La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Retrouver les espoirs de la Vie, pour oublier un instant les folies de l'Histoire

"Le journal d'Anne Franck", Théâtre Rive Gauche, Paris

Dans une mise en scène où Steve Suissa choisit de faire de chaque acteur un témoin de l’Histoire, les comédiens, dans un jeu de très grande qualité, déploient des sentiments allant de l’enthousiasme au tragique faisant parfois oublier dans le quotidien d’une famille, le feu calcinant et destructeur de l’Histoire.



"Le journal d'Anne Franck" © Lot.
"Le journal d'Anne Franck" © Lot.
Otto Franck (Francis Huster) arrive sur scène, imperméable sur le dos et casquette vissée sur la tête dans un brouillard et une semi-obscurité. Au loin, le trafic ferroviaire charrie ses trains. Dès les premiers gestes, le talent entre sur scène comme une évidence. L’entrée est presque cinématographique avec des clairs-obscurs accompagnés d’une musique très présente.

Côté scénographie, la scène est découpée en deux, avec côté cour, une petite pièce symbolisant le temps présent dans lequel Otto Frank revit ses souvenirs en lisant le journal de sa fille. Sur toute la largeur de la scène se prolonge l’Annexe, lieu de refuge de la famille Frank. Souvenirs et réalité s’enlacent tout au long de la pièce.

Le jeu des acteurs est naturel, vif, rapide avec parfois quelques tempos lents de courts répits. Les silences d’Otto Frank nourrissent la pièce d’un tragique que les scènes dans l’Annexe, plutôt joyeuses ou animées, taisent. Ce sont les souvenirs qui deviennent paroles quand le présent, incarné par Otto Frank, devient silence et recueillement. Tout est vécu intérieurement avec force par Francis Huster. La voix de l’acteur presque éteinte au début, prend de la force et du volume, va crescendo.

Le spect-acteur devient témoin actif. Témoin de ce qui se passe dans l’Annexe. Et par ricochet, témoin de l’Histoire. La mise en scène de Steve Suissa embarque le spectateur dans une aire historique où le quotidien d’une famille juive pendant un génocide est mis à nu. La pièce est politique mais dans une démarche subtile d’interpellation.

"Le journal d'Anne Franck" © Lot.
"Le journal d'Anne Franck" © Lot.
Le jeu de tous les comédiens est remarquable avec Roxanne Duran (Anne Franck) et Francis Huster incarnant respectivement avec talent les deux pôles opposés de l’enthousiasme et du tragique. L’Histoire est une science lugubre. Crimes, assassinats, trahisons, massacres, génocides ponctuent le fil historique de notre inhumanité. Et là, devant nous, des êtres broyés par l’Histoire se chamaillent et nous font, parfois, rire. Le spectateur a le sentiment étrange de connaître un destin ignoré de ses propres acteurs, le mettant dans une position de « sachant », de témoin qui voit l’Histoire broyant ses victimes. L’interpellation est de mise et l’indifférence ne peut frayer son chemin.

Tous les sentiments défilent sur scène, de la simple dispute à la grandeur d’âme avec ses émotions, ses pleurs, ses amours et ses disputes. C’est ce regard à la fois tendre et objectif qui retient l’attention. Il y a à la fois distanciation aux personnages et identification à la situation.

Il y a aussi ce sentiment à la fois tragique et bouleversant de savoir tous les locataires de l’Annexe, à l’exception d’Otto Frank, morts dans les camps de concentration alors que sur scène Anne, la petite Margot et le timide Peter sont l’incarnation à la fois d’espoirs de Vie et folies de l’Histoire.

La mise en scène est parfaite dans ses enchaînements, rapides et vifs, avec une troupe de comédiens dont le talent est le socle commun soutenu par un texte dont la dramaturgie est de qualité. Tous les ingrédients d’un grand et très beau spectacle sont réunis. Le théâtre, pour notre bonheur, fait cause commune avec l’Histoire et le jeu.

"Le journal d’Anne Frank"

Texte : Éric-Emmanuel Schmitt.
D’après "Le journal d’Anne Frank", avec la permission du Fonds Anne Frank (Bâle).
Mise en scène : Steve Suissa.
Avec : Francis Huster, Gaïa Weiss, Roxane Durán, Odile Cohen, Katia Miran, Charlotte Kady, Yann Babilee Keogh, Bertrand Usclat, Yann Goven.
Collaboration artistique : Céline Billès-Izac.
Décors : Stéfanie Jarre.
Lumières : Jérôme Almeras.
Son : Alexandre Lessertisseur.
Costumes: Sylvie Pensa.

Du 5 septembre au 20 décembre 2012.
Du mardi au samedi à 21 h, en matinées samedi et dimanche à 15 h 30.
Théâtre Rive Gauche, Paris 14e, Réservations : 01 43 35 32 31.
>> theatre-rive-gauche.com

Safidine Alouache
Mercredi 19 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024