La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Au bord de l’eau" à la MC93... Féerie au programme ce soir !

Ô fidèle Lecteur de la Revue, je t’en adjure : cours à la Maison de la Culture de Bobigny et tu seras transporté. Doublement transporté : enthousiaste, tu seras téléporté dans la Chine de la dynastie des Song, dans le roman mythique de Shi Nai-An "Au bord de l’eau" ("Shuihu Zhuan").



© Victor Tonelli/Artcomart.
© Victor Tonelli/Artcomart.
Quand tu sortiras de ce magnifique spectacle, tu n’auras qu’une envie : connaître toutes les arcanes de cet art si fascinant, et pourtant si méconnu de ce côté de la planète : l’opéra chinois. Tu as aimé le cinéma de l’Empire du milieu, et celui de ses épigones, les "Épouses et concubines" et autres "Secret des Poignards volants". Pourtant le théâtre a ici une incontestable supériorité. C’est vivant.

C’est l’École de l’Opéra de Pékin qui t’offre ce voyage formidable, au milieu d’une tournée européenne triomphale, dans une mise en scène de Patrick Sommier, le directeur de la MC93. Celui-ci a choisi avec sa complice, Pascale Wei-Guinot, quelques scènes emblématiques du roman historique qui retrace quelques cinq cents années de la Chine - puisqu’il fut réécrit jusqu’au XVIIe siècle, début de la fameuse dynastie Ming.

© MC93.
© MC93.
Un roman lu par des milliards de lecteurs te rappellera Gilles Arbona au tout début de la production, au cours d’une réjouissante partie de mah jong engagée avec son homologue chinois, prolégomènes indispensables à tout échange dans l’Empire du Milieu.

Quoi fidèle Lecteur ? Tu crains de rester de marbre devant un art réputé allogène à tout Occidental ? Tu te trompes ! Tu prendras beaucoup de plaisir à pénétrer cet univers fascinant. Je t’explique.

Opéra ? disons plutôt un art total qui embrasse la danse, le cirque, le théâtre, l’opéra, la musique, le mime, l’acrobatie. Une richesse visuelle et sonore inouïe où le texte a bien moins d’importance que dans le théâtre occidental. Les acteurs sont bluffants (enfants, adolescents, adultes) d’envie, de passion, d’excellence technique. La soirée offre en crescendo des sensations envoûtantes, jusqu’au final réunissant les 108 comédiens. Un pur délice.

© MC93.
© MC93.
C’est un théâtre très physique au service d’une épopée, celle de bons bandits redresseurs de torts, en lutte contre l’administration mandarinale de l’ère Xuanhe. Les épisodes choisis sont savoureux et permettent aux artistes de montrer toute l’étendue (et le chatoiement) du répertoire de l’Opéra de Pékin : la femme adultère qui revient des enfers se venger (pour la danse des longues écharpes), le bonze soiffard qui déracine les arbres (et l’art des combats dansés et des visages somptueusement peints), ou encore la chanteuse "Beauté en fleur" mal récompensée de ses efforts (Ô l’art du costume et du maquillage inspirés de l‘époque Ming !).

Un théâtre où tout est stylisé : les mouvements, les archétypes de personnages et leurs voix particulières, les ballets, les chants. Impossible de décrire cette grâce, cette beauté, ce puissant philtre d’Asie. Tu adoreras cette musique aussi. L’orchestre est placé sur le côté de la scène pour suivre les chanteurs. Contrairement aux pratiques de l’Occident, les musiciens accompagnent les chanteurs. Tu seras charmé par le violon à deux cordes, les guitares, les longues castagnettes (ou "ban") qui ponctuent les gestes, les figures acrobatiques, comme les gongs, les cymbales et la trompette chinoise (ou "sona").

Les sauts périlleux, les danses gracieuses, la jonglerie se terminent en tableaux vivants impressionnants quand tous les artistes s’immobilisent, comme au "mie" du kabuki. Patrick Sommier a choisi d’intercaler à ces scènes de bravoure quelques intermèdes sympathiques. Les acteurs viennent raconter l’histoire de l’École, leurs souvenirs et les tournées anciennes dans la Chine éternelle.

Non vraiment Lecteur, cours à Bobigny ! C’est un voyage dont tu te souviendras.

"Au bord de l'eau"

© Victor Tonelli/Artcomart.
© Victor Tonelli/Artcomart.
Opéra de Pékin – École d'Opéra de Pékin.
Hommage au roman chinois de Shi Nai-an.
Traduction : Jacques Dars.
Mise en scène : Patrick Sommier.
Conception : Patrick Sommier et Pascale Wei-Guinot.
Assistante : Sarah Oppenheim.

Avec les Élèves : Chen Xialong, Ge Lianfa, Jing Yushan, Song Yalong, Sun Shimin, Zheng Gaolu, Tang Hongwei, Lv Ruitao, Zhang Shurui, Wang Shuai, Fang Mingyi, Jia Hao, Duo Yunqi, Ge Lei, Liu Shuqi, Pang Yuanjia, Gao Cui, Jia Jing, Xiao Zhengyang.
Les Professeurs : Chen Chen, Huang Ming, Lang Shichang, Li Lianzhong, Li Hongbin, Teng Li, Wang Liangliang, Yu Lei, Zhang Jiying.

Les Acteurs : Yu Shuai, Wang Hao, Yang Xiaotong, Gilles Arbona, Sun Shimin.
Les Musiciens : Cai Guoying, Hou Xiaojun, Hu Xiaopei, Liu Hai, Ma Yan, Wang Yue, Zhao Xuebo, Yang Zixia, Yao Li.

© MC93.
© MC93.
Lumières : Pierre Setbon.
Scénographie : Jean-Pierre Vergier.
Costumes : Huang Peilin, Ying Yu Qiu.
Accessoires : Wang Zhimin.
Maquillages : Tong Qun Yan.
Directeur de l’école : Wang Mingduo.
Traduction de San Daolin : Valérie Lavoix.
Traduction vers le chinois Prologue, récits de la rivière, récit de la fête des lanternes : Sarah Oppenheim.

Spectacle du 22 mai au 27 mai 2012.
Mardi à 19 h 30, mercredi à 20 h 30, vendredi à 14 h 30, samedi à 20 h 30 et dimanche à 15 h 30.
Théâtre MC 93, Bobigny, Seine-Saint-Denis, 01 41 60 72 72.
>> mc93.com

Du 29 mai au 2 juin 2012 : Théâtre de Caen (14), 02 31 30 48 00.
Du 6 au 9 juin 2012 : CNCDC Châteauvallon (83), 04 94 22 02 02.

Christine Ducq
Jeudi 24 Mai 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019