La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Bernarda Fink chante Mahler et Wolf à Royaumont

Le Festival de Royaumont a accueilli pour la première fois la grande Bernarda Fink pour son édition 2016. Dans un récital intitulé "Une vie en lieder", la mezzo argentine accompagnée au piano par son vieux complice Anthony Spiri a chanté magnifiquement des extraits de recueils de Gustav Mahler et de son contemporain et malheureux rival, Hugo Wolf.



© DR.
© DR.
Alors même qu'elle encadrerait une formation professionnelle de chant dans la belle abbaye cistercienne de Royaumont, justement consacrée à Gustav Mahler les jours suivants, la mezzo Bernarda Fink offrait un récital intense quoique bref (une heure au lieu de l'heure et demie prévue). Un concert au programme logiquement quelque peu bouleversé : trois œuvres de jeunesse et les cinq Rückert-Lieder (en lieu et place des "Kindertotenlieder" et de quatre chants des "Lieder eines fahrenden Gesellen") de Gustav Mahler associés à un aperçu de l'art renommé de Hugo Wolf dans le genre du lied avec ses "Spanisches" et "Italianisches Liederbuch". Après tout, on n'entend guère Hugo Wolf en France (et c'est dommage), on se console vite du changement.

Autre programme, autre propos dans un voyage existentiel en lieder débutant par "Im Lenz" et "Winterlied" de celui qui n'est pas encore le maître de l'Opéra de Vienne (puisque composés en février 1880) et dédiés à l'amour de jeunesse de Mahler, Josephine Poisl, la fille du maître des postes d'Iglau.

© DR.
© DR.
Extraits des "Lieder und Gesänge aus des Jugendzeit" publiés en 1885, ils mettent déjà en scène le double du musicien, ce "rêveur en plein jour" (1) et sa méditation sur la fugacité du bonheur - les premiers connus de l'œuvre malhérienne. Bernarda Fink livre instantanément l'interprétation juste, suivant en cela l'injonction du compositeur : "Il me faut pour cela la voix et la simplicité d'expression d'un enfant".

Puis place à sept lieder d'Hugo Wolf, l'ami et camarade de conservatoire à Vienne de Mahler - avant la brouille due au refus de celui qui est désormais directeur du Hofoper de monter son opéra "Der Corregidor". Destinée tragique que celle de Wolf, mort fou et interné à quarante-deux ans, non sans avoir laissé au monde quelque trois cents lieder exceptionnels.

Avec ces chants sacrés et profanes composés entre 1889 et 1891 pour les "Spanisches Liederbuch", 1892 et 1896 pour les "Italienisches", l'inspiration est celle du sud, tour à tour légère ou angoissée. Composés sur des poèmes de grands tels Lope de Vega ou Cervantès, des rispetti toscans et des chansons folkloriques espagnoles ou italiennes (avec des textes traduits en allemand au début du XIXe siècle), ces lieder exaltent l'amour maternel ou la foi, la douleur ou la sensualité. Le piano d'Anthony Spiri et la voix de velours fin de la mezzo réussissent la fusion magique idoine en de raffinées lignes mélodiques, tissées de toutes les nuances des sentiments.

Retour en terres malhériennes avec un "Frühlingmorgen" de jeunesse suivi de deux chants célébrissimes issus des "Knaben Wunderhorn" (2). Après le terrible "Das Irdische Leben" (La vie terrestre) qui donne le frisson, Bernarda Fink transporte les auditeurs avec "Das himmlische Leben" (3) dans le paradis d'un chant parfait. Des auditeurs qui sont prêts alors pour le grand saut dans les cinq "Rückert-Lieder" (composés entre 1901 et 1902, peu après le mariage avec Alma Schindler) chantés dans un ordre choisi par Fink pour souligner le passage des plaisirs de la terre à la dissolution dans le grand Tout - un récital conclu magistralement avec "Um Mitternacht" ("À minuit") et le sublime "Ich bin der Welt abhanden gekommen" (4), méditation admirable comme un saut dans l'infini.

Émotion de haut-vol, sensibilité à fleur de peau, concentration extrême, variété des climats, la chanteuse (avec une intime connaissance de ces œuvres qu'elle a gravées au cd) appelle tous les éloges (malgré une moindre longueur de souffle que d’antan), bien servie par la science du pianiste américain.

(1) Les citations des écrits de Mahler sont extraites de la somme que Henri-Louis de la Grange a consacrée au compositeur (Éditions Fayard).
(2) D'après l'anthologie de poèmes populaires réunis par Arnim et Brentano à l'aube du XIXe siècle.
(3) "La vie céleste". Un lied bientôt retiré du cycle par Mahler pour devenir le mouvement final de sa 4e symphonie.
(4) "Je me suis détaché du monde". Des manuscrits autographes de trois des "Rückert-Lieder" sont conservés dans la collection Henri-Louis de la Grange, en dépôt à la Médiathèque musicale Mahler de Paris.


Concert vu le 10 septembre 2016.

Du 27 août au 9 octobre 2016.
Abbaye de Royaumont.
Asnières-sur-Oise (95).

Programme complet et réservations :
Tél. : 01 30 35 58 00.
>> royaumont.com

Christine Ducq
Jeudi 15 Septembre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019