Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Retour sur l'enfance de Dolto pour une redécouverte de nos explorations intérieures enfantines

"Quoi de neuf, Dolto ?", Á La Folie Théâtre, Paris

"Quand je serai grande, je ne ferai pas les mêmes choses et je me souviendrai de comment c'est quand on est tout petit." Plonger à nouveau dans cette période fondatrice qu'est l'enfance ? Pourquoi pas ! Ici, la proposition de la metteure en scène Martine Fontanille passe par une remémoration autobiographique de la jeunesse de Françoise Dolto* et nous invite à une conférence instructive, plein de malices, et un brin humoristique.



© François Vivier.
© François Vivier.
À l'origine du travail de Martine Fontanille, la réécoute des dix minutes quotidiennes - intitulées "Lorsque l'enfant paraît" - qu'anima Françoise Dolto du 4 octobre 1976 au 26 mai 1978 sur les antennes de France Inter. Ensuite, celle-ci, à la lecture d'"Enfances" de Dolto, fut intriguée et passionnée par le début de la vie de la pédiatre et psychanalyste française. D'autant plus que cette dernière use d'un ton vif et spirituel pour se raconter et rapporter mille anecdotes savoureuses, drôles ou tristes, de celles qui construisent ou détruisent un enfant.

Une partie de la force et du talent thérapeutique de Dolto fut puisée dans sa propre enfance, dans les parties de sa mémoire concernant cette période qu'elle avait préservée ; et dont elle avait su exploiter certains éléments, aidé en cela par ses études de médecine ; et son analyse personnelle qui se terminera en 1939.

Le spectacle, évitant le cours magistral, prend la forme d'une conférence dynamique, à dominante humoristique, abordant sans complexe la vie, la mort, la relation aux autres. La mort est d'ailleurs un sujet particulièrement bien traitée, Dolto ayant à peine 7 ans en 1915. Ainsi, face au conflit de 14-18, l'enfant s'interrogera notamment sur le sens des mots "perdus", "disparu" ou fera appel à son imagination sa perception des mots, des événements. Par exemple, "le chemin des dames", drôle de nom et drôle d'endroit pour se battre.

© Mathilde Bailly.
© Mathilde Bailly.
Ainsi souvent les enfants pensent que les parents savent tout jusqu'à la question de la mort posée. Et l'apprentissage de la psychanalyste passe aussi par l'expérience de la fratrie. C'est en s'occupant de son petit frère Jacques qu'elle apprend le fonctionnement de l'enfance. Il pose des questions auxquelles elle essaye toujours de répondre. La discussion est continuelle, "J'ai passé ma vie à m'étonner."

Ce voyage au pays de nos premières années est aussi l'occasion de parcourir le monde de l'inconscient et des relations fondatrices "parents-enfants". Et c'est là que la dynamique particulière de cette création fonctionne admirablement bien car, dépassant le cadre de l'exposé, la conférencière (Karine Dron) interpelle le public, le questionne, l'intègre dans cette exploration juvénile… dont nous restons tous les aventuriers, même adulte.

Une belle jovialité en bandoulière, une présence dense et heureuse, donnant une légèreté à son interprétation, évitant les pièges du jeu doctoral et des pièges sentencieux, se rapprochant presque physiquement de Dolto, par le sourire notamment, Karine Dron instille ainsi un flux communicatif qui entraîne les spectateurs sur les flots de la psychanalyse, de la prise de conscience de l'inconscient, de la relation à l'autre et du langage déclencheur de remèdes préventifs, tels des navigateurs voguant de nouveau sur leurs mers intérieures enfantines.

L'espace scénique s'avère vite ludique et riche de surprises, le bureau de la conférencière, où se trouve la TSF nous donnant à entendre des extraits de l'émission de France Inter, dévoile - grâce à un mécanisme nécessitant quelques efforts de la comédienne - une machine aux rouages visibles, roues crantées et autres courroies, conçu par le sculpteur-plasticien Thierry Grasset ; et où apparaissent quelques objets extravagants, farfelus, mais faisant référence à des constructions ou jeux enfantins.

Redécouvrir celle qui osa sortir de son cabinet, qui a popularisé la psychanalyse auprès de tous les parents, et qui a fait de l'enfant "un sujet à part entière" procure ici un bonheur joyeux, et replace la communication au centre de nos vies, dans une réflexion pleine de liberté et d'espiègle bienveillance.

"Quoi de neuf, Dolto ?"

© Mathilde Bailly.
© Mathilde Bailly.
D'après "Enfances" de Françoise Dolto, paru aux Éditions Seuil et aux Éditions Points.
Mise en scène : Martine Fontanille.
Avec : Karine Dron.
Sculpteur-plasticien : Thierry Grasset.
Compagnie Haute Tension.
Durée : 1 h 05.

Du 7 décembre 2018 au 9 mars 2019.
Vendredi et samedi à 19 h 30.
À La Folie Théâtre, Petite Folie, Paris 11e, 01 43 55 14 80.
>> folietheatre.com

Gil Chauveau
Lundi 14 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021