La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Sanseverino prend un nouvel envol du côté du bluegrass, façon "Papillon"…

"Papillon", tel est le titre du nouvel album de Sanseverino et de sa tournée. Un spectacle musical tout droit inspiré de ses souvenirs d'enfance en matière de lecture. En effet, "Papillon", alias Henri Charrière, est le surnom d'un forçat du bagne de Cayenne, né en 1906 en Ardèche. Son récit d'aventures et d'évasion autobiographique fut un best-seller en librairie en 1969.



© DR.
© DR.
Sanseverino, après environ cinq lectures, marqué par cet ouvrage, a l'idée de s'en inspirer et de créer un répertoire de chansons interprétées de façon chronologique. Ainsi, il déroule, au fil des titres, les aventures de ce héros, personnage haut en couleur, tantôt drôle, tantôt touchant ou rocambolesque. À cette occasion, le chanteur s'entoure de la même formation musicale que pour "Honky Tonk", sa précédente tournée. Les musiciens véritablement excellents nous livrent une superbe orchestration live des morceaux.

Pierre-Yves Paris - Comment appelleriez-vous ce type de concert-spectacle ?

Senseverino - Ce n'est pas un conte musical, cela reste un concert car ce n'est pas théâtralisé. Plus simplement, c'est une succession de chansons ayant un lien entre elles et racontant une seule et même histoire.

Cet exercice d'écriture était-il plus compliqué que d'écrire des chansons avec des thèmes différents ?

Senseverino - Non, en fait, j'ai trouvé ça plus facile car il me suffisait de piocher des informations dans l'histoire de "Papillon" et m'en faire des fiches de lecture avec les dates, l'environnement, les lieux, les personnages et les noms. Je me suis imposé de garder ces éléments et cette période d'écriture a été un grand moment. J'étais très habité par cette histoire mais il fallait que j'y intègre des mots personnels.

© DR Le Mans Chansons.
© DR Le Mans Chansons.
Vous avez décidé de monter un spectacle en vous inspirant de ce livre "Papillon", avez-vous hésité avec un autre livre pour réaliser ce concept ?

Senseverino - Oui, en effet, j'ai hésité avec un autre livre intitulé "Suttree" de Cormac Mc Carthy mais c'était un très gros bouquin et cela aurait été très difficile de contenir l'histoire en un seul album et une douzaine de chansons. En fait, je pense qu'il arrive plus de choses à "Papillon" dans un livre de 300 pages que "Suttree" qui en fait 1 000. Son histoire est aussi plus proche de ma culture.

Écrire un jour un roman est-il quelque chose qui vous a traversé l'esprit ?

Senseverino - Oui et non, parce que je suis habitué à écrire des phases courtes et à synthétiser un récit. Le roman c'est la technique inverse, étaler, étaler… Enfin, c'est pour qu'on ne s'ennuie pas, mais c'est complètement différent. Mathias Malzieu m'avait sollicité un jour afin d'écrire une nouvelle mais je n'y suis jamais arrivé. Ce n'était à mon goût qu'une mauvaise rédaction !

Quelle est votre façon de recruter vos musiciens qui sont tous plus bons les uns que les autres ?

Senseverino - Quand je vois des musiciens sur scène et que j'ai le coup de cœur, je garde ça dans un coin de ma tête. Puis, le jour venu, quelques fois des années après, je les contacte pour savoir s'ils seraient partants pour bosser avec moi. Je cherche des musiciens qui ont un son et une pensée de groupe, habitué à construire ensemble et non pas accompagner uniquement. Je demande aussi à mes amis, lorsque je cherche un contrebassiste par exemple, s'ils en connaissent un. Moi, je ne peux pas faire passer une audition et dire : "allez-y, jouez-moi mon morceau" ; puis, après écoute, je rappelle en disant : "non, ça ne va pas, merci, au revoir". C'est aussi une question de confiance. Si on me préconise un musicien, on me connaît, on va savoir que le côté humain est très important chez moi. Il faut qu'on puisse être copain quand même, le spectacle n'est pas une relation de travail de bureau !

Quelle est votre plus grande fierté par rapport à tout ce parcours artistique ?

Senseverino - C'est de pouvoir dire que je peux vivre de ma musique et d'avoir pu rester intègre sans avoir eu à faire un choix dans ce milieu. Que je cède au fait que l'on me demande de faire disparaître un trait de ma personnalité au profit d'un autre plus superficiel par exemple, cela aurait pu. Ceux qui m'apprécient sont contents que je sois resté naturel. Mon attitude est la même entre le gars qui est sur un plateau TV et le gars qui sort dans la rue, ou quand je suis chez moi.

● Sanseverino "Papillon".
Label : Columbia.
Distribution : Sony Music France.
Sortie : 23 octobre 2015.

Sanseverino, chant et guitare.
Jean-Marc Delon, banjo 5 cordes.
Christian Séguret, mandoline, fiddle.
Christophe Cravero, violon alto.
Jidé Jouannic, contrebasse.
Renforcés par Lionel Suarez à l’accordéon et Xa Mesa aux percussions.

Tournée
21 janvier 2016 : Théâtre, Aurillac (15).
22 janvier 2016 : Train Théâtre, Portes-Lès-Valence (26).
5 février 2016 : Les Lobis, Blois (41).
6 février 2016 : Cap Cinéma, Rodez (12).
26 février 2016 : Euromuses, Dijon (21).
27 février 2016 : Bicubic, Romont (Suisse).
5 mars 2016 : Salle Guy Obino, Vitrolles (13).
11 mars 2016 : La Citrouille, Saint-Brieuc (22).
12 mars 2016 : Théâtre, Corbeil-Essonnes (91).
17 mars 2016 : L'échiquier, Pouzauges (85).
18 mars 2016 : Arnage (72).
19 mars 2016 : Espace des Arts, Les Pavillons-sous-bois (93).
27 mars 2016 : Théâtre, Montrouge (92).
1er avril 2016 : Le Bascala, Bruguières (31).
8 avril 2016 : Théâtre Paul Éluard, Bezons (95).

© Free Music/By JoT.
© Free Music/By JoT.
13 août 2016 : Festival des Vers Solidaires, Saint-Gobain (02).
5 octobre 2016 : Salle André Malraux, Sarcelles (95).
6 octobre 2016 : La Bouche d'Air, Nantes (44).
7 octobre 2016 : Centre culturel Le Triskell, Pont-l'Abbé (29)
8 octobre 2016 : La Loco, Mézidon-Canon (14).
13 octobre 2016 : Festival des Internationales de la Guitare, Salle Les Dômes, Rivesaltes (66).
14 octobre 2016 : Centre Culturel Boris Vian, Les Ulis (91).

Pierre-Yves Paris
Lundi 11 Janvier 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022