La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Carmen" très éventée à Orange

C'est le chef-d'œuvre de Bizet qui a ouvert le 8 juillet les fameuses Chorégies avec une affiche des plus prometteuses et la certitude d'une soirée magique dans le si beau théâtre antique d'Orange. Et ce fut une petite déception qui nous attendait - et un mistral d'anthologie.



© Philippe Gromelle Orange.
© Philippe Gromelle Orange.
Déception pour cette première "Carmen" en ouverture de la saison des Chorégies d'Orange, qui suscitait pourtant tant d'excitation et d'attentes. Pensez donc : le plus aimé des ténors actuels, Jonas Kaufmann, reprenant son rôle de Don José dans l'œuvre la plus populaire du répertoire : la "Carmen" de Bizet ! Le Philharmonique de Radio-France sous la direction de son nouveau chef Mikko Franck et pas moins de quatre chœurs en renfort pour garantir un spectacle de qualité qu'on ne serait pas près d'oublier avec une troupe de jeunes chanteurs (pour la plupart) très réputés - dont notre Florian Laconi national en Remendado.

Et puis ce mercredi 8 juillet, il apparaît bientôt à tous que c'est pure folie de chanter avec un mistral à décorner un troupeau de buffles du Mékong. Pure folie à ajouter à l'habituelle déraison qui consiste pour les chanteurs à affronter plus de huit mille six cents spectateurs dans un théâtre d'été - à la belle acoustique ordinairement, c'est vrai - devant la statue d'Auguste et ce, entre deux jets et trois récitals (pour les têtes d'affiche). Vous me direz que c'est plus raisonnable que les arènes de Vérone et vous aurez raison.

© Philippe Gromelle Orange.
© Philippe Gromelle Orange.
Pourtant, dès l'ouverture, il est clair que le Philharmonique de Radio-France ne va pas faire d'étincelles sous la baguette de Mikko Franck, constamment taraudé par la peur de recouvrir les chanteurs (en plus du mistral qu'il faut gérer) ou bizarrement peu affecté par ce qui se passe. La mise en scène (copieusement huée à la fin) est d'un inintérêt total à l'image de la production tout entière - excepté le Don José de Kaufmann. Ce jeu géant des cartes du destin, c'est laid et ça manque plusieurs fois de blesser les chanteurs qui s'y prennent les pieds (Kate Aldrich a bel et bien chuté au quatrième acte).

La scène plongée dans le noir presque en permanence et les costumes, qui évoquent au choix la Corse de "Colomba" (de ce même Mérimée inspirateur du livret) ou l'Espagne franquiste, génèrent un ennui mortel - qui ne risque pas de se dissiper étant donné les consignes d'immobilisme données à tous. On chante assis, à genoux, comme englués dans le sol - chœurs et chanteurs - en complète contradiction avec une des partitions les plus dynamiques du monde. Louis Désiré n'a pas grand chose à dire sur l'œuvre et n'a guère pensé qu'à la débarrasser de ses castagnettes et autres franfreluches. C'est un peu court.

© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
La Carmen de Kate Aldrich ne convainc pas plus qu'à Lyon cette saison dans la production de Olivier Py. Plus habillée à Orange (en pensionnaire, en robe de veuve sexy puis en cape de toréador), elle est toujours une grande actrice, elle a le physique du personnage mais, même si son mezzo est beau, il manque de charisme vocal. Cette Carmen devrait être une tornade et elle n'est ici qu'un souffle. Le public a offert une ovation finale à la Micaëla de la soprano Inva Mula. Certes les capacités et l'engagement sont là mais ses aigus durs comme un silex du Néanderthal sont à mille lieues de la candeur d'un personnage qui se doit d'être touchant - à défaut d'être complètement démodé voire énervant (un coucou à mes lectrices/lecteurs féministes...). Les seconds rôles font ce qu'ils peuvent pour déjouer un vent déchaîné et on attend avec impatience samedi pour les apprécier à leur juste valeur.

Outre les excellents chœurs, on retiendra la performance du ténor allemand Jonas Kauffmann dans l'uniforme du brigadier Don José qui lui va si bien. Malgré ce mistral des enfers, il a retrouvé tout le charme vocal, l'habileté technique et le romantisme noir qui ont fait son immense succès. Son Don José est maintenant plus mûr, plus fatigué, plus résigné. Mais en l'admirant mettre le feu sur scène à la moindre apparition - nous extirpant brutalement de notre abîme -, on ne peut s'empêcher de se dire que sa personnalité n'est vraiment pas faite pour ce genre de lieu. En même temps on aurait tué père et mère pour le voir... Le public ne s'y est pas trompé qui lui a fait un véritable triomphe - plus que mérité.

© Philippe Gromelle Orange.
© Philippe Gromelle Orange.
Espérons que, pour la deuxième soirée retransmise sur France 3 en direct samedi 11 juillet, le mistral ait disparu pour nous laisser quand même goûter au mieux les charmes de Carmen et de son amant maudit.

Prochains spectacles :
Samedi 11 juillet 2015 à 21 h 45 (en direct sur France 3).
Mardi 14 juillet 2015 à 21 h 45.


Les Chorégies d'Orange 2015.
Théâtre antique. Orange (84).
Tél. : 04 90 34 24 24.
>> choregies.fr

"Carmen" (1875).
Opéra comique en 4 actes.
Musique : Georges Bizet (1838-1875).
Livret : Meilhac et Halévy.
Durée : 3 h 30 avec entracte.

© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
Mikko Franck, direction musicale.
Louis Désiré, Mise en scène, scénographie et costumes.
Patrick Méeus, éclairages.

Kate Aldrich, Carmen.
Jonas Kaufmann, Don José.
Inva Mula, Micaëla.
Marie Karall, Mercédès.
Kyle Ketelsen, Escamillo.
Jean Teitgen, Zuniga.
Armando Noguera, Moralès.
Olivier Grand, Le Dancaïre.
Le Remendado, Florian Laconi.

Orchestre Philharmonique de Radio-France.
Chœurs d'Angers-Nantes Opéra.
Chœurs de l'Opéra Grand-Avignon.
Chœur de l'Opéra de Nice.
Maîtrise des Bouches-du-Rhône, pôle d'art vocal.
Emmanuel Trenque, coordination des chœurs.

Christine Ducq
Jeudi 9 Juillet 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021