La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Carmen" rayonnante de jeunesse au Grand Théâtre de Genève

Du 10 au 27 septembre 2018, le Grand Théâtre de Genève offre une nouvelle production du chef-d'œuvre de Bizet. La mezzo Ekaterina Sergeeva et le ténor Sébastien Guèze dans sa prise de rôle de Don José ont brillé par la jeunesse et la fougue, bien secondés par une distribution souvent excellente et par l'énergie du chef John Fiore qui a enflammé les pupitres de l'Orchestre de la Suisse Romande.



© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Une "Carmen" pour ouvrir la saison du Grand Théâtre de Genève - encore une, me direz-vous. Outre que l'on ne se lasse pas d'écouter et de réécouter cette superbe partition, la production de la chorégraphe Reinhild Hoffmann mérite aussi le détour. C'est un des derniers spectacles que l'on pourra voir (durant les quatre prochains mois) dans le joli théâtre éphémère en bois aux senteurs de pin (la structure appelée depuis deux ans Opéra des Nations a été rachetée à la Comédie Française pour accueillir les spectacles durant les travaux de restauration du Grand Théâtre commencés en 2016).

Le Grand Théâtre de Genève, dont la superbe restauration s'achève donc, rouvrira ses portes en février 2019 avec la tétralogie wagnérienne du Ring. Elle marquera le retour des spectacles dans le beau théâtre qui a ouvert ses portes en 1870 et qui a retrouvé son lustre premier en termes de décoration et d'architecture intérieure.

Pour cette nouvelle "Carmen", c'est la fougue et la jeunesse qui triomphent avec de séduisants chanteurs (le cast présentant dans l'ensemble des personnalités convenant parfaitement aux personnages). L'épure domine dans la belle mise en scène de la chorégraphe Reinhild Hoffmann, figure pionnière du Tanztheater. Elle impose d'abord un défi technique aux équipes du théâtre avec une idée magnifiquement réalisée : celle d'installer un gigantesque éventail bleu-nuit, qui se déploie à chaque début d'acte.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Cet éventail sert aussi d'écran pour des vidéos qui ponctuent les péripéties de cette tragédie : une rose dans l'éclat de sa beauté se fane ensuite avant de se répandre en pétales au sol - métaphorisant les stades de la passion liant Carmen et Don José. Le plateau, quant à lui, plongé dans des ténèbres quasi constante (sauf à l'acte IV pour la parade), se présente comme un espace débarrassé du superflu, plus ou moins occupé selon les actes par de grandes tables de bois clair servant de portes, d'estrades ou de murs d'arène et ce, sur un tapis sombre, sorte de tapis noir mêlé à un brillant mica du plus bel effet.

Les beaux costumes d'Andrea Schmidt-Futterer font le choix de l'atemporalité évoquant tout de même le style andalou. Les belles soieries, les corsets, les dentelles côtoient les habits sombres des bohémiens et du peuple. Pour les hommes, se partagent d'un côté les ensembles sombres rappelant l'élégance des hidalgos, et de l'autre des uniformes militaires contemporains. Leurs couleurs splendides rythment cette épure en noir et grège.

Le plateau nu a le mérite de focaliser notre attention sur les relations entre les personnages, dont les mouvements dessinent attractions et répulsions en un véritable ballet. Il semblerait d'ailleurs que Reinhild Hoffmann ait laissé une grande latitude de création aux artistes. L'ensemble dénote une grande compréhension des enjeux de l'œuvre avec un spectacle qui fait de Carmen le taureau de cette tragédie d'arène.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Côté distribution, on peut regretter les problèmes de prononciation de la langue française de certains artistes (et diablement dans les dialogues parlés de cet opéra-comique). Même la Carmen incendiaire de la mezzo russe Ekaterina Sergeeva n'est pas toujours exempte de reproches (avec l'habituel problème posé par les voyelles, consonnes et semi-consonnes nasales et orales), mais son tempérament volcanique, son engagement scénique et une voix bien projetée à l'ample tessiture emportent la partie.

Face à elle Sébastien Guèze est un juvénile Don José, lumineux et fragile. Son timbre solaire illumine la soirée. Et le ténor sait faire évoluer son personnage de l'indifférence souriante à une détermination mortifère, qui lui fera suivre le chemin aride d'un martyr de la passion se faisant assassin. Si le ténor a semblé parfois en proie au trac des premières avec ce léger problème fragilisant la ligne vocale : les E non muets avalés dans l'air "La fleur que tu m'avais jetée", par exemple. Il ose par le même temps des effets dynamiques fort réussis pour l'expressivité avec ce souffle piano qui se relance en un forte sensationnel dans le final de ce même air mythique. Dans le dernier acte, il se montre bouleversant : nul doute que le ténor se montrera parfait dans les prochaines soirées.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Le Moralès de Jérôme Boutillier parvient à joliment exister dès la première scène (la relève de la garde). L'Escamillo d'Ildebrando d'Arcangelo est impressionnant de charisme et de charme. Non moins remarquable aussi le quatuor comique formé par la Frasquita de Melody Louledjan, la Mercédès de Carine Séchaye, le Dancaïre d'Ivan Thirion et le Remendado de Rodolphe Briand. Tous superbes chanteurs, ils colorent leurs personnages de façon unique. Mention à la labilité de l'orchestre transcendé par l'art du chef américain, John Fiore, et aux chœurs maison d'une précision et d'un à propos appréciables.

Spectacle du 10 au 27 septembre 2018.
Opéra des Nations. Grand Théâtre de Genève.
40, avenue de France, Genève (CH).
Tél. : + 41 22 322 50 50.
>> geneveopera.ch

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
"Carmen"
Opéra-comique en 4 actes de Georges Bizet.
Livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d’après la nouvelle "Carmen" de Prosper Mérimée.
Crée à Paris le 3 mars 1875, à l’Opéra Comique.
Nouvelle production.
Chanté en français avec surtitres anglais et français.
Durée : approx. 3 h 20 (incluant 1 entracte).

Direction musicale : John Fiore.
Mise en scène & scénographie : Reinhild Hoffmann.
Costumes : Andrea Schmidt-Futterer.
Lumières : Alexander Koppelmann.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.

Christine Ducq
Jeudi 13 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022