La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Carmen" rayonnante de jeunesse au Grand Théâtre de Genève

Du 10 au 27 septembre 2018, le Grand Théâtre de Genève offre une nouvelle production du chef-d'œuvre de Bizet. La mezzo Ekaterina Sergeeva et le ténor Sébastien Guèze dans sa prise de rôle de Don José ont brillé par la jeunesse et la fougue, bien secondés par une distribution souvent excellente et par l'énergie du chef John Fiore qui a enflammé les pupitres de l'Orchestre de la Suisse Romande.



© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Une "Carmen" pour ouvrir la saison du Grand Théâtre de Genève - encore une, me direz-vous. Outre que l'on ne se lasse pas d'écouter et de réécouter cette superbe partition, la production de la chorégraphe Reinhild Hoffmann mérite aussi le détour. C'est un des derniers spectacles que l'on pourra voir (durant les quatre prochains mois) dans le joli théâtre éphémère en bois aux senteurs de pin (la structure appelée depuis deux ans Opéra des Nations a été rachetée à la Comédie Française pour accueillir les spectacles durant les travaux de restauration du Grand Théâtre commencés en 2016).

Le Grand Théâtre de Genève, dont la superbe restauration s'achève donc, rouvrira ses portes en février 2019 avec la tétralogie wagnérienne du Ring. Elle marquera le retour des spectacles dans le beau théâtre qui a ouvert ses portes en 1870 et qui a retrouvé son lustre premier en termes de décoration et d'architecture intérieure.

Pour cette nouvelle "Carmen", c'est la fougue et la jeunesse qui triomphent avec de séduisants chanteurs (le cast présentant dans l'ensemble des personnalités convenant parfaitement aux personnages). L'épure domine dans la belle mise en scène de la chorégraphe Reinhild Hoffmann, figure pionnière du Tanztheater. Elle impose d'abord un défi technique aux équipes du théâtre avec une idée magnifiquement réalisée : celle d'installer un gigantesque éventail bleu-nuit, qui se déploie à chaque début d'acte.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Cet éventail sert aussi d'écran pour des vidéos qui ponctuent les péripéties de cette tragédie : une rose dans l'éclat de sa beauté se fane ensuite avant de se répandre en pétales au sol - métaphorisant les stades de la passion liant Carmen et Don José. Le plateau, quant à lui, plongé dans des ténèbres quasi constante (sauf à l'acte IV pour la parade), se présente comme un espace débarrassé du superflu, plus ou moins occupé selon les actes par de grandes tables de bois clair servant de portes, d'estrades ou de murs d'arène et ce, sur un tapis sombre, sorte de tapis noir mêlé à un brillant mica du plus bel effet.

Les beaux costumes d'Andrea Schmidt-Futterer font le choix de l'atemporalité évoquant tout de même le style andalou. Les belles soieries, les corsets, les dentelles côtoient les habits sombres des bohémiens et du peuple. Pour les hommes, se partagent d'un côté les ensembles sombres rappelant l'élégance des hidalgos, et de l'autre des uniformes militaires contemporains. Leurs couleurs splendides rythment cette épure en noir et grège.

Le plateau nu a le mérite de focaliser notre attention sur les relations entre les personnages, dont les mouvements dessinent attractions et répulsions en un véritable ballet. Il semblerait d'ailleurs que Reinhild Hoffmann ait laissé une grande latitude de création aux artistes. L'ensemble dénote une grande compréhension des enjeux de l'œuvre avec un spectacle qui fait de Carmen le taureau de cette tragédie d'arène.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Côté distribution, on peut regretter les problèmes de prononciation de la langue française de certains artistes (et diablement dans les dialogues parlés de cet opéra-comique). Même la Carmen incendiaire de la mezzo russe Ekaterina Sergeeva n'est pas toujours exempte de reproches (avec l'habituel problème posé par les voyelles, consonnes et semi-consonnes nasales et orales), mais son tempérament volcanique, son engagement scénique et une voix bien projetée à l'ample tessiture emportent la partie.

Face à elle Sébastien Guèze est un juvénile Don José, lumineux et fragile. Son timbre solaire illumine la soirée. Et le ténor sait faire évoluer son personnage de l'indifférence souriante à une détermination mortifère, qui lui fera suivre le chemin aride d'un martyr de la passion se faisant assassin. Si le ténor a semblé parfois en proie au trac des premières avec ce léger problème fragilisant la ligne vocale : les E non muets avalés dans l'air "La fleur que tu m'avais jetée", par exemple. Il ose par le même temps des effets dynamiques fort réussis pour l'expressivité avec ce souffle piano qui se relance en un forte sensationnel dans le final de ce même air mythique. Dans le dernier acte, il se montre bouleversant : nul doute que le ténor se montrera parfait dans les prochaines soirées.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Le Moralès de Jérôme Boutillier parvient à joliment exister dès la première scène (la relève de la garde). L'Escamillo d'Ildebrando d'Arcangelo est impressionnant de charisme et de charme. Non moins remarquable aussi le quatuor comique formé par la Frasquita de Melody Louledjan, la Mercédès de Carine Séchaye, le Dancaïre d'Ivan Thirion et le Remendado de Rodolphe Briand. Tous superbes chanteurs, ils colorent leurs personnages de façon unique. Mention à la labilité de l'orchestre transcendé par l'art du chef américain, John Fiore, et aux chœurs maison d'une précision et d'un à propos appréciables.

Spectacle du 10 au 27 septembre 2018.
Opéra des Nations. Grand Théâtre de Genève.
40, avenue de France, Genève (CH).
Tél. : + 41 22 322 50 50.
>> geneveopera.ch

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
"Carmen"
Opéra-comique en 4 actes de Georges Bizet.
Livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d’après la nouvelle "Carmen" de Prosper Mérimée.
Crée à Paris le 3 mars 1875, à l’Opéra Comique.
Nouvelle production.
Chanté en français avec surtitres anglais et français.
Durée : approx. 3 h 20 (incluant 1 entracte).

Direction musicale : John Fiore.
Mise en scène & scénographie : Reinhild Hoffmann.
Costumes : Andrea Schmidt-Futterer.
Lumières : Alexander Koppelmann.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.

Christine Ducq
Jeudi 13 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…

La chronique d'Isa-belle L

Reprise ! "Un commerce d’hommes ! Grand Dieu ! Et la nature ne frémit pas ? S’ils sont des animaux, ne le sommes-nous pas comme eux ?" Olympe de Gouges. Réflexions sur les hommes nègres, 1788 (France).
"Des commerces ouverts le dimanche et les hommes laissent faire cela ? Gagner plus en travaillant le dimanche… le plus simple ne serait-il pas d’augmenter le Smic ?" Isabelle Lauriou. Réflexions sur les salaires, 2012 (France).

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…
J’ai pris du retard Olympe. J’ai troqué ta plume contre un clavier et me suis endormie sur ta biographie. Tel est le monde d’aujourd’hui. Tout ce que tu veux savoir sur quelqu’un, tu le trouves en deux temps trois mouvements. J’ai tapé sur mon "ordi" : "Olympe de Gouges", après avoir applaudi la prestation d’une troupe aux multiples talents et, "portée par ta fougue, je me suis emportée au loin mais le son de ta voix m’est revenu ce matin car cette chronique, je te la dois bien".

Olympe de Gouges n’a pas manqué d’enthousiasme. Je lui ressemble un peu. En revanche, je préférerais ne pas finir comme elle. Bien qu’encore à notre époque, tout ne soit pas simple pour les langues bien "pendues". Les femmes préférant ouvrir leurs bouches que dégrafer leurs soutiens gorges sont rangées illico dans la catégorie "caractérielles" ou deviennent : "black listées" - nouvelle expression de l’année. Très en vogue dans le milieu du spectacle.

Olympe, je ne suis pas certaine que ce monde d’aujourd’hui, "moderne" comme on dit, te plairait tant que cela si tu y trainais ta robe en taffetas. L’électricité a remplacé les chandelles, le clavier : la plume et les encriers, la langue française s’anglicise à la moindre contrariété, les laissés pour compte se comptent par millions, l’égalité homme femme n’a guère progressé et pourtant, en matière d’égalité, tu n’as pas lésiné avec ta déclaration des "droits de la femme et de la citoyenne". (1791)

Isabelle Lauriou
05/09/2018
Spectacle à la Une

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018

Depuis la fin août et jusqu'en octobre, le Festival 2018 de Royaumont nous invite à partager moments forts et riches émotions avec 40 concerts et spectacles dans le superbe cadre de l'abbaye royale et de ses jardins, au cœur du Parc naturel régional de l'Oise.

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018
Avec ses bâtiments restaurés et les trois jardins ornant son sublime parc, l'abbaye cistercienne de Royaumont, édifiée au XIIIe siècle par le futur Saint-Louis et sa mère Blanche de Castille, est un des sites les plus exceptionnels d'Île-de-France. Lieu remarquable par sa beauté, Royaumont abrite un festival renommé dont la 74e édition offre un riche parcours du Moyen-Âge à la création contemporaine. Après deux week-ends dédiés aux "Artistes au jardin" et aux "Entre-Actes/Chorégraphiques opus 2", l'accent sera mis les 8 et 9 septembre sur les "Voix nouvelles" que portent les compositeurs d'aujourd'hui, issus de tous les continents.

Le public est invité à une académie (où se presseront compositeurs et interprètes) avec les Ensembles Exaudi et Meitar dirigés par James Weeks (15 h 30, Salle des Charpente, entrée libre sur réservation), un concert "Vertiges" mettant à l'honneur Philippe Leroux, Mauro Lanza ou Philippe Hurel et la création mondiale d'une pièce de Hakki Cengiz Eren par l'Ensemble Meitar dirigé par Pierre-André Valade (20 h 45). Sans oublier le compositeur Francesco Filidei à l'orgue pour un concert "Orgue & Toys" dans le Réfectoire des Moines (17 h 45).

Christine Ducq
04/09/2018
Sortie à la Une

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news

"Le Maître et Marguerite", Tournée 2018/2019

"Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, c'est Dostoïevski, Gogol et Tchekhov réunis. Un roman qui est un désir de théâtre. Désir qu'Igor Mendjinsky exauce avec talent dans l'adaptation qu'il propose.

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news
C'est une nuit de pleine lune, une nuit de plein été, et dans Moscou, certains, nombreux, rencontrent des chats qui parlent. Un homme meurt décapité par un tramway, une jeune femme meurt à l'autre bout de la ville. Un écrivain voit son œuvre raillée et censurée. Une jeune femme à la tête romanesque quitte son mari et son ennui à la recherche d'un maître. Un dramaturge qui a écrit une pièce sur Jésus et Ponce Pilate, témoin de tout cela, se trouve enfermé chez les fous. Une sorcière chevauche un balai.

Les récits se choquent, cahotent et s'amplifient jusqu'à l'absurde, jusqu'à l'inquiétude.

C'est que c'est le diable qui mène la danse, sème le désordre, installe une autre réalité, la Sienne, qui dissout toutes les autres. Le Surnaturel s'impose. Ce qui est des plus réjouissant.

Et dans cette nuit de pleine lune, l'ombre d'un pouvoir s'étend sur la ville. Comprenne qui pourra.

Jean Grapin
21/05/2018