La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Adieu Monsieur Haffmann", un joyau théâtral original, taillé au cordeau, aux facettes tant historiques que romanesques

"Adieu Monsieur Haffmann", Petit Montparnasse, Paris

Paris, 1942, occupation allemande. Le port de l’étoile jaune pour les Juifs est décrété en mai et rendu obligatoire dès le 7 juin. Joseph Haffmann, bijoutier et désigné involontaire au port de l'indigne insigne, propose à son ouvrier orfèvre de lui confier sa bijouterie s’il accepte de le dissimuler aux rafles à la finalité meurtrière. Pierre prendra-t-il le risque de cacher secrètement son patron dans les murs de la "Haffmann et Fils" ? Si oui, à quelle condition ? La condition envisagée et exigée par l'employé est loin d'être banale…



© Evelyne Desaux.
© Evelyne Desaux.
Dans une capitale sous le joug de la Wehrmacht, Monsieur Haffmann (Alexandre Bonstein) n'a pas d'autre solution pour survivre à la barbarie nazie que de confier sa bijouterie à son employé Pierre Vigneau (Greg Baquet). Ce dernier en discute avec sa femme (Julie Cavanna), pèse le pour et le contre. Puis voit dans ce marché insolite, émanation du désespoir d'un peuple traqué, la possibilité de la résolution d'un problème intime.

Les Vigneau ont un désir d'enfant mais lui est stérile. L'idée germe donc de demander au bijoutier juif, pour règlement de cet hébergement clandestin dans la cave de sa propre boutique, "d'ensemencer" Isabelle Vigneau… "Monsieur Haffmann… J'aimerais que vous ayez des rapports sexuels avec ma femme le temps qu'elle tombe enceinte…" Rapports vite faits bien faits, exempt de sentiments, purement technique… Cela est-il possible ? Pas sûr !

Le deal se met en place. Malgré la difficulté de réaliser le premier coït, monsieur Haffmann et l'épouse de Vigneau poursuivent les tentatives d'enfantement. Ainsi une forme saugrenue de ménage à trois se met en place, entre le sous-sol à l'avenir restreint et l'appartement au confort bourgeois. Pierre Vigneau, en plus du bénéfice non négligeable de la gestion d'une bijouterie, se crée une nouvelle notoriété en imaginant de nouveaux modèles de bijoux.

© Evelyne Desaux.
© Evelyne Desaux.
Renommée à l'excellence artisanale qui attire rapidement la gente gradée germanique ainsi que diplomatique comme le bon miel les ours (bruns !). Officiers comme ambassadeur apprécient la table nourricière et bijoutière de l'arriviste "moitié collabo moitié résistant involontaire". La fin, à découvrir dans l'antre accueillant du Petit Montparnasse, se commet en une grande tablée, succulente pour son grand numéro œnologique, comme inconfortable parfois pour les rappels historiques dérangeants ; ou comique par des situations burlesques mais à la violence sous-jacente.

Mise en scène au cordeau, précise, à la cadence soutenue. Jean-Philippe Daguerre (tant dans l'écriture que dans la mise en scène) a opéré un découpage en séquences flash à la rythmique cinématographique, se succédant dans des fondus enchaînés brefs, dans une fluidité parfaitement maîtrisée. Mais nous ne sommes pas au cinéma... Ici pas de pathos excédentaire, ni de bienveillance émotionnelle excessive, voire injustifiée. La parole est forte, puissante, profonde et c'est l'histoire qui prime.

Le jeu des comédiens est là-dessus remarquable : sobre, juste et rigoureux. Portant le récit avec humanité et clarté, ils évitent, dans leurs interprétations, les pièges de la tragique noirceur inhérente à cette époque, et savent mettre en avant (et donner aux spectateurs) les subtilités de cette aventure romanesque, qui aurait pu paraître licencieuse ou équivoque mais qui est au final une expérience humaine non dénuée de fraternité, d'une certaine densité morale et de quelques fragments d'humour parfois piquant.

"Adieu Monsieur Haffmann"

© Evelyne Desaux.
© Evelyne Desaux.
Texte : Jean-Philippe Daguerre.
Mise en scène : Jean-Philippe Daguerre.
Avec : Grégori Baquet ou Charles Lelaure, Julie Cavanna, Alexandre Bonstein, Franck Desmedt ou Jean-Philippe Daguerre, Charlotte Matzneff ou Salomé Villiers.
Décor : Caroline Mexme.
Musique et assistanat à la mise en scène: Hervé Haine.
Lumières : Aurélien Amsellem.
Costumes: Virginie H.
Collaboration artistique: Laurence Pollet-Villard.
Durée : 1 h 25.

Du 13 janvier au 18 mars 2018.
Mardi au samedi à 21 h, dimanche à 15 h.
Petit Montparnasse, Paris 14e, 01 43 22 77 74.
>> theatremontparnasse.com

Gil Chauveau
Mercredi 24 Janvier 2018


1.Posté par jean le 24/01/2018 15:17
Dans la ville où je suis né qui était sur la ligne de démarcation un propriétaire de magasin de chaussures a été déporté. A la fin de la guerre ses employés lui ont remis les clefs et l'inventaire à jour, bien évidemment sans demande de contrepartie.Et la vie a repris.C'est ma mère qui m'a rapporté l'histoire.

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Le Frigo" de Copi mis en scène par Clément Poirée

Captation intégrale Voici aujourd'hui une proposition du Théâtre de la Tempête, "Le Frigo", une création qui fut la première partie d'une aventure théâtrale intitulée "Dans le frigo" de Clément Poirée et présentée en ouverture de saison en septembre et octobre 2019.

"Un frigo, c'est la boîte du prestidigitateur la plus élémentaire quand on n'a pas de moyens", nous dit Copi. Exilé à Paris dans les années soixante, l'auteur et dessinateur franco-argentin est une figure emblématique et déjantée de la scène et de l'affirmation du mouvement gay. Atteint du sida, il se sait déjà condamné en 1983 lorsqu'il écrit "Le Frigo". "Je n'ose pas l'ouvrir. J'ai peur d'y trouver le cadavre de ma mère", confie L., le personnage principal. Qu'y a-t-il dans le frigo, dans nos frigos ?

"Macbeth" de Shakespeare et "Les Bonnes" de Jean Genet nouent à mes yeux des correspondances profondes et, tout comme "Le Frigo" de Copi, dévoilent, chacune à sa manière, nos monstres intimes, nos désirs les plus noirs, nos ressources les plus puissantes. Je cherche à tisser les liens sensibles qui font de ces trois pièces un seul spectacle et un seul parcours vibrant pour les spectateurs : un cheminement dans les recoins inavouables de nos âmes, à la recherche de ce qui est dissimulé, enseveli dans nos cœurs, scellé dans nos frigos intérieurs. Un parcours imprévisible, lui-même monstrueux. Clément Poirée.

Gil Chauveau
30/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

"Comment va le monde ?" de Marc Favreau, mise en scène de Michel Bruzat, avec Marie Thomas

Captation intégrale Proposée par RBD Productions, le Théâtre de la Passerelle (Limoges) et le Théâtre Les Déchargeurs (Paris), "Comment va le monde ?" a été filmé en 2017 dans ce théâtre parisien. Il s'agit d'une création de Marie Thomas permettant de découvrir les textes et de rendre hommage à Sol, le clown clochard imaginé et interprété pendant plus de quarante ans par le québécois Marc Favreau (1929-2005).

Parce qu'il a toujours eu envie de protéger la terre, Sol, pétrisseur, jongleur de mots, à la diatribe philosophique et humoristique, s'évade. Lui, il n'a rien, ce clown naïf nous fait partager sa vision du monde, il joue avec les maux/mots de la terre. La grande force de Sol, c'est de n'être rien, ça lui permet de jouer à être tout. Simplicité, liberté, folie, note bleue mélancolique dans les yeux.

"On est tous Sol seul au fond de soi et qu'il est le pôvre petit moi de chacun. Il se décarcasse pour que la vérité éclate. Il n'a pas d'amis, rien que des mots, il débouche sur la poésie pure. Liberté.

"Il est le plus petit commun dénominateur, c'est-à-dire qu'il a en lui, quelque chose de chacun de nous. Tout le monde finit par se reconnaître en lui. Pourquoi ? Un exemple de qualité, sans emphase, sans ostentation, avec humilité. Il insuffle au langage une énergie. Poète philosophe, médecin de l'esprit, menuisier, jardinier, autodidacte. Dans une époque secouée par toutes sortes de crises, cultivé, il transcende avec un grand éclat de rire. As du cœur, poète, rêveur, il rejoint le clown et l'Auguste. On s'enrichit à son contact. Enfant, il va jusqu'à l'absurde et dissèque ce petit peuple de tous les jours. Ce n'est pas une mise en accusation mais un constat témoin, malin. Il pose les questions, soulève des interrogations. Il est plus que jamais nécessaire de faire entendre les mots de ce clown/clochard, humaniste, qui nous parle de l'état de la planète, de la consommation.

"Et Marie Thomas lève la tête comme si le ciel lui parlait. Elle ne ressemble à personne, c'est fou comme j'aime. J'aime sa gaieté et sa mélancolie, ce vide et ce plein en elle. Un clochard aux traits d'un clown triste s'en va faire son "parcours" au milieu des mots. Il recrée tout un langage qui distrait le quotidien de sa banalité. Il dissèque la société et ses multiples aveuglements. Un marginal qui découvre le monde et le recompose avec humour. Tout est tourné en dérision avec délicatesse." Michel Bruzat, metteur en scène.

Gil Chauveau
26/03/2020