La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Un Cyrano dépoussiéré, musical... Comme un rêve à la fois joyeux et grave

"Cyrano de Bergerac", Théâtre de l’Épée de Bois, Paris

Dans le "Cyrano de Bergerac" d’Edmond, le public rit, essuie une larme devant le destin de ce personnage dont la mère aurait crié à sa naissance "okilélè" et qui est présenté comme un des plus brillants esprits de son époque, bretteur et rêveur de lune tout à la fois. Il aima platoniquement et par procuration la plus belle des précieuses, Roxane.



© Mylène Guerriot.
© Mylène Guerriot.
En fusionnant avec brio le théâtre romantique et le roman historique, l’auteur, le 28 décembre 1897, fait d'Hercule Savinien de Cyrano de Bergerac (auteur célèbre du XVIIe siècle), un personnage à part entière. Libéré de son modèle historique, Cyrano est un mythe français éminemment populaire.

La pièce fait se succéder sans pause une suite de tableaux de genre (la scène chez le traiteur Ragueneau, la scène du duel, la scène sous le balcon de la belle, la scène du camp militaire d’Arras, etc.). Elle est emportée par le verbe, par le souffle. Inaugurée par une mise en abyme de théâtre dans le théâtre qui permet à Cyrano (et à son interprète) de fustiger, ridiculiser avec l’appui du public le théâtre académique de son temps, elle culmine en sa scène finale par un des plus beaux monologues du répertoire. Mort et amour du héros enchâssés dans la solitude de l’aimée et la mélancolie de l’automne de la vie.

© Sylvain Bocquet Tri-angles.
© Sylvain Bocquet Tri-angles.
La version scénique d’Olivier Mellor ne faillit pas, bien au contraire. Et c’est sous les ovations d’un public ravi que vingt-trois comédiens et quatre musiciens saluent, font la révérence. L’effet de troupe emporte tout dans un tourbillon de plaisir.

L’action de ce Cyrano-là est situé dans un monde loufoque, excentrique, propre à la scène qui mélange la vie de plateau et de théâtre. Où il devient vraisemblable que des joueurs de rugby à treize en cadets désargentés, railleurs, roqueurs et rimailleurs, rêvent de capes, d’épées, de bombance et de belles paroles. Où les petits gars se cognent, se castagnent. Où les nobles et les duègnes sortent d’une scène glam rock. Où des roadies, des régisseurs de plateaux, en ombres bienveillantes, manient les portiques aux tubulures bien présentes et relient le jeu avec discrétion et efficacité. Sans avoir l’air d’y toucher, ils créent de la poésie.

© Mylène Guerriot.
© Mylène Guerriot.
La partie musicale semble égrener les scènes, les colorier. Les musiciens accompagnent, composent comme pour un concept album. Un peu d’électro-jazz, un chouïa de funk et de reggae, juste ce qu’il faut pour jouer, de manière très juste, avec l’émotion d’un chant traditionnel d’esclaves de la Réunion et se fondre dans les ténèbres chaudes d’un lied de Gustav Mahler.

Rythmée en un authentique musical, la pièce se décante progressivement et culmine en émotion dans une deuxième partie épurée, densifiée. Chacun, des seconds rôles et figurants, trouve sa place sous la houlette d’un hercule au cœur tendre, au nez pinocchiesque (Jean-Jacques Rouvière) qui fait rire les parents et les enfants, et leur fait écraser une larme.

Parce que la musique et les passes d’escrime sont irréprochables, parce que Cyrano est un hercule, que Roxane (Marie Béatrice Dardenne) est une jeune femme au tempérament moderne, parce que toute une troupe respecte et l’œuvre et le public, parce que l’œuvre est dépoussiérée avec tact, ce Cyrano est comme un rêve joyeux et grave : quel panache !

"Cyrano de Bergerac"

© Sylvain Bocquet Tri-angles.
© Sylvain Bocquet Tri-angles.
Texte : Edmond Rostand.
Mise en scène : Olivier Mellor.
Scénographie : Noémie Boggio et Alexandrine Rollin.
Avec : Jean-Jacques Rouvière, Marie-Béatrice Dardenne, Adrien Michaux, Stephen Szekely, Fred Egginton, Rémi Pous, Dominique Herbet, Vincent Tepernowski, Denis Verbecelte, François Decayeux, Marie Laure Boggio, Michel Fontaine, Mylène Guériot, Karine Dedeurwaerder, Jean-Christophe Binet, Olivier Mellor et Nicolas Auvray.
Lumière, régie générale : Benoît André.
Musique originale : Séverin Jeanniard.
Costumes, maquillages, coiffures : Hélène Falé.
Son : Christine Moreau.
Maître d'armes : Patrice Camboni.
Durée : 3 heures.

Du 6 novembre au 2 décembre 2012.
Du mardi au samedi à 20 h 30, dimanche à 18 h.
Théâtre de l’épée de bois, Cartoucherie de Vincennes, Paris 12e, 01 48 08 39 74.
>> epeedebois.com

Jean Grapin
Jeudi 15 Novembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021