La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Simone en aparté" Au cœur de Simone Veil : l'évocation tendre d'une vie fabuleuse

Si elle était personnage de fiction, n'importe qui en tomberait amoureux. Pour le moins, le lecteur aurait au moins le souffle court et l'attention totalement prise à suivre la vie inimaginable de Simone Veil qui a réussi à surmonter la révélation de la violence du monde des hommes, pour se battre contre et réussir à y apporter quelques bribes de son humanité. Simone Veil est héroïne de sa propre vie. Et la pièce d'Arnaud Aubert nous montre l'intime force de cet être au destin unique.



© Kevin Louviot.
© Kevin Louviot.
Est-ce nécessaire de rappeler les événements les plus connus de la vie de Simone Veil ? Oui, car il est dit qu'il ne faut rien oublier. Rappelons les collisions entre son histoire personnelle et la grande Histoire, avec un grand H. Seconde Guerre mondiale… Simone Jacob, son nom de jeune fille, vit à Nice avec sa famille, elle réussit son bac, décide de fêter ce succès avec ses amis, elle sort avec de faux papiers, se fait contrôler par des Allemands en civil, elle a 16 ans, c'est le printemps 1944. Elle se retrouve dans le camp d'Auschwitz-Birkenau avec sa sœur et sa mère. Celle-ci décèdera peu avant la libération du camp. Simone se retrouve alors dans l'après-guerre, son père et son frère eux aussi avalés, disparus, elle a 18 ans.

Elle reprend ses études de droit pour devenir magistrate, puis, pour survoler 40 ans d'actions diverses en une phrase, elle fait en sorte de rapatrier des femmes menacées de viols et des hommes menacés de la peine capitale durant la guerre d'Algérie ; elle dirige le Conseil supérieur de la magistrature puis elle devient ministre de la Santé sous la présidence de Giscard, avec comme grand fait d'armes de défendre le droit à l'IVG. Ensuite, c'est l'Europe pour laquelle elle devient présidente du parlement en 1979… Une carrière où, à chaque instant, elle a pu illustrer sa grande volonté de pacifier, d'humaniser, de défendre les droits, ceux des femmes en particulier, mais pas seulement.

© Kevin Louviot.
© Kevin Louviot.
Mais "Simone en aparté" ne focalise absolument pas l'attention sur ces faits d'armes, ces beaux combats, ces blessures inguérissables. Il s'agit plutôt ici d'affinités, de parenthèses confidentes. Toute l'idée du projet est née du legs de la bibliothèque de Simone et Antoine Veil à la mairie de Cambremer où le couple possédait une maison. Un lieu refuge pour Simone où elle a écrit son autobiographie, "Une Vie" au titre "emprunté" à Maupassant. Dans ce même village réside Arnaud Aubert, auteur et metteur en scène du spectacle.

Cette proximité géographique sert d'échelle à la proximité qu'Arnaud Aubert a voulu créer entre le public et le personnage incarné ici avec un talent sûr par Sophie Caritté. Sous forme alternée de monologues et de scènes de vie rejouées, le spectacle va nous faire voir de l'intérieur les événements de la vie de Simone Veil, mais aussi et surtout ses pensées, ses pudeurs, ses doutes, ses rêves. Il y a une grande douceur qui se dégage de la pièce et du jeu très millimétré de la comédienne. Une affectivité voulue qui ne tombe à aucun moment dans le pathétique, ni le sensationnel. Un peu à l'image réservée mais déterminée de Simone Veil, dont l'apparence toujours très "tirée à quatre épingles" et la maîtrise de ses colères restent comme d'Épinal.

La scénographie très épurée d'Hervé Mazelin, bien mise en valeur par les lumières chaudes d'Estelle Ryba, donne avec quelques éléments simples mais esthétiques l'idée d'un intérieur, avec quelques allusions aux livres. Un mobilier occupe le centre du plateau, forme de vague, de page blanche sur laquelle glisse la comédienne, entouré de bandeaux métalliques qui descendent des cintres, l'ensemble susurre la petite musique des textes, ceux que l'on se doit d'écrire pour que l'oubli ne soit jamais chez lui. Un bel écrin pour que la mémoire de Simone Veil réinventée ici puisse prendre son envol et nous parler à l'oreille et au cœur comme seuls certains livres forts nous emportent.

"Simone en aparté"

© Kevin Louviot.
© Kevin Louviot.
Écriture et mise en scène : Arnaud Aubert.
Avec : Sophie Caritté.
Scénographie et visuel affiche : Hervé Mazelin.
Lumière et régie générale : Estelle Ryba.
Musique : Nicolas Girault.
Costumes : Yolène Guais.
Avec la complicité, pour le travail corporel, de Sophie Lamarche Damoure.
Durée : 1 h 30.

Vu en représentation "pro" au Tanit Théâtre à Lisieux (14).
>> tanit-theatre.com

Tournée
13 avril 2021 : Centre Culturel, Orbec (14).
16 avril 2021 : Cinéma Le Parc, Livarot (14).
17 avril 2021 à 20h : Foyer Familial, Cambremer (14).
20 avril 2021 : Théâtre Lisieux Normandie, Lisieux (14).
Octobre 2021 (date et horaires à confirmer) : Le Rayon Vert, Saint-Valéry-en-Caux (76).

Bruno Fougniès
Jeudi 25 Février 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter








À Découvrir

Maria Casarès et Albert Camus se retrouvent pour une heure dans un nouveau théâtre de Poitiers

Ouverte en septembre 2023, cette nouvelle salle finit sa saison en rendant hommage à celle qui lui a donné son nom : Maria Casarès. Une salle citadine née de la volonté des deux codirecteurs de la Maison Maria Casarès, Matthieu Roy et Johanna Silberstein. C'est dans les anciennes écuries de la caserne de Poitiers que deux grandes salles voûtées abritent maintenant ce nouveau lieu destiné à présenter au public tourangeau une programmation hivernale (et donc plus confortable) qui vient en complément des activités de la maison mère d'Alloue.

© Solotiana.
Cette dernière fut la demeure que Maria Casarès acheta après la mort de Camus. Une grande propriété du nom de Domaine de Lavergne, léguée par sa propriétaire à la petite commune d'Alloue, qui abrite depuis quelques années un lieu de résidence pour les compagnies de théâtre de la région et d'ailleurs. Un festival estival est également proposé dans ses immenses jardins, au mois d'août. Cette année, le Festival d'Été aura lieu du 22 juillet au 16 août.

En 2017, les éditions Gallimard, avec l'accord de la fille d'Albert Camus, publiaient la Correspondance entre ces deux artistes. Une correspondance amoureuse de plus de 800 lettres, écrites du début de leur relation (la première est datée du 6 juin 1944) jusqu'au 30 décembre 1959. Cinq jours plus tard, Camus décédait dans un accident de voiture. Ces lettres, Catherine Camus les avait collationnées des années auparavant, ayant racheté celles que possédait Maria Casarès. Cette dernière les lui avait cédées par besoin d'argent, pour réparer le toit de sa maison d'Alloue…

Bruno Fougniès
18/06/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024