La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Alceste" à Garnier : "seule la musique sauve"

Reprise de la production d'"Alceste", la tragédie lyrique de Gluck à l'Opéra Garnier jusqu'au 15 juillet 2015. Avec la crème des jeunes chanteurs français actuels, le dramaturge et metteur en scène Olivier Py nous livre sa vision (décevante) de cette tragédie de la piété conjugale inspirée de la pièce d'Euripide.



© Julien Benhamou/Opéra National de Paris.
© Julien Benhamou/Opéra National de Paris.
Le public a changé depuis le XVIIIe siècle et le goût aussi. On peut rester de marbre devant cette grande déclamation lyrique du compositeur autrichien Christoph Willibald Gluck au carrefour du classicisme et de l'esthétique des larmes et du pathétique chère au Siècle des Lumières. Jean-Jacques Rousseau trouvait d'ailleurs cette "Alceste" presque monotone puisque "tout y roule presque sur deux seuls sentiments, l'affliction et l'effroi". Mais quel en est l'argument ?

D'abord créée en 1767 à Vienne avec un livret italien, Gluck en commande quelques années plus tard une version française (réputée plus efficace car plus resserrée) au librettiste Gand Le Blanc du Roullet pour la première parisienne en 1776. Inspiré par la tragédie d'Euripide, le livret met en scène Alceste, la reine de Thessalie (ce royaume sur la route de la Macédoine et de l'Hellespont dont parle "L'Iliade"), qui décide de se sacrifier pour sauver la vie de son époux adoré Admète. Celui-ci s'est vu récompenser par Apollon et jouit de la vie éternelle mais chaque année quelqu'un doit prendre sa place aux Enfers. Un vrai cadeau empoisonné.

© Julien Benhamou/Opéra National de Paris.
© Julien Benhamou/Opéra National de Paris.
Après "Orphée et Eurydice", "Alceste", qui exalte les vertus antiques sublimes du sacrifice et de l'amour conjugal (cet héroïsme conjugal cité dans "Le Banquet" de Platon), témoigne pour le spectateur moderne de la révolution qu'opère Gluck dans le genre de l'opéra. Contre les dérives de l'opera seria italien faisant la part trop belle aux virtuosités pyrotechniques des chanteurs, le protégé de la reine Marie-Antoinette renonce aux récitatifs, aux ornements outranciers et initie une réforme appelée à une grande postérité de Berlioz à Wagner : la continuité musicale et l'importance de l'orchestre en tant que tel.

La partition qui présente de magnifiques pages est admirablement défendue par un de ses grands connaisseurs, Marc Minkowski, à la tête de sa formation des Musiciens du Louvre Grenoble et de son chœur : précision, maîtrise et haute inspiration servent ici le lyrisme des déclarations d'amour, le pathétique des lamentations et les effrois tapis aux portes des Enfers. Rien ne manque, tout porte d'autant plus qu'un nouvel aréopage de quelques-uns des meilleurs chanteurs français revivifient parfaitement les héros du mythe. Véronique Gens incarne avec sensibilité et passion la reine Alceste. Son grand air "Divinités du Styx" hantera longtemps nos esprits. Le ténor Stanislas de Barbeyrac offre sa belle voix quasi surnaturelle au désespoir du roi Admète et le baryton Stéphane Degout met sa diction et l'amplitude de sa tessiture au service de deux personnages : le Grand Prêtre d'Apollon et Hercule (qui obéit au doux devoir de deus ex machina non sans humour). Mention spéciale également aux coryphées tous superbes (Chiara Skerath, Manuel Nunez Camelino, Tomislav Lavoie, Kevin Amiel) et à l'Oracle de François Lis.

© Julien Benhamou/Opéra National de Paris.
© Julien Benhamou/Opéra National de Paris.
Seule la mise en scène d'Olivier Py déçoit malgré les beaux clairs-obscurs de Bertrand Killy. Des artistes dessinent sans discontinuité des fresques à la craie sur les murs - allégorisant la vita brevitas que chante le livret, procédé ici sans beauté (même si cet happening de plus de deux heures est un vrai exploit technique). On admirera aussi le stoïcisme des chanteurs obligés d'escalader plusieurs fois d'affreux praticables abrupts (sans doute les escaliers du palais et de l'ascension héroïque) sans tomber tout en se concentrant sur l'intériorité de leur personnage. Si une des inscriptions (inscrites puis effacées en nombre sur un tableau noir au premier plan), "seule la musique sauve", frappe par son évidence, avouons que le grand Olivier Py et son vieux complice Pierre-André Weitz ont bien manqué d'inspiration - une fois n'est pas coutume.

Du 16 juin au 15 juillet 2015.
23, 25 et 28 juin à 19 h 30 ; 1er, 5, 7, 9, 12 et 15 juillet à 19 h 30.
Opéra national de Paris- Salle Garnier, 0 892 89 90 90.

© Julien Benhamou/Opéra National de Paris.
© Julien Benhamou/Opéra National de Paris.
Place de l'Opéra, Paris 9e.
>> operadeparis.fr

"Alceste" (1776).
Tragédie lyrique en trois actes.
Musique : C. W. Gluck (1714-1787).
Livret : François-Louis Gand le Bland du Roullet.
Durée : 2 h 45 avec entracte.

Marc Minkowski, direction musicale.
Olivier Py, mise en scène.
Pierre-André Weitz, décors et costumes.
Bertrand Killy, lumières.

Stanislas de Barbeyrac, Admète.
Véronique Gens, Alceste.
Stéphane Degout, Le Grand Prêtre d'Apollon/Hercule.
Manuel Nunez Camelino, Evandre/Coryphée alto.
Chiara Skerath, Coryphée soprano.
Tomislav Lavoie, Apollon/Un Héraut/Coryphée basse.
François Lis, Une Divinité infernale/L'Oracle.
Kevin Amiel, Coryphée ténor.

Chœur et Orchestre des Musiciens du Louvre Grenoble.
Christophe Grapperon, Chef de chœur.

Christine Ducq
Mercredi 24 Juin 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022