La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

"Traverse !", une fenêtre grande ouverte sur les arts de la parole

Voici la deuxième édition du festival "Traverse !" qui vient de succéder à 20 ans de "Contes en Chemin". Une édition qui voit le jour in extremis puisqu'elle devait initialement avoir lieu début juin, annulée pour cause d'épidémie pour être finalement repoussée en cette fin d'été.



Nicolas Bonneau et Fannytastic © Michel Hartman.
Nicolas Bonneau et Fannytastic © Michel Hartman.
Nicolas Bonneau, directeur artistique, et sa compagnie la Volige ont guerroyé contre les événements et louvoyé entre les différentes directives de santé publique pour qu'ait lieu cette édition : l'autorisation préfectorale n'est tombée que 3 jours avant le début des festivités ! Il a fallu faire preuve d'une sacrée dose d'optimisme et d'une volonté enthousiaste à toute l'équipe de professionnels et de bénévoles (plus de 60 bénévoles participent à cet événement) pour mettre sur pied cette nouvelle édition des arts de la parole.

Pour se plier aux normes, la programmation et l'organisation même du festival ont dû être revues en grande partie : moins de gros spectacles, plus d'itinérance dans les communes, des spectacles en plein air et une souplesse démultipliée pour les installations provisoires qu'il faut chaque jour déménager d'un lieu à l'autre, aller de ville en ville, de village en village, comme troubadours ou théâtre de tréteaux.

Une programmation dont la colonne vertébrale est le théâtre-récit et le conte, mais qui ne s'empêche pas des escapades dans la musique, la chanson ou l'improvisation. Chaque jour propose différents événements qui débutent le midi avec un "déjeuner chez l'habitant" précédé par l'intervention d'un ou deux artistes pour une présentation des spectacles, des lectures, des extraits. Puis, chaque soir à 19 h 30, les Transversales présentent un plateau de conteurs avant le spectacle de fin de soirée.

"Ma famille" © Michel Hartman.
"Ma famille" © Michel Hartman.
Nicolas Bonneau n'a pas été choisi par hasard pour prendre la tête de ce festival et le redynamiser. Porteur d'un véritable projet de renouveau avec sa compagnie la Volige, il travaille depuis le début de sa carrière dans le domaine du conte et du récit. Il est, le plus souvent, auteur de ses propres textes et interprète. Des spectacles couramment inspirés par notre époque et les combats sociaux qui la traversent, à commencer par "Sortie d'usine", "Village toxique", "Qui va garder les enfants ?". Un travail très personnel sur l'art du conte qui s'habille de théâtralité et s'affranchit du répertoire pour transformer notre monde en histoires et donner ainsi du sens à la réalité en la transcendant.

C'est un ancien lavoir qui accueille le spectacle de la troisième soirée du festival : "Juste une trace", de et avec Amélie Armao. Éclairages à la bougie, clapotis d'eau et aboiements de chiens dans la nuit alentour nous plongent immédiatement dans l'ambiance du siècle dernier, des siècles derniers, quand les femmes venaient rincer le linge ici, loin du village et où la parole faisait courir les histoires étranges et les contes merveilleux.

Le public, au jeu de cette écoute réactive provoquée par Amélie Armao, semble retomber dans les peurs enjouées de l'enfance et écoute, réagit, ouvre de grands yeux sur de grandes bouches (que l'on devine sous les masques). La conteuse a recueilli dans les jours précédents des récits tombés des mémoires des anciens pour greffer son conte au lieu qui l'accueille. C'est un jeu de dialogue qui s'installe, entre patois et coutumes. Un spectacle qui reste dans un classicisme du conte traditionnel, chaleureux par son implantation dans ce décor qui répond au décor de l'histoire et naît d'une narration fragile dans la fraicheur de son adaptation au lieu.

Le spectacle du quatrième soir, qui a dû se réfugier dans la salle communale pour cause d'averses, tend davantage vers le théâtre-récit, voire la marionnette : "ma famille" de l'Uruguayen Carlos Liscano par la compagnie KF est un petit diamant aux crêtes acérées. Camille Kerdellant et Rozenn Fournier incarnent à elles deux tous les personnages de la pièce dans un dispositif à la fois simple et ingénieux : une simple table derrière laquelle elles prennent place et deux lampes de bureau qu'elles manipulent elles-mêmes tout au long de l'histoire, créant chaque fois les lieux du récit.

"Juste une trace" © Michel Hartman.
"Juste une trace" © Michel Hartman.
Un récit totalement porté par une création physique des personnages d'une précision extraordinaire. Toutes les gestuelles sont comme des mécaniques de précision, automates humains dont l'art s'approche du théâtre de marionnettes. Ce travail parfaitement adapté au fantastique du texte démultiplie ses aspects monstrueux et barbares tout en lui apportant la distance nécessaire pour déclencher les rires et la fascination.

Et tout au long du festival, chaque soir avant le spectacle à l'affiche, Les Transversales offrent au public attablé devant un verre ou un foué, un plateau de conteurs et les interventions musicales étincelantes de l'extraordinaire Fannytastic - sa voix au registre sans limite, relayée, démultipliée et mise en chœur à l'infini et en délicatesse par son séquenceur, soutenue par les notes modernes de son accordéon.

"Juste une trace", récit et jeu d'Amélie Armao, avec le soutien du département des Vosges et le FEADER.

"Ma Famille", texte de Carlos Liscano, interprétation de Camille Kerdellant et Rozenn Fournier.

"Les Transversales", avec Fannytastic, Amélie Armao, Nicolas Bonneau, Camille Dujour.
Michèle Bouhet et Jean-Jacques Epron lisent "Paroles de villages en Nouvelle Aquitaine", Geste Éditions.

Soutiens : Le Haut Val de Sèvre, La Nouvelle Aquitaine, La communauté de communes Haut Val de Sèvre.
>> festival-traverse.fr
La troisième édition de Traverse ! aura lieu début juin 2021.

Traverse !, Festival itinérant des arts de la parole en Haut Val de Sèvre (79).
A eu lieu du 24 août au 29 août 2020.

Voir aussi >> Traverse ! Deuxième édition maintenue en version adaptée et itinérante

Bruno Fougniès
Mardi 1 Septembre 2020


1.Posté par Yvelise BALLU BERTHELLEMY le 06/09/2020 21:23
Bonsoir Bruno,

Un très bel article pour encenser ce festival des arts de la paroles, sur ce territoire rural, si éloigné du faste des théâtres des grandes villes.
Quel plaisir partagé !
Merci à toi.
Amicalement

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022