La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Une "Carmen" rayonnante de jeunesse au Grand Théâtre de Genève

Du 10 au 27 septembre 2018, le Grand Théâtre de Genève offre une nouvelle production du chef-d'œuvre de Bizet. La mezzo Ekaterina Sergeeva et le ténor Sébastien Guèze dans sa prise de rôle de Don José ont brillé par la jeunesse et la fougue, bien secondés par une distribution souvent excellente et par l'énergie du chef John Fiore qui a enflammé les pupitres de l'Orchestre de la Suisse Romande.



© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Une "Carmen" pour ouvrir la saison du Grand Théâtre de Genève - encore une, me direz-vous. Outre que l'on ne se lasse pas d'écouter et de réécouter cette superbe partition, la production de la chorégraphe Reinhild Hoffmann mérite aussi le détour. C'est un des derniers spectacles que l'on pourra voir (durant les quatre prochains mois) dans le joli théâtre éphémère en bois aux senteurs de pin (la structure appelée depuis deux ans Opéra des Nations a été rachetée à la Comédie Française pour accueillir les spectacles durant les travaux de restauration du Grand Théâtre commencés en 2016).

Le Grand Théâtre de Genève, dont la superbe restauration s'achève donc, rouvrira ses portes en février 2019 avec la tétralogie wagnérienne du Ring. Elle marquera le retour des spectacles dans le beau théâtre qui a ouvert ses portes en 1870 et qui a retrouvé son lustre premier en termes de décoration et d'architecture intérieure.

Pour cette nouvelle "Carmen", c'est la fougue et la jeunesse qui triomphent avec de séduisants chanteurs (le cast présentant dans l'ensemble des personnalités convenant parfaitement aux personnages). L'épure domine dans la belle mise en scène de la chorégraphe Reinhild Hoffmann, figure pionnière du Tanztheater. Elle impose d'abord un défi technique aux équipes du théâtre avec une idée magnifiquement réalisée : celle d'installer un gigantesque éventail bleu-nuit, qui se déploie à chaque début d'acte.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Cet éventail sert aussi d'écran pour des vidéos qui ponctuent les péripéties de cette tragédie : une rose dans l'éclat de sa beauté se fane ensuite avant de se répandre en pétales au sol - métaphorisant les stades de la passion liant Carmen et Don José. Le plateau, quant à lui, plongé dans des ténèbres quasi constante (sauf à l'acte IV pour la parade), se présente comme un espace débarrassé du superflu, plus ou moins occupé selon les actes par de grandes tables de bois clair servant de portes, d'estrades ou de murs d'arène et ce, sur un tapis sombre, sorte de tapis noir mêlé à un brillant mica du plus bel effet.

Les beaux costumes d'Andrea Schmidt-Futterer font le choix de l'atemporalité évoquant tout de même le style andalou. Les belles soieries, les corsets, les dentelles côtoient les habits sombres des bohémiens et du peuple. Pour les hommes, se partagent d'un côté les ensembles sombres rappelant l'élégance des hidalgos, et de l'autre des uniformes militaires contemporains. Leurs couleurs splendides rythment cette épure en noir et grège.

Le plateau nu a le mérite de focaliser notre attention sur les relations entre les personnages, dont les mouvements dessinent attractions et répulsions en un véritable ballet. Il semblerait d'ailleurs que Reinhild Hoffmann ait laissé une grande latitude de création aux artistes. L'ensemble dénote une grande compréhension des enjeux de l'œuvre avec un spectacle qui fait de Carmen le taureau de cette tragédie d'arène.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Côté distribution, on peut regretter les problèmes de prononciation de la langue française de certains artistes (et diablement dans les dialogues parlés de cet opéra-comique). Même la Carmen incendiaire de la mezzo russe Ekaterina Sergeeva n'est pas toujours exempte de reproches (avec l'habituel problème posé par les voyelles, consonnes et semi-consonnes nasales et orales), mais son tempérament volcanique, son engagement scénique et une voix bien projetée à l'ample tessiture emportent la partie.

Face à elle Sébastien Guèze est un juvénile Don José, lumineux et fragile. Son timbre solaire illumine la soirée. Et le ténor sait faire évoluer son personnage de l'indifférence souriante à une détermination mortifère, qui lui fera suivre le chemin aride d'un martyr de la passion se faisant assassin. Si le ténor a semblé parfois en proie au trac des premières avec ce léger problème fragilisant la ligne vocale : les E non muets avalés dans l'air "La fleur que tu m'avais jetée", par exemple. Il ose par le même temps des effets dynamiques fort réussis pour l'expressivité avec ce souffle piano qui se relance en un forte sensationnel dans le final de ce même air mythique. Dans le dernier acte, il se montre bouleversant : nul doute que le ténor se montrera parfait dans les prochaines soirées.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
Le Moralès de Jérôme Boutillier parvient à joliment exister dès la première scène (la relève de la garde). L'Escamillo d'Ildebrando d'Arcangelo est impressionnant de charisme et de charme. Non moins remarquable aussi le quatuor comique formé par la Frasquita de Melody Louledjan, la Mercédès de Carine Séchaye, le Dancaïre d'Ivan Thirion et le Remendado de Rodolphe Briand. Tous superbes chanteurs, ils colorent leurs personnages de façon unique. Mention à la labilité de l'orchestre transcendé par l'art du chef américain, John Fiore, et aux chœurs maison d'une précision et d'un à propos appréciables.

Spectacle du 10 au 27 septembre 2018.
Opéra des Nations. Grand Théâtre de Genève.
40, avenue de France, Genève (CH).
Tél. : + 41 22 322 50 50.
>> geneveopera.ch

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.
"Carmen"
Opéra-comique en 4 actes de Georges Bizet.
Livret d’Henri Meilhac et Ludovic Halévy, d’après la nouvelle "Carmen" de Prosper Mérimée.
Crée à Paris le 3 mars 1875, à l’Opéra Comique.
Nouvelle production.
Chanté en français avec surtitres anglais et français.
Durée : approx. 3 h 20 (incluant 1 entracte).

Direction musicale : John Fiore.
Mise en scène & scénographie : Reinhild Hoffmann.
Costumes : Andrea Schmidt-Futterer.
Lumières : Alexander Koppelmann.

© Magali Dougados.
© Magali Dougados.

Christine Ducq
Jeudi 13 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019