La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Soutenir et développer la professionnalisation du Festival Off d'Avignon 2017

Les nouveaux objectifs de l'association Avignon Festival & Compagnies - 1ère partie

Le 20 mars dernier avait lieu la conférence de presse de l'association Avignon Festival & Compagnies qui présentait les actions qui seront mises en place lors de l'édition 2017 du festival OFF. Celles-ci, dans la continuité du projet collectif validé en février 2016, visent à une plus grande et meilleure professionnalisation du Off. Nous vous en donnons ici les grandes lignes.



© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
© AF&C/Cédric Delestrade-ACM.
Cette rencontre avec les journalistes et les professionnels (CNV, théâtre Pandora, Sacem, etc.) était l'occasion pour la nouvelle équipe (1) d'exposer les chantiers en cours et les premières mesures prises (pour l'instant à titre expérimental) pour aider les compagnies et les théâtres à appliquer un maximum de professionnalisme dans leurs pratiques durant leur présence au festival Off ; ainsi que d'expliquer la dynamique du conseil d'administration pour les trois mois à venir.

Le point le plus important est sans aucun doute le chantier de la professionnalisation. Chaque année, nous assistons à une augmentation du nombre de spectacles (1 416 spectacles présentés en 2016) qui, si elle garantit la vitalité artistique du festival, n'en demeure pas moins problématique concernant les conditions de travail des artistes et les questions de l'emploi, toujours préoccupantes dans le domaine de l'intermittence. De nombreuses compagnies se servent des salaires comme variable d'ajustement. Ainsi lorsqu'elles ont payé tous les frais, elles n'ont plus d'argent pour salarier les comédiens.

Le conseil d'administration, bien que ne voulant pas s'immiscer dans les choix artistiques des compagnies et dans les rapports qui les lient aux théâtres d'Avignon, a considéré qu'il ne pouvait pas, en tant qu'association responsable, rester sans agir. Ayant mis en place en 2016 un projet collectif, elle a souhaité concrétiser certains points en 2017 afin de ne pas voir la situation se dégrader.

Compte tenu de la complexité des problèmes à résoudre, plusieurs chantiers ont été mis en place dont quatre seront progressivement réalisés cette année. Le premier concerne la création d'un fonds de professionnalisation ; le deuxième est un travail de réflexion sur les publics - l'économie des spectacles étant indissociable du public - ; troisièmement, une réflexion sur la mutualisation de l'affichage et sur la problématique de "l'écofestival" ; enfin quatrièmement, sur la formation des artistes.

Le fonds de soutien à la professionnalisation

© AF&C.
© AF&C.
Celui-ci a pour objectif d'aider à l’exploitation des spectacles au festival OFF d’Avignon (aide aux salaires artistiques pour les représentations ayant lieu pendant le festival).

Si l'on veut que les artistes appliquent le droit du travail et soient dans une logique d'emploi pérenne, il faut peut-être qu'ils bénéficient d'un accompagnement. L’association Avignon Festival & Compagnies et ses partenaires, considérant que cela fait partie de leurs prérogatives, ont donc décidé de créer et de financer ce fonds, à titre d'essai, d'un montant de départ d'environ 200 000 euros. Cette somme sera alimentée tout d'abord par les cartes d'accréditations professionnelles qui deviennent payantes. Celles-ci sont au nombre de 3 000 en moyenne, ce qui représentera un montant de 70 000 euros (25 euros la carte).

Ensuite, la commission prélevée sur le service "ticket’OFF" (0,95 € par place vendue) - habituellement reversée en partie aux compagnies, en partie à l'association - sera entièrement versée au fonds (30 000 euros). Autre apport : l'institution du Off ayant un fonds de réserve, 30 000 euros seront pris sur celui-ci. Enfin, les différents partenaires que sont la Sacem, la SACD, le CNV, la STP, la Spedidam, etc., contribueront dans une fourchette allant de 20 000 à 30 000 euros chacun (2).

Quid de ce fonds ?

© AF&C.
© AF&C.
L'utilisation de ce fonds va se concrétiser par une aide de 1 000 euros par artiste, plafonnée à 4 000 euros par projet. Cela veut dire qu'une compagnie désirant bénéficier du fonds de soutien doit présenter un dossier de demande d'aide et elle ne pourra le faire que si elle répond à certains critères d'éligibilité, définis tant au niveau de la structure que du projet lui-même.

Commençons par la structure. Tout d'abord, un seul dossier par structure. Celle-ci doit être titulaire de la licence d’entrepreneur de spectacles vivants de catégorie 2 (et 3 si la structure est responsable de la billetterie). Elle doit fournir des attestations de compte (URSAFF/AUDIENS/PES) à jour et être à jour du paiement de la taxe fiscale (si redevable), des droits d’auteur et des droits voisins. Elle doit appliquer l’une des conventions collectives du secteur (CCNEAC ou CCNESPSV) et ne pas passer par le GUSO pour le paiement des salaires.

Concernant le projet, cela doit être une création de l’année, avec au maximum 12 représentations de rodage. Le spectacle sera issu de la création contemporaine : auteur, compositeur ou chorégraphe contemporain - au sens du code de la propriété intellectuelle -, c'est-à-dire auteur vivant ou mort depuis moins de 70 ans.

Le respect des minima en vigueur au sein des deux conventions collectives du secteur, CCNEAC ou CCNESPSV, est obligatoirement appliqué (soit paiement aux cachets, soit mensualisation au minimum syndical) ; avec garantie du paiement des taxes et des droits. Le projet sera accompagné d'un budget prévisionnel équilibré et établi sur la totalité du festival. Enfin, il ne doit pas avoir obtenu l’aide à la création en tournée de l’ASTP (Association pour le Soutien au Théâtre Privé).

À partir de quand ?

Dans quelques jours ! Selon l'annonce faite lors de la conférence, l'AF&C a indiqué que les dossiers de demande d’aide du fonds de soutien seront téléchargeables mi-avril 2017 sur le site du OFF >> avignonleoff.com.

Le dossier sera composé d’un descriptif de projet à remplir, de plusieurs onglets budgétaires et d’une présentation permettant d’apprécier sa cohérence et sa faisabilité économique. L’aide sera versée en deux temps : 40 % à l’acceptation du projet au mois de juin et 60 % à la remise des pièces justificatives au mois de novembre.

Les pièces justificatives demandées seront les bulletins de salaire des artistes, les justificatifs du paiement des droits et taxes, le budget réalisé et les différentes attestations de compte à jour.

(1) Changement de la présidence (Pierre Beffeyte, nouvel élu) et d'une partie du conseil d'administration, il y a quatre mois. Bureau : Bertrand Hurault, Vice-Président (collège des théâtres) ; Nikson Pitaqaj, Vice-Président (collège des compagnies) ; Antoine Colnot, Secrétaire ; Claire Wilmart, Secrétaire adjointe ; Jacques Hélian Bauduffe, Trésorier ; Patrick Journaut, Trésorier adjoint.
(2) SACEM : 30 000 € ; SACD : 30 000 € ; SPEDIDAM : 30 000 € ; CNV : 22 000 € ; ADAMI (en cours) ; Association pour le Soutien du Théâtre Privé (en cours).


>> Lire la suite : Festival Off d'Avignon 2017… Éco-responsabilité et nouveaux publics à l'ordre du jour !

Gil Chauveau
Mardi 11 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021