme arrondie comme une arabesque très aplatie.

Elle : Qu'est-ce ?

Lui : Comme une suite de "S", comme cela. Regarde. La ligne que forme l'horizon. Les reliefs. Les modelés. Les creux. Regarde comme si tu les dessinais. Tu peux voir qu'à chaque accident du sol, chaque pente, chaque "inclinaison", le soleil réchauffe et la pluie ruisselle. De manière à chaque fois différente. Et que les plantes et les animaux se regroupent entre eux. Ils se répartissent d'une inclinaison à l'autre. À tes pieds le monde de la forêt de chênes, puis le monde des mares et des roselières, le monde des herbages et des haies, le monde de la vigne et des vergers, le monde des taillis et des bois.

Quand tu observes, il se passe en toi un étrange phénomène. Par l'acuité de ton regard et l'intensité de ton attention, tes sens semblent se fondre, tu vois comme si le toucher, le goût passait par tes yeux, fondaient dans l'humeur de tes yeux. Et quand tu observes ainsi, ton corps rendu immobile et sourd à toute autre activité, un sourire apparaît comme une liberté. Mais attention, il ne faut pas que cela tangue.

Quand tu observes, il se passe en toi comme si l'inclinaison de ton esprit et de ton corps rejoignait l'inclinaison que tu observes. Il y a en toi comme une "inclination". Tu sais quoi faire pour repérer, sélectionner, pour trouver l'équilibre et conserver le meilleur de ce que tu observes. La beauté. L'harmonie. L'homme, qui ainsi fait, est jardinier de la Nature. Et lors de ces tâtonnements fait des carrés des plantes et des animaux qu'il observe. Ce sont des carrés d'observation.

© DR.
© DR.
Elle : Comme les papiers et les cahiers que vous avez toujours avec vous !

Lui (qui sourit) : Et aussi les prés et les champs. Vois comme tout est enclos. Et carré. As-tu remarqué comment entre deux hivers l'homme entretient, taille, arrose, émonde, creuse les mares pour en faire des réserves à poissons, remonte la terre pour enrichir les vignes, construit des murs qui réchauffent les arbres fruitiers qui craignent le gel et guident aussi l'eau torrentueuse des orages. Quelquefois une tranchée brutale, bien placée, comme une falaise, suffit pour que jamais le gel ne survienne. De même une rigole évacue la boue qui étouffe les plantules. Ainsi l'homme, de son labeur, récolte les fruits.

Il a une grande amie. La haie avec ses trognes dont les branches repoussent drues et bien droites chaque printemps. La haie protège du vent de la pluie et du soleil et ses branchages font les barrières solides. Elle héberge les oiseaux et leurs chants égaient les nuits et les jours. À ses pieds, des petites mares où les petits animaux assoiffés peuvent se désaltérer. Les feuilles mortes qui s'accumulent, les vermisseaux qui grouillent composent du bon terreau et les graines qu'apporte le vent peuvent germer. Les abeilles butinent les fleurs et aident les fruits à grossir.

Elle : Et elles font du miel !

Lui : À l'abri de la haie, les oiseaux peuvent ainsi construire leurs nids des brindilles, des poils et de plumes abandonnées. Ils trouvent autour de la haie tout ce qui leur convient.

Elle : Elle fournit aussi l'osier des paniers qui permet de rapporter les œufs et les fruits que la haie protège.

Lui (qui sourit) : C'est que l'enclos ainsi créé a le bon espace. Quand il permet à toutes les espèces de croître et de multiplier. Chacun prenant sa part de nourriture chez l'autre…

Tisserin mâle © DR.
Tisserin mâle © DR.
Elle : Et réciproquement. Tous les animaux et les plantes s'entraident et échangent des bienfaits. Les animaux apportent l'engrais qui rend grasse l'herbe qui rend la bête…

Lui : En bonne santé ! Les oiseaux, les pique-bœufs, mangent les insectes qui pourraient transmettre des pestes aux bêtes. Dans l'enclos s'établit une forme d'équilibre et s'y révèlent en toute discrétion des cadeaux simples qui réjouissent les sens : les champignons de ton omelette, les lichens qui font de belles chevelures aux arbres et t'indiquent par leur aspect que tout va bien. Et puis il y a ces fleurs qui ornementent les bordures et les rêveries comme les violettes parfumées, les œillets des poètes, "les sabots-de-vénus". C'est pourquoi je fais des carrés au pied des haies.

Elle bercée par les paroles, ne fait plus qu'écouter, ou rêver.
Elle : Dans la forêt que l'homme a plantée de chênes robustes et enclos de murs les cerfs et les biches et leurs petits vivent en harmonie. Les écureuils en oubliant toujours où ils ont caché les glands aident même les chênes à se reproduire. Et les cerfs peuvent exercer la puissance de leurs ramures contre l'écorce des chênes vigoureux et l'homme peut couper des troncs fermes pour les charpentes de ses maisons et ses machines à engrenages.

Lui : Quand la terre est heureuse, dans les signes qu'elle nous transmet, elle rend bien le labeur. Il y a la même inclination, la même attention en elle qu'en toi.

Elle : Mais quelquefois des plantes meurent quand d'autres restent vertes et drues.

Lui : Oui, surtout quand il fait trop chaud, trop froid, trop sec, trop humide. C'est ce qu'il faut comprendre. Comment, pourquoi les plantes et les animaux ne s'entraident plus. Quel est le bon "climat" pour eux. Nous faisons tous, mes confrères et moi, de petits carrés de culture. Nos carrés d'acclimatation. "Acclimater", c'est cela. Une manière de ménager, de ménager la nature et, en retour de nos attentions, celle-ci nous rend au centuple. C'est comme cela que nous avons pu planter des amandiers à Nanterre où règne un bon climat pour eux. Pour que tu aies des amandes au marché Saint-Eustache.

Elle : Alors monsieur, quand vous faites vos inventaires comme vous dites, vous cherchez à ménager?

Lui : Oui. À ménager.

Fin

Texte © Jean Grapin.

* La première photo est empruntée au spectacle "Et le ciel est par terre". Texte : Guillaume Poix. Mise en scène : Véronique Kapoïan Favel.
Avec : Antoine Besson, Cécile Bournay, Céline Déridet, Dag Jeanneret, Véronique Kapoïan Favel.
Sera joué les 14 et 15 mai 2019 : Théâtre sortieOuest - Scène conventionnée pour les écritures contemporaines, Béziers (34).
© Loic Favel.

Jean Grapin
Vendredi 19 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021