La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2017

•Avignon Off 2017• Deux femmes dans un huis clos : l'une fille de bourreau, l'autre fille de victime

"L'Hiver de la Cigale", Artéphile, Avignon

Quand l'heure d'ouvrir le coffre scellé des souvenirs sonne, il faut se tenir prête. C'est peut-être ce que veut exprimer l'auteur de ce texte, Pietro Pizzuti. Faire fi de son passé, l'écarter soigneusement de sa conscience grâce à une frénésie d'activité, oublier le drame d'où l'on vient pour réussir à vivre sa vie, c'est ce que fait l'un des personnages de cette pièce.



© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
L'autre invente aussi (elles partagent cela toutes deux), elle s'invente une identité mais dans un but contraire : celui de résoudre un drame de son enfance, de retrouver son identité, en réglant ses comptes et ceux de la justice.

Elles se rencontrent là, sur le plateau, dans une prison, un parloir. L'une, Laura Welter, prisonnière accusée de meurtre, l'autre Nathalie Franchi, avocate spécialiste de la Convention des droits de l'Homme. Mais cette rencontre n'est pas le fruit du hasard. Elle a été planifiée depuis des années. Des années que Laura Welter sait que ce jour-là, elle se retrouvera en face de cette avocate-là, et que l'explication devra avoir lieu.

La scène se déroule dans une prison d'Europe mais l'histoire s'est passée dans un pays d'Amérique du Sud. C'est depuis ce continent que l'action, que le meurtre a été organisé. Une exécution en fait. L'exécution décidée par un tribunal populaire. L'exécution du dictateur, du bourreau aux mains rougies. Une exécution accomplie en Europe pour que la rencontre à laquelle nous assistons puisse avoir lieu et que le crime soit proclamé acte de justice. Il s'agit aussi de cela. Terrorisme ou Justice ? Qui peut le dire ? La frontière est diaphane, parfois, dépend du point de vue.

© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
Je m'empêche de dévoiler plus loin le récit. Un récit particulier qui met en acte l'héritage des parents fait aux enfants, l'héritage du bourreau, l'héritage de la victime et la légitimité ou non de l'exécution du monstre. Du droit des victimes, du droit des coupables. De l'acte de justice fait en dehors de voies de justice.

Le texte de Pietri Pizzuli se construit à l'aide de thématiques et de situations qui se croisent dans l'espace comme des axes de pensées : l'axe des dictatures et des massacres et des tortures, l'axe de la mémoire, des mémoires, celles de l'Histoire, celles des individus, l'axe de la cour de justice internationale, celui de l'Europe face à celui de l'Amérique du sud, l'axe de la vengeance, l'axe de l'insupportable héritage…

Cela forme un treillis riche, entrecroisé, qui parsème le dialogue vif et intime des deux personnages qui se déroule par entrevues successives bien rythmées par des changements rapides et efficaces du décor et des respirations musicales courtes et dynamiques, très rock.

© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
Maria Cristina Mastrangeli, qui a mis en scène et interprète le rôle de l'accusée, est d'une vérité extrême, le corps planté au sol, forte, elle incarne avec pertinence l'être blessé mais aussi guerrier qu'est son personnage. Elsa Bosc crée une avocate internationale un peu moins affirmée, cantonnée durant un temps dans une indifférence administrative, mais qui se dévoile peu à peu et finit par soutenir le défi lancé par sa partenaire.

Et le propos du texte, la question du rôle que l'on doit jouer au monde, la question de la culpabilité, la question de l'acte à faire pour se réaliser pour être en accord avec ce auquel on croit, la question de l'héritage paternel ensuite, toutes ces questions tournent et emplissent l'espace du théâtre, et tournent encore longtemps après.

"L'Hiver de la Cigale"

© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
© Yu.Ta (Jutta Sammel-Mastrangeli).
À partir de 12 ans.
Texte : Pietro Pizzuti (Lansman Éditeur).
Mise en scène : Maria Cristina Mastrangeli.
Avec : Elsa Bosc, Maria Cristina Mastrangeli, et la voix d'Armand Gatti.
Chanson originale : "Burning lies" de Andrea Galeazzi, interprétée par Ruppert Pupkin.
Création lumière : Jean-Pierre Michel.
Régie lumière : Vera Martins.
Scénographie : Boris Dambly.
Durée 1 h 15.

•Avignon Off 2017•
Du 7 au 28 juillet 2017.
Tous les jours à 19 h 45 (relâche le mercredi).
Artéphile, Salle 1,
7, rue du Bourg Neuf, Avignon.
Réservations : 04 90 03 01 90.
>> artephile.com


Bruno Fougniès
Samedi 22 Juillet 2017

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020