La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Roméo et Juliette... La mise en scène d'Éric Ruf esquive des pièges de mièvrerie romantique

"Roméo et Juliette", Comédie-Française, Paris

"Trop" romantique, "h(y) (aille) per-romantic "… tellement mythique… L'histoire de Roméo et Juliette est née d'un fait divers popularisée par un nouvelliste italien du nom de Bandello. Le conte est repris par un poète et dramaturge anglais du nom de Shakespeare qui le croise avec la guerre des deux roses (d'York et de Lancastre).



© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
Et l'histoire court, nourrie par une matière venue du fin fond des âges et de la sensibilité de poètes successifs face à la dureté des temps. Roméo et Juliette est pétrie avec la matière de la Belle au Bois Dormant, de Tristan et Yseut, de Pyrame et Thisbé.

La pièce est brutale, violente, chaotique. Les personnages, les familles, les clans vivent sous la volonté des pères qui ont soif de sang et de vengeance. Les vies se déchirent. Le texte est trivial, obscène et des fulgurations de poésie scellent tragiquement l'amour et la mort dans un même tombeau.

Une seule question se pose, une énigme reste en suspens. Elle est bien celle du miracle de l'irruption de l'amour partagé chez des êtres que tout oppose. La force de l'amour, son évanescence, sa fragilité. Comme le parfum d'une rose à la rosée du matin.

La puissance du mythe et de l'histoire est telle que toute représentation se trouve prise au risque de l'édulcoration.

© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
Après soixante ans d'absence à la Comédie-Française, Roméo et Juliette revient dans l'ancienne traduction de François-Victor Hugo (répertoire oblige). Mais l'auteur n'est ni Victor (tout court) ni Edmond (Rostand). La traduction fidèle au récit est rédigée sur l'autel du bon goût poétique du Second Empire. Ripolinée avec quelques gouttes d'expression contemporaine, elle approche une part des obscénités et violences de l'original.

En déplaçant l'action de Vérone à Palerme et son Couvent des Capucins, des années 1300 aux années 1950, Éric Ruf restitue un contexte à l'histoire. Et la représentation, en prenant en compte la violence patriarcale et ses effets sur la turbulence insouciante, bornée et criminelle des progénitures, esquive des pièges de mièvrerie romantique. Dans son homogénéité, le spectacle prend une dimension consensuelle. L'esthétique accroche les comédies popularisées par le cinéma italien et américain auxquelles les costumes de Christian Lacroix apportent leur part de joie pastellées luxueuse et tapageuse.

Comme l'époque actuelle voit une recrudescence du machisme patriarcal et de sa violence associée, le dispositif fonctionne comme une mise à distance du réel que des tunnels de "poésie" accentuent. L'intensité des caractères s'en trouve lissée ce qui, au bout du conte, contrarie la volonté d'une mise en contemporanéité de la pièce et ce en dépit d'un savoir-faire indéniable des comédiens français.

Tel qu'elle se présente, la présentation de Roméo et Juliette est un bel objet qui offre déjà l'image classique d'une forme théâtrale dont Strehler et Chéreau ont été les hérauts.

"Roméo et Juliette"

© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
Texte : William Shakespeare.
Version scénique d’après la traduction de François-Victor Hugo.
Mise en scène : Éric Ruf.
Nouvelle production.
Avec : Claude Mathieu, Michel Favory, Christian Blanc, Christian Gonon, Serge Bagdassarian, Bakary Sangaré, Pierre Louis-Calixte, Suliane Brahim, Nâzim Boudjenah, Jérémy Lopez, Danièle Lebrun, Elliot Jenicot, Laurent Lafitte, Didier Sandre.
Élèves-comédiens : Pénélope Avril, Vanessa Bile-Audouard, Théo Comby Lemaitre, Hugues Duchêne, Marianna Granci, Laurent Robert.
Costumes : Christian Lacroix
Lumière : Bertrand Couderc.
Travail chorégraphique : Glysleïn Lefever.
Arrangements musicaux : Vincent Leterme.
Réalisation sonore : Jean-Luc Ristord.
Collaborateur artistique : Léonidas Strapatsakis.
Assistante à la mise en scène : Alison Hornus.
Maquillages : Carole Anquetil.
Assistante à la scénographie : Dominique Schmitt.
Élève-metteur en scène : Adrien Dupuis-Hepner.
Élève-scénographe : Julie Camus.
Élève-costumière : Sophie Grosjean.
Durée : 2 h 45 avec entracte.

Du 5 décembre 2015 au 30 mai 2016.
En alternance.
Matinée 14 h, soirée 20 h 30.
Comédie-Française, Salle Richelieu, Paris 1er, 01 44 58 15 15.
>> comedie-francaise.fr

Jean Grapin
Vendredi 18 Décembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020