La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

06/03 et 11/03/2012, Théâtre des Champs-Élysées, Paris, Bayreuth à Paris !, "Parsifal" et "Tristan et Isolde"

Déchaînement des passions au Théâtre des Champs-Elysées ! Ne manquez pas les chefs-d’œuvre du cycle Wagner avec trois opéras en version concert, programmés pour la saison 2012. Dès la semaine prochaine, "Parsifal" et "Tristan und Isolde".



Daniele Gatti © Silvia Lelli.
Daniele Gatti © Silvia Lelli.
Avec Parsifal, c’est véritablement l’esprit de Bayreuth qui va souffler sur Paris. Le chef Daniele Gatti, invité tous les ans depuis 2008 à diriger ce "festival scénique sacré" dans le haut lieu dédié au plus grand musicien de tous les temps (c’est bien évidemment une wagnérienne fanatique qui écrit !), sera à la tête de l’Orchestre national de France. Daniele Gatti dirigera les mêmes chanteurs qu’à Bayreuth le mardi 6 et le vendredi 9 mars. Christopher Ventris interprétera le rôle-titre, Mihoko Fujimura celui de Kundry, et Lucio Gallo, le magicien Klingsor. Cela tombe très heureusement.

Parsifal est un chevalier appartenant à la confrérie des chevaliers protecteurs du Saint-Graal. Le père de Lohengrin nous est mieux connu sous son nom français : le fameux "Perceval" du roman de Chrétien de Troyes. Le livret du compositeur y trouve une de ses influences, ainsi que de celui du troubadour Wolfram von Eschenbach, entre autres. Chef-d’œuvre de haute spiritualité, l’ultime opéra de Wagner, créé en1882, met en scène un chevalier ignorant le Mal, il est "l’Innocent au cœur pur", seul capable de délivrer les autres chevaliers des maléfices impies du magicien Klingsor, et de guérir le roi de la sainte ligue chargée de veiller sur le Graal. Trois actes donc d’une musique à la beauté surnaturelle, qui par moment hisse les esprits loin, très loin de ce monde prosaïque.

Le dimanche 11 mars, la messe aura lieu à 18 h exceptionnellement avec Tristan und Isolde, et toujours au Théâtre des Champs-Élysées. Cet opéra en 3 actes, créé en 1865 à Munich grâce à Louis II, va déployer son orchestration démesurée, ses harmonies ambiguës et richement chromatiques, ses envoûtantes lignes mélodiques. Et les officiants du culte wagnérien ne manqueront pas à l’appel de la passion tragique du neveu du roi Marc et de la belle princesse irlandaise, et… épouse de ce même roi Marc.

Culte, disais-je, ce ne sont pas des spectateurs ordinaires qui assisteront à la version concert du drame, conçu selon la théorie wagnérienne de l’art total, mais des fanatiques. Tous liés secrètement par le même désir inextinguible de se noyer dans les accents sublimes du philtre musical, génialement novateur du Maître : ce sera bien l’inégalable "formule magique" dont parlait Franz Liszt. Redoutable charge donc que celle qui pèsera sur les épaules du jeune chef letton Andris Nelson, avec l’Orchestre symphonique de Birmingham. Redoutable défi vocal aussi pour Liouba Braun (Isolde), Stephen Gould (Tristan) et Matthiew Best (le roi Marc).

Kent Nagano sera à la baguette pour une Walkyrie interprétée par Nina Stemme le 24 avril. Nous en reparlerons aussi bien sûr…

"Parsifal" et "Tristan und Isolde"

Andris Nelsons © Marco Borggreve.
Andris Nelsons © Marco Borggreve.
Livrets : Richard Wagner.

● Mardi 6 mars à 18 h.
"Parsifal", opéra en trois actes (1882), d’après le "Parzival" de Wolfram Von Eschenbach.
Direction : Danièle Gatti.
Avec : Christopher Ventris (Parsifal), Mihoko Fujimura (Kundry), Kurt Rydl (Gurnemanz), Lucio Gallo (Klingsor), Detler Roth (Amfortas), Andreas Hârl (Titurel), Michaël Laurenz, Robert Jezierski.
Orchestre National de France.
Concert en allemand, surtitré en Français.
Coproduction Théâtre des Champs-Élysées et Radio-France.

● Dimanche 11 mars à 18 h.
"Tristan et Isolde", opéra en trois actes (1865), d’après Gottfried von Strasburg.
Direction : Andris Nelsons.
Avec : Lioba Braun (Isolde), Stephen Gould (Tristan), Matthew Best (Marc), Brett Polegato (Kurwenal), Christianne Stotijn (Brangäne), Ben Johnson Melot (un berger), Benedict Nelson (un marin et un timonier).
Orchestre Symphonique de Birmingham
Concert en allemand, surtitré en Français.
Production Théâtre des Champs-Élysées.
>> theatrechampselysees.fr

Christine Ducq
Mercredi 29 Février 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020