La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Un désopilant "Médecin malgré lui" à Genève

Le Grand Théâtre de Genève programme pour deux soirées encore une œuvre de Charles Gounod, "Le Médecin malgré lui", trop rarement montée et excellemment servie par la malicieuse production de Laurent Pelly. Avec une distribution ad hoc emmenée par le génial Boris Grappe dans le rôle de Sganarelle, le rire et la fantaisie sont au rendez-vous.



© GTG/Carole Parodi.
© GTG/Carole Parodi.
Charles Gounod compose dans la fièvre son "Faust" quand le directeur du Théâtre Lyrique à Paris lui demande de reporter son grand œuvre (un opéra sur le même sujet est sur le point d'être monté à Paris) et de s'intéresser à la pièce de Molière "Le Médecin malgré lui". Quelque peu désabusé, le compositeur français s'attelle malgré tout à la tâche, confiant à ses librettistes Jules Barbier et Michel Carré le livret. Le texte de Molière sera presque entièrement conservé avec les adaptations d'usage.

Ce sera le festival des premières fois pour Gounod : première œuvre comique, premier succès public et critique à la création le 15 janvier 1858 (le jour-anniversaire de la naissance de Molière) et l'adoubement des meilleurs compositeurs - Berlioz en tête qui y voit "un vrai petit chef-d'œuvre de goût, d'esprit, de verve et d'atticisme musical". Excusez du peu. Il faut dire que cet opéra-comique est une pure réussite et se défend encore admirablement aujourd'hui (à l'écoute aucunement démodé), contrairement à nombre d'œuvres de style léger récemment exhumées.

© GTG/Carole Parodi.
© GTG/Carole Parodi.
Grâce en soit rendu au génie universel de Molière - et la farce est fort bonne -, à une partition qui (de l'aveu même de Gounod) est "d'une allure facile et légère" proche de l'opera buffa italien mais bien dans l'esprit français. Le genre de l'opéra bouffe français renoue alors avec ce "Médecin" avec la réussite des plus grands mais avec des passages pastichant avec esprit Lully et une orchestration subtile, entre grâce et burlesque, frappée au coin des créations symphoniques antérieures du compositeur.

Gounod, comique ? Eh oui. Et quand la gaieté spirituelle de l'opéra rencontre pour la servir l'invention d'un metteur en scène comme Laurent Pelly et l'énergie non moins talentueuse de ses interprètes, que demande le peuple ? Avec une scénographie exemplaire et les moyens modernisés inspirés du théâtre de tréteaux, le metteur en scène trouve la bonne recette pour servir au public le plus délicieux des remèdes et l'on s'amuse franchement aux péripéties endiablées des aventures de ce pauvre Sganarelle, fagotier devenu médecin par la force d'un (heureux) retour de coups de bâton. L'amour, l'humour médecin, c'est le credo moliéresque heureusement revisité.

© GTG/Carole Parodi.
© GTG/Carole Parodi.
Boris Grappe est un Sganarelle supérieurement doué (1). Sa vis comica, le talent de baryton, tout concourt chez lui à nous enchanter - avec l'impression qu'on n'avait pas vu une telle réussite d'incarnation depuis longtemps. La Martine de Ahlima Mhamdi (son épouse excédée) et le Géronte de Franck Leguérinel sont au diapason. Le ténor Stanislas de Barbeyrac joue avec gourmandise les amoureux transis et la direction de Sébastien Rouland souligne avec jubilation les pleins et déliés d'une œuvre qui se veut pure ligne dédiée au rire musical - bien servi, il est vrai, par un orchestre et un chœur idoines.
(1) Selon l'aveu même de Gounod, trouver l'interprète idéal est vital car sinon "l'attrait de l'exécution se réduit à peu de chose". Jugement sévère mais qui explique, selon lui, l'absence avérée de l'opéra dans les programmations des théâtres après sa création (2).
(2) "Le Médecin malgré lui" sera repris deux fois en 1872 et en 1978 dans sa version originale.



14 et 16 avril 2016 à 19 h 30.

© GTG/Carole Parodi.
© GTG/Carole Parodi.
Retransmission le 14 mai 2016 à 20 h dans l'émission "À l'opéra" sur Espace 2 - RTS (Fréquences FM 100.1 et 100.7).
>> rts.ch/espace-2/

Grand Théâtre de Genève - Opéra des Nations.
40, avenue de France, Genève (Suisse).
Tél. : + 4122 322505.
>> geneveopera.ch

"Le Médecin malgré lui" (1858).
Musique de Charles Gounod (1818-1893).
Livret de Jules Barbier et Michel Carré d'après la pièce de Molière.
En français surtitré en français et en anglais.
Durée : 1 h 30 sans entracte.

© GTG/Carole Parodi.
© GTG/Carole Parodi.
Sébastien Rouland, direction musicale.
Laurent Pelly, mise en scène et costumes.
Chantal Thomas, décors.
Joël Adam, lumières.

Franck Leguérinel, Géronte.
Clémence Tilquin, Lucinde.
Stanislas de Barbeyrac, Léandre.
Boris Grappe, Sganarelle.
Ahlima Mhamdi, Martine.
Doris Lamprecht, Jacqueline.
José Pazos, Lucas.
Nicolas Carré, Valère.
Romaric Braun, Monsieur Robert.

Orchestre de la Suisse Romande.
Chœur du Grand Théâtre de Genève.
Alan Woodbridge, Chef de chœur.

Christine Ducq
Jeudi 14 Avril 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022