La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Samson et Dalila", un drame charmeur à Bastille

Après plus de deux décennies d'absence, le plus célèbre des douze opéras de Camille Saint-Saëns revient sur la scène de l'Opéra national de Paris dans une nouvelle production de Damiano Michieletto. Alors que la mise en scène se signale surtout par sa banalité, les chanteurs - singulièrement la Dalila d'Anita Rachvelishvili - les chœurs et la direction enflammée de Philippe Jordan impressionnent.



© Vincent Pontet/OnP.
© Vincent Pontet/OnP.
Neuf années d'une conception douloureuse de 1859 à 1868 et une création (en allemand uniquement) redevable à Franz Liszt en 1877 à Weimar, rien ne prédisposait "Samson et Dalila" à devenir l'opéra français le plus joué dans le monde, avec "Carmen" (G. Bizet) et "Faust" (C. Gounod). Cette vaste fresque orientaliste en trois actes, dernier avatar du grand opéra français façon Meyerbeer et petite pierre sur le chemin de l'avant-garde fin de siècle, ne sera créée à Paris qu'en 1890 (et à l'Opéra de Paris deux ans plus tard). Un vrai parcours du combattant pour une œuvre parfaite d' "œcuménisme musical" selon un de ses plus ardents défenseurs, le directeur musical de l'ONP, Philippe Jordan.

Avec ses nombreuses réminiscences de l'histoire de l'art lyrique européen et son tropisme orientaliste en vogue sous la Troisième République, la partition de "Samson et Dalila" est un concentré du talent du compositeur. Conçu avec un art typiquement français par l'un des fondateurs de la Société nationale de Musique (1), l'opéra constitue une réponse à la wagnérolâtrie qui commence à régner sur les scènes.

© Vincent Pontet/OnP.
© Vincent Pontet/OnP.
Ce sera donc une œuvre courte (un peu moins de deux heures) avec un sujet biblique, nécessitant un instrumentarium conséquent où les percussions (dont l'ophicléide repris à Berlioz, le glockenspiel, le tam-tam, les crotales, les castagnettes) et les cuivres le disputent aux cordes pincées ou frottées comme antidotes au drame germanique et septentrional.

Nul héros nordique donc sur scène, mais des Philistins oppressant des Hébreux pour un livret écrit à partir de l'Ancien Testament et centré sur la trahison dont est victime le colosse Samson, élu de Jéhovah pour sauver son peuple. Par la faute de la redoutable et belle Dalila, l'Élu entraînera à nouveau son peuple dans l'esclavage après l'en avoir libéré, non sans avoir fait tomber les colonnes du temple de Baal sur ses ennemis. Voilà convoqués les fantasmes de l'Orient, ses prêtres dégénérés, ses femmes fatales et ses danses lascives, bref cette source inépuisable de frissons au XIXe siècle, par un compositeur voyageur qui mourra à Alger en 1921.

Le metteur en scène Damiano Michieletto - qu'on avait connu plus inspiré sur cette même scène la saison dernière pour un Rossini façon Movida - a choisi l'actualisation et la dilution du motif oriental (pourtant vital) dans un spectacle où aucune de ses idées ne sont vraiment menées à terme.

© Vincent Pontet/OnP.
© Vincent Pontet/OnP.
Au premier acte, le camp de concentration où gémissent les Hébreux est dominé par une salle vitrée aux rideaux tirés, qui se fera chambre à coucher années soixante au II et temple de Dagon au III : après l' (involontaire ?) (2) évocation de la Shoah à l'acte un, le drame bourgeois du deuxième acte laisse la place à un tableau façon péplum télévisé de l'ère berlusconienne (au III). Le prêtre Abimélech et les soldats ont l'uniforme noir et les mitraillettes en plastique vus souvent ailleurs. Rien de nouveau sous le ciel de ce qui devrait être la Gaza biblique et qui n'est plus ici qu'un ailleurs indéterminé où les protagonistes nous font signe, déchirés par leurs passions.

Face au Samson quelque peu effacé du ténor letton Aleksandrs Antonenko, la Dalila de la georgienne Anita Rachvelishvili apporte son étrangeté irréductible, sa sensualité sauvage soutenue par un engagement sans faille et les possibilités vocales qu'exige ce rôle écrasant. Habillée d'une nuisette rose les trois-quarts du spectacle, elle parvient pourtant sans peine à donner une profondeur ambiguë idoine à "la panthère" qu'imaginait Saint-Saëns. Nicolas Cavallier est un magnifique Vieillard hébreu, qui nous fait frissonner à toutes ses apparitions - comme les magnifiques chœurs des actes I et II. Ceux-là apportent dès l'ouverture (derrière une grille opaque en acier) toute la hauteur mystique qui traverse parfois l'opéra.

© Vincent Pontet/OnP.
© Vincent Pontet/OnP.
Au service d'une partition, qu'on peut trouver parfois assez conventionnelle dispensant aussi ses moments de grâce, l'orchestre caresse, rutile et s'exalte sous la baguette suprêmement élégante de Philippe Jordan. C'est bien de la fosse que le charme de cette musique opère. Tour à tour imposant, capiteux et poétique, l'orchestre brille par un art subtil des transitions et une science consommée de l'architecture des plans sonores.

(1) La création de la Société nationale de Musique en 1871 répondait à l'objectif de défendre la jeune musique instrumentale française. Sa devise : "Ars Gallica".
(2) Le metteur en scène a déclaré dans une note d'intention ne pas vouloir représenter des Hébreux mais simplement des "esclaves".


Spectacle vu le 10 octobre 2016.

Du 4 octobre au 5 novembre 2016.
Visible dès le 14 octobre 2016 sur le site Arte Concert.

Opéra national de Paris.
Place de la Bastille, Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Samson et Dalila" (1877).
Opéra en trois actes et quatre tableaux.
Musique de Camille Saint-Saëns (1835-1921).
Livret de Ferdinand Lemaire.
En français sous-titré en français et en anglais.
Durée : 3 h 05 avec deux entractes.

Philippe Jordan, direction.
Damiano Michieletto, mise en scène.

Répétition © Vincent Pontet/OnP.
Répétition © Vincent Pontet/OnP.
Paolo Fantin, décors.
Carla Teti, costumes.
Alessandro Carletti, lumières.

Anita Rachvelishvili, Dalila.
Aleksandrs Antonenko, Samson.
Egils Silins, Le Grand Prêtre de Dagon.
Nicolas testé, Abimélech.
Nicolas Cavallier, Un Vieillard hébreu.
John Bernard, Un Messager philistin.
Luca Sannai, Premier Philistin.
Jian-Hong Zhao, Deuxième Philistin.

Christine Ducq
Lundi 17 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

"La petite fille de monsieur Linh" Tenter de donner une raison à la vie… à l'exil

Après déjà plusieurs années d'exploitation et de succès, Sylvie Dorliat reprend le très touchant conte de Philippe Claudel, "La petite fille de monsieur Linh", qu'elle a adapté pour la scène et qu'elle interprète. Une bonne occasion de découvrir ou de revoir ce spectacle lumineux et délicat parlant avec humanité tant de l'exil, de la mort, de la folie que de l'amitié et de l'espoir d'une nouvelle vie.

De la guerre, de la fuite, de l'exil peut naître la folie. Lorsque l'on a vu sa famille, tous ceux que l'on aime se faire tuer, quand on a tout perdu, perdre la raison peut devenir un refuge, un acte de survie, une tentative désespérée de renaissance en s'inventant une nouvelle histoire…

Guerre, mort, fuite inéluctable pour un espoir de survie, triviale association caractérisant chaque jour toujours plus notre monde… Bateau, exil, nouvelle contrée inconnue, centre d'hébergement, accueil pour vieil homme et petite fille. Pays nouveau, pays sans odeur, sans les odeurs colorées et épicées de son Asie natale, peut-être le Vietnam ou le Cambodge.

Tout commença un matin où son fils, sa belle-fille et sa petite fille s'étaient rendus dans les rizières. Cette année-là, la guerre faisait rage. Ils sont tués durant leur travail. Tao Linh récupère sa petite fille, Sang diû (Matin doux) 10 mois - elle a les yeux de son père (son fils), dit-il - et entreprend une épuisante traversée, à l'horizon une terre occidentale. Apprivoiser ce nouveau pays, ces gens inconnus, cette promiscuité dans ce centre d'accueil pour émigrés. Puis, au bout d'un moment, se résoudre, se décider à sortir pour découvrir cette ville qui l'accueille.

Dans un parc, assis sur un banc, et l'arrivée de monsieur Bark. Premier contact, et les prémices d'une nouvelle amitié. Ils parlent de leur femme (mortes). Parle de la guerre, celle à laquelle a participé Bark dans le pays de Linh. Bark l'invite au restaurant, lui offre un cadeau, une robe pour la petite. Tao Linh va être déplacé mais dans la même ville. Se retrouve dans une chambre… Enfermement…

Gil Chauveau
09/09/2020
Spectacle à la Une

"Les Dodos" Virtuoses aux agrès comme aux guitares… pour des envolées poétiques et musicales, sensibles et rebelles !

Quel point commun peut-il y avoir entre un dodo, gros oiseau incapable de voler - et plutôt maladroit - et un acrobate ? L'inconscience naïve pour le premier, qui le conduisit à sa disparition, l'inconscience maîtrisée - avec une peur raisonnée pour la sécurité - qui le mène vers le spectaculaire et la performance virtuose pour le second... C'est en résumé l'étonnante création de la compagnie Le P'tit Cirk qui s'articule autour de la musique et de l'envol avec la guitare comme partenaire privilégié, instrument musical ou agrès des plus surprenants !

Fondé en mars 2004 sur les projets de Danielle Le Pierrès (Archaos, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, Cirque Plume, etc.) et de Christophe Lelarge (Cirque du Soleil, Turbulence, Cie Goudard, Rmi-Rayazone, etc.)*, le P'tit Cirk est basé dès sa création à Lannion en Bretagne. Cette implantation correspond à une démarche artistique volontaire de long terme afin d'être acteur de la vie culturelle du Trégor, de partager et de transmettre leur passion, et d'aller à la rencontre d'un public qui n'a pas forcément l'occasion ou la demande de découvrir cette forme d'approche de travail envers le cirque. Le spectacle "Les Dodos" est la sixième proposition de la compagnie.

Cette dernière création (en tournée depuis trois ans) confirme, si besoin était, leur statut de compagnie majeure dans le paysage du cirque de création à l'échelle européenne… et leur ouverture permanente à différentes pistes… de cirque. Chez les membres du P'tit Cirk, le sens du collectif, le côté pur, brut et extra-ordinaire de l'exploit sont aussi importants et incontournables que le jeu d'acteur, la mise en piste, la lumière et la scénographie. La performance est là mais n'occulte en rien la trame poétique présente à chaque instant.

Gil Chauveau
17/09/2020
Sortie à la Une

"Cabaret Louise" Cabaret foutraque et jouissif pour s'indigner encore et toujours !

Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et l'une de ses figures majeures, Louise Michel, sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur des fondations soixante-huitardes bienfaisantes, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
31/08/2020