La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une répétition des "Trois Sœurs" dirigée par Christian Benedetti… avant l'intégrale Tchekhov

La salle du Studio. Dans les gradins, épars, des affaires, habits, sacs, dispersés de bas en haut, sous et au-dessus des deux tables de montage qui prennent la place de deux banquettes. Les quatorze interprètes de la pièce sont, eux aussi, dispersés dans l'espace. Certains traversent le plateau. Portent une chaise ici. Un banc. Aident à la mise en place du décor de l'acte IV des "Trois Sœurs".



© DR.
© DR.
D'autres sont assis dans les gradins, lisant. D'autres sont en coulisses de fond de scène ou sur les dégagements latéraux. L'un met sa veste de militaire sur son pantalon de ville. On cherche un accessoire. Une fourchette. Des pages de manuscrit tournent à la recherche d'une réplique. Des mots s'échangent. Chuchotés ou lancés à la cantonade. Sur scène, à cour, un médecin militaire en costume est assis. Il lit le journal comme si lui seul avait commencé le jeu. Mais tous semblent avoir commencé quelque chose d'invisible dans un désordre consciencieux, une forme d'activité tenace qui agite chacun comme une nécessité de faire, comme pour ne pas se laisser aller à rêvasser ou penser autre-chose qu'à ce qui va se passer ici, d'ici quelques minutes, une nécessité d'actions courtes, concentration en actes.

Christian Benedetti, engoncé dans une veste et une redingote de soldat du tsar, bouge plus qu'aucun autre, du plateau aux gradins. Il questionne. Demande qu'on finisse d'installer les accessoires. Se demande si unetelle, untel sont bien là. Lance une boutade. Se plaint du tissu de son costume qui le pique. S'interroge sur les changements de décors qu'il faudra travailler. Entre les actes. Et entre les pièces puisqu'il va être question de jouer plusieurs pièces à la suite, avec seulement 30 minutes entre chacune. On lui répond. On le tranquillise. Ou on ne lui répond pas et la question reste en l'air. Posée dans l'espace comme un ballon d'hélium. À résoudre plus tard. À un autre moment. Pour l'instant, c'est l'heure de répéter l'acte 4 des "Trois Sœurs".

© DR.
© DR.
Cette petite fourmilière en miniature, où chacun s'affaire sans trop de bruit, va d'un coup se centrer. Quelques secondes encore après qu'Adrien Carbonne (régisseur) ait fini de s'élancer du plateau jusqu'à la régie pour régler les derniers éclairages, la lumière du début de l'acte apparaît, les six interprètes sont en place et la première scène commence, d'un coup. Vive. Rapide. Gestes, tenues, expressions, mouvements, temps de respiration donnent soudain vie à cette première scène. Les textes au rasoir, les déplacements inscrits dans le corps, reste à harmoniser l'ensemble. Ce sera l'action essentielle du metteur en scène Christian Benedetti durant tout le reste de la répétition qui suivra à la lettre ce qu'il recherche dans cette création de l'intégrale de Tchekhov : "mon parti pris c'est le sens et l'énergie du sens, c'est ça qui compte, tout le reste on s'en fout, le reste ça fait partie du décorum", martèle-t-il.

Une répétition qui donne un bel aperçu du travail déjà effectué depuis trois mois et de la puissance moderne que cette mise en scène cherche à rendre aux pièces de Tchekhov, à sa compréhension (un phrasé moderne que cette nouvelle traduction met en valeur). Tout se fera dans une simplicité apparente, simplicité dans le verbe, sobriété dans l'action, phrasés simples, enjeux clairs, de manière à faire sonner non seulement le sens des textes mais à donner vie aux personnages. À ce sujet, Benedetti demande à ses interprètes d'incarner des rôles et pas de créer des personnages. "On doit avoir un dialogue constant entre le rôle et nous. Et la détresse amoureuse. Ce sont des rôles, des fonctions", indique-t-il encore au cours d'une scène. Des rôles. Des principes actifs qui demandent l'empreinte de la personnalité de chacun des interprètes. Créations qui seront fatalement uniques, personnelles, originales.

Dans ce but, Christian Benedetti a réuni autour de lui une troupe de dix-sept comédiennes et comédiens de tous âges, aux personnalités fortes. Il lui faut bien autant d'interprètes pour réaliser son projet d'intégrale : les six grandes pièces de Tchekhov, plus neuf pièces en 1 acte. Un projet qu'il porte depuis dix ans, dont l'aboutissement a été plusieurs fois remis à cause des interdictions sanitaires. Et qui sera enfin visible à partir du 9 mars au Théâtre Studio d'Alfortville.

Mais pourquoi ce titre "Tchekhov 137 évanouissements" ? C'est qu'il y a, paraît-il, 137 évanouissements dans les pièces de Tchekhov. Et que "lorsque les combats sont durs et violents, que la censure étouffe, que la peur épuise, l'idée même de l'évanouissement soulage... L'évanouissement n'est pas une maladie. L'évanouissement est une arme de combat", Christian Benedetti.

Vu lors de la répétition du mercredi 16 février, de 14 h à 18 h - 23 jours avant la première des "Trois Sœurs", le 11 mars à 19 h 30.

"Tchekhov 137 évanouissements"

© DR.
© DR.
Une intégrale de Tchekhov.
Textes : Anton Pavlovitch Tchekhov.
Nouvelles traductions de Brigitte Barilley, Christian Benedetti, Laurent Huon, Daria Sinichkina, Yuriy Zavalnyouk
Scénographie et mise en scène : Christian Benedetti.
Assistants à la mise en scène : Brigitte Barilley - Alex Mesnil.
Avec : Brigitte Barilley, Leslie Bouchet, Olivia Brunaux, Stéphane Caillard, Vanessa Fonte, Marilyne Fontaine, Hélène Stadnicki, Martine Vandeville...
Christian Benedetti, Julien Bouanich, Baudouin Cristoveanu, Philippe Crubézy, Daniel Delabesse, Alain Dumas, Marc Lamigeon, Alex Mesnil, Jean Pierre Moulin...
Lumières : Dominique Fortin.
Son : Jérémie Stevenin.
Costumes : Hélène Kritikos.
Régie générale : Jérémie Stevenin, Adrien Carbonne.
Construction : Jérémie Stévenin et les apprentis de L'ÉA du Campus de Gennevilliers.
Photos et vidéos : Alex Mesnil.
Site internet : Zoé Chausiaux et Céleste Guichot.
Collaboration artistique : Genica Baczynski, Laurent Klajnbaum, Alex Jordan.
Les visuels de "Tchekhov 137 évanouissements" ont été créés par l'atelier Nous Travaillons Ensemble.
Production : Théâtre-Studio.
Durée de chaque pièce : 1 h 30.
À partir de 12 ans.

Compagnie Christian Benedetti, 2022 © DR.
Compagnie Christian Benedetti, 2022 © DR.
Du 9 mars au 24 avril 2022.
"Ivanov", "La Mouette", "Oncle Vania", "Trois Sœurs", "La Cerisaie".
À partir du 11 mai s'ajouteront "Les Pièces en un Acte" (au nombre de neuf), puis "Sans Père" à partir du 18 mai.

Un objectif ultime et un peu fou reste encore à réaliser : jouer l'intégrale en une seule journée.
Mercredi à 20 h 30 : "Ivanov".
Jeudi 19 h 30 : "La Mouette" et 21 h 30 : "Oncle Vania".
Vendredi 19 h 30 : "Trois Sœurs" et 21 h 45 : "La Cerisaie".
Samedi 16 h : "Ivanov" ; 18 h : "La Mouette" et 20 h : "Oncle Vania" (possibilité de voir 1, 2 ou 3 pièces, fin à 21 h 25).
Dimanche 15 h 30 : "Trois Sœurs" et 17 h 45 : "La Cerisaie" (possibilité de voir 1 ou 2 pièces, fin à 19 h 20).

Théâtre Studio d'Alfortville, Alfortville (94), 01 43 76 86 56.
>> theatre-studio.com

Bruno Fougniès
Lundi 7 Mars 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022