La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Antoine Chenuet, le ténor gracieux

Jeune chanteur découvert à l'Opéra-Théâtre de Metz, le ténor Antoine Chenuet y a incarné avec talent Augustin, l'ami au front de Sébastien Guèze dans "Un Amour en guerre", l'opéra de Caroline Glory. À l'orée d'une carrière qu'on lui souhaite riche, il nous a accordé cet entretien. Avant deux prises de rôle à Dijon et à Metz en 2015, Antoine Chenuet nous raconte la naissance d'une vocation.



© DR.
© DR.
Rieur et grave à la fois, Antoine Chenuet nous avertit d'entrée : hors de question pour lui de se laisser enfermer dans un emploi ou une identité vocale. Il a bien l'intention de nous surprendre - à commencer par cet agent allemand rencontré il y a peu. Identifié dans un registre à mi-chemin entre ténor lyrique léger et spieltenor, l'ancien corniste va bientôt endosser les habits d'Harlekin du "Kaiser von Atlantis" à l'Opéra de Dijon. Mais, insiste-t-il, on aurait tort de ne voir en lui que l'artiste spécialisé dans les rôles comiques typiques de la commedia dell'arte ou du Brésilien dans "La Vie Parisienne". Derrière la malice et les rires du chanteur, se révèle assurément une volonté de fer.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Comment êtes-vous passé du cor au chant ?

Antoine Chenuet - Il y a quelques années je me voyais bien musicien d'orchestre. J'ai participé à de beaux projets en tant que corniste comme l'été 2004 avec l'Orchestre des Jeunes du Centre dirigé par le regretté Jean-Marc Cochereau. J'étais cor solo dans des extraits de "Madame Butterfly" et je doublais sans arrêt Pinkerton, le ténor. Il y avait dans le chant quelque chose de hors-norme, une respiration incroyable, une autre conception du son et du temps musical qui dépassait mon expérience d'alors. Ce fut le déclic à vingt ans !

L'année suivante j'étais dans la fosse pour "Les Noces de Figaro" et je voyais les chanteurs jouant la comédie, dans une autre langue. Je me suis dit qu'ils étaient beaucoup plus proches de Mozart que moi. C'était sur la scène que ça se passait ! J'ai donc commencé à prendre des cours de chant.

© DR.
© DR.
Quelles ont été les rencontres déterminantes pour le chant ?

Antoine Chenuet - J'ai croisé le chemin de plusieurs personnes qui ont été décisives. D'abord le ténor Christian Papis qui m'a donné quelques cours de chant pendant mes études de musicologie. Il m'a trouvé une voix légère, de ténor ou de baryton aigu. Je me vois encore dire que si je n'étais pas ténor, ce n'était pas la peine que je chante ! Ce que j'aimais déjà à l'époque, c'était aller à la conquête de l'aigu !

Il y eut ensuite Michel Fockenoy, professeur au conservatoire du dix-neuvième arrondissement de Paris chez qui j'ai obtenu mon prix de chant en 2013. Parallèlement, je confirmais mes instincts d'interprète auprès de Joëlle Vautier, professeur d'art lyrique : conjuguer travail émotionnel et clarté d'esprit pour oser exprimer ses intentions et ne pas se satisfaire de la pure performance vocale.

Un autre parrain pour moi a été le baryton Alain Buet. Il m'a encouragé et finalement engagé dans son ensemble Les Musiciens du Paradis pour la tournée de "Venus and Adonis" de John Blow (le professeur d'Henry Purcell) en 2012. J'ai pu commencer à vivre du chant grâce à lui.
Enfin je n'oublie pas le directeur de l'Opéra de Metz Paul-Émile Fourny qui m'a repéré.

Avec qui travaillez-vous en ce moment ?

Antoine Chenuet - Je travaille actuellement avec Anna Ringart qui a été une des dirigeantes de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Paris. Je l'ai rencontrée à l'académie de Vendôme et j'ai apprécié son discours. Elle connaît très bien les voix de jeunes professionnels et aime dire qu'il faut aussi être son propre luthier pour s'améliorer. Elle m'a fait comprendre la notion d'emploi lyrique, le "Fach" en allemand. Elle m'aide à trouver mon aplomb et à concilier disponibilité vocale et interprétation sans les opposer.

Répétition de "Un Amour en guerre" à l'Opéra de Metz.
Répétition de "Un Amour en guerre" à l'Opéra de Metz.
Quels sont les ténors que vous aimez ?

Antoine Chenuet - J'ai beaucoup écouté Alfredo Kraus sur le conseil de mon père qui avait été enthousiasmé par un de ses récitals. Kraus a d'ailleurs été un des professeurs de Christian Papis. En ce moment, j'écoute davantage Fritz Wunderlich. Je vais d'abord spontanément vers les voix des anciennes générations. C'est peut-être un peu old-fashion ! Nicolai Gedda bien sûr… Je suis cependant très admiratif de Roberto Alagna. Dans "Werther" la saison dernière, quel artiste !

Quelles seraient les prises de rôle qui vous feraient rêver ?

Antoine Chenuet - Oh là là ! Tout ! (rires). J'adore Mozart que j'ai par ailleurs beaucoup étudié en classe d'harmonie (dont il est diplômé, NDLR). J'ai déjà appris Ferrando dans "Cosi fan lutte", mon rêve serait Tamino dans "La Flûte enchantée". Les grands romantiques français m'attirent également : Gounod, Bizet, Massenet… Et pourquoi pas "Werther" un jour ! Il paraît que je fais jeune, alors j'ai tout le temps de mûrir ma voix pour préparer les premiers rôles les plus vaillants !

Plus sérieusement, je serai ravi d'aller prochainement vers des rôles tels que Fortunio de Messager, Gonzalve dans "L'Heure espagnole" ou encore Fenton dans "Falstaff". En tout cas j'ai beaucoup de chance de vivre de mon art aujourd'hui.

Entretien réalisé le 26 novembre 2014.

Agenda 2015

Opéra de Dijon :
Du 11 au 13 mars 2015 : "Der Kaiser von Atlantis" de Viktor Ullmann (Harlekin).
Direction musicale : Mihàly Menelaos Zeke.
Mise en scène : Benoît Lambert.

Opéra-Théâtre de Metz :
Du 17 au 19 avril 2015 : "La Vie parisienne" de Jacques Offenbach (Le Brésilien/Frick).
Direction musicale : Dominique Trottein.
Mise en scène : Jérôme Savary.

Christine Ducq
Mercredi 24 Décembre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021