La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un coup de griffe théâtral salvateur par un jeune collectif félin aux ambitions mordantes

Il faut parfois se servir d'un poignard pour se frayer un chemin", À la Générale, Paris

Reprise ! Un tout jeune collectif de comédiens, "M.I.A.O.U." (1), pétris de louables intentions et portant haut leurs revendications théâtrales, présente sa deuxième création (2), "Il faut parfois se servir d'un poignard pour se frayer un chemin", au Théâtre de Belleville. Il faut sans tarder aller les voir et les entendre car ils sont bourrés d'un talent prometteur et ils y sont pour très peu de temps.



© Soledad Pino.
© Soledad Pino.
S'emparer ainsi, avec un tel enthousiasme, d'un texte aussi déjanté que celui du brésilien Roberto Alvim, il fallait oser. Et ils l'ont fait. À l'ère des problèmes économiques et des prisons surpeuplés, comment effectuer une relance de l'économie ? Sachant que le capital n'est jamais aussi fort que face à des menaces, rien de mieux que de se créer de nouveaux ennemis, même s'ils sont factices... surtout s'ils sont factices ! C'est ainsi qu'un secrétaire d'État à la sécurité publique initie la création d'une cellule révolutionnaire terroriste afin que celle-ci génère une insécurité toujours bonne pour les affaires.

À partir de ce moment-là, tout part en vrille et l'écriture de Roberto Alvim, tissée d'humour, d'un brin de cynisme et d'ironie virtuose, nous embarque dans une histoire où la section subversive prend le paradoxal nom de "Club Mickey" et décide de s'attaquer - à coups de poignards, of course ! - à un "boys band" se nommant TNT. Cela aurait pu friser le ridicule, voire le catastrophique si nos joyeux et jeunes membres du collectif "M.I.A.O.U." n'avaient pris avec une vitalité, un sérieux empreint de naturel et une justesse déconcertante, l'interprétation de cette pièce qui, plus qu'à d'autres, pouvait leur parler. Comédiennes et comédiens prennent à bras-le-corps chacun des rôles avec un talent consciencieux et nous offre, durant 1 h 30, l'expression d'un jeu rafraîchissant, bourré d'énergie et d'audace… et d'une impertinente sincérité.

© Soledad Pino.
© Soledad Pino.
La mise en scène judicieuse et tout en finesse d'Alexis Lameda-Waksmann avec une occupation géographique et cinématographique de l'espace met bien en évidence le traitement par focales différentes des situations/actions : premier plan évoquant le plan américain (là où les décisions importantes se prennent ou quand les relations surfent sur l'intime) et les second, troisième et quatrième plans jusqu'au plan global de fond de scène avec l'utilisation en direct de Skype (en vidéo-projection) donnant la portée dramatique, tragique des évènements (dans leurs déroulements communs ou ordinaires) sur les différents protagonistes.

Ce "dispositif" facilite la mise en abyme du spectacle dans le spectacle, expurger le monde du show (show-biz avec ici la caricature de ce que furent les "boys band") pour en extraire ce sacro-saint modèle de "réussite à tout prix" incarné aujourd'hui par les "télé stars" et autres méga buzz sur les réseaux sociaux. Il montre, au-delà de la manipulation, de l'enrôlement et de la propagande propres aux sphères du pouvoir, comment le terrorisme donne à voir aussi une forme de représentation et d'utopie pour une jeunesse en mal d'idéal, en proie au désespoir et sans avenir.

© Soledad Pino.
© Soledad Pino.
La proposition est inventive et évite l'écueil "donneur de leçon". Ici, pas de réponses, pas de prises de positions "pour ou contre"… Mais un flot de questions que les nouvelles générations sont en droit de se poser aujourd'hui sur les mécanismes pervers de soumission et de réduction de la pensée individuelle que met en place, volontairement ou pas, la société, ses gouvernants et surtout ceux qui possèdent le pouvoir financier. Et sans rentrer directement dans le débat des fanatismes (religieux ou autres) et de la violence au quotidien, le groupe "M.I.A.O.U." pose la cruelle question : "doit-on nécessairement tuer l'autre pour avoir l'impression, ne serait-ce qu'un instant, d'exister ?".

(1) Groupe M.I.A.O.U. : Mouvement d’interprétation artistique originale et utile.
(2) "Un monde qui s’efface", projet présenté dans le cadre de "Premières lignes" le 13 janvier 2015 à L'Atelier à spectacles, Scène conventionnée de l'Agglo du Pays de Dreux, Vernouillet (28).

"Il faut parfois se servir d'un poignard pour se frayer un chemin"

© Soledad Pino.
© Soledad Pino.
Texte : Roberto Alvim.
Traduction : Angela Leite Lopez.
Mise en scène : Alexis Lameda-Waksmann.
Avec : Rachel André, Celia Catalifo, Majid Chikh-Miloud, Eugène Durif, Adrien Gamba-Gontard, Claire Lemaire, Guillaume Perez, Benjamin Tholozan et Julien Urrutia.
Ambiance sonore : Mathias Lameda.
Paroles de chansons : Matthieu Devaux, Guillaume Perez, Thomas Poitevin, Benjamin Tholozan.
Mise en musique des chansons : Matthieu Devaux.
Costumes : Emmanuelle Belkadi.
Lumières : Florent Penide.
Production : Groupe M.I.A.O.U. (Mouvement d’interprétation artistique originale et utile).
Durée : 1 h 30.

© Soledad Pino.
© Soledad Pino.
Du 27 Janvier au 14 Février 2016.
Du mercredi au samedi à 21 h 15, dimanche à 20 h 30.
Théâtre de Belleville, Paris 11e, 01 48 06 72 34.
>> theatredebelleville.com

>> groupemiaou.com

Reprise !
Du 2 au 5 novembre 2016.
Dans le cadre de la 2e édition du Festival Éveil d’Automne.
Mercredi, jeudi et vendredi à 19 h 30, samedi à 17 h.
À la Générale (lieu de coopérative artistique), Paris 11e,
Entrée en libre participation sur réservation.
reservation@lebureautrois.com
>> lagenerale.fr

Gil Chauveau
Mardi 18 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019