La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Retour sur l'enfance de Dolto pour une redécouverte de nos explorations intérieures enfantines

"Quoi de neuf, Dolto ?", Á La Folie Théâtre, Paris

"Quand je serai grande, je ne ferai pas les mêmes choses et je me souviendrai de comment c'est quand on est tout petit." Plonger à nouveau dans cette période fondatrice qu'est l'enfance ? Pourquoi pas ! Ici, la proposition de la metteure en scène Martine Fontanille passe par une remémoration autobiographique de la jeunesse de Françoise Dolto* et nous invite à une conférence instructive, plein de malices, et un brin humoristique.



© François Vivier.
© François Vivier.
À l'origine du travail de Martine Fontanille, la réécoute des dix minutes quotidiennes - intitulées "Lorsque l'enfant paraît" - qu'anima Françoise Dolto du 4 octobre 1976 au 26 mai 1978 sur les antennes de France Inter. Ensuite, celle-ci, à la lecture d'"Enfances" de Dolto, fut intriguée et passionnée par le début de la vie de la pédiatre et psychanalyste française. D'autant plus que cette dernière use d'un ton vif et spirituel pour se raconter et rapporter mille anecdotes savoureuses, drôles ou tristes, de celles qui construisent ou détruisent un enfant.

Une partie de la force et du talent thérapeutique de Dolto fut puisée dans sa propre enfance, dans les parties de sa mémoire concernant cette période qu'elle avait préservée ; et dont elle avait su exploiter certains éléments, aidé en cela par ses études de médecine ; et son analyse personnelle qui se terminera en 1939.

Le spectacle, évitant le cours magistral, prend la forme d'une conférence dynamique, à dominante humoristique, abordant sans complexe la vie, la mort, la relation aux autres. La mort est d'ailleurs un sujet particulièrement bien traitée, Dolto ayant à peine 7 ans en 1915. Ainsi, face au conflit de 14-18, l'enfant s'interrogera notamment sur le sens des mots "perdus", "disparu" ou fera appel à son imagination sa perception des mots, des événements. Par exemple, "le chemin des dames", drôle de nom et drôle d'endroit pour se battre.

© Mathilde Bailly.
© Mathilde Bailly.
Ainsi souvent les enfants pensent que les parents savent tout jusqu'à la question de la mort posée. Et l'apprentissage de la psychanalyste passe aussi par l'expérience de la fratrie. C'est en s'occupant de son petit frère Jacques qu'elle apprend le fonctionnement de l'enfance. Il pose des questions auxquelles elle essaye toujours de répondre. La discussion est continuelle, "J'ai passé ma vie à m'étonner."

Ce voyage au pays de nos premières années est aussi l'occasion de parcourir le monde de l'inconscient et des relations fondatrices "parents-enfants". Et c'est là que la dynamique particulière de cette création fonctionne admirablement bien car, dépassant le cadre de l'exposé, la conférencière (Karine Dron) interpelle le public, le questionne, l'intègre dans cette exploration juvénile… dont nous restons tous les aventuriers, même adulte.

Une belle jovialité en bandoulière, une présence dense et heureuse, donnant une légèreté à son interprétation, évitant les pièges du jeu doctoral et des pièges sentencieux, se rapprochant presque physiquement de Dolto, par le sourire notamment, Karine Dron instille ainsi un flux communicatif qui entraîne les spectateurs sur les flots de la psychanalyse, de la prise de conscience de l'inconscient, de la relation à l'autre et du langage déclencheur de remèdes préventifs, tels des navigateurs voguant de nouveau sur leurs mers intérieures enfantines.

L'espace scénique s'avère vite ludique et riche de surprises, le bureau de la conférencière, où se trouve la TSF nous donnant à entendre des extraits de l'émission de France Inter, dévoile - grâce à un mécanisme nécessitant quelques efforts de la comédienne - une machine aux rouages visibles, roues crantées et autres courroies, conçu par le sculpteur-plasticien Thierry Grasset ; et où apparaissent quelques objets extravagants, farfelus, mais faisant référence à des constructions ou jeux enfantins.

Redécouvrir celle qui osa sortir de son cabinet, qui a popularisé la psychanalyse auprès de tous les parents, et qui a fait de l'enfant "un sujet à part entière" procure ici un bonheur joyeux, et replace la communication au centre de nos vies, dans une réflexion pleine de liberté et d'espiègle bienveillance.

"Quoi de neuf, Dolto ?"

© Mathilde Bailly.
© Mathilde Bailly.
D'après "Enfances" de Françoise Dolto, paru aux Éditions Seuil et aux Éditions Points.
Mise en scène : Martine Fontanille.
Avec : Karine Dron.
Sculpteur-plasticien : Thierry Grasset.
Compagnie Haute Tension.
Durée : 1 h 05.

Du 7 décembre 2018 au 9 mars 2019.
Vendredi et samedi à 19 h 30.
À La Folie Théâtre, Petite Folie, Paris 11e, 01 43 55 14 80.
>> folietheatre.com

Gil Chauveau
Lundi 14 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022