La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Requiem"… Mozart à cheval !

Marier une musique sacrée avec l'académie équestre nationale du domaine de Versailles dont il est responsable depuis 2003, il fallait tout le talent de Bartabas pour réaliser cet exploit artistique autour du "Requiem" de Mozart.



© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Le rideau se lève et laisse apparaître le chœur régional Vittorial d'Île-de-France installé en hauteur au centre de la scène comme si les voix, par leur consonance claire avec des tessitures très liturgiques, venaient du ciel.

Huit équidés composent le spectacle avec deux types de cavaliers, les premières, élégantes femmes au visage découvert ; les seconds, des hommes, portant des masques pointus dans une tunique sombre. Tous font des cercles ou des demi-cercles tout au long du spectacle de façon très harmonieuse et cadencée au rythme de la messe de Mozart (1756-1791). Le "Requiem" est donné dans une version rarement jouée de Czerny (1791-1857) pour piano à quatre mains, un chœur mixte et des solistes.

Les cavalières font des chorégraphies bras levés vers le ciel, dans un geste élancé avec les mains parfois relevées au poignet pour former un angle droit. Les écuyères se prêtent aux chants, même en selle, avec des chanteurs qui descendent sur scène. C'est la rencontre proprement dite de l'œuvre de Mozart avec l'art équestre de Bartabas.

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Il y a un aspect léger, aérien, comme si les sabots des lusitaniens crème aux yeux bleus suivaient la ligne mélodique de la messe. Les déplacements sont en effet toujours au pas voire légèrement au trot presque de façon nonchalante. Nous sommes dans une osmose entre le mouvement des cavalières qui font bouger de façon parfois ondulatoire ou légèrement tendue et élancée leurs membres supérieurs et des palefrois qui ont une allure élégante, portés par leur unique présence, sans que force et vitesse ne viennent encombrer leurs trajets.

Les bras ainsi élevés ont un rapport à l'espace "aérien" dans une gestuelle qui donne au pas chevalin une poésie. Nous avons une chorégraphie où ceux-ci sont des éléments poétiques, jouant de mouvements recourbés ou tendus qui font une courbe légèrement sinueuse comme porteurs d'une direction, d'un cap. La voix est absente, à l'exception des chants, pour conduire les équidés, comme s'ils étaient uniquement portés par la musique, le chœur et les postures dansés des écuyères.

Il y a deux axes. Le premier concerne l'animal proprement dit, très terrien, avec des cavaliers très "lugubres", portant un capirote noir. Puis, il y a les écuyères, au port altier, élégantes, ouvertes comme le contre-pied des premiers, incarnant la Mort quand les secondes sont leur pendant de Vie. La Mort est ainsi ancrée à la terre, au sable, au sol avec une marche plus lente des chevaux quand la Vie est très légèrement au trot, beaucoup plus gourmande dans l'expressivité avec des visages non affublés de masques, presque souriants, dans des attitudes jamais figées.

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Il y a ainsi deux pôles antinomiques, avec une thématique très terrienne dans les trajets pour les masques mortuaires réduits au silence, à l'opposé des chants et de la chorégraphie au niveau des bras qui portent une gestuelle vers le haut, l'espace, l'aérien comme source de Vie. Ainsi tout se marie par opposition, silence contre chants, visages avenants contre masques mortuaires, pas mornes et lents contre soutenus et élégants.

Le "Requiem" n'est pas la dernière composition de Mozart mais elle a été écrite la dernière année de la vie du créateur. Un mythe entoure cette œuvre tout particulièrement pour déterminer ce qui est de Mozart et ce qui est de Joseph Eybler (1765-1846) puis Franz Xaver Süßmayr (1766-1803), élève du Maître, dont Constance Mozart, à la mort de son mari, avait souhaité que celle-ci, inachevée, soit complétée pour, entre autres, ne pas avoir à rembourser la première moitié du paiement versée d'avance et de pouvoir obtenir la seconde moitié.

Ainsi le souffle de la mort accompagne la création de cette œuvre qui a été très bien symbolisée par Bartabas dans la scénographie équestre.

Bartabas et l'art équestre sont le combat d'une vie. Avec le "Requiem" de Mozart, l'artiste créateur a réussi à lier trois univers différents, celui de la musique sacrée, des chevaux et de la danse. Chapeau maestro !

"Requiem"

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Œuvres de Wolfgang Amadeus Mozart<.
"Miserere" KV 85/Requiem en ré mineur KV 626/"Ave verum corpus" KV 618
Mise en selle et chorégraphie : Bartabas
Direction musicale : Michel Piquemal
Avec les écuyers et chevaux de l'Académie équestre nationale du Domaine de Versailles.
Chants : Chœur régional Vittoria d’Île-de-France et La Maîtrise de Paris sous la direction de Boris Mychajliszyn.
Assistante à la mise en scène : Anne Perron et Emmanuelle Santini.
Création lumières : Bertrand Couderc, assisté de Gilles Bottacchi.
Création costumes : Sophie Manac’h.
Responsable des écuries : Philippe Boué Bruquet.

A été représenté du 15 au 20 mai 2018.
À La Villette, Grande Halle, Paris 19e.

Spectacle du Théâtre équestre Zingaro actuellement en tournée

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
"Ex Anima" (création 2017).
Conception : Bartabas.
8 juin au 1er juillet : Avenches (Suisse).
28 septembre au 24 octobre : Caen (14).
À partir du 9 novembre 2018 : Théâtre équestre Zingaro, Fort d’Aubervilliers, Aubervilliers (93).

Safidin Alouache
Mercredi 23 Mai 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | À l'affiche bis








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019