La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"C'era una Volta" avec l'Académie de l'Opéra de Paris

Les artistes de l'Académie ont brillé dans un emballant atelier de création scénique de Simon Valastro.



© Studio J'adore ce que vous faites.
© Studio J'adore ce que vous faites.
Simon Valastro, un artiste milanais familier de l'Opéra de Paris depuis son intégration au Corps de Ballet en 1989, a patiemment gravi toutes les marches ; comme chorégraphe d'abord dès 2008 avec "Opus", puis beaucoup d'autres spectacles jusqu'à cette commande en 2015 de Benjamin Millepied, "Tissues" pour Garnier, année où il rejoint aussi l'Académie chorégraphique de l'ONP avec le soutien de William Forsythe.

Bien lancé, Simon Valastro ne s'arrête pas là et, en 2020, il confirme ses talents de scénographe, dramaturge et metteur en scène en rejoignant l'Académie pour une nouvelle résidence (de mise en scène cette fois) qui s'achève en cette fin de saison. "C'era una Volta" est donc le résultat de l'expérience et du travail de l'artiste à l'Opéra avec les chanteurs, musiciens et techniciens académiciens comme lui. Une totale réussite, et ce, malgré les conditions très particulières vécues lors de ces deux dernières saisons - évidemment dues à la crise sanitaire.

© Studio J'adore ce que vous faites.
© Studio J'adore ce que vous faites.
Chorégraphe pour plusieurs étoiles de l'Opéra depuis quelques années, Simon Valastro nous a convaincus mercredi dernier de son talent à collaborer également avec des chanteurs et musiciens avec "C'era una Volta" (Il était une fois), sa réécriture très personnelle de plusieurs contes opératiques (cinq exactement) - ou plutôt de sa faculté à "extirper de leurs intrigues respectives, des personnages de contes de fées" qui se retrouvent en début de spectacle autour d'une table pour un dîner de famille. Avec peu de moyens, le metteur en scène nous livre un spectacle drôle, intelligent et même percutant. Il faut dire qu'il est secondé par une troupe de jeunes artistes de première force, aussi dynamiques que bourrés de talents, jouant avec gourmandise avec le public.

Une femme de ménage (l'extraordinaire Cenerentola de la mezzo indienne Ramya Roy) nettoie les traces d'un curieux cadavre tiré hors de l'eau (peut-être le Mizgir d'Alexandre Ivanov, personnage tiré de "Snégourotchka" de Rimski-Korsakov qui passera plus tard). On verra aussi Judith et le Duc Barbe-Bleue (les très impressionnants Marie-Andrée Bouchard-Lesieur et Aaron Pendleton, duo doué de quels moyens vocaux !) croiser les Humperdinckiens Hänsel (la mezzo Marie-Andrée Bouchard-Lesieur encore) et Gretel (Kseniia Proshina délicieuse également en Fée dans la "Cendrillon" de Massenet), sans oublier leurs irrésistibles compagnons, dont un improbable cosmonaute peut-être échappé de "La Bohème" de Claus Guth.

© Studio J'adore ce que vous faites.
© Studio J'adore ce que vous faites.
Citons aussi l'incroyable Timothée Varon, toujours excellent en père des enfants du délicieux opéra de Humperdick, Alexander York (beau baryton américain plein de verve), Fernando Escalona (un contre-ténor qui promet) entre autres. Les musiciens (et bons chambristes) font merveille, ainsi que les pianistes Okga Dubynska et Edward Liddell (ce dernier partageant la direction musicale avec Felix Ramos, talentueux auteur des arrangements).

Sous les belles lumières de Madjid Hakimi, le conte inventif et délicieux de Simon Valastro nous embarque sans peine. L'artiste milanais, par ses trouvailles constantes et ses idées frappantes, sait créer un espace mental, suggérer un climat et écrire pour la scène mille histoires en un conte plein d'autodérision, parfois émouvant et pourtant poreux aux accidents comme aux cauchemars. Belle idée : faire intervenir sur scène les techniciens de l'Académie : la costumière-habilleuse Marion Gautier et les maquilleurs-perruquiers Amélie Lorchel, Pacôme Malary. Tout juste regrettera-t-on les pieds nus (vrai cliché désormais sur scène) imposés aux personnages. Simon Valastro peut partir la tête haute vers de nouvelles aventures : il y aura d'autres fois.

© Studio J'adore ce que vous faites.
© Studio J'adore ce que vous faites.
C'era una volta
Opéra - Production de l'Académie
Donné le 30 juin 2021 à 20 h.
À l'Amphithéâtre Olivier Messiaen - Opéra Bastille, Paris 12e.

Simon Valastro, mise en scène, scénographie, dramaturgie et chorégraphie.
Chanteurs : Kseniia Proshina, Marie-Andrée Bouchard-Lesieur, Ramya Roy, Fernando Escalona, Kiup Lee, Tobias Westman, Alexander Ivanov, Timothée Varon, Alexander York, Niall Anderson, Aaron Pendleton.
Musiciens : Yon Brakha, Roxanne Rabatti, Madeleine Rey, Johann Causse, Zi An Wu, Olga Dubynska, Edward Liddall, Félix Ramos.
Angelina Uliashova, costumes.
Madjid Hakimi, lumières.

>> operadeparis.fr

Christine Ducq
Samedi 3 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022