La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Celestissima Karina !

Alors qu'elle vient de triompher à Paris dans le rôle-titre de "Partenope" et dans celui d'Armida de "Rinaldo", deux œuvres de son compositeur fétiche Haendel, Karina Gauvin livre, dans un récent enregistrement paru chez Atma Classique, "Divine Karina", une récapitulation de sa carrière discographique passée. L'occasion pour la soprano canadienne de rappeler l'étendue de son incroyable talent au moment où de nouvelles perspectives s'offrent à elle. Prochain rendez-vous le 20 février à la Philharmonie de Paris.



Karina Gauvin, "Alcina" de Haendel, novembre 2015 au Teatro Real (Madrid) © Teatro Real/Javier del Real.
Karina Gauvin, "Alcina" de Haendel, novembre 2015 au Teatro Real (Madrid) © Teatro Real/Javier del Real.
Avec une solide carrière internationale derrière elle, Karina Gauvin a su se forger une réputation unique de tragédienne lyrique époustouflante. Elle est une des seules chanteuses au monde à pouvoir prétendre incarner le personnage éponyme de l'opéra "Olympie" de Gaspare Spontini (en juin 2016 à Paris), un des rôles les plus ardus qui soient. La scène l'a cependant longtemps ignorée - elle qui possède naturellement un vrai tempérament d'actrice. Mais le temps où un metteur en scène pouvait l'humilier en refusant de la distribuer dans un opéra au motif de ses mensurations pulpeuses ou de son âge est très loin derrière elle. Désormais tous se l'arrachent en Europe ou dans les terres du delà.

Personnalité éminemment volcanique, dont les éclats de rire et l'accent chantant sont proverbiaux, Karina Gauvin est en outre dotée d'une voix admirable. Générosité d'un soprano à l'ambitus semble-t-il quasi illimité, intelligence de l'incarnation, sens inné de la scène, la chanteuse a su se rendre indispensable et ce, avec une simplicité très éloignée du cliché de la prima donna inaccessible. C'est le moment choisi par sa maison de disques canadienne pour faire paraître les morceaux choisis de ses précédents enregistrements (une quarantaine de titres à ce jour). Quatorze titres (et un bonus inédit)* viennent rappeler que sa persona de chanteuse s'est construite avec le répertoire baroque mais aussi avec Mozart et plus proches de nous, Mahler et Britten.

"La Clémence de Titus" de Mozart, rôle de Vitellia, opéra mis en scène par Denis Podalydès, décembre 2014 © DR.
"La Clémence de Titus" de Mozart, rôle de Vitellia, opéra mis en scène par Denis Podalydès, décembre 2014 © DR.
Quatre arias haendeliennes bien sûr - avec l'allégresse contagieuse ("Rejoice Greatly") du "Messie", les déchirements passionnés (mais savamment nuancés) de la sorcière Alcina ("Ombre pallide") quittée par son amant Ruggiero, sans oublier la rêveuse Reine de Saba de l'oratorio "Solomon" ("Will the sun forget to streak") - mais aussi Purcell avec deux très beaux airs (dont "Fairest isle" extrait de "King Arthur"), Porpora et Vivaldi. La pyrotechnie obligée dans ce type de répertoire n'est jamais agaçante et la ligne mélodique toujours étoffée avec délicatesse et moelleux. À noter la reprise splendide de "Doucement" de la cantate de Bodin de Boismortier, "L'Hyver".

Outre sa Suzanne des "Noces de Figaro", sensuelle et joliment tentatrice, la soprano émeut dans le "Ich habe genug" de la Cantate BWV 82 de J. S. Bach au registre élégiaque soutenu par une voix comme venue du ciel. Une fabuleuse vocalité toute céleste encore dans le quatrième mouvement ("Sehr behaglich") de la Symphonie n° 4 de Gustav Mahler et son lied au titre ici vraiment évident "Das himmlische Leben" (i.e. la vie céleste). Le cœur et une technique très sûre toujours au service de la poésie se retrouvent encore dans l'air de Benjamin Britten ,"Now sleeps the Crimson Petal". Autant dire que le meilleur de ce qu'elle peut nous offrir est là et aussi - on le pressent - à venir.

* Il s'agit de "You, my sister" chantée avec sa sœur Nathalie Gauvin (de T. Williams, K. et N. Gauvin).

● Karina Gauvin "Divine Karina".
"The Best of Karina Gauvin".
Label : ATMA Classique.
Distribution : UVM Distribution.
Sortie : janvier 2016.

Prochains rendez-vous :
20 février 2016 à 20 h 30.
Philharmonie de Paris, Grande salle, Philharmonie 1, Paris 19e,
"Chant de Louanges", Symphonie n°2 (1840) de Félix Mendelssohn.
Karina Gauvain, soprano 1.
Orchestre de Chambre d'Europe.
RIAS Kammerchor.
Yannick Nézet-Séguin, direction.

15 avril 2016 à 20 h.
Auditorium de la Maison de la Radio, Paris 16e.
"L'Enfant Prodigue" (1884) de Claude Debussy.
Karina Gauvin, Lia.

Karina Gauvin, "Alcina" de Haendel © Teatro Real/Javier del Real.
Karina Gauvin, "Alcina" de Haendel © Teatro Real/Javier del Real.
Stanislas de Barbeyrac, Azael.
Jean-François Lapointe, Siméon.
"L'Enfant et les Sortilèges" (1925) de Maurice Ravel.
Sabine Devieilhe, Nathalie Stutzmann, Julie Pasturaud, Nicolas Courjal.
Chœur de Radio France.
Orchestre Philharmonique de Radio France.
Mikko Franck, direction.

3 juin 2016 à 20 h.
Théâtre des Champs-Elysées, Paris 8e.
"Olympie" (1819) de Gaspare Spontini.
Karina Gauvin, Olympie.
Kate Aldrich, Statira.
Charles Castronovo, Cassandre.
Josef Wagner, Antigone.
Patrick Bolleire, Hiérophante.
Le Cercle de l'Harmonie.
Vlaams Radio Koor.
Jérémie Rhorer, direction.

Christine Ducq
Samedi 20 Février 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019