La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Tours Circus : Sous l’œil de verre des sentinelles de béton... le parvis devint cirque

06/09 au 08/09/2012, La Défense - Tours Circus, Hauts-de-Seine

Début septembre, c'est encore un peu les vacances... Ou, du moins, feignons de le croire si le soleil daigne encore nous gratifier quelque peu de sa présence. Ici, c'est au milieu des géants de béton de La Défense que se déroule la deuxième édition de ce jeune festival des arts de la rue et du cirque... proposant une dizaine de spectacles gratuits sur trois jours. Point d'orgue de cette manifestation, le spectacle "TRANSITion" de la Compagnie allemande Pan.Optikum dont le "gigantisme" sera à la démesure des monstres architecturaux guettant de leurs hauteurs le parvis.



Cie Pan.Optikum "TRANSITion" © Matthias Kolodziej.
Cie Pan.Optikum "TRANSITion" © Matthias Kolodziej.
Organisé par le Conseil général des Hauts-de-Seine et Defacto (Établissement public de gestion, d’animation et de promotion de La Défense) avec le soutien du Réseau Déambulation, le festival La Défense Tours Circus invite donc une dizaine de compagnies de rue de renommée internationale... histoire de dérider les hommes d'affaires en-cravatés des tours avoisinantes et régaler les spectateurs qui avaient déjà répondus présents et nombreux lors de la 1ère édition.

Les cadres en costumes trois pièces pourront d'ailleurs compter sur la Brigade d’Intervention Poétique Briseuse d’Idées Plates (La Cave à théâtre) pour leur fournir, avec humour et entrain, toutes les informations dont ils ont besoin - "Quand arrive la BIP BIP, tout s’éclaire, tout s’explique, car c’est l’info qui rapplique !".

Annibal et ses éléphants "Le film du dimanche soir" © DR.
Annibal et ses éléphants "Le film du dimanche soir" © DR.
Parmi les autres compagnies invitées, arrivant presque tout droit du festival d'Aurillac, Annibal et ses Éléphants présentera, avec son "film du dimanche soir : The Wild Witness", sa vision burlesque, ludique et fantaisiste du cinéma forain. Le Cirque Baroque, quant à lui, jouera aussi la partition burlesque avec "Happy End", revendiqué comme "un nouveau cirque à l'ancienne" où les artistes s'amusent à revisiter leurs numéros, entre tradition et contemporanéité, mettant pour cela en scène l'histoire de descendants d'un historique cirque des années trente, détenteur d'une grande mais classique tradition de la piste confrontés à l'urgence de créer un spectacle "moderne".

Cie Pipototal "Basculoscopia" © Bénédicte Deramaux.
Cie Pipototal "Basculoscopia" © Bénédicte Deramaux.
Un des moments forts du festival sera sans aucun doute la monumentale et impressionnante machine - et aventure galactique et féérique - de la Cie Pipototal, tout droit sortie de l’imaginaire de Jules Verne. Cette structure mécanique et métallique, "Basculoscopia", digne des dessins de Léonard de Vinci, est composée de mécanismes permettant de générer de l'acrobatie et a pour machinerie centrale un Basculoscope autour duquel sont disposés des plateaux accueillants des agrès et des instruments de musiques à percussions... L'ensemble est fixé sur une "tournette" géante effectuant une révolution d'une heure... correspondant à la durée du spectacle. Le temps d'un véritable voyage dans un pays imaginaire à bord du vaisseau du "Magister" et de son équipage !

Cie Pipototal "Basculoscopia" © Bénédicte Deramaux.
Cie Pipototal "Basculoscopia" © Bénédicte Deramaux.
Également programmés : "Allure Verticale" de la Compagnie Alto, pièce chorégraphique et musicale, terrienne et aérienne, où se rencontre acrobates et danseur pour un échange rythmé tout en souplesse et élégance, avec la corde comme objet central, en rotation comme le pendule de Foucault... symbole du cosmos continuant à tourner... avec ou sans nous ;
"Où est Stern" par le Collectif Le Muscle, un western de rue surgissant du grand écran pour une mise en jeu au cœur du quotidien. Une histoire insolite qui prend le public comme acteur secondaire mais indispensable, et joue sur un comique de situation très "monty pythonien" et une mise en scène aux accents "moriconiens" ;
Midi 12 et sa "Fanfare électrique", six guitaristes au répertoire rock implacable, emmenant les spectateurs dans un voyage musical énergique et humoristique où sont revisités le gospel, la musique de film et les classiques populaires ;
Tibodypaint et "Les Folmaloïdes Dracos", ses créatures immenses, étranges et fantastiques venues d'ailleurs, et ses terriens acrobates. Une légende oubliée d'une civilisation d'un autre temps, entre domptage et apprivoisement, parlant du désir de retour... dans un monde de feu, où l'homme est "pictural"... une histoire de reconquête ;
En prélude à chaque journée, le Bonimenteur (Cie Les Bonimenteurs), reconnaissable à son chapeau et à son costume rétro, beau parleur et toujours de bonne humeur, annoncera les spectacles du jour avec une verve très fleurie. Un moment rare de poésie absurde.

Cie Pan.Optikum "TRANSITion" © Matthias Kolodziej.
Cie Pan.Optikum "TRANSITion" © Matthias Kolodziej.
Enfin, pour clore le festival, est convié sur le parvis, à l'ombre des géants de béton, le spectacle "TRANSITion" de la Compagnie Pan.Optikum. Ce spectacle grandiose, étonnant et envoûtant est inspiré de l’œuvre de Wajdi Mouawad, "Le soleil ni la mort".

Dans les métamorphoses d’Ovide, les êtres humains ou les demi-dieux sont transformés en animaux, en plantes ou en constellation pour un comportement précédent, qu’ils soient fautifs ou innocents. Refusant de changer d’idée ou de réviser leurs conceptions, les hommes sont ainsi mêlés dans des guerres et des combats, bien que ou justement parce que chacun travaille continuellement à se construire un nouveau monde "meilleur" pour soi-même. Construit sur le mythe du devin Teiresias qui observe les hommes dans leur lutte pour survivre, "TRANSITion" visualise, met en scène, en espace, en flamme, le besoin des hommes de croire inlassablement (utopie ?) en la construction d'un monde meilleur. Usant d'une machinerie imposante et spectaculaire, d'artifices lumineux, d'un son énergique et puissant, Pan.Optikum (associée pour ce spectacle avec EFIMER, groupe d'artistes catalans) n'en néglige pas pour autant la théâtralité du jeu, la qualité d'un texte riche mais accessible.

Tours Circus : Sous l’œil de verre des sentinelles de béton... le parvis devint cirque
"TRANSITion", théâtre/performance de rue vibrant comme un écho de la recherche d'un monde meilleur pourrait bien avoir une résonance particulière sur ce parvis soumis au regard des "Tours d'affaires" environnantes, sentinelles d'un "pouvoir" économique... qui aujourd'hui nous gouverne... D'où la nécessité du spectacle comme catharsis... comme une libération !

Du 6 au 8 septembre 2012.
La Défense Tours Circus,
2e édition du Festival des arts de la rue et du cirque.
Parvis de La Défense, Paris La Défense, Hauts-de-Seine, 01 41 91 26 79.

>> ladefense.fr
>> vallee-culture.hauts-de-seine.net

Cie Pan.Optikum "TRANSITion" © Matthias Kolodziej.
Cie Pan.Optikum "TRANSITion" © Matthias Kolodziej.

Gil Chauveau
Mardi 28 Août 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur

Un clip jubilatoire et survitaminé de huit minutes trente, un moment exceptionnel qui rassemble soixante-cinq musiciens(nes) chanteurs(ses) et une trentaine de danseurs(ses) confinés(es) à Rennes. Initié par le pianiste Édouard Leys, ce projet représente huit jours de travail, d'enregistrement et de montage pour aboutir à un morceau entièrement composé par des artistes calfeutrés à leur domicile pour lutter contre la propagation du Covid-19. À découvrir d'urgence !

Co-Rennes-A-Virus (Collectif confiné), huit minutes trente de bonheur et de bonne humeur
Collectif rennais confiné mais réuni autour d'un projet collaboratif : écrire, enregistrer et filmer un morceau tous ensemble, à distance, chacun avec les moyens dont il dispose dans son lieu de confinement. Réunir toutes les propositions, certaines enregistrées avec les moyens du bord, les compiler, les agencer et en faire un titre représentant une partie de la diversité de la scène rennaise. Certains mettent leurs talents de monteurs, réalisateurs, techniciens au service de cette entreprise improbable et pharaonique !

8 jours, 65 musiciens, 170 pistes audios et autant d'extraits vidéos plus tard, un clip de 8'30 bluffant, joyeux, bourré d'énergie, émerge, boosté par une trentaine de danseurs rennais venus compléter le tableau de famille ; un morceau très rythmé aux accents groove et funk tantôt chanté, tantôt rappé !

Gil Chauveau
27/03/2020
Spectacle à la Une

"Où sont passés vos rêves ?" d'Alexandre Prévert, en public au Bataclan

Captation intégrale "Où sont passés vos rêves ?" est le nouveau stand-up classique écrit et interprété par Alexandre Prévert, jeune pianiste de 23 ans, accompagné par le groupe Believe et le label Naïve. Ce jeune Savoyard talentueux, diplômé du Conservatoire de Paris, associe à une originalité créative le piano et les grands compositeurs, l'humour, la poésie, les échanges avec le public et les anecdotes historiques. Joyeux et virtuose, son spectacle est une pause rafraîchissante qui sied bien au contexte actuel un chouia anxiogène !

Ce spectacle est une invitation à rire ensemble de nos petites histoires personnelles et de notre grande Histoire commune, en les partageant sans complexe à travers les codes du stand-up, de la musique classique et de la poésie.

Pour cette nouvelle saison, Alexandre Prévert vous propose un voyage dans le temps et dans l'Histoire à travers les rêves d'amour de Verlaine et de Liszt, les rêves de révolution de Beaumarchais et de Mélenchon, le rêve d'égalité de Martin Luther King ou encore le rêve d'un nouveau Monde partagé par Gérard et Christophe Colomb !

Sur votre route, vous pourrez également croiser Mozart, Apollinaire, Leonardo DiCaprio, Renaud, Schubert, Montaigne, Booba et Kaaris, Chopin, et même Napoléon III dans un Airbnb...

Alors, où sont passés vos rêves ?

Gil Chauveau
27/03/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020