La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Requiem"… Mozart à cheval !

Marier une musique sacrée avec l'académie équestre nationale du domaine de Versailles dont il est responsable depuis 2003, il fallait tout le talent de Bartabas pour réaliser cet exploit artistique autour du "Requiem" de Mozart.



© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Le rideau se lève et laisse apparaître le chœur régional Vittorial d'Île-de-France installé en hauteur au centre de la scène comme si les voix, par leur consonance claire avec des tessitures très liturgiques, venaient du ciel.

Huit équidés composent le spectacle avec deux types de cavaliers, les premières, élégantes femmes au visage découvert ; les seconds, des hommes, portant des masques pointus dans une tunique sombre. Tous font des cercles ou des demi-cercles tout au long du spectacle de façon très harmonieuse et cadencée au rythme de la messe de Mozart (1756-1791). Le "Requiem" est donné dans une version rarement jouée de Czerny (1791-1857) pour piano à quatre mains, un chœur mixte et des solistes.

Les cavalières font des chorégraphies bras levés vers le ciel, dans un geste élancé avec les mains parfois relevées au poignet pour former un angle droit. Les écuyères se prêtent aux chants, même en selle, avec des chanteurs qui descendent sur scène. C'est la rencontre proprement dite de l'œuvre de Mozart avec l'art équestre de Bartabas.

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Il y a un aspect léger, aérien, comme si les sabots des lusitaniens crème aux yeux bleus suivaient la ligne mélodique de la messe. Les déplacements sont en effet toujours au pas voire légèrement au trot presque de façon nonchalante. Nous sommes dans une osmose entre le mouvement des cavalières qui font bouger de façon parfois ondulatoire ou légèrement tendue et élancée leurs membres supérieurs et des palefrois qui ont une allure élégante, portés par leur unique présence, sans que force et vitesse ne viennent encombrer leurs trajets.

Les bras ainsi élevés ont un rapport à l'espace "aérien" dans une gestuelle qui donne au pas chevalin une poésie. Nous avons une chorégraphie où ceux-ci sont des éléments poétiques, jouant de mouvements recourbés ou tendus qui font une courbe légèrement sinueuse comme porteurs d'une direction, d'un cap. La voix est absente, à l'exception des chants, pour conduire les équidés, comme s'ils étaient uniquement portés par la musique, le chœur et les postures dansés des écuyères.

Il y a deux axes. Le premier concerne l'animal proprement dit, très terrien, avec des cavaliers très "lugubres", portant un capirote noir. Puis, il y a les écuyères, au port altier, élégantes, ouvertes comme le contre-pied des premiers, incarnant la Mort quand les secondes sont leur pendant de Vie. La Mort est ainsi ancrée à la terre, au sable, au sol avec une marche plus lente des chevaux quand la Vie est très légèrement au trot, beaucoup plus gourmande dans l'expressivité avec des visages non affublés de masques, presque souriants, dans des attitudes jamais figées.

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Il y a ainsi deux pôles antinomiques, avec une thématique très terrienne dans les trajets pour les masques mortuaires réduits au silence, à l'opposé des chants et de la chorégraphie au niveau des bras qui portent une gestuelle vers le haut, l'espace, l'aérien comme source de Vie. Ainsi tout se marie par opposition, silence contre chants, visages avenants contre masques mortuaires, pas mornes et lents contre soutenus et élégants.

Le "Requiem" n'est pas la dernière composition de Mozart mais elle a été écrite la dernière année de la vie du créateur. Un mythe entoure cette œuvre tout particulièrement pour déterminer ce qui est de Mozart et ce qui est de Joseph Eybler (1765-1846) puis Franz Xaver Süßmayr (1766-1803), élève du Maître, dont Constance Mozart, à la mort de son mari, avait souhaité que celle-ci, inachevée, soit complétée pour, entre autres, ne pas avoir à rembourser la première moitié du paiement versée d'avance et de pouvoir obtenir la seconde moitié.

Ainsi le souffle de la mort accompagne la création de cette œuvre qui a été très bien symbolisée par Bartabas dans la scénographie équestre.

Bartabas et l'art équestre sont le combat d'une vie. Avec le "Requiem" de Mozart, l'artiste créateur a réussi à lier trois univers différents, celui de la musique sacrée, des chevaux et de la danse. Chapeau maestro !

"Requiem"

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
Œuvres de Wolfgang Amadeus Mozart<.
"Miserere" KV 85/Requiem en ré mineur KV 626/"Ave verum corpus" KV 618
Mise en selle et chorégraphie : Bartabas
Direction musicale : Michel Piquemal
Avec les écuyers et chevaux de l'Académie équestre nationale du Domaine de Versailles.
Chants : Chœur régional Vittoria d’Île-de-France et La Maîtrise de Paris sous la direction de Boris Mychajliszyn.
Assistante à la mise en scène : Anne Perron et Emmanuelle Santini.
Création lumières : Bertrand Couderc, assisté de Gilles Bottacchi.
Création costumes : Sophie Manac’h.
Responsable des écuries : Philippe Boué Bruquet.

A été représenté du 15 au 20 mai 2018.
À La Villette, Grande Halle, Paris 19e.

Spectacle du Théâtre équestre Zingaro actuellement en tournée

© Julien Benhamou.
© Julien Benhamou.
"Ex Anima" (création 2017).
Conception : Bartabas.
8 juin au 1er juillet : Avenches (Suisse).
28 septembre au 24 octobre : Caen (14).
À partir du 9 novembre 2018 : Théâtre équestre Zingaro, Fort d’Aubervilliers, Aubervilliers (93).

Safidin Alouache
Mercredi 23 Mai 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019