La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Pièce du boucher

Ainsi donc quelques brisures d'ARN ont perdu leur ADN préféré

Celui de ce petit mammifère à écailles, ce pangolin un peu primitif, peut-être si mignon, resté inconnu de quasi tout le monde, dont le nombre a si fortement diminué parce que certains le trouvaient très curatif. Ces brisures d'ARN, ces virus (c'est plus sérieux) ont trouvé refuge dans l'ADN le plus proche…



© DR.
© DR.
Celui d'un être vivant bien plus sophistiqué : conquérant et dominateur. Un mammifère à l'imagination débordante qui tend à l'immortalité, qui avec jubilation défriche, assèche, édifie des monuments à sa mémoire, produit des artefacts et contrefaçons seuls dignes de sa Valeur. SAPIENS !

Et l'organisme de Sapiens déraille. Sapiens plie. Sapiens voit ses représentations s'effondrer, ses rêves, sa finance infinie, son marketing édénique, et ses concrétisations en courbes harmonieuses, ses flux financiarisés, ses événements, son tourisme, ses matchs. Sapiens, nouveau gyrovague, découvre sa folie. Restreint dans sa bougeotte, au risque de se voir verbalisé du délit de vagabondage, et marqué du sceau de l'infamie "porteur de virus".

Est-ce le début d'une prise de conscience ? Si l'on en croit l'un des premiers d'entre eux qui découvre que le système de valeurs n'est pas forcément adapté… Que la santé n'a pas de prix…

Allons frères humains enfin solidaires. Encore un effort et tous nous entonnerons qu'il n'est de richesses que d'hommes… et que nous sommes tous solidaires pour n'être point solitaires.

À moins que, cédant à une forme de tropisme ordinaire, certains ne cherchent un bouc émissaire. Comme les animaux de la fable qui, malades de la peste*, ne mouraient pas tous, qui tous étaient frappés et qui se sont jetés sur le pauvre âne, pour que rien ne change dans l'ordre du Monde.

Pendant ce temps Gaïa (la planète vivante) source de toute vie prend quelque répit, profite du passage du Petit Pangolin au Grand Sapiens pour se faire vite fait une petite toilette du museau et de ses petites mains, respire un petit coup et soupire. Car le nettoyage de fond sera bien plus long. Il suffirait que Sapiens l'aide un peu et cesse de tout bouleverser. En effet sa frénésie d'activité occasionne de grandes collisions et crée un mauvais climat.

Il est grand temps que Sapiens réfléchisse sur les causes. Elles sont en lui et il les connaît forcément au fond de lui et se les cache. Depuis qu'il a constaté qu'il était nu et s'est couvert de l'habit de ses illusions, depuis qu'il s'est mis à exploiter les ressources de peur de manquer. Jouir plutôt que désirer. Se goinfrer plutôt que se satisfaire. Manger pour vivre ne point vivre pour manger.

Il suffirait de Réapprendre à s'écouter, observer… apprendre.

*"Les animaux malades de la Peste", in Second recueil dédié à Madame de Montespan, Livre VII, Fable 1.
Jean de La Fontaine (1621-1695), Fables, 1678-1679.

Jean Grapin
Dimanche 15 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022