La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un Jacques Martial transcendant dans "Cahier d'un retour au pays natal" d'Aimé Césaire

Voilà un spectacle qui incite à la simplicité, au vrai, aux termes précis. Car comment partager l'émotion immense qui se crée soir après soir sur la scène du Théâtre de l'Épée de Bois ? Après avoir été fasciné, ébranlé et emporté par les mots d'Aimé Césaire via la bouche, le corps et le cœur de Jacques Martial, je ne parviens pas à retrouver tous mes esprits. Et je me retrouve devant la page blanche avec le seul désir impuissant de donner l'envie à tous d'aller se ressourcer à cette fontaine de vie, de poésie, de tendresse et de dureté, mais comment ?



© AKO - Audrey Knafo Ohnona.
© AKO - Audrey Knafo Ohnona.
Un métro crache sur scène une sorte de voyageur vagabond harnaché de trois énormes sacs en propylène bariolés. Sans visage. Le corps avalé par ses charges. Une créature indéterminable. Qui s'installe à même le sol pour y dormir. Les gestes gauches, rêches, articulés. Qui se relève. Qui ne parle pas. C'est cette créature qui sera devenue dans une heure un être humain tellement vaste, tellement complet et beau comme une idole terrestre qu'on ne sait quelle magie s'est opérée entre ces deux moments.

Entre cette première minute et ce noir de fin, rien que le texte d'Aimé Césaire, le talent de Jacques Martial, dans une scénographie simple et parlante et des lumières justes et belles. Les mots de ce grand poète d'abord : oui, un foisonnement d'images, de sons, de couleurs, de télescopages de sens, d'articulations libres, de mots si rares, mots d'érudits, qui défient les connaissances, mots oubliés parfois, voilà la projection éclatante de la représentation de la Martinique, terre natale d'Aimé Césaire. Voilà pour la matière malléable de ce long poème. Un texte d'où jaillissent des images à profusion. Un texte que Jacques Martial, grâce sans doute à la longue fréquentation de ces vers libres qu'il partage depuis des années un peu partout sur la planète, parvient à nous faire parvenir totalement, comme une évidence, même ces mots inconnus qu'il nous semble comprendre au travers de son interprétation, de son élocution, de son jeu.

© AKO - Audrey Knafo Ohnona.
© AKO - Audrey Knafo Ohnona.
Tout semble clair, limpide. Les descriptions, les pérégrinations de ce personnage en quête de repère, en quête d'histoire et de racines. Un retour au pays natal qui s'harmonise parfois comme un chant parsemé de refrains… Au bout du petit matin, une ville inerte… qui se transforme en chaos parfois dans la colère et la rage de l'impuissance, en déplacements saccadés, en jeux de corps, en incarnations violentes de l'acteur. Car le personnage qu'il incarne, Aimé Césaire lui-même peut-être, creuse en lui-même, en ses abîmes, en ses rêves, les filons dont il extrait toutes les mémoires : celles de son enfance, et aussi celles de ses contemporains, de ses ascendants, celles de toutes les victimes de l'esclavage, du colonialisme, du racisme envers les noirs.

C'est ainsi que, sous nos yeux, se transfigure ce personnage. Jacques Martial lui-même atteint des moments où le texte le pousse à être méconnaissable. Car, sous la brillance du verbe, des mots, de cette poésie riche, la tragédie noire, que l'homme politique Césaire clama toute sa vie, éclate. Mais elle éclate comme la tragédie qu'un homme porte, sa souffrance, ses blessures et ses rêves, non comme un cri de vengeance. Et qui que l'on soit, quelle que soit sa vie, l'on partage alors ce drame, impliqué totalement.

© AKO - Audrey Knafo Ohnona.
© AKO - Audrey Knafo Ohnona.
Se vêtant puis se dévêtant pour la fin du monologue, le comédien devient de plus en plus "cher", la chair même qui fut enchaînée, asservie, battue, marquée au fer rouge, bafouée, meurtrie, la chair également de Césaire même, qui bouillonnait de trois siècles d'esclavage, puis de colonisation, comme si tous ceux qui l'avaient précédé agitaient leurs cris sous sa peau et dans son âme. C'est ainsi que Jacques Martial est cet humain Césaire, corps et âme.

Il faudrait emmener les enfants voir ce spectacle, pas seulement pour l'enseignement et le coup de pied à l'oubli qu'il donne, mais aussi pour la beauté de ce texte qui, au-delà du descendant d'esclaves, du révolté contre les injustices de la colonisation rayonnante, montre un humain tombé au monde dans toute sa complexité, dans toute sa générosité, dans toute sa luminosité.

"Cahier d'un retour au pays natal"

© AKO - Audrey Knafo Ohnona.
© AKO - Audrey Knafo Ohnona.
Texte : Aimé Césaire.
Mise en scène : Jacques Martial.
Assistant à la mise en scène : Tim Greacen.
Avec : Jacques Martial.
Scénographie : Pierre Attrait.
Lumière : Jean-Claude Myrtil.
Peinture : Jérôme Boutterin.
Accessoires : Martine Feraud.
Régisseur : Jean-Marc Feniou et Damien Patoux.
Compagnie de la Comédie Noire.
Tout public à partir de 9 ans.
Durée 1 h 15.

Du 29 septembre au 16 octobre 2022.
Du jeudi au samedi à 19 h, samedi et dimanche à 14 h 30.
Théâtre de l'Épée de Bois, La Cartoucherie, Paris 12e, 01 48 08 39 74.
>> epeedebois.com

Bruno Fougniès
Mercredi 5 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024