La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Un dernier rêve pour la route"… On en reprend un p'tit dernier avec plaisir !

Dans une pièce où la fantaisie et la musique prennent le pouvoir, Helena Noguerra apporte un bol d'air frais sur des sujets, dont certains sombres, tels la vie, l'amour, la mort et le suicide. Dans ce quarté, l'autrice et comédienne ne suscite pas, à dessein, de réponses définitives mais pose des questions dans un cadre dramaturgique gai et enjoué.



© Émilie Brouchon.
© Émilie Brouchon.
Lumière sur un grand lit qui prend la quasi-superficie de la scène alors qu'un chant découvre au préalable la scénographie. Tout se déroule dans ce lit, entre propos et situations éveillés comme d'autres rêvés ou imaginés. C'est sur cette crête que s'insinuent des êtres autant réels qu'à cheval entre fées, chimères et monstres, au demeurant fort sympathiques.

Viennent s'ébattre au début Iléna (Helena Noguerra) et son amoureux (Pierre Notte). L'amour pose son genou dès l'entame de la pièce avec des premières réflexions sur le sujet. Une guitare et une chanson démarrent le spectacle. La musique accompagne différents moments. Guitare à la main, Philippe Eveno joue de l'instrument dans différentes scènes. Ces moments musicaux, avec un aparté, un moment plutôt joyeux et chantonnant, permettent de créer des ruptures de jeu et de nourrir la dramaturgie d'une certaine espièglerie.

Entre tragédie et comédie, légèreté et gravité, rêve et réalité, innocence et lucidité, la gamme d'émotions est vaste. Oscillant d'un sentiment à l'autre, la dramaturgie installe à une même place des événements qui se déroulent dans un espace de temps dont le spectateur est libre d'accorder une durée plus ou moins grande.

© Émilie Brouchon.
© Émilie Brouchon.
Qui est Iléna, protagoniste principale qui se dispute la scène avec sa mère et un amoureux d'un jour, d'un mois, d'une année ou d'une vie ? On ne saura pas pour ce dernier élément. Là aussi, le spectateur est libre de choisir. La dramaturgie s'inscrit dans un rapport à l'espace et à l'instant, à géométrie variable. Les personnages tout autant. La mère aime-t-elle sa fille ? Là aussi, libre à chacun de choisir. Les protagonistes ont un lien entre eux assez lâche où leur relation est ambigüe.

Iléna, aime-t-elle réellement son amoureux ? Sa mère, qui a un rapport un brin décalé avec ce qui se joue sur scène, aime-t-elle Iléna ? Au-delà de leur filiation, quel est leur véritable lien sentimental ? Elle accompagne sa fille dans ses doutes existentiels, voire son désespoir, mesuré dans les réflexions, mais beaucoup plus tranché dans ses décisions finales. Il y a un décalage par rapport à une réalité, avec une génitrice assez facétieuse face au destin de son enfant adulte qui se questionne, tragiquement, sur la vie, avec le suicide qui est aussi posé ouvertement.

© Émilie Brouchon.
© Émilie Brouchon.
La pièce ne tombe pas dans un travers triste. Bien au contraire, elle garde une allure de bonne tenue humoristique de bout en bout. La fantaisie permet de la faire dériver vers des rivages où le loufoque a ses reparties avec quelques protagonistes affublés de perruques et de costumes haut en couleur qui bousculent le thème dramaturgique. Nous sommes dans un rapport à l'imaginaire avec des personnages irréels et déjantés comme, entre autres, ces "monstres" en forme de lapins quand ce n'est pas Icare ou un boxeur qui prennent le relais. Fruits de l'imaginaire d'Iléna, ceux-ci participent, via son inconscient, à se nourrir à différentes auberges pour cheminer dans des contours dramaturgiques afin d'éclairer, toute proportion gardée, les côtés lumineux et obscurs de la vie.

"Un dernier rêve pour la route"

© Émilie Brouchon.
© Émilie Brouchon.
Texte : Helena Noguerra.
Mise en scène : Catherine Schaub.
Assistante à la mise en scène : Agnès Harel.
Avec : Romain Brau, Christiane Cohendy, Philppe Eveno, Helena Noguerra, Pierre Notte.
Scénographie : Emmanuel Clolus.
Création musicale : Helena Noguerra et Philippe Eveno.
Design sonore : Jean-Baptiste de Tonquedec
Costume : Romain Brau.
Lumières : Thierry Morin.
Durée : 1 h 20.

Du 6 au 24 juin 2023.
Du mardi au samedi à 20 h 30, dimanche à 15 h 30.
Théâtre du Rond-Point, Salle Jean Tardieu, Paris 8e, 01 44 95 98 00.
>> theatredurondpoint.fr

Safidin Alouache
Lundi 12 Juin 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024