Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une partition pour acteurs joliment réalisée : la pièce de Marcel Aymé dans tout son lustre

"Clérambard", Théâtre 13, Paris

Il est vrai qu'il y a un aspect suranné dans cette pièce. Ne serait-ce que la distribution de rôles et la situation : une ville de province, un aristocrate, un curé, une prostituée, un fils retardé sexuellement, l'apparition d'un saint, une famille de commerçants enrichis, avides de dorer le nom de leur famille en payant par dot le droit de porter le nom de comte de Clérambard.



© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
Cela transpire la France de l'ancien temps, celle qui rayonne entre la fin du XIXe siècle jusqu'aux années soixante. La première représentation de la pièce eut lieu en 1950 : enterrement de première classe d'une société en voie d'extinction.

Mais il y a aussi du visionnaire. Marcel Aymé n'est pas un nostalgique. Il s'inscrit dans la réalité de son époque. Il est un caricaturiste de la nature humaine qui, fatalement, s'inspire des mouvements de son contemporain pour trouver ses trames. Sous un humour volontairement démesuré, Clérambard est une belle diatribe à l'encontre des fanatiques.

L'histoire en deux mots : Le Comte de Clérambard, ruiné, force sa famille (mère, femme et enfant) à tricoter des pulls et manger du chien et du chat (qu'il tue avec délectation) pour conserver le lustre de son nom, c'est-à-dire le château en ruine dans lequel ils survivent, à bout. L'apparition soudaine de Saint François d'Assise (défenseur des animaux) le fait basculer dans l'excès inverse : il se dépouille de tout et force une nouvelle fois sa famille à vivre de la mendicité sur les routes… Bref, rien ne change à leur quotidien. À cela vient s'ajouter une série d'anecdotes qui font vivre la pièce.

Marcel Aymé semble largement élève de Molière, se basant sur la peinture de traits de caractère pour soutenir ses pièces. Et bien sûr avec l'art de tourner ces travers en caricatures fines, et méchantes.

© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
Avec un plaisir non dissimulé à mélanger les classes sociales, leurs langages, leurs vertus et leurs bêtises propres sans prendre parti. Observer les collisions entre les humains semble sa passion. Et quelquefois des étincelles de vérité en jaillissent – le film "La traversée de Paris", avec Bourvil et Gabin, est tiré d'une de ses nouvelles.

Dans sa mise en scène, Jean-Philippe Daguerre ne cherche pas à moderniser quoi que ce soit, à part peut-être dans le fait d'avoir choisi des décors suggérés plutôt que d'alourdir le plateau avec des murs réalistes : meubles, accessoires et lumières suffisent à se transporter dans la France provinciale engoncée des années cinquante. Les personnages en sortent renforcés d'illusions plus que de réalité.

Mais il a surtout fait le pari de la performante création des personnages et du rythme intense. Une excellente distribution dont on partage le plaisir de jouer ces personnages excessifs, caricaturaux mais humains. Tous jouisseurs du verbe, de la situation cocasse et de la bêtise humaine. Il faudrait les citer tous, car tous sont vrais dans leurs rôles, tous reconnaissables mais originaux. Un coup de cœur pourtant pour Flore Vannier-Moreau qui incarne entre autres la prostituée La Langouste et sa gouaille pure et émouvante.

Et pour Franck Desmedt également qui développe ici une énergie et un dynamisme fascinant dans le rôle du comte. Tous, et c'est là toute la force de la comédie, sont extrêmement justes et parviennent à réduire par leur jeu les quelques langueurs du texte de Marcel Aymé.

La morale ? Un extrémisme en vaut un autre : ils sèment partout, autour d'eux, l'absence de bonheur, de joie et d'amour de la vie.

"Clérambard"

© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
Texte : Marcel Aymé.
Mise en scène : Jean-Philippe Daguerre.
Assistante à la mise en scène : Mariejo Buffon.
Avec : Grégoire Bourbier, Isabelle de Botton, Séverine Delbosse, Franck Desmedt, Antoine Guiraud, Hervé Haine, Romain Lagarde, Guilaine Londez et Flore Vannier-Moreau.
Collaboration artistique : Laurence Pollet-Villard.
Musique : Hervé Haine.
Costumes : Corinne Rossi.
Décors : Frank Viscardi et Simon Gleizes.
Accessoires : Déborah Durand.
Cie Le Grenier de Babouchka.
Durée : 1 h 40.

Du 14 novembre au 23 décembre 2017.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
Théâtre 13 Coté Jardin, Paris 13e, 01 45 88 62 22.
>> theatre13.com

Bruno Fougniès
Lundi 27 Novembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




Vidéos les plus récentes



À découvrir

Oui, nous pouvons permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public !

L'Institut Technologique Européen des Métiers de la Musique, le syndicat CSFI (Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale), le syndicat Les Forces Musicales, c'est-à-dire les professionnels des instruments de musique, des orchestres et opéras français sont parvenus à établir un socle de connaissances solides scientifiquement prouvées sur les enjeux et les risques sanitaires liées à la pratique musicale et vocale. Il sont désormais en état de délivrer des préconisations et de nouveaux protocoles pour permettre aux musiciens de pratiquer sans risque et sans mise en danger du public. Fanny Reyre Ménard, à la tête du pilotage du Projet PIC VIC (Protocole pour les instruments de musique face au coronavirus, Pratique instrumentale et vocale) nous en a dit plus.

Bois & cuivres © Buffet Crampon.
Fanny Reyre Ménard est Maître Artisan luthière à Nantes depuis 1988 et vice-présidente du CSFI. Elle peut, au nom de ses collègues et camarades engagés dans ce groupe interdisciplinaire de travail (depuis avril 2020), affirmer aujourd'hui qu'une pratique musicale en ces temps de coronavirus n'est pas plus dangereuse que les principaux gestes et actes de notre vie quotidienne.

Un enjeu important puisqu'on parle ni plus ni moins que de rouvrir les salles de concert et les Opéras. Il s'agit également d'encourager la reprise normale d'une pratique musicale, instrumentale et vocale grâce aux outils et connaissances obtenus après quasiment une année de recherches.

Une recherche menée et des résultats obtenus grâce à une synergie de forces tout à fait exceptionnelle ; outre les professionnels des instruments de musique, des orchestres et autres opéras, les ingénieurs Recherche et Développement de structures importantes en facture instrumentale telles que Buffet Crampon, associés à des laboratoires de recherches en biologie, des spécialistes en aérosols ou en dynamique des fluides ont rejoint dans ce but commun (en savoir plus et agir en conséquence) l'Unité des Virus Émergents de l'Institut universitaire hospitalier de Marseille. Le milieu musical à l'arrêt en mars 2020 souhaitait reprendre l'avantage, la crise sanitaire ayant laissé tout le monde provisoirement sans réponse. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Christine Ducq
31/03/2021
Spectacle à la Une

"Respire" Un conte moderne qui traverse les airs comme un souffle magique

Johanne Humblet est funambule. Avec la Compagnie Les filles du renard pâle, elle parcourt le monde pour tendre ses câbles entre les immeubles, les monuments, les grues, elle les fait grimper, se courber en spirale, plonger dans des lacs, traverser des places, des rivières. "Le fil est le lien qui relie un point à un autre, au-dessus des frontières, des barrières, il rassemble. Un lien autant symbolique que concret", explique-t-elle. Elle tisse ainsi son parcours d'équilibriste : quelques dizaines ou quelques centaines de mètres de long et seulement 12 millimètres de diamètre.

© Les filles du renard pâle.
Mais la conception que cette funambule pleine de rêve fait de ses spectacles ne s'arrête pas à l'exploit. Et même si elle évolue sans sécurité aucune, elle ne cherche pas à provoquer chez celui qui regarde le nœud qui noue le ventre à l'idée de la chute dans le vide. Cette réaction est là, quoi qu'il en soit, mais Johanne Humblet ne s'en contente pas. Elle raconte des histoires. Et elle ne les raconte pas seule.

Avec elle, mais au sol, un groupe de trois musiciens rocks va l'accompagner tout au long de sa traversée. La partie musicale du spectacle est très importante. Un rock très teinté métal, trois musiciens aux looks punky qui suivent de leurs compositions l'évolution de la funambule là-haut. Ce sont des échanges, rythmes et regards, qui orchestrent l'évolution du chaperon rouge des airs tandis qu'au sol le loup surveille. Une autre partie importante du spectacle, qui a pour objectif de se jouer la nuit, est dirigée par l'équipe lumière, des lumières élaborées qui font le lien en collant à la musique et en découpant la funambule dans le ciel.

Bruno Fougniès
23/03/2021
Spectacle à la Une

"Adeno Nuitome" Une glorification de l'amour

Lola Molina questionne pour la deuxième fois les stigmates de l'amour. Dans sa pièce précédente intitulée "Seasonal Affective Disorder" (déjà dans une mise en scène de Lélio PLotton), elle s'était intéressée à la cavale hors normes, et pas correcte du tout politiquement parlant, d'une ado de 14 ans et d'un chanteur vaguement raté de 50 piges. Dans "Adeno Huitome", le couple est moins romanesque puisqu'ils ont à peu près le même âge. Lui est régisseur lumière, Elle, écrivain. Ils vivent ensemble en joyeux citadins et suivent chacun des carrières vouées à la réussite jusqu'au jour où le cancer s'immisce dans leur histoire. C'est sur Elle que ça tombe.

© Jonathan Michel.
Une nouvelle qui bouleverse leurs projets : ils changent de vie, abandonnent la ville, achètent une maison en pleine nature. C'est là qu'elle vit dorénavant entre la rivière, les arbres en fleurs, les animaux sauvages et l'écriture. Lui revient de ses tournées dès qu'il le peut. La pièce se construit ainsi en courtes interventions de l'une ou de l'autre et de scènes à deux. Mélanges de souvenirs, de narrations et moments de vie qui nous font découvrir peu à peu l'histoire de ces deux personnages et les variations de leur amour l'un pour l'autre.

Le texte autant que la mise en scène évitent avec bonheur tout réalisme. C'est plus vers une poésie de réconciliation avec la nature que vers l'analyse des dommages de la maladie que notre attention est tournée. Lola Molina scrute avec art et tendresse les remous intimes que la présence de cette menace provoque. Elle (le personnage féminin), prise entre la solitude de cette nouvelle maison et la solitude de son travail d'écriture navigue entre nostalgie de l'adolescence et besoin d'une vitalité que l'environnement bourgeonnant de la maison lui apporte. Lui se dévoue pour l'entourer de toute son attention.

Bruno Fougniès
15/04/2021