La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Un monsieur qui n'aime pas les monologues" Comment jouer avec les mots pour révéler l'absurde du monde ordinaire

Quand le jeune Georges Feydeau aiguisait sa plume en commettant ses "Monologues" dans ce XIXe siècle finissant où les bourgeois - desquels il faisait partie - prêtaient le flanc à sa verve caustique, il ne pouvait se douter qu'au début du troisième millénaire, d'autres à sa suite seraient tentés de les "réinterpréter". Il suffirait pourtant d'actualiser quelques noms (propres… au sarcasme), en les remplaçant par ceux alors en vogue, et le tour serait "joué", tant la vérité humaine est de nature à perdurer.



© Lucas Barruche.
© Lucas Barruche.
Michel Allemandou l'a pressenti pour, avec envie, fougue et (im)pertinence, projeter sur l'avant-scène de "La Lucarne" ces vignettes décapantes regroupées sous le titre de l'une d'elles faisant figure d'antiphrase : "Un monsieur qui n'aime pas les monologues". Dans un stand-up aux allures aussi échevelées que leur interprète, l'acteur metteur en scène parcourt au pas de charge une foultitude de situations, toutes différentes… et à la fois semblables, leur point d'ancrage étant le personnage narrateur hautement satisfait de lui-même. Ainsi, nourri d'une logorrhée articulée à une douce folie, le comédien débite avec la foi du charbonnier ses élucubrations, mixant des énormités de raisonnement à une logique irréfutable.

Que ce soit l'homme au mal de dents compromettant un mariage mirifique, l'économe riche de se priver de tout et enseignant à son neveu désargenté cette vertu bénéfique, le monologue de l'épouse parlant "inconsciemment" dans son sommeil, le futur député à la pêche de ses électeurs, le théâtre détruit par ceux qui le font, la revue inénarrable d'actualités et la supercherie manifeste de Christophe Colomb, la célébrité tenant à un nom célèbre, l'élixir de jeunesse à base d'organes pilés, le crime parfait d'un innocent par une nuit de lune… et le monsieur qui n'aime pas les monologues, tout est bâti autour des métamorphoses du même.

© Lucas Barruche.
© Lucas Barruche.
Le nouveau philosophe, imbu de ses monstrations à retourner la tête, déploie tous les registres des mimiques de circonstance. Qu'il soit coiffé d'un chapeau, d'une perruque ou tête nue, qu'il enfile ou non ses gants blancs, il est la réincarnation des Bouvard et Pécuchet contemporains en visite chez des cousins de Bordeaux. Rien ne résiste à sa faconde assurée, ni les attendus communs, ni les communes pensées resucées, tant la pensée mise en commun lui semble un lieu commun qu'il dynamite sans commune mesure. Lui seul sait et dit le monde. Amen.

Ça rit, ça grince, ça fuse… Rien ne semble pouvoir endiguer le flux de ces mots "renversants" tant et si bien que, cul par-dessus tête, ils prennent vie pour délivrer un sens insensé qui décape toutes les représentations raisonnables. Comme si la logique du syllogisme était convoquée en coulisses pour pousser la raison raisonnante aux confins de ses tensions internes afin de faire exploser au grand jour le ridicule de certitudes partagées communément.

Et ce jusqu'à la chute, point d'orgue ironique de la performance, se présentant comme une mise en abyme des autres monologues : "Un monsieur qui n'aime pas les monologues" fait descendre dans la salle le comédien, assis au premier rang des spectateurs, pour vilipender celui qui une heure durant nous a abreuvé de ses soliloques tordus.

Même si parfois, et ce, dans le droit fil de l'époque où il a été écrit, le texte de Georges Feydeau - "remastérisé" pour y substituer le nom de personnalités politiques en vue - n'échappe pas à quelques facilités propres à plaire à moindre coût, le fond du propos reste de grande actualité tant il touche à l'essentiel : l'absurde de la condition humaine et de ses représentants… dont nous sommes. Quant à son interprétation, précipitant calembours et coupures de rythmes, elle est au-dessus de tout soupçon raisonnable tant le rôle endossé par le comédien semble ici avoir été taillé à ses mesures, démesurées à l'envi.

"Un monsieur qui n'aime pas les monologues"

© Lucas Barruche.
© Lucas Barruche.
D'après "Les Monologues" de Georges Feydeau.
Création originale du Gai saVoir !!! théâtre.
Conception et mise en scène : Michel Allemandou.
Avec : Michel Allemandou.
Lumières et espace sonore : Lucas Baruche et Lucas Fortune.
Regards extérieurs : Clovis Lepage et Christophe Caley.
Durée 1 h.

Vu le vendredi 5 novembre à 20 h au Théâtre La Lucarne à Bordeaux.
A été représenté dans ce lieu du 4 au 7 novembre 2021.

Yves Kafka
Samedi 20 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021