La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Soutenir et développer la professionnalisation du Festival Off d'Avignon 2017

Les nouveaux objectifs de l'association Avignon Festival & Compagnies - 1ère partie

Le 20 mars dernier avait lieu la conférence de presse de l'association Avignon Festival & Compagnies qui présentait les actions qui seront mises en place lors de l'édition 2017 du festival OFF. Celles-ci, dans la continuité du projet collectif validé en février 2016, visent à une plus grande et meilleure professionnalisation du Off. Nous vous en donnons ici les grandes lignes.



© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
Cette rencontre avec les journalistes et les professionnels (CNV, théâtre Pandora, Sacem, etc.) était l'occasion pour la nouvelle équipe (1) d'exposer les chantiers en cours et les premières mesures prises (pour l'instant à titre expérimental) pour aider les compagnies et les théâtres à appliquer un maximum de professionnalisme dans leurs pratiques durant leur présence au festival Off ; ainsi que d'expliquer la dynamique du conseil d'administration pour les trois mois à venir.

Le point le plus important est sans aucun doute le chantier de la professionnalisation. Chaque année, nous assistons à une augmentation du nombre de spectacles (1 416 spectacles présentés en 2016) qui, si elle garantit la vitalité artistique du festival, n'en demeure pas moins problématique concernant les conditions de travail des artistes et les questions de l'emploi, toujours préoccupantes dans le domaine de l'intermittence. De nombreuses compagnies se servent des salaires comme variable d'ajustement. Ainsi lorsqu'elles ont payé tous les frais, elles n'ont plus d'argent pour salarier les comédiens.

Le conseil d'administration, bien que ne voulant pas s'immiscer dans les choix artistiques des compagnies et dans les rapports qui les lient aux théâtres d'Avignon, a considéré qu'il ne pouvait pas, en tant qu'association responsable, rester sans agir. Ayant mis en place en 2016 un projet collectif, elle a souhaité concrétiser certains points en 2017 afin de ne pas voir la situation se dégrader.

Compte tenu de la complexité des problèmes à résoudre, plusieurs chantiers ont été mis en place dont quatre seront progressivement réalisés cette année. Le premier concerne la création d'un fonds de professionnalisation ; le deuxième est un travail de réflexion sur les publics - l'économie des spectacles étant indissociable du public - ; troisièmement, une réflexion sur la mutualisation de l'affichage et sur la problématique de "l'écofestival" ; enfin quatrièmement, sur la formation des artistes.

Le fonds de soutien à la professionnalisation

© AF&C.
© AF&C.
Celui-ci a pour objectif d'aider à l’exploitation des spectacles au festival OFF d’Avignon (aide aux salaires artistiques pour les représentations ayant lieu pendant le festival).

Si l'on veut que les artistes appliquent le droit du travail et soient dans une logique d'emploi pérenne, il faut peut-être qu'ils bénéficient d'un accompagnement. L’association Avignon Festival & Compagnies et ses partenaires, considérant que cela fait partie de leurs prérogatives, ont donc décidé de créer et de financer ce fonds, à titre d'essai, d'un montant de départ d'environ 200 000 euros. Cette somme sera alimentée tout d'abord par les cartes d'accréditations professionnelles qui deviennent payantes. Celles-ci sont au nombre de 3 000 en moyenne, ce qui représentera un montant de 70 000 euros (25 euros la carte).

Ensuite, la commission prélevée sur le service "ticket’OFF" (0,95 € par place vendue) - habituellement reversée en partie aux compagnies, en partie à l'association - sera entièrement versée au fonds (30 000 euros). Autre apport : l'institution du Off ayant un fonds de réserve, 30 000 euros seront pris sur celui-ci. Enfin, les différents partenaires que sont la Sacem, la SACD, le CNV, la STP, la Spedidam, etc., contribueront dans une fourchette allant de 20 000 à 30 000 euros chacun (2).

Quid de ce fonds ?

© AF&C.
© AF&C.
L'utilisation de ce fonds va se concrétiser par une aide de 1 000 euros par artiste, plafonnée à 4 000 euros par projet. Cela veut dire qu'une compagnie désirant bénéficier du fonds de soutien doit présenter un dossier de demande d'aide et elle ne pourra le faire que si elle répond à certains critères d'éligibilité, définis tant au niveau de la structure que du projet lui-même.

Commençons par la structure. Tout d'abord, un seul dossier par structure. Celle-ci doit être titulaire de la licence d’entrepreneur de spectacles vivants de catégorie 2 (et 3 si la structure est responsable de la billetterie). Elle doit fournir des attestations de compte (URSAFF/AUDIENS/PES) à jour et être à jour du paiement de la taxe fiscale (si redevable), des droits d’auteur et des droits voisins. Elle doit appliquer l’une des conventions collectives du secteur (CCNEAC ou CCNESPSV) et ne pas passer par le GUSO pour le paiement des salaires.

Concernant le projet, cela doit être une création de l’année, avec au maximum 12 représentations de rodage. Le spectacle sera issu de la création contemporaine : auteur, compositeur ou chorégraphe contemporain - au sens du code de la propriété intellectuelle -, c'est-à-dire auteur vivant ou mort depuis moins de 70 ans.

Le respect des minima en vigueur au sein des deux conventions collectives du secteur, CCNEAC ou CCNESPSV, est obligatoirement appliqué (soit paiement aux cachets, soit mensualisation au minimum syndical) ; avec garantie du paiement des taxes et des droits. Le projet sera accompagné d'un budget prévisionnel équilibré et établi sur la totalité du festival. Enfin, il ne doit pas avoir obtenu l’aide à la création en tournée de l’ASTP (Association pour le Soutien au Théâtre Privé).

À partir de quand ?

Dans quelques jours ! Selon l'annonce faite lors de la conférence, l'AF&C a indiqué que les dossiers de demande d’aide du fonds de soutien seront téléchargeables mi-avril 2017 sur le site du OFF >> avignonleoff.com.

Le dossier sera composé d’un descriptif de projet à remplir, de plusieurs onglets budgétaires et d’une présentation permettant d’apprécier sa cohérence et sa faisabilité économique. L’aide sera versée en deux temps : 40 % à l’acceptation du projet au mois de juin et 60 % à la remise des pièces justificatives au mois de novembre.

Les pièces justificatives demandées seront les bulletins de salaire des artistes, les justificatifs du paiement des droits et taxes, le budget réalisé et les différentes attestations de compte à jour.

(1) Changement de la présidence (Pierre Beffeyte, nouvel élu) et d'une partie du conseil d'administration, il y a quatre mois. Bureau : Bertrand Hurault, Vice-Président (collège des théâtres) ; Nikson Pitaqaj, Vice-Président (collège des compagnies) ; Antoine Colnot, Secrétaire ; Claire Wilmart, Secrétaire adjointe ; Jacques Hélian Bauduffe, Trésorier ; Patrick Journaut, Trésorier adjoint.
(2) SACEM : 30 000 € ; SACD : 30 000 € ; SPEDIDAM : 30 000 € ; CNV : 22 000 € ; ADAMI (en cours) ; Association pour le Soutien du Théâtre Privé (en cours).


>> Lire la suite : Festival Off d'Avignon 2017… Éco-responsabilité et nouveaux publics à l'ordre du jour !

Gil Chauveau
Mardi 11 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022