La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Carmen" rayonnante de jeunesse au Grand Théâtre de Genève

Du 10 au 27 septembre 2018, le Grand Théâtre de Genève offre une nouvelle production du chef-d'œuvre de Bizet. La mezzo Ekaterina Sergeeva et le ténor Sébastien Guèze dans sa prise de rôle de Don José ont brillé par la jeunesse et la fougue, bien secondés par une distribution souvent excellente et par l'énergie du chef John Fiore qui a enflammé les pupitres de l'Orchestre de la Suisse Romande.



© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Une "Carmen" pour ouvrir la saison du Grand Théâtre de Genève - encore une, me direz-vous. Outre que l'on ne se lasse pas d'écouter et de réécouter cette superbe partition, la production de la chorégraphe Reinhild Hoffmann mérite aussi le détour. C'est un des derniers spectacles que l'on pourra voir (durant les quatre prochains mois) dans le joli théâtre éphémère en bois aux senteurs de pin (la structure appelée depuis deux ans Opéra des Nations a été rachetée à la Comédie Française pour accueillir les spectacles durant les travaux de restauration du Grand Théâtre commencés en 2016).

Le Grand Théâtre de Genève, dont la superbe restauration s'achève donc, rouvrira ses portes en février 2019 avec la tétralogie wagnérienne du Ring. Elle marquera le retour des spectacles dans le beau théâtre qui a ouvert ses portes en 1870 et qui a retrouvé son lustre premier en termes de décoration et d'architecture intérieure.

Pour cette nouvelle "Carmen", c'est la fougue et la jeunesse qui triomphent avec de séduisants chanteurs (le cast présentant dans l'ensemble des personnalités convenant parfaitement aux personnages). L'épure domine dans la belle mise en scène de la chorégraphe Reinhild Hoffmann, figure pionnière du Tanztheater. Elle impose d'abord un défi technique aux équipes du théâtre avec une idée magnifiquement réalisée : celle d'installer un gigantesque éventail bleu-nuit, qui se déploie à chaque début d'acte.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Cet éventail sert aussi d'écran pour des vidéos qui ponctuent les péripéties de cette tragédie : une rose dans l'éclat de sa beauté se fane ensuite avant de se répandre en pétales au sol - métaphorisant les stades de la passion liant Carmen et Don José. Le plateau, quant à lui, plongé dans des ténèbres quasi constante (sauf à l'acte IV pour la parade), se présente comme un espace débarrassé du superflu, plus ou moins occupé selon les actes par de grandes tables de bois clair servant de portes, d'estrades ou de murs d'arène et ce, sur un tapis sombre, sorte de tapis noir mêlé à un brillant mica du plus bel effet.

Les beaux costumes d'Andrea Schmidt-Futterer font le choix de l'atemporalité évoquant tout de même le style andalou. Les belles soieries, les corsets, les dentelles côtoient les habits sombres des bohémiens et du peuple. Pour les hommes, se partagent d'un côté les ensembles sombres rappelant l'élégance des hidalgos, et de l'autre des uniformes militaires contemporains. Leurs couleurs splendides rythment cette épure en noir et grège.

Le plateau nu a le mérite de focaliser notre attention sur les relations entre les personnages, dont les mouvements dessinent attractions et répulsions en un véritable ballet. Il semblerait d'ailleurs que Reinhild Hoffmann ait laissé une grande latitude de création aux artistes. L'ensemble dénote une grande compréhension des enjeux de l'œuvre avec un spectacle qui fait de Carmen le taureau de cette tragédie d'arène.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Côté distribution, on peut regretter les problèmes de prononciation de la langue française de certains artistes (et diablement dans les dialogues parlés de cet opéra-comique). Même la Carmen incendiaire de la mezzo russe Ekaterina Sergeeva n'est pas toujours exempte de reproches (avec l'habituel problème posé par les voyelles, consonnes et semi-consonnes nasales et orales), mais son tempérament volcanique, son engagement scénique et une voix bien projetée à l'ample tessiture emportent la partie.

Face à elle Sébastien Guèze est un juvénile Don José, lumineux et fragile. Son timbre solaire illumine la soirée. Et le ténor sait faire évoluer son personnage de l'indifférence souriante à une détermination mortifère, qui lui fera suivre le chemin aride d'un martyr de la passion se faisant assassin. Si le ténor a semblé parfois en proie au trac des premières avec ce léger problème fragilisant la ligne vocale : les E non muets avalés dans l'air "La fleur que tu m'avais jetée", par exemple. Il ose par le même temps des effets dynamiques fort réussis pour l'expressivité avec ce souffle piano qui se relance en un forte sensationnel dans le final de ce même air mythique. Dans le dernier acte, il se montre bouleversant : nul doute que le ténor se montrera parfait dans les prochaines soirées.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Le Moralès de Jérôme Boutillier parvient à joliment exister dès la première scène (la relève de la garde). L'Escamillo d'Ildebrando d'Arcangelo est impressionnant de charisme et de charme. Non moins remarquable aussi le quatuor comique formé par la Frasquita de Melody Louledjan, la Mercédès de Carine Séchaye, le Dancaïre d'Ivan Thirion et le Remendado de Rodolphe Briand. Tous superbes chanteurs, ils colorent leurs personnages de façon unique. Mention à la labilité de l'orchestre transcendé par l'art du chef américain, John Fiore, et aux chœurs maison d'une précision et d'un à propos appréciables.

Spectacle du 10 au 27 septembre 2018.
Opéra des Nations. Grand Théâtre de Genève.
40, avenue de France, Genève (CH).
Tél. : + 41 22 322 50 50.
>> geneveopera.ch

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
"Carmen"
Opéra-comique en 4 actes de Georges Bizet.
Livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d’après la nouvelle "Carmen" de Prosper Mérimée.
Crée à Paris le 3 mars 1875, à l’Opéra Comique.
Nouvelle production.
Chanté en français avec surtitres anglais et français.
Durée : approx. 3 h 20 (incluant 1 entracte).

Direction musicale : John Fiore.
Mise en scène & scénographie : Reinhild Hoffmann.
Costumes : Andrea Schmidt-Futterer.
Lumières : Alexander Koppelmann.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.

Christine Ducq
Jeudi 13 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019