La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Avec les "filles" d’Ariane, une mise en scène réussie à l’Opéra de Dijon

Une belle mise en scène de Lilo Baur, pour ce chef d’œuvre réputé redoutable à produire de Paul Dukas, "Ariane et Barbe-Bleue", et des seconds rôles très talentueux ont sauvé la soirée à l’Opéra de Dijon !



© Gilles Abegg/Opéra de Dijon.
© Gilles Abegg/Opéra de Dijon.
Les décors stylisés et les lumières savantes créent l’ambiance onirique du conte sur cette belle scène de l’Auditorium de Dijon - ce magnifique vaisseau dédié à l’opéra et aux concerts. On mesure vite la différence avec la mise en scène de Christoph Marthaler à Paris en 2007 ! Petite frayeur : Laurent Joyeux nous annonce que Jeanne-Michèle Charbonnet (Ariane) et Delphine Haidan (la nourrice) sont malades… mais qu’elles ne sont pas remplacées. Je suis venue pour la grande Isolde (Jeanne-Michèle Charbonnet dans une mise en scène à Genève de Olivier Py), je respire. Pourtant, l’Ariane de Deborah Polaski (de 2007) n’aura pas de rivale, ce soir-là.

En fait très vite, le public s’aperçoit que la pauvre soprano va vivre vocalement une des pires soirées de sa carrière. Mais bon, c’est Isolde. Personnellement, je lui pardonne tout. Les frimas et un froid glacial septentrionaux ont eu raison des cordes vocales de la chanteuse venue de la Côte Ouest des États-Unis. L’orchestre Dijon Bourgogne a en plus du mal à trouver ses marques à l’acte I, sous la baguette de Daniel Kawka. Mais ces girations de violons et ce chatoiement sombre des timbres accompagnant la colère des paysans nous plongent dès l’abord dans l’univers maléfique du poème de Maurice Maeterlinck et Paul Dukas.

© Gilles Abegg/Opéra de Dijon.
© Gilles Abegg/Opéra de Dijon.
Les très beaux costumes de Greta Goiris font penser à l’univers enchanteur très Sécession viennoise de Gustav Klimt. Les trouvailles de la mise en scène sont constantes pour déjouer les difficultés et chausses trappes de ce château symboliste de Barbe-Bleue (séduisant Damien Pass) avec ses sept portes - dont six cachent pierreries et trésors. Ariane, femme libre et courageuse, ne s‘intéresse qu’à la septième, qui conduira aux cinq précédentes épouses, condamnées à mourir dans des souterrains sombres comme un tombeau. Les lumières de Gilles Gentner, comme les panneaux glissants ont un pouvoir de suggestion poétique intense. C’est aussi la révélation que "l’horreur qui veille sur le seuil interdit" n’est qu’un décor justement et peut être affrontée par Ariane.

C’est bien la transposition moderne d’un symbolisme intemporel qu’a réussi la metteure en scène allemande. Quand s’élève le chant sublime des "cinq filles d’Orlamonde", nous frissonnons. C’est gagné : quelle jolie révélation pour le public que ces deux jeunes chanteuses, Carine Séchaye (Sélysette) et Emmanuelle de Negri (Mélisande). La Bellangère de Daphné Touchais ne manque pas de grâce non plus. La mise en scène de l’acte II de cet opéra, illustrant la victoire de la lumière sur la peur du noir, fait irrésistiblement penser aux films muets de Fritz Lang, période allemande et particulièrement à ses "Nibelungen". Jusqu’à la fin de l’acte III, l’orchestre est désormais à la hauteur de cette partition complexe et vraiment symphonique, tressant ses ensorcellements mélodiques et sa magie harmonique.

© Gilles Abegg/Opéra de Dijon.
© Gilles Abegg/Opéra de Dijon.
Avec la musique, les quarante membres du chœur et les soixante-dix sept musiciens semblent commenter l’évolution des personnages. Ariane partira seule du château, laissant ses "sœurs" et son époux anéanti à leur prison mentale. Pourtant ce sont bien les "cinq filles d’Orlamonde" qui nous ont délivrés le temps d’une soirée de notre prosaïque quotidien.

Opéra entendu le 7 décembre 2012.

"Ariane et Barbe-Bleue ou la Délivrance inutile".
Conte en trois actes en français (1907) de Paul Dukas.
Livret de Maurice Maeterlinck (1899).

Mise en scène : Lilo Baur.
Assistantes à la mise en scène : Mary Lousi, Claudia de Serpa Soares.
Scénographie : Sabine Theunissen.
Costumes : Greta Goiris.
Lumières : Gilles Gentner.

Distribution :
Jeanne-Michèle Charbonnet, Ariane.
Damien Pass, Barbe-Bleue.
Delphine Haidan, la nourrice.
Carine Séchaye, Sélysette.
Gaëlle Méchaly, Ygraine.
Emmanuelle de Negri, Mélisande.
Daphné Touchais, Bellangère.
Erifili Stefanidou, Alladine.
François Echassoux, le vieux paysan.
Jean Fischer, le deuxième paysan.
Jocelyn Desmares, le troisième paysan.

Orchestre Dijon Bourgogne.
Direction : Daniel Kawka.
Chœur de l’Opéra de Dijon.
Chef de chœur : Mihály Zeke.

Christine Ducq
Mardi 18 Décembre 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020