La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Au bord de l’eau" à la MC93... Féerie au programme ce soir !

Ô fidèle Lecteur de la Revue, je t’en adjure : cours à la Maison de la Culture de Bobigny et tu seras transporté. Doublement transporté : enthousiaste, tu seras téléporté dans la Chine de la dynastie des Song, dans le roman mythique de Shi Nai-An "Au bord de l’eau" ("Shuihu Zhuan").



© Victor Tonelli/Artcomart.
© Victor Tonelli/Artcomart.
Quand tu sortiras de ce magnifique spectacle, tu n’auras qu’une envie : connaître toutes les arcanes de cet art si fascinant, et pourtant si méconnu de ce côté de la planète : l’opéra chinois. Tu as aimé le cinéma de l’Empire du milieu, et celui de ses épigones, les "Épouses et concubines" et autres "Secret des Poignards volants". Pourtant le théâtre a ici une incontestable supériorité. C’est vivant.

C’est l’École de l’Opéra de Pékin qui t’offre ce voyage formidable, au milieu d’une tournée européenne triomphale, dans une mise en scène de Patrick Sommier, le directeur de la MC93. Celui-ci a choisi avec sa complice, Pascale Wei-Guinot, quelques scènes emblématiques du roman historique qui retrace quelques cinq cents années de la Chine - puisqu’il fut réécrit jusqu’au XVIIe siècle, début de la fameuse dynastie Ming.

© MC93.
© MC93.
Un roman lu par des milliards de lecteurs te rappellera Gilles Arbona au tout début de la production, au cours d’une réjouissante partie de mah jong engagée avec son homologue chinois, prolégomènes indispensables à tout échange dans l’Empire du Milieu.

Quoi fidèle Lecteur ? Tu crains de rester de marbre devant un art réputé allogène à tout Occidental ? Tu te trompes ! Tu prendras beaucoup de plaisir à pénétrer cet univers fascinant. Je t’explique.

Opéra ? disons plutôt un art total qui embrasse la danse, le cirque, le théâtre, l’opéra, la musique, le mime, l’acrobatie. Une richesse visuelle et sonore inouïe où le texte a bien moins d’importance que dans le théâtre occidental. Les acteurs sont bluffants (enfants, adolescents, adultes) d’envie, de passion, d’excellence technique. La soirée offre en crescendo des sensations envoûtantes, jusqu’au final réunissant les 108 comédiens. Un pur délice.

© MC93.
© MC93.
C’est un théâtre très physique au service d’une épopée, celle de bons bandits redresseurs de torts, en lutte contre l’administration mandarinale de l’ère Xuanhe. Les épisodes choisis sont savoureux et permettent aux artistes de montrer toute l’étendue (et le chatoiement) du répertoire de l’Opéra de Pékin : la femme adultère qui revient des enfers se venger (pour la danse des longues écharpes), le bonze soiffard qui déracine les arbres (et l’art des combats dansés et des visages somptueusement peints), ou encore la chanteuse "Beauté en fleur" mal récompensée de ses efforts (Ô l’art du costume et du maquillage inspirés de l‘époque Ming !).

Un théâtre où tout est stylisé : les mouvements, les archétypes de personnages et leurs voix particulières, les ballets, les chants. Impossible de décrire cette grâce, cette beauté, ce puissant philtre d’Asie. Tu adoreras cette musique aussi. L’orchestre est placé sur le côté de la scène pour suivre les chanteurs. Contrairement aux pratiques de l’Occident, les musiciens accompagnent les chanteurs. Tu seras charmé par le violon à deux cordes, les guitares, les longues castagnettes (ou "ban") qui ponctuent les gestes, les figures acrobatiques, comme les gongs, les cymbales et la trompette chinoise (ou "sona").

Les sauts périlleux, les danses gracieuses, la jonglerie se terminent en tableaux vivants impressionnants quand tous les artistes s’immobilisent, comme au "mie" du kabuki. Patrick Sommier a choisi d’intercaler à ces scènes de bravoure quelques intermèdes sympathiques. Les acteurs viennent raconter l’histoire de l’École, leurs souvenirs et les tournées anciennes dans la Chine éternelle.

Non vraiment Lecteur, cours à Bobigny ! C’est un voyage dont tu te souviendras.

"Au bord de l'eau"

© Victor Tonelli/Artcomart.
© Victor Tonelli/Artcomart.
Opéra de Pékin – École d'Opéra de Pékin.
Hommage au roman chinois de Shi Nai-an.
Traduction : Jacques Dars.
Mise en scène : Patrick Sommier.
Conception : Patrick Sommier et Pascale Wei-Guinot.
Assistante : Sarah Oppenheim.

Avec les Élèves : Chen Xialong, Ge Lianfa, Jing Yushan, Song Yalong, Sun Shimin, Zheng Gaolu, Tang Hongwei, Lv Ruitao, Zhang Shurui, Wang Shuai, Fang Mingyi, Jia Hao, Duo Yunqi, Ge Lei, Liu Shuqi, Pang Yuanjia, Gao Cui, Jia Jing, Xiao Zhengyang.
Les Professeurs : Chen Chen, Huang Ming, Lang Shichang, Li Lianzhong, Li Hongbin, Teng Li, Wang Liangliang, Yu Lei, Zhang Jiying.

Les Acteurs : Yu Shuai, Wang Hao, Yang Xiaotong, Gilles Arbona, Sun Shimin.
Les Musiciens : Cai Guoying, Hou Xiaojun, Hu Xiaopei, Liu Hai, Ma Yan, Wang Yue, Zhao Xuebo, Yang Zixia, Yao Li.

© MC93.
© MC93.
Lumières : Pierre Setbon.
Scénographie : Jean-Pierre Vergier.
Costumes : Huang Peilin, Ying Yu Qiu.
Accessoires : Wang Zhimin.
Maquillages : Tong Qun Yan.
Directeur de l’école : Wang Mingduo.
Traduction de San Daolin : Valérie Lavoix.
Traduction vers le chinois Prologue, récits de la rivière, récit de la fête des lanternes : Sarah Oppenheim.

Spectacle du 22 mai au 27 mai 2012.
Mardi à 19 h 30, mercredi à 20 h 30, vendredi à 14 h 30, samedi à 20 h 30 et dimanche à 15 h 30.
Théâtre MC 93, Bobigny, Seine-Saint-Denis, 01 41 60 72 72.
>> mc93.com

Du 29 mai au 2 juin 2012 : Théâtre de Caen (14), 02 31 30 48 00.
Du 6 au 9 juin 2012 : CNCDC Châteauvallon (83), 04 94 22 02 02.

Christine Ducq
Jeudi 24 Mai 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler à Vienne… Purgatoire collectif et laboratoire des âmes

"Le vaste pays", dans le titre de la pièce d'Arthur Schnitzler, se réfère aux âmes humaines. Barbara Frey saisit cette métaphore à la plénitude dans sa nouvelle mise en scène à l'Akademietheater de Vienne. Une disposition parfaite pour une distribution de premier rang où figure, entre autres, Michael Maertens (Friedrich Hofreiter), Katharina Lorenz (Génia), Itay Tiran (le docteur Mauer), Bibiana Beglau (Aigner) et l'acteur vétéran Branko Samarovsksi (le banquier Natter).

© Matthias Horn.
"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler, parut en 1911, a été rapidement apprécié à Paris. Tombé sous le charme de la pièce, le feuilletoniste Henry Bidou a consacré un article pour louer "le talent incisif et net de l'auteur" et encourager une adaptation française. Un projet d'adaptation suivit en 1912, avec le titre traduit "Le Pays mystérieux", qui ne connut malheureusement aucune suite. Qualifiée de tragi-comédie, la pièce présente un portrait d'une société viennoise de la première moitié du XXe siècle qui se trouve dans l'entre-deux entre l'héritage du tournant de siècle et des nouveaux codes socio-culturels émergeant de la modernité.

Le drame se déroule autour du couple Hofreiter, l'industriel Friedrich et sa femme Génia, dont le mariage s'est depuis longtemps refroidi et est marqué par des infidélités mutuelles. Friedrich est récemment sorti d'une liaison avec Adèle, la femme de son banquier Natter et on suspecte Génia d'être la cause du suicide soudain du célèbre pianiste russe Korsakov, fou amoureux d'elle. Après une confrontation, Friedrich décide à l'improviste de rejoindre son ami, le docteur Mauer, dans son voyage.

Vinda Miguna
30/11/2022