La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Charles Dutoit emmène le public au paradis avec "La Damnation de Faust"

L'année de commémoration de la disparition d'Hector Berlioz commence très fort avec la superbe soirée donnée à la Philharmonie de Paris. Charles Dutoit, à la tête d'un quatuor de chanteurs talentueux, de l'Orchestre national de France et des forces chorales de Radio France, a enchanté le public.



© Radio France.
© Radio France.
"La Damnation de Faust" en version concert ? Ce n'est pas vraiment un problème pour une œuvre appelée d'abord "opéra de concert" par Berlioz, puis sous-titrée "légende dramatique" : une œuvre d'un genre nouveau dont la musique est si génialement évocatrice qu'elle se passe de mise en scène surtout quand un chef de la trempe de Charles Dutoit est à la tête d'un orchestre qu'il connaît bien pour en avoir été le directeur musical de 1991 à 2001.

Œuvre éminemment personnelle destinée d'abord au concert, au livret inspiré par la traduction du (premier) "Faust" de Goethe par Gérard de Nerval, elle relève de la fantaisie romantique avec ses scènes qui entraînent son héros des plaines hongroises à son cabinet, d'un cabaret à Leipzig au bord de l'Elbe, de la maison de Marguerite à un défilé montagneux désolé, de l'enfer au paradis en dix tableaux. D'une impressionnante variété d'inspiration et de formes, les pages symphoniques succèdent aux ballets, les grandes ballades à l'oratorio final non sans avoir intégré auparavant le folklore de chansons populaires.

Quand l'opéra de Berlioz rencontre les interprètes qui parlent supérieurement sa langue, le plaisir et l'émotion font de ces deux heures quinze de musique (sans entracte, un vrai bonheur) une soirée d'exception. C'est l'expérience qui a été donnée à vivre au public de la Philharmonie.

"La Damnation de Faust" © Christine Ducq.
"La Damnation de Faust" © Christine Ducq.
Charles Dutoit est d'abord le chef rêvé pour redonner vie au chef-d'œuvre selon les vœux de son créateur : "Mes œuvres exigent une combinaison de verve irrésistible et la plus grande précision, une violence contrôlée, une sensibilité onirique, sans laquelle le caractère essentiel de mes phrases est falsifié ou même effacé." Berlioz a trouvé avec le chef Dutoit un interprète de rêve.

L'Orchestre national de France, à son affaire, a brillé sous sa direction dans l'épopée barbare ou fantastique comme dans le lyrisme élégiaque ; la finesse des aplats, les contrastes brillants le disputant à un sens superlatif des dynamiques pour des plans sonores extraordinairement ciselés.

Un travail rare possible grâce aux super solistes de l'orchestre passionnément au service de cette partition rhapsodique - travail qu'on a entendu jusqu'au souci rythmique de faire sentir le mouvement même. Une soirée de référence du point de vue orchestral et choral, moins idéale en ce qui concerne le quatuor de chanteurs.

John Osborn, déjà entendu dans le rôle de Benvenuto Cellini à Paris il y a peu, compose un Faust touchant et sensible. Une belle diction et une technique sans reproche ne parviennent à faire oublier qu'on ne ressentira pourtant pas le grand frisson trouble que peut offrir un grand héros romantique (tel un Jonas Kaufmann) - même dans le superbe "Nature immense, impénétrable et fière" de la dernière partie. Le baryton-basse Edwin Crossley-Mercer est un Brander plus fin que burlesque, de belle prestance.

Le Méphisto de Nahuel di Pierro est extraordinaire pendant la première moitié de l'opéra mais son chant perd ensuite relief et truculence : son invocation de la troisième partie comme celle qui précède la chevauchée vers l'abîme vacillent dangereusement vers la platitude. La mezzo Kate Lindsey est une délicieuse Marguerite. Sa Ballade des Rois de Thulé teintée des couleurs les plus exquises prépare le bouleversant "D'Amour l'ardente flamme" accompagnée du cor anglais.

La mezzo possède une voix admirable dans tous les registres, il n'est pas jusqu'à sa curieuse prosodie du français qui ne soit un charme supplémentaire. Le Chœur de Radio France, désormais dirigé par Martina Batic, offre une prestation qui est un régal de tous les instants : anges ou démons, villageois ou étudiants, il est un partenaire solide et montre une confondante aisance quels que soient les climats et récits de cette "Damnation", un alter ego de l'orchestre en matière d'excellence.

Opéra en version de concert entendu en février 2019.

Diffusion du concert disponible sur le site de France Musique.

Programme des concerts de Radio France :
>> maisondelaradio.fr/agenda

Christine Ducq
Lundi 18 Février 2019

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019