La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Catherine Trottmann, un chant de lumière et de grâce

Catherine Trottmann, âgée de vingt-cinq ans, a réussi en moins de trois ans à devenir l'irrésistible interprète du répertoire de mezzo léger que toutes les grandes scènes désirent.



© DR.
© DR.
Nommée cette année dans la catégorie "Révélation artiste lyrique" des Victoires de la Musique, elle a brillé récemment dans le concert Prélude du Festival d'Auvers-sur-Oise et répète en ce moment à Lausanne Zerline dans le "Don Giovanni" de Mozart. Rencontre avec une artiste joyeuse et passionnée.

Christine Ducq - Vous avez chanté pour le concert d'ouverture du 37e opus du Festival d'Auvers-sur-Oise mais vous n'y figurez pas ce printemps (1). Quel dommage pour nous !

Catherine Trottmann - Malheureusement oui. Nous avons essayé de trouver une date mais mon emploi du temps ne le permettait pas. Du coup, nous avons envisagé avec Pascal Escande (le directeur artistique, Ndlr) ce récital, un prélude du festival.

Vous êtes en pleine répétition de "Don Giovanni" à l'Opéra de Lausanne. Le rôle de Zerline est bien une prise de rôle ?

Catherine Trottmann - En effet et je m'en réjouis. C'est un rôle qui m'enthousiasme et auquel je pense depuis longtemps car il me tient particulièrement à cœur. D'autant plus que "Don Giovanni" est mon opéra préféré !
Le personnage de Zerline a une fraîcheur et une jeunesse dans lesquelles je peux facilement me reconnaître ; et je prends beaucoup de plaisir à le chanter. À Lausanne, nous travaillons dans de très bonnes conditions avec une superbe distribution et dans une très belle mise en scène d'Éric Vigié (2).

À la cérémonie des Victoires de la Musique, vous avez brillé dans Meyerbeer et Rossini. Quels sont les compositeurs qui vous inspirent ?

Catherine Trottmann - Ils sont nombreux. Disons que Rossini est le compositeur qui me porte chance et me rend heureuse. Mais Mozart est mon grand amour !

Festival d'Auvers-sur-Oise © Martinelli.
Festival d'Auvers-sur-Oise © Martinelli.
Comment voyez-vous cette Zerline que vous allez interpréter ?

Catherine Trottmann - Je crois que c'est une fille très forte, avec la tête sur les épaules et ce, dans un opéra où tout le monde est à moitié fou, blessé et traumatisé ! C'est une fille du peuple, simple, satisfaite de sa vie et qui sait où elle va. D'ailleurs, elle mène son futur époux à la baguette ! J'aime sa force vitale qui lui permet de se remettre très vite des événements plutôt tragiques qui surviennent le jour de son mariage.

Vous n'avez que vingt-cinq ans et vous n'avez terminé le conservatoire qu'en 2014. Comment expliquez-vous avoir rapidement rencontré le succès dans votre jeune carrière ?

Catherine Trottmann - J'ai eu cette chance en effet. J'ai bénéficié d'un gros coup de pouce en étant reçue, dès ma sortie du CNSMD de Paris, dans la troupe de l'Opéra de Vienne. Je me suis retrouvée très vite "dans le grand bain" et j'ai fait de belles rencontres.

Qu'avez-vous appris à Vienne de cette vie de troupe ?

Catherine Trottmann - Cette année passée en résidence à Vienne m'a beaucoup aidé à grandir en tant qu'artiste. J'ai travaillé le sens de la rigueur et celui de l'organisation dans une institution qui n'a rien à voir avec nos maisons lyriques françaises. Avec trois cents levers de rideau par an, tout doit fonctionner parfaitement. Quand on reçoit la liste des treize rôles (en cover - un remplacement - ou à chanter sur scène) en début d'année, il faut évidemment privilégier la discipline.
Le deuxième point fort de cette année viennoise tient à ce que j'ai pu assister dans la loge qui m'était réservée à tous les spectacles de la saison. Ce qui revient à écouter les plus grandes stars de la planète sur scène. J'ai beaucoup appris en les observant et en les rencontrant.
Enfin, j'ai appris à chanter sur cette scène absolument immense ; cela m'a fait travailler la projection de la voix. Et puis répéter treize rôles très divers est très enrichissant.

© Martinelli.
© Martinelli.
Quels étaient ces rôles ?

Catherine Trottmann - La deuxième Dame de "La Flûte enchantée" et Cherubino des "Noces" (dans Mozart), des Rossini comme Zulma dans "L'Italienne à Alger" ou Tisbé dans "Cenerentola", Flora dans "La Traviata" de Verdi, entre autres. J'ai même chanté des Wagner avec le Knappe (l’Écuyer) de "Parsifal", une fille du Rhin doublée dans le "Rheingold" et même une walkyrie. Ce fut ainsi l'occasion passionnante de travailler avec les plus grands coachs venus du monde entier, tous spécialisés dans un répertoire.

Vous êtes souvent louée pour votre engagement scénique. C'est aussi à Vienne que vous avez pu gagner en expérience ?

Catherine Trottmann - La partie théâtrale, scénique à l'opéra a toujours été essentielle à mes yeux dans ce métier. Elle est selon moi aussi importante que la partie musicale. Je dirais même que le jeu constitue ma motivation première, une vraie priorité. La scène permet aux chanteurs de s'exprimer corps et âme pour servir un art beaucoup plus grand qu'eux-mêmes. C'est donc une expérience indépassable.

Quels sont vos projets après l'Opéra de Lausanne ?

Catherine Trottmann - Je chante à la Philharmonie de Paris en juin dans un oratorio, "Comala" de Niels Wilhem Gade, avec le chef Laurence Equilbey. Je reprends également le rôle de Zerline sous la direction de Jérémy Rohrer aux Festivals de Beaune et de Brême. C'est la production du festival d'Aix-en-Provence qui entame une tournée en version de concert. Je serai aussi au Festival d'Eygalières en juillet avec Renaud Capuçon.
À la rentrée, je chanterai Cherubino dans "Les Noces de Figaro" à l'Opéra du Rhin.

Comment définiriez-vous votre voix ?

Catherine Trottmann - Mon mezzo-soprano est réellement entre deux couleurs. C'est une voix jeune, souple, qui permet des coloratures faciles. Parfois les gens se posent des questions car mon timbre s'assimile vraiment tantôt à un soprano, tantôt à un mezzo. Ceci dit, je me laisse guider par les rôles dans lesquels je me sens bien plutôt que par une étiquette.

© Martinelli.
© Martinelli.
On se souvient de votre "Stubenmädchen" dans le "Reigen" de Philippe Boesmans. Vous n'hésitez pas à faire des incursions dans la musique contemporaine ?

Catherine Trottmann - Je me retrouve en effet beaucoup dans cette musique. Les opéras contemporains sont toujours écrits avec des livrets particulièrement forts. La production de "Reigen" (en 2014, Ndlr) est un très bon souvenir. Je suis ravie à chaque fois que je peux participer à une création car elle permet une grande liberté - je peux m'affranchir des modèles qui influencent parfois nos interprétations dans d'autres répertoires. Et puis il faut s'engager pour la musique de son temps. La musique dite "classique" est une discipline vivante, toujours en renouvellement, il faut donc encourager la création.

(1) Catherine Trottman a chanté des mélodies et airs de Poulenc, Mozart, Debussy, Chausson et Meyerbeer. Le Festival d'Auvers-sur-Oise se tiendra du 9 juin au 7 juillet 2017.
www.festival-auvers.com
(2) Éric Vigié est aussi le directeur de l'Opéra de Lausanne.


Interview réalisée le 22 mai 2017.

"Don Giovanni" à l'Opéra de Lausanne du 4 au 14 juin 2017.
>> opera-lausanne.ch

Programme complet des événements à venir :
>> catherinetrottmann.com

Christine Ducq
Vendredi 2 Juin 2017


1.Posté par Catherine About-Caplain le 04/06/2017 19:39
Catherine Trottmann a un immense talent qui commence à peine à être connu et reconnu. Elle a un superbe avenir dans ce monde difficile de l'Opéra: à suivre...

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Spectacle à la Une

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020