La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Antoine Chenuet, le ténor gracieux

Jeune chanteur découvert à l'Opéra-Théâtre de Metz, le ténor Antoine Chenuet y a incarné avec talent Augustin, l'ami au front de Sébastien Guèze dans "Un Amour en guerre", l'opéra de Caroline Glory. À l'orée d'une carrière qu'on lui souhaite riche, il nous a accordé cet entretien. Avant deux prises de rôle à Dijon et à Metz en 2015, Antoine Chenuet nous raconte la naissance d'une vocation.



© DR.
© DR.
Rieur et grave à la fois, Antoine Chenuet nous avertit d'entrée : hors de question pour lui de se laisser enfermer dans un emploi ou une identité vocale. Il a bien l'intention de nous surprendre - à commencer par cet agent allemand rencontré il y a peu. Identifié dans un registre à mi-chemin entre ténor lyrique léger et spieltenor, l'ancien corniste va bientôt endosser les habits d'Harlekin du "Kaiser von Atlantis" à l'Opéra de Dijon. Mais, insiste-t-il, on aurait tort de ne voir en lui que l'artiste spécialisé dans les rôles comiques typiques de la commedia dell'arte ou du Brésilien dans "La Vie Parisienne". Derrière la malice et les rires du chanteur, se révèle assurément une volonté de fer.

Christine Ducq pour La Revue du Spectacle - Comment êtes-vous passé du cor au chant ?

Antoine Chenuet - Il y a quelques années je me voyais bien musicien d'orchestre. J'ai participé à de beaux projets en tant que corniste comme l'été 2004 avec l'Orchestre des Jeunes du Centre dirigé par le regretté Jean-Marc Cochereau. J'étais cor solo dans des extraits de "Madame Butterfly" et je doublais sans arrêt Pinkerton, le ténor. Il y avait dans le chant quelque chose de hors-norme, une respiration incroyable, une autre conception du son et du temps musical qui dépassait mon expérience d'alors. Ce fut le déclic à vingt ans !

L'année suivante j'étais dans la fosse pour "Les Noces de Figaro" et je voyais les chanteurs jouant la comédie, dans une autre langue. Je me suis dit qu'ils étaient beaucoup plus proches de Mozart que moi. C'était sur la scène que ça se passait ! J'ai donc commencé à prendre des cours de chant.

© DR.
© DR.
Quelles ont été les rencontres déterminantes pour le chant ?

Antoine Chenuet - J'ai croisé le chemin de plusieurs personnes qui ont été décisives. D'abord le ténor Christian Papis qui m'a donné quelques cours de chant pendant mes études de musicologie. Il m'a trouvé une voix légère, de ténor ou de baryton aigu. Je me vois encore dire que si je n'étais pas ténor, ce n'était pas la peine que je chante ! Ce que j'aimais déjà à l'époque, c'était aller à la conquête de l'aigu !

Il y eut ensuite Michel Fockenoy, professeur au conservatoire du dix-neuvième arrondissement de Paris chez qui j'ai obtenu mon prix de chant en 2013. Parallèlement, je confirmais mes instincts d'interprète auprès de Joëlle Vautier, professeur d'art lyrique : conjuguer travail émotionnel et clarté d'esprit pour oser exprimer ses intentions et ne pas se satisfaire de la pure performance vocale.

Un autre parrain pour moi a été le baryton Alain Buet. Il m'a encouragé et finalement engagé dans son ensemble Les Musiciens du Paradis pour la tournée de "Venus and Adonis" de John Blow (le professeur d'Henry Purcell) en 2012. J'ai pu commencer à vivre du chant grâce à lui.
Enfin je n'oublie pas le directeur de l'Opéra de Metz Paul-Émile Fourny qui m'a repéré.

Avec qui travaillez-vous en ce moment ?

Antoine Chenuet - Je travaille actuellement avec Anna Ringart qui a été une des dirigeantes de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Paris. Je l'ai rencontrée à l'académie de Vendôme et j'ai apprécié son discours. Elle connaît très bien les voix de jeunes professionnels et aime dire qu'il faut aussi être son propre luthier pour s'améliorer. Elle m'a fait comprendre la notion d'emploi lyrique, le "Fach" en allemand. Elle m'aide à trouver mon aplomb et à concilier disponibilité vocale et interprétation sans les opposer.

Répétition de "Un Amour en guerre" à l'Opéra de Metz.
Répétition de "Un Amour en guerre" à l'Opéra de Metz.
Quels sont les ténors que vous aimez ?

Antoine Chenuet - J'ai beaucoup écouté Alfredo Kraus sur le conseil de mon père qui avait été enthousiasmé par un de ses récitals. Kraus a d'ailleurs été un des professeurs de Christian Papis. En ce moment, j'écoute davantage Fritz Wunderlich. Je vais d'abord spontanément vers les voix des anciennes générations. C'est peut-être un peu old-fashion ! Nicolai Gedda bien sûr… Je suis cependant très admiratif de Roberto Alagna. Dans "Werther" la saison dernière, quel artiste !

Quelles seraient les prises de rôle qui vous feraient rêver ?

Antoine Chenuet - Oh là là ! Tout ! (rires). J'adore Mozart que j'ai par ailleurs beaucoup étudié en classe d'harmonie (dont il est diplômé, NDLR). J'ai déjà appris Ferrando dans "Cosi fan lutte", mon rêve serait Tamino dans "La Flûte enchantée". Les grands romantiques français m'attirent également : Gounod, Bizet, Massenet… Et pourquoi pas "Werther" un jour ! Il paraît que je fais jeune, alors j'ai tout le temps de mûrir ma voix pour préparer les premiers rôles les plus vaillants !

Plus sérieusement, je serai ravi d'aller prochainement vers des rôles tels que Fortunio de Messager, Gonzalve dans "L'Heure espagnole" ou encore Fenton dans "Falstaff". En tout cas j'ai beaucoup de chance de vivre de mon art aujourd'hui.

Entretien réalisé le 26 novembre 2014.

Agenda 2015

Opéra de Dijon :
Du 11 au 13 mars 2015 : "Der Kaiser von Atlantis" de Viktor Ullmann (Harlekin).
Direction musicale : Mihàly Menelaos Zeke.
Mise en scène : Benoît Lambert.

Opéra-Théâtre de Metz :
Du 17 au 19 avril 2015 : "La Vie parisienne" de Jacques Offenbach (Le Brésilien/Frick).
Direction musicale : Dominique Trottein.
Mise en scène : Jérôme Savary.

Christine Ducq
Mercredi 24 Décembre 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019