La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Carmen" très éventée à Orange

C'est le chef-d'œuvre de Bizet qui a ouvert le 8 juillet les fameuses Chorégies avec une affiche des plus prometteuses et la certitude d'une soirée magique dans le si beau théâtre antique d'Orange. Et ce fut une petite déception qui nous attendait - et un mistral d'anthologie.



© Philippe Gromelle Orange.
© Philippe Gromelle Orange.
Déception pour cette première "Carmen" en ouverture de la saison des Chorégies d'Orange, qui suscitait pourtant tant d'excitation et d'attentes. Pensez donc : le plus aimé des ténors actuels, Jonas Kaufmann, reprenant son rôle de Don José dans l'œuvre la plus populaire du répertoire : la "Carmen" de Bizet ! Le Philharmonique de Radio-France sous la direction de son nouveau chef Mikko Franck et pas moins de quatre chœurs en renfort pour garantir un spectacle de qualité qu'on ne serait pas près d'oublier avec une troupe de jeunes chanteurs (pour la plupart) très réputés - dont notre Florian Laconi national en Remendado.

Et puis ce mercredi 8 juillet, il apparaît bientôt à tous que c'est pure folie de chanter avec un mistral à décorner un troupeau de buffles du Mékong. Pure folie à ajouter à l'habituelle déraison qui consiste pour les chanteurs à affronter plus de huit mille six cents spectateurs dans un théâtre d'été - à la belle acoustique ordinairement, c'est vrai - devant la statue d'Auguste et ce, entre deux jets et trois récitals (pour les têtes d'affiche). Vous me direz que c'est plus raisonnable que les arènes de Vérone et vous aurez raison.

© Philippe Gromelle Orange.
© Philippe Gromelle Orange.
Pourtant, dès l'ouverture, il est clair que le Philharmonique de Radio-France ne va pas faire d'étincelles sous la baguette de Mikko Franck, constamment taraudé par la peur de recouvrir les chanteurs (en plus du mistral qu'il faut gérer) ou bizarrement peu affecté par ce qui se passe. La mise en scène (copieusement huée à la fin) est d'un inintérêt total à l'image de la production tout entière - excepté le Don José de Kaufmann. Ce jeu géant des cartes du destin, c'est laid et ça manque plusieurs fois de blesser les chanteurs qui s'y prennent les pieds (Kate Aldrich a bel et bien chuté au quatrième acte).

La scène plongée dans le noir presque en permanence et les costumes, qui évoquent au choix la Corse de "Colomba" (de ce même Mérimée inspirateur du livret) ou l'Espagne franquiste, génèrent un ennui mortel - qui ne risque pas de se dissiper étant donné les consignes d'immobilisme données à tous. On chante assis, à genoux, comme englués dans le sol - chœurs et chanteurs - en complète contradiction avec une des partitions les plus dynamiques du monde. Louis Désiré n'a pas grand chose à dire sur l'œuvre et n'a guère pensé qu'à la débarrasser de ses castagnettes et autres franfreluches. C'est un peu court.

© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
La Carmen de Kate Aldrich ne convainc pas plus qu'à Lyon cette saison dans la production de Olivier Py. Plus habillée à Orange (en pensionnaire, en robe de veuve sexy puis en cape de toréador), elle est toujours une grande actrice, elle a le physique du personnage mais, même si son mezzo est beau, il manque de charisme vocal. Cette Carmen devrait être une tornade et elle n'est ici qu'un souffle. Le public a offert une ovation finale à la Micaëla de la soprano Inva Mula. Certes les capacités et l'engagement sont là mais ses aigus durs comme un silex du Néanderthal sont à mille lieues de la candeur d'un personnage qui se doit d'être touchant - à défaut d'être complètement démodé voire énervant (un coucou à mes lectrices/lecteurs féministes...). Les seconds rôles font ce qu'ils peuvent pour déjouer un vent déchaîné et on attend avec impatience samedi pour les apprécier à leur juste valeur.

Outre les excellents chœurs, on retiendra la performance du ténor allemand Jonas Kauffmann dans l'uniforme du brigadier Don José qui lui va si bien. Malgré ce mistral des enfers, il a retrouvé tout le charme vocal, l'habileté technique et le romantisme noir qui ont fait son immense succès. Son Don José est maintenant plus mûr, plus fatigué, plus résigné. Mais en l'admirant mettre le feu sur scène à la moindre apparition - nous extirpant brutalement de notre abîme -, on ne peut s'empêcher de se dire que sa personnalité n'est vraiment pas faite pour ce genre de lieu. En même temps on aurait tué père et mère pour le voir... Le public ne s'y est pas trompé qui lui a fait un véritable triomphe - plus que mérité.

© Philippe Gromelle Orange.
© Philippe Gromelle Orange.
Espérons que, pour la deuxième soirée retransmise sur France 3 en direct samedi 11 juillet, le mistral ait disparu pour nous laisser quand même goûter au mieux les charmes de Carmen et de son amant maudit.

Prochains spectacles :
Samedi 11 juillet 2015 à 21 h 45 (en direct sur France 3).
Mardi 14 juillet 2015 à 21 h 45.


Les Chorégies d'Orange 2015.
Théâtre antique. Orange (84).
Tél. : 04 90 34 24 24.
>> choregies.fr

"Carmen" (1875).
Opéra comique en 4 actes.
Musique : Georges Bizet (1838-1875).
Livret : Meilhac et Halévy.
Durée : 3 h 30 avec entracte.

© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
© Bruno Abadie-Cyril Reveret.
Mikko Franck, direction musicale.
Louis Désiré, Mise en scène, scénographie et costumes.
Patrick Méeus, éclairages.

Kate Aldrich, Carmen.
Jonas Kaufmann, Don José.
Inva Mula, Micaëla.
Marie Karall, Mercédès.
Kyle Ketelsen, Escamillo.
Jean Teitgen, Zuniga.
Armando Noguera, Moralès.
Olivier Grand, Le Dancaïre.
Le Remendado, Florian Laconi.

Orchestre Philharmonique de Radio-France.
Chœurs d'Angers-Nantes Opéra.
Chœurs de l'Opéra Grand-Avignon.
Chœur de l'Opéra de Nice.
Maîtrise des Bouches-du-Rhône, pôle d'art vocal.
Emmanuel Trenque, coordination des chœurs.

Christine Ducq
Jeudi 9 Juillet 2015

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022