La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Requiem"… Mozart à cheval !

Marier une musique sacrée avec l'académie équestre nationale du domaine de Versailles dont il est responsable depuis 2003, il fallait tout le talent de Bartabas pour réaliser cet exploit artistique autour du "Requiem" de Mozart.



© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Le rideau se lève et laisse apparaître le chœur régional Vittorial d'Île-de-France installé en hauteur au centre de la scène comme si les voix, par leur consonance claire avec des tessitures très liturgiques, venaient du ciel.

Huit équidés composent le spectacle avec deux types de cavaliers, les premières, élégantes femmes au visage découvert ; les seconds, des hommes, portant des masques pointus dans une tunique sombre. Tous font des cercles ou des demi-cercles tout au long du spectacle de façon très harmonieuse et cadencée au rythme de la messe de Mozart (1756-1791). Le "Requiem" est donné dans une version rarement jouée de Czerny (1791-1857) pour piano à quatre mains, un chœur mixte et des solistes.

Les cavalières font des chorégraphies bras levés vers le ciel, dans un geste élancé avec les mains parfois relevées au poignet pour former un angle droit. Les écuyères se prêtent aux chants, même en selle, avec des chanteurs qui descendent sur scène. C'est la rencontre proprement dite de l'œuvre de Mozart avec l'art équestre de Bartabas.

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Il y a un aspect léger, aérien, comme si les sabots des lusitaniens crème aux yeux bleus suivaient la ligne mélodique de la messe. Les déplacements sont en effet toujours au pas voire légèrement au trot presque de façon nonchalante. Nous sommes dans une osmose entre le mouvement des cavalières qui font bouger de façon parfois ondulatoire ou légèrement tendue et élancée leurs membres supérieurs et des palefrois qui ont une allure élégante, portés par leur unique présence, sans que force et vitesse ne viennent encombrer leurs trajets.

Les bras ainsi élevés ont un rapport à l'espace "aérien" dans une gestuelle qui donne au pas chevalin une poésie. Nous avons une chorégraphie où ceux-ci sont des éléments poétiques, jouant de mouvements recourbés ou tendus qui font une courbe légèrement sinueuse comme porteurs d'une direction, d'un cap. La voix est absente, à l'exception des chants, pour conduire les équidés, comme s'ils étaient uniquement portés par la musique, le chœur et les postures dansés des écuyères.

Il y a deux axes. Le premier concerne l'animal proprement dit, très terrien, avec des cavaliers très "lugubres", portant un capirote noir. Puis, il y a les écuyères, au port altier, élégantes, ouvertes comme le contre-pied des premiers, incarnant la Mort quand les secondes sont leur pendant de Vie. La Mort est ainsi ancrée à la terre, au sable, au sol avec une marche plus lente des chevaux quand la Vie est très légèrement au trot, beaucoup plus gourmande dans l'expressivité avec des visages non affublés de masques, presque souriants, dans des attitudes jamais figées.

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Il y a ainsi deux pôles antinomiques, avec une thématique très terrienne dans les trajets pour les masques mortuaires réduits au silence, à l'opposé des chants et de la chorégraphie au niveau des bras qui portent une gestuelle vers le haut, l'espace, l'aérien comme source de Vie. Ainsi tout se marie par opposition, silence contre chants, visages avenants contre masques mortuaires, pas mornes et lents contre soutenus et élégants.

Le "Requiem" n'est pas la dernière composition de Mozart mais elle a été écrite la dernière année de la vie du créateur. Un mythe entoure cette œuvre tout particulièrement pour déterminer ce qui est de Mozart et ce qui est de Joseph Eybler (1765-1846) puis Franz Xaver Süßmayr (1766-1803), élève du Maître, dont Constance Mozart, à la mort de son mari, avait souhaité que celle-ci, inachevée, soit complétée pour, entre autres, ne pas avoir à rembourser la première moitié du paiement versée d'avance et de pouvoir obtenir la seconde moitié.

Ainsi le souffle de la mort accompagne la création de cette œuvre qui a été très bien symbolisée par Bartabas dans la scénographie équestre.

Bartabas et l'art équestre sont le combat d'une vie. Avec le "Requiem" de Mozart, l'artiste créateur a réussi à lier trois univers différents, celui de la musique sacrée, des chevaux et de la danse. Chapeau maestro !

"Requiem"

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Œuvres de Wolfgang Amadeus Mozart<.
"Miserere" KV 85/Requiem en ré mineur KV 626/"Ave verum corpus" KV 618
Mise en selle et chorégraphie : Bartabas
Direction musicale : Michel Piquemal
Avec les écuyers et chevaux de l'Académie équestre nationale du Domaine de Versailles.
Chants : Chœur régional Vittoria d’Île-de-France et La Maîtrise de Paris sous la direction de Boris Mychajliszyn.
Assistante à la mise en scène : Anne Perron et Emmanuelle Santini.
Création lumières : Bertrand Couderc, assisté de Gilles Bottacchi.
Création costumes : Sophie Manac’h.
Responsable des écuries : Philippe Boué Bruquet.

A été représenté du 15 au 20 mai 2018.
À La Villette, Grande Halle, Paris 19e.

Spectacle du Théâtre équestre Zingaro actuellement en tournée

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
"Ex Anima" (création 2017).
Conception : Bartabas.
8 juin au 1er juillet : Avenches (Suisse).
28 septembre au 24 octobre : Caen (14).
À partir du 9 novembre 2018 : Théâtre équestre Zingaro, Fort d’Aubervilliers, Aubervilliers (93).

Safidin Alouache
Mercredi 23 Mai 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020