La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Roméo et Juliette... La mise en scène d'Éric Ruf esquive des pièges de mièvrerie romantique

"Roméo et Juliette", Comédie-Française, Paris

"Trop" romantique, "h(y) (aille) per-romantic "… tellement mythique… L'histoire de Roméo et Juliette est née d'un fait divers popularisée par un nouvelliste italien du nom de Bandello. Le conte est repris par un poète et dramaturge anglais du nom de Shakespeare qui le croise avec la guerre des deux roses (d'York et de Lancastre).



© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
Et l'histoire court, nourrie par une matière venue du fin fond des âges et de la sensibilité de poètes successifs face à la dureté des temps. Roméo et Juliette est pétrie avec la matière de la Belle au Bois Dormant, de Tristan et Yseut, de Pyrame et Thisbé.

La pièce est brutale, violente, chaotique. Les personnages, les familles, les clans vivent sous la volonté des pères qui ont soif de sang et de vengeance. Les vies se déchirent. Le texte est trivial, obscène et des fulgurations de poésie scellent tragiquement l'amour et la mort dans un même tombeau.

Une seule question se pose, une énigme reste en suspens. Elle est bien celle du miracle de l'irruption de l'amour partagé chez des êtres que tout oppose. La force de l'amour, son évanescence, sa fragilité. Comme le parfum d'une rose à la rosée du matin.

La puissance du mythe et de l'histoire est telle que toute représentation se trouve prise au risque de l'édulcoration.

© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
Après soixante ans d'absence à la Comédie-Française, Roméo et Juliette revient dans l'ancienne traduction de François-Victor Hugo (répertoire oblige). Mais l'auteur n'est ni Victor (tout court) ni Edmond (Rostand). La traduction fidèle au récit est rédigée sur l'autel du bon goût poétique du Second Empire. Ripolinée avec quelques gouttes d'expression contemporaine, elle approche une part des obscénités et violences de l'original.

En déplaçant l'action de Vérone à Palerme et son Couvent des Capucins, des années 1300 aux années 1950, Éric Ruf restitue un contexte à l'histoire. Et la représentation, en prenant en compte la violence patriarcale et ses effets sur la turbulence insouciante, bornée et criminelle des progénitures, esquive des pièges de mièvrerie romantique. Dans son homogénéité, le spectacle prend une dimension consensuelle. L'esthétique accroche les comédies popularisées par le cinéma italien et américain auxquelles les costumes de Christian Lacroix apportent leur part de joie pastellées luxueuse et tapageuse.

Comme l'époque actuelle voit une recrudescence du machisme patriarcal et de sa violence associée, le dispositif fonctionne comme une mise à distance du réel que des tunnels de "poésie" accentuent. L'intensité des caractères s'en trouve lissée ce qui, au bout du conte, contrarie la volonté d'une mise en contemporanéité de la pièce et ce en dépit d'un savoir-faire indéniable des comédiens français.

Tel qu'elle se présente, la présentation de Roméo et Juliette est un bel objet qui offre déjà l'image classique d'une forme théâtrale dont Strehler et Chéreau ont été les hérauts.

"Roméo et Juliette"

© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
© Vincent Pontet/collection Comédie-Française.
Texte : William Shakespeare.
Version scénique d’après la traduction de François-Victor Hugo.
Mise en scène : Éric Ruf.
Nouvelle production.
Avec : Claude Mathieu, Michel Favory, Christian Blanc, Christian Gonon, Serge Bagdassarian, Bakary Sangaré, Pierre Louis-Calixte, Suliane Brahim, Nâzim Boudjenah, Jérémy Lopez, Danièle Lebrun, Elliot Jenicot, Laurent Lafitte, Didier Sandre.
Élèves-comédiens : Pénélope Avril, Vanessa Bile-Audouard, Théo Comby Lemaitre, Hugues Duchêne, Marianna Granci, Laurent Robert.
Costumes : Christian Lacroix
Lumière : Bertrand Couderc.
Travail chorégraphique : Glysleïn Lefever.
Arrangements musicaux : Vincent Leterme.
Réalisation sonore : Jean-Luc Ristord.
Collaborateur artistique : Léonidas Strapatsakis.
Assistante à la mise en scène : Alison Hornus.
Maquillages : Carole Anquetil.
Assistante à la scénographie : Dominique Schmitt.
Élève-metteur en scène : Adrien Dupuis-Hepner.
Élève-scénographe : Julie Camus.
Élève-costumière : Sophie Grosjean.
Durée : 2 h 45 avec entracte.

Du 5 décembre 2015 au 30 mai 2016.
En alternance.
Matinée 14 h, soirée 20 h 30.
Comédie-Française, Salle Richelieu, Paris 1er, 01 44 58 15 15.
>> comedie-francaise.fr

Jean Grapin
Vendredi 18 Décembre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019