La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Antoine Chenuet, le ténor gracieux

Jeune chanteur découvert à l'Opéra-Théâtre de Metz, le ténor Antoine Chenuet y a incarné avec talent Augustin, l'ami au front de Sébastien Guèze dans "Un Amour en guerre", l'opéra de Caroline Glory. À l'orée d'une carrière qu'on lui souhaite riche, il nous a accordé cet entretien. Avant deux prises de rôle à Dijon et à Metz en 2015, Antoine Chenuet nous raconte la naissance d'une vocation.



© DR.
© DR.
Rieur et grave à la fois, Antoine Chenuet nous avertit d'entrée : hors de question pour lui de se laisser enfermer dans un emploi ou une identité vocale. Il a bien l'intention de nous surprendre - à commencer par cet agent allemand rencontré il y a peu. Identifié dans un registre à mi-chemin entre ténor lyrique léger et spieltenor, l'ancien corniste va bientôt endosser les habits d'Harlekin du "Kaiser von Atlantis" à l'Opéra de Dijon. Mais, insiste-t-il, on aurait tort de ne voir en lui que l'artiste spécialisé dans les rôles comiques typiques de la commedia dell'arte ou du Brésilien dans "La Vie Parisienne". Derrière la malice et les rires du chanteur, se révèle assurément une volonté de fer.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Comment êtes-vous passé du cor au chant ?

Antoine Chenuet - Il y a quelques années je me voyais bien musicien d'orchestre. J'ai participé à de beaux projets en tant que corniste comme l'été 2004 avec l'Orchestre des Jeunes du Centre dirigé par le regretté Jean-Marc Cochereau. J'étais cor solo dans des extraits de "Madame Butterfly" et je doublais sans arrêt Pinkerton, le ténor. Il y avait dans le chant quelque chose de hors-norme, une respiration incroyable, une autre conception du son et du temps musical qui dépassait mon expérience d'alors. Ce fut le déclic à vingt ans !

L'année suivante j'étais dans la fosse pour "Les Noces de Figaro" et je voyais les chanteurs jouant la comédie, dans une autre langue. Je me suis dit qu'ils étaient beaucoup plus proches de Mozart que moi. C'était sur la scène que ça se passait ! J'ai donc commencé à prendre des cours de chant.

© DR.
© DR.
Quelles ont été les rencontres déterminantes pour le chant ?

Antoine Chenuet - J'ai croisé le chemin de plusieurs personnes qui ont été décisives. D'abord le ténor Christian Papis qui m'a donné quelques cours de chant pendant mes études de musicologie. Il m'a trouvé une voix légère, de ténor ou de baryton aigu. Je me vois encore dire que si je n'étais pas ténor, ce n'était pas la peine que je chante ! Ce que j'aimais déjà à l'époque, c'était aller à la conquête de l'aigu !

Il y eut ensuite Michel Fockenoy, professeur au conservatoire du dix-neuvième arrondissement de Paris chez qui j'ai obtenu mon prix de chant en 2013. Parallèlement, je confirmais mes instincts d'interprète auprès de Joëlle Vautier, professeur d'art lyrique : conjuguer travail émotionnel et clarté d'esprit pour oser exprimer ses intentions et ne pas se satisfaire de la pure performance vocale.

Un autre parrain pour moi a été le baryton Alain Buet. Il m'a encouragé et finalement engagé dans son ensemble Les Musiciens du Paradis pour la tournée de "Venus and Adonis" de John Blow (le professeur d'Henry Purcell) en 2012. J'ai pu commencer à vivre du chant grâce à lui.
Enfin je n'oublie pas le directeur de l'Opéra de Metz Paul-Émile Fourny qui m'a repéré.

Avec qui travaillez-vous en ce moment ?

Antoine Chenuet - Je travaille actuellement avec Anna Ringart qui a été une des dirigeantes de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Paris. Je l'ai rencontrée à l'académie de Vendôme et j'ai apprécié son discours. Elle connaît très bien les voix de jeunes professionnels et aime dire qu'il faut aussi être son propre luthier pour s'améliorer. Elle m'a fait comprendre la notion d'emploi lyrique, le "Fach" en allemand. Elle m'aide à trouver mon aplomb et à concilier disponibilité vocale et interprétation sans les opposer.

Répétition de "Un Amour en guerre" à l'Opéra de Metz.
Répétition de "Un Amour en guerre" à l'Opéra de Metz.
Quels sont les ténors que vous aimez ?

Antoine Chenuet - J'ai beaucoup écouté Alfredo Kraus sur le conseil de mon père qui avait été enthousiasmé par un de ses récitals. Kraus a d'ailleurs été un des professeurs de Christian Papis. En ce moment, j'écoute davantage Fritz Wunderlich. Je vais d'abord spontanément vers les voix des anciennes générations. C'est peut-être un peu old-fashion ! Nicolai Gedda bien sûr… Je suis cependant très admiratif de Roberto Alagna. Dans "Werther" la saison dernière, quel artiste !

Quelles seraient les prises de rôle qui vous feraient rêver ?

Antoine Chenuet - Oh là là ! Tout ! (rires). J'adore Mozart que j'ai par ailleurs beaucoup étudié en classe d'harmonie (dont il est diplômé, NDLR). J'ai déjà appris Ferrando dans "Cosi fan lutte", mon rêve serait Tamino dans "La Flûte enchantée". Les grands romantiques français m'attirent également : Gounod, Bizet, Massenet… Et pourquoi pas "Werther" un jour ! Il paraît que je fais jeune, alors j'ai tout le temps de mûrir ma voix pour préparer les premiers rôles les plus vaillants !

Plus sérieusement, je serai ravi d'aller prochainement vers des rôles tels que Fortunio de Messager, Gonzalve dans "L'Heure espagnole" ou encore Fenton dans "Falstaff". En tout cas j'ai beaucoup de chance de vivre de mon art aujourd'hui.

Entretien réalisé le 26 novembre 2014.

Agenda 2015

Opéra de Dijon :
Du 11 au 13 mars 2015 : "Der Kaiser von Atlantis" de Viktor Ullmann (Harlekin).
Direction musicale : Mihàly Menelaos Zeke.
Mise en scène : Benoît Lambert.

Opéra-Théâtre de Metz :
Du 17 au 19 avril 2015 : "La Vie parisienne" de Jacques Offenbach (Le Brésilien/Frick).
Direction musicale : Dominique Trottein.
Mise en scène : Jérôme Savary.

Christine Ducq
Mercredi 24 Décembre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019