La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

À Dijon... Un Ring qui va faire grimper au Walhalla

"L’Anneau du Nibelung" de Richard Wagner et ses quatre journées données en deux jours, vous en rêviez ? L’Opéra de Dijon le fait du 5 au 15 octobre 2013 et à un prix pour les spectateurs défiant toute concurrence. Pas la peine de brandir la lance de Wotan, tous les publics sont conviés grâce à une production condensée de la fameuse tétralogie.



© Opéra de Dijon.
© Opéra de Dijon.
Mais attention ! Condensation du maître ouvrage du prophète de Bayreuth (douze heures plutôt que quinze, en deux soirées) ne rime pas avec bradage de l’ambition artistique de ce génial "festival scénique". Wagnerolâtres (dont je suis), calmez-vous. Les coupes effectuées dramatisent une narration (proverbialement très ample, trop soupireront les ennemis du Kapellmeister de Dresde) sans renoncer aux épisodes majeurs, ni supprimer aucun personnage.

C’est en tout cas ce que nous assure le bouillant jeune directeur de l’Opéra de Dijon, Laurent Joyeux, bien parti pour faire de sa maison une des plus créatives en notre belle nation. Et son travail en cinq ans à la tête de cette respectable institution - qu’il a su réveiller par des projets passionnants - n’incline pas à douter de sa parole. Porté depuis des années, ce projet un peu fou lui tient à cœur (musicien, il connaît tous les détours de cette admirable partition) et il a su entraîner dans son sillage des équipes technique et artistique de la plus belle eau.

© Opéra de Dijon.
© Opéra de Dijon.
Sur le plateau, des chanteurs issus de la jeune garde wagnérienne déjà remarqués sur des scènes non négligeables. Le ténor Daniel Brenna, un Siegfried qui "monte" et qui n’a pas peur des gageures - comme chanter deux opéras en une soirée. La soprano Sabine Hogrefe, Brünnhilde remarquée à Bayreuth (et très applaudie à Dijon pour son Isolde en 2011). Et last but not least, le grand baryton lyrique Thomas Bauer pour une prise de rôle : celui de Wotan.

Un baryton lyrique et non héroïque ? J’en vois déjà qui rehaussent le sourcil. Ben oui coco, les poitrineurs à cornes de viking qui hurlent en peau de bête dans Wagner, c’est passé de mode. Le chant-lied (1), divinement imposé par la nouvelle génération menée par Jonas Kaufmann, s’imposera dans cette production, mise en scène par… Laurent Joyeux himself. Pour lui, il s’agit de livrer une version poétique et lyrique (donc politique) de l’œuvre, où les voix seront mises en valeur et accompagnées (et non écrasées) par un orchestre narrateur (2) partiellement recouvert dans la fosse (comme le voulait Wagner). Pour la cause, le chef Daniel Kawka dirigera une phalange d’une centaine de musiciens spécialement créée pour l‘événement, le Richard Wagner European Orchestra.

© Opéra de Dijon.
© Opéra de Dijon.
Deux autres raisons de venir à Dijon ? Le compositeur Brice Pauset, en résidence à l’Opéra jusqu’en 2015, a non seulement supervisé cette version plus ramassée du massif wagnérien mais a aussi composé deux préludes qui seront donnés au début de chaque soirée en un continuum éclairant avec le chef d’œuvre mythique. Et puis une exposition organisée dans le très beau vaisseau design de l’Auditorium nous invitera à découvrir une femme exceptionnelle, Friedelind, la petite-fille de Richard Wagner. Contrairement à sa mère (3), Friedelind, exilée aux USA en 1938, à la tête de Bayreuth après la guerre, n’a cessé de militer pour laver l’œuvre wagnérienne de l’ignominie nazie. C’est tout le propos de Laurent Joyeux et son équipe que de rendre à la tétralogie de Wagner ses vraies valeurs et son message : le rôle crucial de l’amour pour une belle sortie de la minorité pour l’humanité (comme dirait Kant).

(1) Le chant-lied en terre wagnérienne, c’est un chant expressif qui privilégie les nuances de la mélodie, le phrasé et la diction plutôt que la puissance.
(2) Le mot est de Laurent Joyeux. Pour découvrir les vidéos des coulisses des répétitions, voir le site de l’opéra.
(3) Winifred, l’épouse du fils de Wagner (Siegfried) connue pour sa sympathie de la première heure pour Hitler et les nazis. Lire le témoignage de Friedelind Wagner paru en 1944 : "Nuit sur Bayreuth".

© Opéra de Dijon.
© Opéra de Dijon.
"L’Anneau du Nibelung".
Du 5 au 15 octobre 2013.
Samedi 5 à 16 h : "L’Or du Rhin" et "La Walkyrie".
Dimanche 6 à 16 h : "Siegfried" et "Le Crépuscule des Dieux".
Mercredi 9 à 18 h 30 : "L’Or du Rhin" et "La Walkyrie".
Samedi 12 à 16 h : "L’Or du Rhin" et "La Walkyrie".
Dimanche 13 à 16 h : "Siegfried" et "Le Crépuscule des Dieux".
Mardi 15 à 18 h : "Siegfried" et "Le Crépuscule des Dieux".

Opéra de Dijon, 03 80 48 82 82.
11, boulevard de Verdun Dijon (21).
>> opera-dijon.fr

"Der Ring des Nibelungen", Richard Wagner, Brice Pauset.
Richard Wagner European Orchestra.
Daniel Kawka, direction.
Chœur de l’Opéra de Dijon - Maîtrise de Dijon.
Laurent Joyeux, mise en scène.
Stephen Sazio, assistant à la mise en scène, dramaturgie.
Damien Caille-Perret, scénographie.
Claudia Jenatsch, costumes.
Joël Hourbeigt, lumières.

Sabine Hogrefe, Brünnhilde.
Daniel Brenna, Siegfried.
Thomas Bauer, Wotan.
Josefine Weber, Sieglinde, Gutrune, 3e Norne.
Andrew Rees, Siegmund.
Manuela Bress, Fricka, Waltraute, Schwertleite, 2e Norne.
Katja Starke, Erda, 1ère Norne.
Andrew Zimmerman, Loge.
Florian Simson, Mime.
Nicholas Folwell, Alberich, Gunther.
Christian Hübner, Fafner, Hunding, Hagen.
Hanne Roos, Woglinde, Ortlinde, Helmwige, Freia.
Anna Wall, Flosshilde, Siegrune, Grimgerde.
Cathy van Roy, Wellgunde, Gerhilde, Rossweise.

Christine Ducq
Mercredi 2 Octobre 2013

Concerts | Lyrique





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019