La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pièce du boucher

Climat, un monde oublié…

"Comment va le monde ? Vous paraissez bien triste…" "Oh ! Le monde ? Il va ! Comm'ci, Comm'ça. Il change le monde. Il change. La forêt qui protégeait les Parisiens des intempéries et des vicissitudes vient de brûler. Les arbres avaient été plantés il y a 1 200 ans sous Charles Magne ! Vous vous rendez-vous compte ? Charles Magne ! On avait oublié leur existence et leur présence silencieuse."



© Loic Favel*.
© Loic Favel*.
Alors que tous les arbres pleurent la forêt perdue, les hommes eux parlent ! Parlent ! Sans mesurer les mots et les choses. Le monde a dérapé. Le monde a, comme qui dirait, des ratés. Histoire de climat, sans doute. Entre les hommes, le climat devient délétère.

Alors, avant la panne annoncée, et par une petite saynète installant la situation théâtrale de l'élève et du professeur - car le théâtre est toujours un peu pédagogique et idéaliste -, reprenons le fil du temps, un peu avant que tout ne dérape. Retrouvons le sens des mots, la réalité du monde. Et, par ce retour en arrière, tâtonnons vers un nouveau chemin. Réfléchissons, Imaginons.

Un monde ancien et oublié. Le lecteur surprend la conversation d'une jeune élève et son professeur de botanique qui s'interrogent sur le sens d'un mot : "climat".

Elle : Oh monsieur ? Puis-je ? Puis-je vous demander ? Le sens ? D'un mot ? D'un mot que vous prononcez lorsque vous faites votre inventaire des plantes qui poussent en bordure des chemins ?

Lui : Quel est ce mot dont tu me parles ?

Elle : C'est "Carré d'acclimatation".

Lui : Tu es donc attentive à ce que je dis ? Voyons. Un carré d'acclimatation, c'est une chose simple mais qui a besoin de plus que les mots pour qu'on la comprenne. Car elle recèle un grand mystère. Le mystère de la Nature. Le mystère de notre présence dans la nature. Tu as vu le soleil et la neige. Tu as vu la plaine de la Seine. N'est-ce pas ? Ses nombreux méandres, ses bancs de sable et les gravières en été, ses mares, et, en hiver, ce fleuve rugissant, qui charriant tous ces troncs et ces branches, submergeant les berges et les maisons, recreuse violemment son lit. Tu as vu aussi les castors couper des branches de leurs dents et construire des barrages pour leurs familles. Et les oiseaux faire des nids que même les grands architectes ne savent imiter. Tu as vu les coteaux de Suresnes et leur forme arrondie comme une arabesque très aplatie.

Elle : Qu'est-ce ?

Lui : Comme une suite de "S", comme cela. Regarde. La ligne que forme l'horizon. Les reliefs. Les modelés. Les creux. Regarde comme si tu les dessinais. Tu peux voir qu'à chaque accident du sol, chaque pente, chaque "inclinaison", le soleil réchauffe et la pluie ruisselle. De manière à chaque fois différente. Et que les plantes et les animaux se regroupent entre eux. Ils se répartissent d'une inclinaison à l'autre. À tes pieds le monde de la forêt de chênes, puis le monde des mares et des roselières, le monde des herbages et des haies, le monde de la vigne et des vergers, le monde des taillis et des bois.

Quand tu observes, il se passe en toi un étrange phénomène. Par l'acuité de ton regard et l'intensité de ton attention, tes sens semblent se fondre, tu vois comme si le toucher, le goût passait par tes yeux, fondaient dans l'humeur de tes yeux. Et quand tu observes ainsi, ton corps rendu immobile et sourd à toute autre activité, un sourire apparaît comme une liberté. Mais attention, il ne faut pas que cela tangue.

Quand tu observes, il se passe en toi comme si l'inclinaison de ton esprit et de ton corps rejoignait l'inclinaison que tu observes. Il y a en toi comme une "inclination". Tu sais quoi faire pour repérer, sélectionner, pour trouver l'équilibre et conserver le meilleur de ce que tu observes. La beauté. L'harmonie. L'homme, qui ainsi fait, est jardinier de la Nature. Et lors de ces tâtonnements fait des carrés des plantes et des animaux qu'il observe. Ce sont des carrés d'observation.

© DR.
© DR.
Elle : Comme les papiers et les cahiers que vous avez toujours avec vous !

Lui (qui sourit) : Et aussi les prés et les champs. Vois comme tout est enclos. Et carré. As-tu remarqué comment entre deux hivers l'homme entretient, taille, arrose, émonde, creuse les mares pour en faire des réserves à poissons, remonte la terre pour enrichir les vignes, construit des murs qui réchauffent les arbres fruitiers qui craignent le gel et guident aussi l'eau torrentueuse des orages. Quelquefois une tranchée brutale, bien placée, comme une falaise, suffit pour que jamais le gel ne survienne. De même une rigole évacue la boue qui étouffe les plantules. Ainsi l'homme, de son labeur, récolte les fruits.

Il a une grande amie. La haie avec ses trognes dont les branches repoussent drues et bien droites chaque printemps. La haie protège du vent de la pluie et du soleil et ses branchages font les barrières solides. Elle héberge les oiseaux et leurs chants égaient les nuits et les jours. À ses pieds, des petites mares où les petits animaux assoiffés peuvent se désaltérer. Les feuilles mortes qui s'accumulent, les vermisseaux qui grouillent composent du bon terreau et les graines qu'apporte le vent peuvent germer. Les abeilles butinent les fleurs et aident les fruits à grossir.

Elle : Et elles font du miel !

Lui : À l'abri de la haie, les oiseaux peuvent ainsi construire leurs nids des brindilles, des poils et de plumes abandonnées. Ils trouvent autour de la haie tout ce qui leur convient.

Elle : Elle fournit aussi l'osier des paniers qui permet de rapporter les œufs et les fruits que la haie protège.

Lui (qui sourit) : C'est que l'enclos ainsi créé a le bon espace. Quand il permet à toutes les espèces de croître et de multiplier. Chacun prenant sa part de nourriture chez l'autre…

Tisserin mâle © DR.
Tisserin mâle © DR.
Elle : Et réciproquement. Tous les animaux et les plantes s'entraident et échangent des bienfaits. Les animaux apportent l'engrais qui rend grasse l'herbe qui rend la bête…

Lui : En bonne santé ! Les oiseaux, les pique-bœufs, mangent les insectes qui pourraient transmettre des pestes aux bêtes. Dans l'enclos s'établit une forme d'équilibre et s'y révèlent en toute discrétion des cadeaux simples qui réjouissent les sens : les champignons de ton omelette, les lichens qui font de belles chevelures aux arbres et t'indiquent par leur aspect que tout va bien. Et puis il y a ces fleurs qui ornementent les bordures et les rêveries comme les violettes parfumées, les œillets des poètes, "les sabots-de-vénus". C'est pourquoi je fais des carrés au pied des haies.

Elle bercée par les paroles, ne fait plus qu'écouter, ou rêver.
Elle : Dans la forêt que l'homme a plantée de chênes robustes et enclos de murs les cerfs et les biches et leurs petits vivent en harmonie. Les écureuils en oubliant toujours où ils ont caché les glands aident même les chênes à se reproduire. Et les cerfs peuvent exercer la puissance de leurs ramures contre l'écorce des chênes vigoureux et l'homme peut couper des troncs fermes pour les charpentes de ses maisons et ses machines à engrenages.

Lui : Quand la terre est heureuse, dans les signes qu'elle nous transmet, elle rend bien le labeur. Il y a la même inclination, la même attention en elle qu'en toi.

Elle : Mais quelquefois des plantes meurent quand d'autres restent vertes et drues.

Lui : Oui, surtout quand il fait trop chaud, trop froid, trop sec, trop humide. C'est ce qu'il faut comprendre. Comment, pourquoi les plantes et les animaux ne s'entraident plus. Quel est le bon "climat" pour eux. Nous faisons tous, mes confrères et moi, de petits carrés de culture. Nos carrés d'acclimatation. "Acclimater", c'est cela. Une manière de ménager, de ménager la nature et, en retour de nos attentions, celle-ci nous rend au centuple. C'est comme cela que nous avons pu planter des amandiers à Nanterre où règne un bon climat pour eux. Pour que tu aies des amandes au marché Saint-Eustache.

Elle : Alors monsieur, quand vous faites vos inventaires comme vous dites, vous cherchez à ménager?

Lui : Oui. À ménager.

Fin

Texte © Jean Grapin.

* La première photo est empruntée au spectacle "Et le ciel est par terre". Texte : Guillaume Poix. Mise en scène : Véronique Kapoïan Favel.
Avec : Antoine Besson, Cécile Bournay, Céline Déridet, Dag Jeanneret, Véronique Kapoïan Favel.
Sera joué les 14 et 15 mai 2019 : Théâtre sortieOuest - Scène conventionnée pour les écritures contemporaines, Béziers (34).
© Loic Favel.

Jean Grapin
Vendredi 19 Avril 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023