Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

San Francisco Ballet… Retour aux Étés de la Danse

Les Étés de la Danse, Théâtre du Châtelet, Paris

Pour son dixième anniversaire, les "Étés de la Danse" renouent avec le San Francisco Ballet qui était au rendez-vous de la première édition du festival en 2005. Gardienne de la danse classique, le San Francisco Ballet propose de revisiter les différents jalons qui ont marqué son histoire.



San Francisco Ballet - Glass Pieces © Erik Tomasson.
San Francisco Ballet - Glass Pieces © Erik Tomasson.
Le spectacle présente trois chorégraphies qui s’étendent sur une période allant de "Agon" (1957) à "Caprice" (2014) en passant par "Glass Pieces" (1983). Trois versants de la musique classique sont présentés, allant d’un "classicisme" pur de la danse dite "classique" à des chorégraphies beaucoup plus avant-gardistes à l’époque où elles ont été créées, appuyées respectivement par des musiques de Stravinsky, Saint-Saëns et Glass. Les musiques sont un élément moteur des chorégraphies. De leurs tempos et rythmes, elles dessinent les ruptures, les déplacements et la gestuelle des danseurs.

Paradoxalement, c’est "Caprice" de Helgi Tomasson, actuel directeur artistique du San Francisco Ballet et ancien danseur étoile du New York City Ballet qui est dans la plus pure tradition classique. Avec cette chorégraphie, Helgi Tomasson semble avoir voulu faire du San Francisco Ballet la sentinelle de la Danse Classique.

Les déplacements des danseurs sont aériens, légers, glissants sur le sol. L’approche est très épurée dans des déplacements d’une symétrie parfaite jouant avec l’axe central de la scène dans lequel un duo, un trio ou un quatuor de danseurs exécutent les 5 mouvements de la chorégraphie appuyé par un groupe de danseurs. Les mouvements et la disposition scénique des danseurs respectent l’âme de la Danse Classique. Toutefois, même si la chorégraphie est servie par toute la Beauté et la Grâce des figures de la danse, aucune prise de risque n’a été faite par Helgi Tomasson.

Sofiane Sylve et Anthony Spaulding - Agon © Erik Tomasson.
Sofiane Sylve et Anthony Spaulding - Agon © Erik Tomasson.
La seconde chorégraphie, "Agon" de George Balanchine, est dans une gestuelle composée de mouvements découpés, presque hachés faisant ressentir les différentes parties des membres inférieurs et supérieurs. L’assise des pieds est bien ancrée au sol avec une plante des pieds en parallèle, face public. Les mouvements sont beaucoup plus terriens, bien appuyés au sol et les déplacements sont faits par petits sauts. La gestuelle est moins gracieuse, moins aérienne que dans "Caprice". Elle est beaucoup plus physique avec des jambes élancées, face public.

La Grâce n’est pas la qualité première de ces danses qui révèle une originalité dans les déplacements, originalité dans la force, la tension, le martèlement autant de la plante des pieds sur le sol que des élancés des jambes dans l’espace faisant du tronc des danseurs l’axe pivot de tous les mouvements. La musique de Stravinsky accompagne les mouvements des danseurs. Ceux-ci deviennent le miroir de celle-ci. L’espace est investi dans toutes ses latitudes avec un milieu de scène qui ne devient plus central. Les mouvements sont très étirés, comme lancés vers l’extérieur de la scène. De ces mouvements, une tension nourrit chaque déplacement.

"Glass pieces" de Jérôme Robbins est sous le sceau du mouvement, avec des allers et venues sur toute la scène. Celle-ci est investie dans ses différents axes et ses différentes diagonales. La scène est ainsi décentrée et devient un vaste espace dans lequel les mouvements et la gestuelle sont greffés de quotidienneté, quotidienneté nourrie de fixité et de tension dans les déplacements. Le danseur devient citoyen du monde happé dans un univers dont il semblerait ne plus avoir la maîtrise. La danse classique descend de son piédestal pour investir le mouvement quotidien de la marche.

San Francisco Ballet - Caprice © Erik Tomasson.
San Francisco Ballet - Caprice © Erik Tomasson.
Sur scène, il n’y a plus de centre, plus de symétrie. Quelques danseurs exécutent des arrêts pour marquer un temps et effectuer des mouvements brisant la continuité des déplacements. Ils sont comme un souffle de Vie qui s’est libéré de ces mouvements devenus machinaux. Puis la marche reprend, une marche presque anonyme, machinale de danseurs allant de l’avant comme obnubilé par un horizon inatteignable. Les regards sont fixes, presque perdus et les mouvements sont tendus. C’est une course vers un Ailleurs situé bien au delà de la scène. Le mouvement n’est pas décomposé. Il est d’un bloc, fait dans une multitude d’autres mouvements comme un raz de marée humain.

Ces 3 chorégraphies font du déplacement l’axe central du spectacle. Un déplacement léger, aérien à la racine même de la danse classique qui devient plus découpé, haché pour ensuite être mécanique voire machinal. Cette évolution dans les déplacements fait du danseur, maître du sol et de l’espace, une machine emportée par son environnement. Le mouvement, de libéré, devient aliéné, comme happé par un Ailleurs qui ne serait plus sur scène. Ce qui est investi et redéfini dans les chorégraphies est ce rapport à la scène que la danse classique bouscule souvent avec ses figures phares que sont, par exemple, le grand jeté ou l’arabesque.

Ici, nous sommes ramenés à un rapport à la scène beaucoup plus ancré et "mécanique". Cette approche engage le danseur à être témoin d’un environnement social et humain faisant de la danse classique un reflet de notre époque, libéré de son carcan de figures idéales, romanesques ou mythologiques.

Les Étés de la Danse - San Francisco Ballet

San Francisco Ballet - Piano Concerto 1 © Erik Tomasson.
San Francisco Ballet - Piano Concerto 1 © Erik Tomasson.
Avec l’orchestre Prométhée.

"Caprice"
Chorégraphie : Helgi Tomasson.
Musique : Camille Saint-Saëns (Symphonie n°2 en la mineur, op 55 - 1859 ; Adage de la Symphonie n°3 en ut mineur, op.78 - 1886).
Arrangements : Martin West.
Scénographie : Alexander V. Nichols.
Costumes : Holly Hynes.
Lumières : Christopher Dennis.
Durée : 35 minutes.
Avec : Maria Kochetkova, Davit Karapetyan, Isabella DeVivo, Jilian Harvey, Ellen Rose Hummel, Lauren Parrot, Elizabeth Powell, Julia Rowe, Max Cauthorn, Diego Cruz, Esteban Hernandez, Francisco Mungamba, Myles Thatcher, Wei Wang, Yuan Yuan Tan, Luke Ingham, Steven Morse, Hansuke Yamamoto.

"Agon"
Chorégraphie : George Balanchine.
Musique : Igor Stravinsky.
Lumières : Ronald Bates.
Durée : 30 minutes.
Avec : Thomas Bieszka, Luke Ingham, Pascal Molat, Shane Wuerthner, Frances Chung, Grace Shibley, Jennifer Stahl, Sofiane Sylve, Kimberly Braylock, Kristina Lind, Rebecca Rhodes, Shannon Rugani.

"Glass pieces"
Chorégraphie : Jérôme Robbins.
Musique : Philip Glass.
Décor : Jérôme Robbins et Ronald Bates.
Costumes : Ben Benson.
Lumières : Ronald Bates.
Durée : 29 minutes.
Avec : Sasha De Sola, Shannon Rugani, Grace Shibley, Luke Willis, Thomas Bieszka, Sean Orza, Kristina Lind, Tiit Helimets.

Du 10 au 26 juillet 2014.
Du lundi au vendredi à 20 h, samedi à 15 h et 20 h.
Théâtre du Châtelet, Paris 1er, 0 1 40 28 28 40.
>> chatelet-theatre.com
>> lesetesdeladanse.com

Safidin Alouache
Mardi 22 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

© David Dubost.
De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

© Aristide Barraud.
Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

© Xavier Cantat.
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020