La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Charles Dutoit emmène le public au paradis avec "La Damnation de Faust"

L'année de commémoration de la disparition d'Hector Berlioz commence très fort avec la superbe soirée donnée à la Philharmonie de Paris. Charles Dutoit, à la tête d'un quatuor de chanteurs talentueux, de l'Orchestre national de France et des forces chorales de Radio France, a enchanté le public.



© Radio France.
© Radio France.
"La Damnation de Faust" en version concert ? Ce n'est pas vraiment un problème pour une œuvre appelée d'abord "opéra de concert" par Berlioz, puis sous-titrée "légende dramatique" : une œuvre d'un genre nouveau dont la musique est si génialement évocatrice qu'elle se passe de mise en scène surtout quand un chef de la trempe de Charles Dutoit est à la tête d'un orchestre qu'il connaît bien pour en avoir été le directeur musical de 1991 à 2001.

Œuvre éminemment personnelle destinée d'abord au concert, au livret inspiré par la traduction du (premier) "Faust" de Goethe par Gérard de Nerval, elle relève de la fantaisie romantique avec ses scènes qui entraînent son héros des plaines hongroises à son cabinet, d'un cabaret à Leipzig au bord de l'Elbe, de la maison de Marguerite à un défilé montagneux désolé, de l'enfer au paradis en dix tableaux. D'une impressionnante variété d'inspiration et de formes, les pages symphoniques succèdent aux ballets, les grandes ballades à l'oratorio final non sans avoir intégré auparavant le folklore de chansons populaires.

Quand l'opéra de Berlioz rencontre les interprètes qui parlent supérieurement sa langue, le plaisir et l'émotion font de ces deux heures quinze de musique (sans entracte, un vrai bonheur) une soirée d'exception. C'est l'expérience qui a été donnée à vivre au public de la Philharmonie.

"La Damnation de Faust" © Christine Ducq.
"La Damnation de Faust" © Christine Ducq.
Charles Dutoit est d'abord le chef rêvé pour redonner vie au chef-d'œuvre selon les vœux de son créateur : "Mes œuvres exigent une combinaison de verve irrésistible et la plus grande précision, une violence contrôlée, une sensibilité onirique, sans laquelle le caractère essentiel de mes phrases est falsifié ou même effacé." Berlioz a trouvé avec le chef Dutoit un interprète de rêve.

L'Orchestre national de France, à son affaire, a brillé sous sa direction dans l'épopée barbare ou fantastique comme dans le lyrisme élégiaque ; la finesse des aplats, les contrastes brillants le disputant à un sens superlatif des dynamiques pour des plans sonores extraordinairement ciselés.

Un travail rare possible grâce aux super solistes de l'orchestre passionnément au service de cette partition rhapsodique - travail qu'on a entendu jusqu'au souci rythmique de faire sentir le mouvement même. Une soirée de référence du point de vue orchestral et choral, moins idéale en ce qui concerne le quatuor de chanteurs.

John Osborn, déjà entendu dans le rôle de Benvenuto Cellini à Paris il y a peu, compose un Faust touchant et sensible. Une belle diction et une technique sans reproche ne parviennent à faire oublier qu'on ne ressentira pourtant pas le grand frisson trouble que peut offrir un grand héros romantique (tel un Jonas Kaufmann) - même dans le superbe "Nature immense, impénétrable et fière" de la dernière partie. Le baryton-basse Edwin Crossley-Mercer est un Brander plus fin que burlesque, de belle prestance.

Le Méphisto de Nahuel di Pierro est extraordinaire pendant la première moitié de l'opéra mais son chant perd ensuite relief et truculence : son invocation de la troisième partie comme celle qui précède la chevauchée vers l'abîme vacillent dangereusement vers la platitude. La mezzo Kate Lindsey est une délicieuse Marguerite. Sa Ballade des Rois de Thulé teintée des couleurs les plus exquises prépare le bouleversant "D'Amour l'ardente flamme" accompagnée du cor anglais.

La mezzo possède une voix admirable dans tous les registres, il n'est pas jusqu'à sa curieuse prosodie du français qui ne soit un charme supplémentaire. Le Chœur de Radio France, désormais dirigé par Martina Batic, offre une prestation qui est un régal de tous les instants : anges ou démons, villageois ou étudiants, il est un partenaire solide et montre une confondante aisance quels que soient les climats et récits de cette "Damnation", un alter ego de l'orchestre en matière d'excellence.

Opéra en version de concert entendu en février 2019.

Diffusion du concert disponible sur le site de France Musique.

Programme des concerts de Radio France :
>> maisondelaradio.fr/agenda

Christine Ducq
Lundi 18 Février 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020