La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Au bord de l’eau" à la MC93... Féerie au programme ce soir !

Ô fidèle Lecteur de la Revue, je t’en adjure : cours à la Maison de la Culture de Bobigny et tu seras transporté. Doublement transporté : enthousiaste, tu seras téléporté dans la Chine de la dynastie des Song, dans le roman mythique de Shi Nai-An "Au bord de l’eau" ("Shuihu Zhuan").



© Victor Tonelli/Artcomart.
© Victor Tonelli/Artcomart.
Quand tu sortiras de ce magnifique spectacle, tu n’auras qu’une envie : connaître toutes les arcanes de cet art si fascinant, et pourtant si méconnu de ce côté de la planète : l’opéra chinois. Tu as aimé le cinéma de l’Empire du milieu, et celui de ses épigones, les "Épouses et concubines" et autres "Secret des Poignards volants". Pourtant le théâtre a ici une incontestable supériorité. C’est vivant.

C’est l’École de l’Opéra de Pékin qui t’offre ce voyage formidable, au milieu d’une tournée européenne triomphale, dans une mise en scène de Patrick Sommier, le directeur de la MC93. Celui-ci a choisi avec sa complice, Pascale Wei-Guinot, quelques scènes emblématiques du roman historique qui retrace quelques cinq cents années de la Chine - puisqu’il fut réécrit jusqu’au XVIIe siècle, début de la fameuse dynastie Ming.

© MC93.
© MC93.
Un roman lu par des milliards de lecteurs te rappellera Gilles Arbona au tout début de la production, au cours d’une réjouissante partie de mah jong engagée avec son homologue chinois, prolégomènes indispensables à tout échange dans l’Empire du Milieu.

Quoi fidèle Lecteur ? Tu crains de rester de marbre devant un art réputé allogène à tout Occidental ? Tu te trompes ! Tu prendras beaucoup de plaisir à pénétrer cet univers fascinant. Je t’explique.

Opéra ? disons plutôt un art total qui embrasse la danse, le cirque, le théâtre, l’opéra, la musique, le mime, l’acrobatie. Une richesse visuelle et sonore inouïe où le texte a bien moins d’importance que dans le théâtre occidental. Les acteurs sont bluffants (enfants, adolescents, adultes) d’envie, de passion, d’excellence technique. La soirée offre en crescendo des sensations envoûtantes, jusqu’au final réunissant les 108 comédiens. Un pur délice.

© MC93.
© MC93.
C’est un théâtre très physique au service d’une épopée, celle de bons bandits redresseurs de torts, en lutte contre l’administration mandarinale de l’ère Xuanhe. Les épisodes choisis sont savoureux et permettent aux artistes de montrer toute l’étendue (et le chatoiement) du répertoire de l’Opéra de Pékin : la femme adultère qui revient des enfers se venger (pour la danse des longues écharpes), le bonze soiffard qui déracine les arbres (et l’art des combats dansés et des visages somptueusement peints), ou encore la chanteuse "Beauté en fleur" mal récompensée de ses efforts (Ô l’art du costume et du maquillage inspirés de l‘époque Ming !).

Un théâtre où tout est stylisé : les mouvements, les archétypes de personnages et leurs voix particulières, les ballets, les chants. Impossible de décrire cette grâce, cette beauté, ce puissant philtre d’Asie. Tu adoreras cette musique aussi. L’orchestre est placé sur le côté de la scène pour suivre les chanteurs. Contrairement aux pratiques de l’Occident, les musiciens accompagnent les chanteurs. Tu seras charmé par le violon à deux cordes, les guitares, les longues castagnettes (ou "ban") qui ponctuent les gestes, les figures acrobatiques, comme les gongs, les cymbales et la trompette chinoise (ou "sona").

Les sauts périlleux, les danses gracieuses, la jonglerie se terminent en tableaux vivants impressionnants quand tous les artistes s’immobilisent, comme au "mie" du kabuki. Patrick Sommier a choisi d’intercaler à ces scènes de bravoure quelques intermèdes sympathiques. Les acteurs viennent raconter l’histoire de l’École, leurs souvenirs et les tournées anciennes dans la Chine éternelle.

Non vraiment Lecteur, cours à Bobigny ! C’est un voyage dont tu te souviendras.

"Au bord de l'eau"

© Victor Tonelli/Artcomart.
© Victor Tonelli/Artcomart.
Opéra de Pékin – École d'Opéra de Pékin.
Hommage au roman chinois de Shi Nai-an.
Traduction : Jacques Dars.
Mise en scène : Patrick Sommier.
Conception : Patrick Sommier et Pascale Wei-Guinot.
Assistante : Sarah Oppenheim.

Avec les Élèves : Chen Xialong, Ge Lianfa, Jing Yushan, Song Yalong, Sun Shimin, Zheng Gaolu, Tang Hongwei, Lv Ruitao, Zhang Shurui, Wang Shuai, Fang Mingyi, Jia Hao, Duo Yunqi, Ge Lei, Liu Shuqi, Pang Yuanjia, Gao Cui, Jia Jing, Xiao Zhengyang.
Les Professeurs : Chen Chen, Huang Ming, Lang Shichang, Li Lianzhong, Li Hongbin, Teng Li, Wang Liangliang, Yu Lei, Zhang Jiying.

Les Acteurs : Yu Shuai, Wang Hao, Yang Xiaotong, Gilles Arbona, Sun Shimin.
Les Musiciens : Cai Guoying, Hou Xiaojun, Hu Xiaopei, Liu Hai, Ma Yan, Wang Yue, Zhao Xuebo, Yang Zixia, Yao Li.

© MC93.
© MC93.
Lumières : Pierre Setbon.
Scénographie : Jean-Pierre Vergier.
Costumes : Huang Peilin, Ying Yu Qiu.
Accessoires : Wang Zhimin.
Maquillages : Tong Qun Yan.
Directeur de l’école : Wang Mingduo.
Traduction de San Daolin : Valérie Lavoix.
Traduction vers le chinois Prologue, récits de la rivière, récit de la fête des lanternes : Sarah Oppenheim.

Spectacle du 22 mai au 27 mai 2012.
Mardi à 19 h 30, mercredi à 20 h 30, vendredi à 14 h 30, samedi à 20 h 30 et dimanche à 15 h 30.
Théâtre MC 93, Bobigny, Seine-Saint-Denis, 01 41 60 72 72.
>> mc93.com

Du 29 mai au 2 juin 2012 : Théâtre de Caen (14), 02 31 30 48 00.
Du 6 au 9 juin 2012 : CNCDC Châteauvallon (83), 04 94 22 02 02.

Christine Ducq
Jeudi 24 Mai 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019