La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• Deux femmes dans un huis clos : l'une fille de bourreau, l'autre fille de victime

"L'Hiver de la Cigale", Artéphile, Avignon

Quand l'heure d'ouvrir le coffre scellé des souvenirs sonne, il faut se tenir prête. C'est peut-être ce que veut exprimer l'auteur de ce texte, Pietro Pizzuti. Faire fi de son passé, l'écarter soigneusement de sa conscience grâce à une frénésie d'activité, oublier le drame d'où l'on vient pour réussir à vivre sa vie, c'est ce que fait l'un des personnages de cette pièce.



© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
L'autre invente aussi (elles partagent cela toutes deux), elle s'invente une identité mais dans un but contraire : celui de résoudre un drame de son enfance, de retrouver son identité, en réglant ses comptes et ceux de la justice.

Elles se rencontrent là, sur le plateau, dans une prison, un parloir. L'une, Laura Welter, prisonnière accusée de meurtre, l'autre Nathalie Franchi, avocate spécialiste de la Convention des droits de l'Homme. Mais cette rencontre n'est pas le fruit du hasard. Elle a été planifiée depuis des années. Des années que Laura Welter sait que ce jour-là, elle se retrouvera en face de cette avocate-là, et que l'explication devra avoir lieu.

La scène se déroule dans une prison d'Europe mais l'histoire s'est passée dans un pays d'Amérique du Sud. C'est depuis ce continent que l'action, que le meurtre a été organisé. Une exécution en fait. L'exécution décidée par un tribunal populaire. L'exécution du dictateur, du bourreau aux mains rougies. Une exécution accomplie en Europe pour que la rencontre à laquelle nous assistons puisse avoir lieu et que le crime soit proclamé acte de justice. Il s'agit aussi de cela. Terrorisme ou Justice ? Qui peut le dire ? La frontière est diaphane, parfois, dépend du point de vue.

© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
Je m'empêche de dévoiler plus loin le récit. Un récit particulier qui met en acte l'héritage des parents fait aux enfants, l'héritage du bourreau, l'héritage de la victime et la légitimité ou non de l'exécution du monstre. Du droit des victimes, du droit des coupables. De l'acte de justice fait en dehors de voies de justice.

Le texte de Pietri Pizzuli se construit à l'aide de thématiques et de situations qui se croisent dans l'espace comme des axes de pensées : l'axe des dictatures et des massacres et des tortures, l'axe de la mémoire, des mémoires, celles de l'Histoire, celles des individus, l'axe de la cour de justice internationale, celui de l'Europe face à celui de l'Amérique du sud, l'axe de la vengeance, l'axe de l'insupportable héritage…

Cela forme un treillis riche, entrecroisé, qui parsème le dialogue vif et intime des deux personnages qui se déroule par entrevues successives bien rythmées par des changements rapides et efficaces du décor et des respirations musicales courtes et dynamiques, très rock.

© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
Maria Cristina Mastrangeli, qui a mis en scène et interprète le rôle de l'accusée, est d'une vérité extrême, le corps planté au sol, forte, elle incarne avec pertinence l'être blessé mais aussi guerrier qu'est son personnage. Elsa Bosc crée une avocate internationale un peu moins affirmée, cantonnée durant un temps dans une indifférence administrative, mais qui se dévoile peu à peu et finit par soutenir le défi lancé par sa partenaire.

Et le propos du texte, la question du rôle que l'on doit jouer au monde, la question de la culpabilité, la question de l'acte à faire pour se réaliser pour être en accord avec ce auquel on croit, la question de l'héritage paternel ensuite, toutes ces questions tournent et emplissent l'espace du théâtre, et tournent encore longtemps après.

"L'Hiver de la Cigale"

© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
À partir de 12 ans.
Texte : Pietro Pizzuti (Lansman Éditeur).
Mise en scène : Maria Cristina Mastrangeli.
Avec : Elsa Bosc, Maria Cristina Mastrangeli, et la voix d'Armand Gatti.
Chanson originale : "Burning lies" de Andrea Galeazzi, interprétée par Ruppert Pupkin.
Création lumière : Jean-Pierre Michel.
Régie lumière : Vera Martins.
Scénographie : Boris Dambly.
Durée 1 h 15.

•Avignon Off 2017•
Du 7 au 28 juillet 2017.
Tous les jours à 19 h 45 (relâche le mercredi).
Artéphile, Salle 1,
7, rue du Bourg Neuf, Avignon.
Réservations : 04 90 03 01 90.
>> artephile.com


Bruno Fougniès
Samedi 22 Juillet 2017

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019