La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Carmen" très éventée à Orange

C'est le chef-d'œuvre de Bizet qui a ouvert le 8 juillet les fameuses Chorégies avec une affiche des plus prometteuses et la certitude d'une soirée magique dans le si beau théâtre antique d'Orange. Et ce fut une petite déception qui nous attendait - et un mistral d'anthologie.



© Philippe Gromelle Orange.
© Philippe Gromelle Orange.
Déception pour cette première "Carmen" en ouverture de la saison des Chorégies d'Orange, qui suscitait pourtant tant d'excitation et d'attentes. Pensez donc : le plus aimé des ténors actuels, Jonas Kaufmann, reprenant son rôle de Don José dans l'œuvre la plus populaire du répertoire : la "Carmen" de Bizet ! Le Philharmonique de Radio-France sous la direction de son nouveau chef Mikko Franck et pas moins de quatre chœurs en renfort pour garantir un spectacle de qualité qu'on ne serait pas près d'oublier avec une troupe de jeunes chanteurs (pour la plupart) très réputés - dont notre Florian Laconi national en Remendado.

Et puis ce mercredi 8 juillet, il apparaît bientôt à tous que c'est pure folie de chanter avec un mistral à décorner un troupeau de buffles du Mékong. Pure folie à ajouter à l'habituelle déraison qui consiste pour les chanteurs à affronter plus de huit mille six cents spectateurs dans un théâtre d'été - à la belle acoustique ordinairement, c'est vrai - devant la statue d'Auguste et ce, entre deux jets et trois récitals (pour les têtes d'affiche). Vous me direz que c'est plus raisonnable que les arènes de Vérone et vous aurez raison.

© Philippe Gromelle Orange.
© Philippe Gromelle Orange.
Pourtant, dès l'ouverture, il est clair que le Philharmonique de Radio-France ne va pas faire d'étincelles sous la baguette de Mikko Franck, constamment taraudé par la peur de recouvrir les chanteurs (en plus du mistral qu'il faut gérer) ou bizarrement peu affecté par ce qui se passe. La mise en scène (copieusement huée à la fin) est d'un inintérêt total à l'image de la production tout entière - excepté le Don José de Kaufmann. Ce jeu géant des cartes du destin, c'est laid et ça manque plusieurs fois de blesser les chanteurs qui s'y prennent les pieds (Kate Aldrich a bel et bien chuté au quatrième acte).

La scène plongée dans le noir presque en permanence et les costumes, qui évoquent au choix la Corse de "Colomba" (de ce même Mérimée inspirateur du livret) ou l'Espagne franquiste, génèrent un ennui mortel - qui ne risque pas de se dissiper étant donné les consignes d'immobilisme données à tous. On chante assis, à genoux, comme englués dans le sol - chœurs et chanteurs - en complète contradiction avec une des partitions les plus dynamiques du monde. Louis Désiré n'a pas grand chose à dire sur l'œuvre et n'a guère pensé qu'à la débarrasser de ses castagnettes et autres franfreluches. C'est un peu court.

© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
La Carmen de Kate Aldrich ne convainc pas plus qu'à Lyon cette saison dans la production de Olivier Py. Plus habillée à Orange (en pensionnaire, en robe de veuve sexy puis en cape de toréador), elle est toujours une grande actrice, elle a le physique du personnage mais, même si son mezzo est beau, il manque de charisme vocal. Cette Carmen devrait être une tornade et elle n'est ici qu'un souffle. Le public a offert une ovation finale à la Micaëla de la soprano Inva Mula. Certes les capacités et l'engagement sont là mais ses aigus durs comme un silex du Néanderthal sont à mille lieues de la candeur d'un personnage qui se doit d'être touchant - à défaut d'être complètement démodé voire énervant (un coucou à mes lectrices/lecteurs féministes...). Les seconds rôles font ce qu'ils peuvent pour déjouer un vent déchaîné et on attend avec impatience samedi pour les apprécier à leur juste valeur.

Outre les excellents chœurs, on retiendra la performance du ténor allemand Jonas Kauffmann dans l'uniforme du brigadier Don José qui lui va si bien. Malgré ce mistral des enfers, il a retrouvé tout le charme vocal, l'habileté technique et le romantisme noir qui ont fait son immense succès. Son Don José est maintenant plus mûr, plus fatigué, plus résigné. Mais en l'admirant mettre le feu sur scène à la moindre apparition - nous extirpant brutalement de notre abîme -, on ne peut s'empêcher de se dire que sa personnalité n'est vraiment pas faite pour ce genre de lieu. En même temps on aurait tué père et mère pour le voir... Le public ne s'y est pas trompé qui lui a fait un véritable triomphe - plus que mérité.

© Philippe Gromelle Orange.
© Philippe Gromelle Orange.
Espérons que, pour la deuxième soirée retransmise sur France 3 en direct samedi 11 juillet, le mistral ait disparu pour nous laisser quand même goûter au mieux les charmes de Carmen et de son amant maudit.

Prochains spectacles :
Samedi 11 juillet 2015 à 21 h 45 (en direct sur France 3).
Mardi 14 juillet 2015 à 21 h 45.


Les Chorégies d'Orange 2015.
Théâtre antique. Orange (84).
Tél. : 04 90 34 24 24.
>> choregies.fr

"Carmen" (1875).
Opéra comique en 4 actes.
Musique : Georges Bizet (1838-1875).
Livret : Meilhac et Halévy.
Durée : 3 h 30 avec entracte.

© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
Mikko Franck, direction musicale.
Louis Désiré, Mise en scène, scénographie et costumes.
Patrick Méeus, éclairages.

Kate Aldrich, Carmen.
Jonas Kaufmann, Don José.
Inva Mula, Micaëla.
Marie Karall, Mercédès.
Kyle Ketelsen, Escamillo.
Jean Teitgen, Zuniga.
Armando Noguera, Moralès.
Olivier Grand, Le Dancaïre.
Le Remendado, Florian Laconi.

Orchestre Philharmonique de Radio-France.
Chœurs d'Angers-Nantes Opéra.
Chœurs de l'Opéra Grand-Avignon.
Chœur de l'Opéra de Nice.
Maîtrise des Bouches-du-Rhône, pôle d'art vocal.
Emmanuel Trenque, coordination des chœurs.

Christine Ducq
Jeudi 9 Juillet 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
14/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024