La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Amour, révolution anglaise et bel canto à l’Opéra de Lyon avec "Les Puritains" de Vincenzo Bellini !

L’opera seria en trois actes est donné en version concert sous la direction de l’incontournable Evelino Pido à partir du 13 novembre : un rendez-vous annuel avec le répertoire bel cantiste auquel nous a habitués l’Opéra de Lyon !



Olga Peretyatko © Uwe Arens.
Olga Peretyatko © Uwe Arens.
En effet, le chef italien, invité régulier à Lyon, s’est imposé dans ce répertoire au cours d’une riche carrière internationale, du Festival d’Aix en Provence au Metropolitan Opera de New York. Et tous les amateurs lui sont redevables de sa formidable "Somnambula" du même Bellini, gravée avec notre délicieuse Nathalie Dessay accompagnée justement de l’Orchestre de l’Opéra de Lyon. Avec "Norma", "Les Puritains" est un des opéras les plus joués de Vincenzo Bellini malgré son livret notoirement faible, lointainement inspiré d’un roman de Walter Scott. À quoi cela tient-il ?

Certainement pas au drame historique "Têtes rondes et Cavaliers" écrit à quatre mains par deux auteurs oubliés - à juste titre ! - par la postérité, et dont le librettiste Carlo Pepoli s’inspire pour l’argument de l’opéra : une ténébreuse histoire d’amour contrarié au temps de la révolution anglaise d’Olivier Cromwell au XVIIe siècle ! L’invraisemblance de l’histoire fait sourire : la belle Elvira, fille d’un gouverneur puritain (c’est-à-dire partisan du régicide Cromwell) doit épouser son ennemi, Lord Arturo Talbot, un Stuart (i.e : un partisan du roi décapité Charles Ier et ne rêvant qu’à restaurer la lignée des Stuart évidemment). Après un certain nombre de péripéties qui feraient tourner la tête à un professeur agrégé d’histoire - dont une évasion, des scènes de folie, des pièges, j’en passe… -, l’opéra réserve un happy end qui laisse incrédule !

Mais peu nous chaut ! Le succès phénoménal de l’œuvre, non démenti depuis sa création parisienne en 1835, est dû aux fort belles pages musicales qu’elle contient et au quatuor de ses personnages principaux : les deux amants, plus le rival d’Arturo, Riccardo et l’oncle d’Elvira, Giorgio. Ces rôles, presque tous ardus, nécessitent de vraies qualités en terme de chant : finesse, agilité et vaillance ! Outre la belle complicité d’Evelino Pido avec l’orchestre, les deux chanteurs choisis cette année pour interpréter les héros belliniens à Lyon ont tout pour nous exciter : la jeune soprano russe Olga Peretyatko, avant sa prise de rôle au Festival de Salzbourg (Giunia dans "Lucio Silla"), et le ténor (russe aussi) Dmitry Korchak qui doit bientôt faire ses débuts au Met.

Une façon aussi de patienter avant l’événement capital de 2013 à l’Opéra de Lyon : la création mondiale de "Claude", un opéra de Thierry Escaich sur un livret de Robert Badinter, d’après le "Claude Gueux" de Victor Hugo et ce, dans une mise en scène d’Olivier Py. N’en doutez pas, je vous en reparlerai !

Evelino Pido © DR.
Evelino Pido © DR.
Mardi 13 novembre 2012 à 20 h et dimanche 18 novembre 2012 à 16 h.
Opéra en version concert.
Opéra National de Lyon, 08 26 30 53 25.
>> opera-lyon.com

Vendredi 16 novembre 2012 à 20 h.
Théâtre des Champs-Élysées, Paris 8e, 01 49 52 50 50.

"I Puritani" ("Les Puritains"), opéra en 3 actes de Vincenzo Bellini, 1835.
Livret de Carlo Peppoli, d’après "Têtes rondes et cavaliers" de Jacques-François Ancelot et Joseph-Xavier Boniface.

Olga Peretyatko, Elvira.
Dmitry Korchak, Lord Arturo Talbot.
Pietro Spagnoli, Sir Riccardo Forth.
Michele Pertusi, Sir George Walton.
Daniela Pini, Enrichetta di Francia.

Orchestre de l’Opéra de Lyon.
Evelino Pido, direction.
Chœurs de l’Opéra de Lyon.
Alan Woodbridge, direction.

Concert diffusé sur France Musique le 24 novembre 2012 à 19 h.

Christine Ducq
Lundi 12 Novembre 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020