La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Une balade mortuaire, contemporaine et décapante... au goût amer du sarcasme

"La Balade des noyés", Théâtre de l'Idéal, Tourcoing, Nord

Aride Mancha, légendaire province espagnole, célèbre pour son don quichottisme... Sa traversée de nuit via l’autoroute par deux minables au volant d’un coupé Mercedes blanc convoyant le cadavre du maghrébin qu’ils ont assassiné donne l’occasion d’observer une tranche de vie contemporaine plus que décapante.



© GuYom.
© GuYom.
L’adaptation de la balade des noyés (roman de Carlos Eugenio Lopez) par Eva Vallejo et Bruno Soulier envoie le spectateur dans la situation glauque d’un film noir. À l’humour plus que caustique. Tout voyage au bout de la nuit porte sa part d’effroi et de pittoresque partagée. Un mort dans le coffre.

Situation classique de tout road movie, l’espace de jeu est l’habitacle du véhicule derrière le pare brise. Hors du temps. À l’abri. Les deux tueurs réduits à leur rôle de conducteur ou d’équipier voient défiler les réverbères et les virages où se croisent les faisceaux de phares.

Le bitume, pauvre en événements, défile au gré des besoins de musiques, des quiz culturels, des grossièretés, platitudes et poncifs. Toutes choses banales par ailleurs. Sur les femmes, les putains... Et d’autres considérations sur la liberté, le sens de la vie. Le racisme et le néant. Au fur et à mesure s’évanouit le lyrisme de l’aventure, se tend la fatigue et se relâchent les comportements.

© GuYom.
© GuYom.
À coup sûr provocateur, le propos enclenche des rires nerveux car, par son ironie brandie, se trouvent concentrées toutes les ambiguïtés d’un monde surpris dans son cynisme au clin de son miroir. C’est ainsi que le rire prend le goût amer du sarcasme.

Les parties musicales de Bruno Soulier enchâssent comme une respiration les séquences de jeu. Celles-ci sont denses et brèves. Le spectacle, parfaitement calé, roule vers l’intimité, l’intensité et conduit les protagonistes à ce point de déchirure qu’est l’aveuglement du petit jour.

E viva la muerte ? La muerte no es màs alegre.

"La Balade des noyés"

© GuYom.
© GuYom.
Texte : Carlos Eugenio Lopez.
Conception : Eva Vallejo, Bruno Soulier.
Traduction de l'espagnol : Chrystelle Frutozo (Éditions Le Passeur).
Mise en scène : Eva Vallejo.
Musique : Bruno Soulier.
Création lumière : Philippe Catalano.
Scénographie : Hervé Lesieur.
Sonorisation : Olivier Lautem.
Régie lumière : Éric Blondeau.
Avec : Pascal Martin Granel, Sébastien Amblard (interprètes), Bruno Soulier (Clavier, Musique assisté par ordinateur).

Spectacle du 22 au 25 mai et du 29 au 31 mai 2012.
Du mardi au vendredi à 20 h 30.
Théâtre de l'Idéal, Tourcoing (59), 03 20 14 24 24.
Salle délocalisée pour certains spectacles du Théâtre du Nord de Lille.
>> theatredunord.fr

Du 7 au 27 juillet 2012 - Festival Avignon Off.
Tous les jours à 15 h 30 (relâche le 17 juillet).
La Manufacture, 2, rue des Écoles, Avignon.

Jean Grapin
Vendredi 25 Mai 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com

Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021