La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Théorème/Je me sens un cœur à aimer toute la terre", d'après Pasolini et Molière

"Théorème/Je me sens un cœur à aimer toute la terre" s'inspire profondément du film et du roman que Pasolini produisit dans les années soixante et, anecdotiquement, du Dom Juan de Molière. Ce sont deux œuvres de référence qui, chacune à leur époque, ont suscité scandale, indignation, condamnation de la morale, de la société bien-pensante, et surtout du clergé. Elles ont en commun une mise en avant de la liberté, liberté de parole, liberté sexuelle, liberté de pensée, et une mise en péril de la société face à des individus faisant preuve et éloge de cette liberté.



© Vincent Pontet/Collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/Collection Comédie-Française.
Mais oublions ces inspirations. Le monde change, a changé, depuis 400 ans comme depuis 50 ans, et l'auteur de la pièce, Amine Adjina, parle du monde qu'il connaît, l'actuel. Sa pièce situe l'action en bord de mer, dans la maison de l'aïeul d'une famille bourgeoise qui débarque pour y passer la villégiature comme tous les ans. Famille bourgeoise, père industriel, mère boursouflée d'ennui, fille et fils se cherchant dans des disciplines artistiques et la grand-mère souffrante et mourante, dont s'occupe une nouvelle bonne, jeune, Nour, seule étrangère au tableau. Les vacances. Au bord de Méditerranée. En France.

La famille est tout ce qu'il y a de banale, plus que cela : elle est caricaturale, organisée, organique, ordinaire, faite uniquement des aspérités quotidiennes de ces familles bourgeoises européennes que le théâtre et le cinéma montrent depuis l'avènement de l'industrialisation. Et puis, dans ce lisse et confortable ennui, surgit un "Garçon". Un garçon qui devient le réceptacle libérateur de toutes les frustrations de cette cellule familiale. Chacun à son tour va céder au désir de ce garçon. Toutes et tous auront, chacun à son tour, une étreinte amoureuse avec lui, mais, surtout, ce sera un acte que chacun brandira au grand jour comme une revendication de lui-même, et une révélation à lui-même.

© Vincent Pontet/Collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/Collection Comédie-Française.
Pour l'essentiel, le texte d'Amine Adjina reprend la structure de l'œuvre de Pasolini, son déroulement. Mais il y introduit des éléments de notre époque. On y décèle même une envie de parler d'un futur immédiat puisque, durant la pièce, les eaux de la mer montent, le sol tremble et une présidente d'extrême droite est sur le point d'être élue. Ici, le discours politique et social prend le pas sur la provocation libertaire et contestataire de Pasolini. Et la mer, que l'on voit projetée et de plus en plus envahissante au fond de la scénographie, bascule peu à peu de la plage estivale au mouroir organisé pour des centaines de migrants qui tentent le passage.

Presque toute la pièce fourmille de ces références à notre actualité. Le Garçon, étranger à cette famille, devient l'emblème même de l'Étranger, celui qui perturbe, par la seule présence de son corps, son existence géographique, toute l'organisation bourgeoise. Il est ici autant à redouter qu'à désirer. Pourtant, à force de vouloir intégrer, mais aussi expliquer et dévoiler tous les secrets, les ombres des personnages, tous les enjeux des discours, des mots, des catastrophes à venir, le texte de la pièce, par ailleurs d'une très belle écriture, se noie dans la profusion. Les phrases poétiques deviennent décoratives et cela manque de hargne, d'incisif, de dérangeant.

© Vincent Pontet/Collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/Collection Comédie-Française.
Des idées très belles, comme la nouvelle de l'assassinat d'un poète dans la nuit, dans un terrain vague, qui est une allusion directe au meurtre de Pasolini, mais pourquoi ne pas nommer Pasolini dans ce meurtre ? Parfois ici, les mots servent trop de paravent et on regrette de ne pas avoir ressenti plus de crudité, de cruauté, de puissance, même et surtout dans les scènes de corps amoureux qui restent très sages, très conventionnelles, presque censurées.

Finalement, chaque élément puissant, révélateur, provocateur, pourtant inséré dans le texte d'Amine Adjina, se trouve contrarié, affadi soit par un explicatif qui rend l'action illustrative, soit par la situation. Le fait même de situer cette explosion familiale dans une maison de vacances amène à penser que ces révélations primordiales resteront comme des parenthèses estivales vite oubliées. La bourgeoisie chrétienne sait faire cela très bien.

"Théorème/Je me sens un cœur à aimer toute la terre"

© Vincent Pontet/Collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/Collection Comédie-Française.
Texte : Amine Adjina, d'après Pier Paolo Pasolini.
Le texte de la pièce est paru le 5 avril 2023 chez Actes Sud-Papiers.
Mise en scène : Amine Adjina et Émilie Prévosteau.
Avec : Coraly Zahonero, Alexandre Pavloff, Danièle Lebrun, Birane Ba, Claïna Clavaron, Marie Oppert, Adrien Simion.
Scénographie : Cécile Trémolières.
Costumes : Majan Pochard.
Assistante aux costumes : Cécile Box.
Lumière : Bruno Brinas.
Vidéo : Jonathan Michel.
Musique originale et son : Fabien Aléa Nicol.
Durée : 2 h 15 environ.
Tout public

Du 5 avril au 11 mai 2023.
le mardi à 19h du mercredi au samedi à 20h30 le dimanche à 15h.
Théâtre du Vieux Colombier, Paris 6e, 01 44 58 15 15.
>> comedie-francaise.fr

Bruno Fougniès
Jeudi 20 Avril 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024