La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Satire d’une critique théâtrale française pour "une satire de la vie culturelle française"

Très chers Dramaticules,
Voilà un dernier spectacle que vous avez écrit tout sauf réjouissant. Même si le rire fuse dans la salle du théâtre de Châtillon, je suis très en colère de ce que vous osez dénoncer. Oh non, je n’ai absolument pas ri et ne rirai jamais d’une telle création, qui porte parfaitement son titre : "Affreux, bêtes et pédants". D’ailleurs, Je pense que je vais finir par écrire à Mme Filippetti pour me plaindre d’autant de pédantisme et d’absurdités. Mais où va le spectacle vivant aujourd’hui ? Au moins, nous rejoignons-nous sur un point : il va mal, très mal. Oui, cela est une certitude.



Noémie Guedj dans "Affreux, bêtes et pédants" © Jean-Louis Fernandez.
Noémie Guedj dans "Affreux, bêtes et pédants" © Jean-Louis Fernandez.
Je ne suis pas là pour vous donner des leçons. Ce n’est d’ailleurs pas le rôle d’un critique, même si j’en connais un bout en théâtre et que je suis moi-même "auteure" à mes heures perdues (il faudra d’ailleurs que je vous lise à l’occasion ce que j’ai écrit). Mais je vous rappelle qu’en jouant dans un théâtre tel que celui de Châtillon, c’est d’abord grâce à l’argent du contribuable que vous êtes là.

N’avez-vous pas l’impression de prendre le spectateur pour un Co… en lui disant qu’il ne sait pas ce que le mot veut dire ? Oubliez-vous qu’il peut aussi y avoir des professeurs ou des gens tout à fait cultivés dans la salle ? À moins que ce soit peut-être parce que vous avez passé le périphérique et que vous vous retrouvez à Châtillon que vous pensez que le public est "neuneu" ?

Et de quel droit critiquez-vous le travail d’un directeur de théâtre ? Christian Lalos vous accueille dans un compagnonnage pour trois ans et j’apprends que vous tentez de lui piquer sa place : la preuve en image ci-dessous (Vidéo des Dramaticules réalisée par Léa Torreadrado).

D’ailleurs, votre spectacle manque carrément de franchise ! Vous auriez pu le dire que c’est grâce à un piston (et pas n’importe lequel, mais je ne donnerai pas de nom, histoire de ne pas mettre mal à l’aise la personne, même si cette dernière aimerait bien qu’on lui renvoie de temps en temps l’ascenseur... Là, le message est passé !) que vous avez commencé à jouer à Châtillon.

Vous manquez vraiment d’honnêteté sur ce coup-là, non ? Mais vous avez raison sur un point, on ne le sait que trop, dans ce milieu, à quoi sert le talent ? À ce sujet, Christian Lalos a beau dire*, pas facile hein de contacter un directeur et de jouer dans un théâtre digne de ce nom ! C’est même à se demander si le fonctionnement de tous ces lieux ne serait pas un peu opaque ! Après tout, il n’y a qu’à regarder les "propositions artistiques fortes et originales" de la plupart des salles publiques, c’est à peu près toujours les mêmes artistes qu’on retrouve et que nous critiquons… non ?

Les Dramaticules dans "Affreux, bêtes et pédants" © Jean-Louis Fernandez.
Les Dramaticules dans "Affreux, bêtes et pédants" © Jean-Louis Fernandez.
Le sujet aurait-il mérité "forage plus profond" comme dit l’autre ? C’est possible si David Maison avait accepté de se tartiner le corps de Nutella au lieu de ne se contenter que du visage. Alors peut-être la proposition artistique aurait gagné en "profondeur" ! En attendant, si vous avez envie de rire de ces "affreux, bêtes et pédants" spectateurs, allez-y ! Traversez le périph' et surtout ne croyez pas toujours ce que raconte le critique ! Cela vaut parfois mieux !

*Voir "L’œil écoute" dissèque Châtillon... Volet 4

"Affreux, bêtes et pédants"

Jérémie Le Louët dans "Affreux, bêtes et pédants" © Jean-Louis Fernandez.
Jérémie Le Louët dans "Affreux, bêtes et pédants" © Jean-Louis Fernandez.
Texte : Julien Buchy, Anthony Courret, Noémie Guedj, Jérémie Le Louët, David Maison.
Scénarisé et mis en scène par : Jérémie Le Louët.
Avec : Julien Buchy, Anthony Courret, Noémie Guedj, Jérémie Le Louët, David Maison.
Conception vidéo : Jérémie Le Louët, Thomas Chrétien, Simon Denis.
Lumière : Thomas Chrétien.
Son : Simon Denis.
Scénographie : Blandine Vieillot.
Durée : 1 h 40.

Du 16 au 26 janvier 2014.
Du lundi au samedi à 20 h 30, sauf dimanche à 15 h et relâche le mercredi.
Théâtre à Châtillon (92), 01 55 48 06 90.
Une navette vient chercher les spectateurs depuis la gare de Châtillon, il suffit de prévenir un peu avant le théâtre.
>> theatreachatillon

Mercredi 22 Janvier 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020