La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Retour sur l'enfance de Dolto pour une redécouverte de nos explorations intérieures enfantines

"Quoi de neuf, Dolto ?", Á La Folie Théâtre, Paris

"Quand je serai grande, je ne ferai pas les mêmes choses et je me souviendrai de comment c'est quand on est tout petit." Plonger à nouveau dans cette période fondatrice qu'est l'enfance ? Pourquoi pas ! Ici, la proposition de la metteure en scène Martine Fontanille passe par une remémoration autobiographique de la jeunesse de Françoise Dolto* et nous invite à une conférence instructive, plein de malices, et un brin humoristique.



© François Vivier.
© François Vivier.
À l'origine du travail de Martine Fontanille, la réécoute des dix minutes quotidiennes - intitulées "Lorsque l'enfant paraît" - qu'anima Françoise Dolto du 4 octobre 1976 au 26 mai 1978 sur les antennes de France Inter. Ensuite, celle-ci, à la lecture d'"Enfances" de Dolto, fut intriguée et passionnée par le début de la vie de la pédiatre et psychanalyste française. D'autant plus que cette dernière use d'un ton vif et spirituel pour se raconter et rapporter mille anecdotes savoureuses, drôles ou tristes, de celles qui construisent ou détruisent un enfant.

Une partie de la force et du talent thérapeutique de Dolto fut puisée dans sa propre enfance, dans les parties de sa mémoire concernant cette période qu'elle avait préservée ; et dont elle avait su exploiter certains éléments, aidé en cela par ses études de médecine ; et son analyse personnelle qui se terminera en 1939.

Le spectacle, évitant le cours magistral, prend la forme d'une conférence dynamique, à dominante humoristique, abordant sans complexe la vie, la mort, la relation aux autres. La mort est d'ailleurs un sujet particulièrement bien traitée, Dolto ayant à peine 7 ans en 1915. Ainsi, face au conflit de 14-18, l'enfant s'interrogera notamment sur le sens des mots "perdus", "disparu" ou fera appel à son imagination sa perception des mots, des événements. Par exemple, "le chemin des dames", drôle de nom et drôle d'endroit pour se battre.

© Mathilde Bailly.
© Mathilde Bailly.
Ainsi souvent les enfants pensent que les parents savent tout jusqu'à la question de la mort posée. Et l'apprentissage de la psychanalyste passe aussi par l'expérience de la fratrie. C'est en s'occupant de son petit frère Jacques qu'elle apprend le fonctionnement de l'enfance. Il pose des questions auxquelles elle essaye toujours de répondre. La discussion est continuelle, "J'ai passé ma vie à m'étonner."

Ce voyage au pays de nos premières années est aussi l'occasion de parcourir le monde de l'inconscient et des relations fondatrices "parents-enfants". Et c'est là que la dynamique particulière de cette création fonctionne admirablement bien car, dépassant le cadre de l'exposé, la conférencière (Karine Dron) interpelle le public, le questionne, l'intègre dans cette exploration juvénile… dont nous restons tous les aventuriers, même adulte.

Une belle jovialité en bandoulière, une présence dense et heureuse, donnant une légèreté à son interprétation, évitant les pièges du jeu doctoral et des pièges sentencieux, se rapprochant presque physiquement de Dolto, par le sourire notamment, Karine Dron instille ainsi un flux communicatif qui entraîne les spectateurs sur les flots de la psychanalyse, de la prise de conscience de l'inconscient, de la relation à l'autre et du langage déclencheur de remèdes préventifs, tels des navigateurs voguant de nouveau sur leurs mers intérieures enfantines.

L'espace scénique s'avère vite ludique et riche de surprises, le bureau de la conférencière, où se trouve la TSF nous donnant à entendre des extraits de l'émission de France Inter, dévoile - grâce à un mécanisme nécessitant quelques efforts de la comédienne - une machine aux rouages visibles, roues crantées et autres courroies, conçu par le sculpteur-plasticien Thierry Grasset ; et où apparaissent quelques objets extravagants, farfelus, mais faisant référence à des constructions ou jeux enfantins.

Redécouvrir celle qui osa sortir de son cabinet, qui a popularisé la psychanalyse auprès de tous les parents, et qui a fait de l'enfant "un sujet à part entière" procure ici un bonheur joyeux, et replace la communication au centre de nos vies, dans une réflexion pleine de liberté et d'espiègle bienveillance.

"Quoi de neuf, Dolto ?"

© Mathilde Bailly.
© Mathilde Bailly.
D'après "Enfances" de Françoise Dolto, paru aux Éditions Seuil et aux Éditions Points.
Mise en scène : Martine Fontanille.
Avec : Karine Dron.
Sculpteur-plasticien : Thierry Grasset.
Compagnie Haute Tension.
Durée : 1 h 05.

Du 7 décembre 2018 au 9 mars 2019.
Vendredi et samedi à 19 h 30.
À La Folie Théâtre, Petite Folie, Paris 11e, 01 43 55 14 80.
>> folietheatre.com

Gil Chauveau
Lundi 14 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019