La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Requiem"… Mozart à cheval !

Marier une musique sacrée avec l'académie équestre nationale du domaine de Versailles dont il est responsable depuis 2003, il fallait tout le talent de Bartabas pour réaliser cet exploit artistique autour du "Requiem" de Mozart.



© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Le rideau se lève et laisse apparaître le chœur régional Vittorial d'Île-de-France installé en hauteur au centre de la scène comme si les voix, par leur consonance claire avec des tessitures très liturgiques, venaient du ciel.

Huit équidés composent le spectacle avec deux types de cavaliers, les premières, élégantes femmes au visage découvert ; les seconds, des hommes, portant des masques pointus dans une tunique sombre. Tous font des cercles ou des demi-cercles tout au long du spectacle de façon très harmonieuse et cadencée au rythme de la messe de Mozart (1756-1791). Le "Requiem" est donné dans une version rarement jouée de Czerny (1791-1857) pour piano à quatre mains, un chœur mixte et des solistes.

Les cavalières font des chorégraphies bras levés vers le ciel, dans un geste élancé avec les mains parfois relevées au poignet pour former un angle droit. Les écuyères se prêtent aux chants, même en selle, avec des chanteurs qui descendent sur scène. C'est la rencontre proprement dite de l'œuvre de Mozart avec l'art équestre de Bartabas.

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Il y a un aspect léger, aérien, comme si les sabots des lusitaniens crème aux yeux bleus suivaient la ligne mélodique de la messe. Les déplacements sont en effet toujours au pas voire légèrement au trot presque de façon nonchalante. Nous sommes dans une osmose entre le mouvement des cavalières qui font bouger de façon parfois ondulatoire ou légèrement tendue et élancée leurs membres supérieurs et des palefrois qui ont une allure élégante, portés par leur unique présence, sans que force et vitesse ne viennent encombrer leurs trajets.

Les bras ainsi élevés ont un rapport à l'espace "aérien" dans une gestuelle qui donne au pas chevalin une poésie. Nous avons une chorégraphie où ceux-ci sont des éléments poétiques, jouant de mouvements recourbés ou tendus qui font une courbe légèrement sinueuse comme porteurs d'une direction, d'un cap. La voix est absente, à l'exception des chants, pour conduire les équidés, comme s'ils étaient uniquement portés par la musique, le chœur et les postures dansés des écuyères.

Il y a deux axes. Le premier concerne l'animal proprement dit, très terrien, avec des cavaliers très "lugubres", portant un capirote noir. Puis, il y a les écuyères, au port altier, élégantes, ouvertes comme le contre-pied des premiers, incarnant la Mort quand les secondes sont leur pendant de Vie. La Mort est ainsi ancrée à la terre, au sable, au sol avec une marche plus lente des chevaux quand la Vie est très légèrement au trot, beaucoup plus gourmande dans l'expressivité avec des visages non affublés de masques, presque souriants, dans des attitudes jamais figées.

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Il y a ainsi deux pôles antinomiques, avec une thématique très terrienne dans les trajets pour les masques mortuaires réduits au silence, à l'opposé des chants et de la chorégraphie au niveau des bras qui portent une gestuelle vers le haut, l'espace, l'aérien comme source de Vie. Ainsi tout se marie par opposition, silence contre chants, visages avenants contre masques mortuaires, pas mornes et lents contre soutenus et élégants.

Le "Requiem" n'est pas la dernière composition de Mozart mais elle a été écrite la dernière année de la vie du créateur. Un mythe entoure cette œuvre tout particulièrement pour déterminer ce qui est de Mozart et ce qui est de Joseph Eybler (1765-1846) puis Franz Xaver Süßmayr (1766-1803), élève du Maître, dont Constance Mozart, à la mort de son mari, avait souhaité que celle-ci, inachevée, soit complétée pour, entre autres, ne pas avoir à rembourser la première moitié du paiement versée d'avance et de pouvoir obtenir la seconde moitié.

Ainsi le souffle de la mort accompagne la création de cette œuvre qui a été très bien symbolisée par Bartabas dans la scénographie équestre.

Bartabas et l'art équestre sont le combat d'une vie. Avec le "Requiem" de Mozart, l'artiste créateur a réussi à lier trois univers différents, celui de la musique sacrée, des chevaux et de la danse. Chapeau maestro !

"Requiem"

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Œuvres de Wolfgang Amadeus Mozart<.
"Miserere" KV 85/Requiem en ré mineur KV 626/"Ave verum corpus" KV 618
Mise en selle et chorégraphie : Bartabas
Direction musicale : Michel Piquemal
Avec les écuyers et chevaux de l'Académie équestre nationale du Domaine de Versailles.
Chants : Chœur régional Vittoria d’Île-de-France et La Maîtrise de Paris sous la direction de Boris Mychajliszyn.
Assistante à la mise en scène : Anne Perron et Emmanuelle Santini.
Création lumières : Bertrand Couderc, assisté de Gilles Bottacchi.
Création costumes : Sophie Manac’h.
Responsable des écuries : Philippe Boué Bruquet.

A été représenté du 15 au 20 mai 2018.
À La Villette, Grande Halle, Paris 19e.

Spectacle du Théâtre équestre Zingaro actuellement en tournée

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
"Ex Anima" (création 2017).
Conception : Bartabas.
8 juin au 1er juillet : Avenches (Suisse).
28 septembre au 24 octobre : Caen (14).
À partir du 9 novembre 2018 : Théâtre équestre Zingaro, Fort d’Aubervilliers, Aubervilliers (93).

Safidin Alouache
Mercredi 23 Mai 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019