La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Qui demeure dans ce lieu vide ?" Comme une question métaphysique, rouge comme le nez d'Emma la clown

Dans cet espace nu qu'est la scène du théâtre, Meriem Menant, alias Emma la clown, nous offre avec profondeur et délicatesse le fruit de sa quête, invite Shakespeare, Molière et Beckett, un soupçon de magie et des bananes pour corser l'affaire, en subtile exorciste qu'elle est. Les fantômes des théâtres ne sont pas loin non plus et semblent avoir trouvé en Emma une comparse à leur mesure.



© Pascal Gely.
© Pascal Gely.
Est-il nécessaire de présenter Meriem Menant alias Emma la clown ? Tous les amoureux de la scène la connaissent, tant son parcours est fulgurant et foisonnant, elle qui a abordé tant de thèmes divers comme l'état du monde, l'amour, les maths, la science, la mort, l'écologie… Et, si par hasard, ce n'était pas le cas, souvenez-vous : Emma nous a aussi bercé et largement aidés à traverser nos tunnels "confinés" grâce à ses causeries en vidéo, de véritables régals salvateurs et enjoués.

Dans ce nouveau spectacle qui scelle malheureusement la fin de sa carrière théâtrale en solo après trente ans très prolifiques, Meriem rend ouvertement hommage au grand metteur en scène, maître pédagogue et illustre maître du geste et de la pantomime Jacques Lecoq, en évoquant par son titre éponyme une phrase qu'il lui a adressée au terme de sa formation de comédienne :
"Qui demeure dans de lieu vide ?".

Il est probable que, depuis ce jour-là, Meriem réfléchit à cette question existentielle et s'interroge sur ce vide qui, tout compte fait, a fini par la "remplir", l'envahir ou au contraire l'alléger !
Qui sait ?

Ce dernier spectacle sur le vide auquel elle tente de donner une définition est un bijou d'intelligence et d'humanité métaphysiques, maîtrisé sur le bout de la langue, du corps et de l'âme. C'est rond comme son nez. Rouge, flamboyant, émouvant.
"Le vide quantique contient toutes les potentialités des possibles".

À La Scala, ce vendredi 16 septembre dernier, Emma est en interaction fine et subtile avec le public, comme pour lui rendre hommage après ces trente années passées à ses côtés. Du jeune enfant qui pleure dans le public, elle en sourit et demande si, par hasard, on n'aurait pas oublié sa totote. Le vide se nourrit toujours d'un petit rien sous la houlette magique de la clown.

© Pascal Gely.
© Pascal Gely.
Mais détrompez-vous : Emma, par ce moment "totote" interactif, n'a pas cherché à meubler et c'est là toute la force de la clown comédienne ! Le texte a été repris par la suite avec subtilité et grande maîtrise et, pour qui connaît un peu par sa pratique les exigences de la scène, ce moment a été une véritable prouesse. Comme d'autres d'ailleurs durant le spectacle.

"Le show must go on" et il l'a été avec brio ! Entre la mouette qui traverse le plateau dans les airs - hommage notoire là aussi à la Bretagne et au Carré Magique de Lannion, sa production déléguée contre vents et marées -, les bananes successives qui tombent des cintres - juste parce qu'elle aime les bananes -, son fauteuil qui se démembre - comme pour peut-être rendre compte que le spectacle est bientôt fini -, ou encore les tentatives d'éclairages "plateau" joliment subtiles rendant hommage aux techniciens dans les coulisses.

La Création théâtrale est là et bien là avec un "c" majuscule ! Bien huilée ! Captivante. Le plateau potentiellement nu est loin de l'être tant la présence d'Emma le convoque et le sublime, particulièrement lorsque Yvan, le technicien plateau, vient aider la comédienne à se mettre en position de lotus sur l'assise de son fauteuil déglingué. Le corps semble demander à se mettre sur pause parce qu'il craque et qu'il faut peut-être lui foutre la paix !

La paix et le repos des lumières vives des projecteurs, Meriem les trouvera certainement ailleurs. Emma la clown s'envole et se détache de ses créations artistiques en solo, mais elle ne quittera pas son public comme ça, par un simple battement d'ailes de mouette !

Au zénith de son art, Emma s'envole après avoir enfermé, dans sa malle à costumes, son petit chapeau, sa chemise de cheftaine et ses godillots. Les bananes, en revanche, il faudra les manger !
Espérons très fort qu'un jour peut-être, elle l'ouvrira à nouveau pour notre plus grand bonheur.

"Qui demeure dans ce lieu vide ?"

Emma La Clown
De et avec Meriem Menant.
Mise en scène : Kristin Hestad.
Création lumière : Emmanuelle Faure.
Son : Romain Beigneux-Crescent.
Plateau : Yvan Bernardet.
Fabrication des accessoires : Anne de Vains.
Effets magiques : Abdul Alafrez.
Construction : Olivier de Logivière.
Production : Compagnie La Vache Libre.
Production déléguée : Carré Magique Lannion, Pôle national cirque en Bretagne.
Durée : 1 h 20.

A été représenté le vendredi 16 septembre 2022 à 19 h.
La Scala, Grande Salle, Paris 10e, 01 40 03 44 30.
>> lascala-paris.fr

Tournée
14 octobre 2022 : Scène du Golfe, Vannes ( 56).
12 avril 2023 : Festival Spring, Scène nationale 61, Carré du Perche, Mortagne au Perche (61).
9 mai 2023 : Théâtre de l'Hôtel deVille, Saint-Barthélémy-d'Anjou (49).

Brigitte Corrigou
Mardi 27 Septembre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com








À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Qui a cru Kenneth Arnold ?" Une histoire à dormir… éveillé

Levant la tête vers le ciel, qui pourrait soutenir encore que le monde s'organise autour de la Terre centrale et immobile… depuis que Copernic et Galilée ont renversé magistralement la hiérarchie du système solaire, rejetant notre planète Terre - actrice décatie et déchue - au rang d'accessoire de l'étoile Soleil ? De même qui, de nos jours, pourrait être assez obtus pour affirmer que d'autres formes d'intelligences ne puissent exister dans l'univers… depuis que le GEIPAN (Groupe d'Études et d'Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés) a été scientifiquement créé pour démêler le vrai des infox entourant ces phénomènes ? Le collectif OS'O, la tête dans les étoiles (cf. "X", sa précédente création), s'empare de ce sujet ultrasensible pour apporter sa contribution… "hautement" artistique.

© Frédéric Desmesure.
Dans l'écrin du Studio de création du TnBA, une table avec, pour arrière-plan, un écran tendu plantent le décor de cette vraie fausse conférence sur les P.A.N. Mobilisant les ressources de la haute technologie - bricolée frénétiquement - un (vrai) acteur (faux) conférencier de haut vol, assisté d'une (vraie) actrice (fausse) scientifique coincée dans ses notes, et accompagné d'un (vrai) acteur complice, (faux) journaliste critique, incrusté dans les rangs du public, le maître ufologue va compiler les témoignages venus d'ici et d'ailleurs.

Sur le ton amusé des confidences, le conférencier introduit la session en livrant son étrange vision d'une nuit d'été où, à l'aube de ses quinze ans, à 23 h 23 précises, il fut témoin d'une apparition fulgurante alors qu'il promenait son chien sur une plage… Et, encore plus étranges, les deux heures qui suivirent et leur absence de souvenirs, comme s'il avait été "ravi à lui-même", enlevé par les passagers des soucoupes orange…

Suivent d'autres témoignages reposant eux sur des archives projetées. Ainsi, dans l'état du New Hampshire, du couple Betty et Barney Hill, témoignant "en gros plan" avoir été enlevé par des extraterrestres dans la nuit du 19 au 20 septembre 1961. Ainsi, au sud du Pérou, des géoglyphes de Nazca, photographies à l'appui montrant un système complexe de lignes géométriques seulement visibles du ciel… et ne pouvant avoir été tracées que par des extraterrestres…

Yves Kafka
09/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022