La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Quartier lointain" ou le voyageur du temps

"Quartier lointain", Le Monfort Théatre, Paris

Un manga au théâtre ? Cherchez l’erreur ! On ne savait d’ailleurs même pas que c’était possible ! Et mieux, on imaginait encore moins qu’on pouvait aimer les mangas ! Celui-ci, "Quartier lointain" de Jirô Taniguchi, est un concentré de poésie. Dorian Rossel, sur la scène du Monfort Théâtre, a réussi à en extraire son essence avec non moins de beauté et de délicatesse.



"Quartier Lointain" © Carole Parodi
"Quartier Lointain" © Carole Parodi
Ce qui frappe, d’emblée, est la simplicité avec laquelle la scénographie s’organise et les personnages sont interprétés. Avec presque pas de costumes (certains comédiens jouent en jean) et à peine quelques accessoires, le metteur en scène Dorian Rossel mise sur la superposition des corps, des formes et des couleurs. Suggérer plutôt qu’affirmer. Dans ce théâtre, on joue sur le symbolisme des objets et leurs représentations. Ici, rien ni personne ne prend une place définitive. Le monde est en mouvement, comme le temps (d’ailleurs !) qui devient un "voyageur" et opère une trouée dans l’âme du héros. Élément essentiel, suggéré dès le départ par ce grand voile blanc qui ouvre la pièce et marque déjà une suspension, une sorte de bulle (de B.D. ?) dans laquelle nous allons peu à peu entrer.

La clarinette et le violon de Patricia Bosshard et d’Anne Gillot vont nous y aider. Un retour en arrière pour notre héros qui plonge à corps perdu dans son adolescence, comme si une machine mystérieuse à remonter le temps en était responsable. Il devient acteur des scènes de son enfance qui se déroulent en arrière-plan. cette place scénique occupée est essentielle, elle est certainement le symbole d’un inconscient refoulé qui resurgit et que l’on dévoile progressivement. Le rideau se lève alors lentement.

"Quartier Lointain" © Carole Parodi
"Quartier Lointain" © Carole Parodi
Quelques excellentes trouvailles aussi qui sont autant de clin d’œil à la verticalité du manga et à son dessin en 2 dimensions : les personnages dorment debout et certaines scènes se jouent de face. Autant de façons de montrer qu’il n’existe pas un mais plusieurs langages scéniques. Et cette jolie prouesse scénographique ne serait pas réalisable sans le talent des comédiens.

Ils sont 6 sur scène (et 2 musiciennes) pour interpréter les nombreux personnages de la B.D. Aucune confusion pourtant et Mathieu Delmonté, dans le rôle principal (Hiroshi) est émouvant. Il arrive à nous faire vivre les aventures de cet adulte pris au piège dans la conscience de son enfance retrouvée. Tout cela est un peu une "madeleine de Proust", un songe (ou pas d’ailleurs !), l’envie en tout cas de retrouver ce qui nous a bercé et de réaliser que si on ne peut tout à fait revenir sur ce qui nous a construit, on peut en revanche changer le présent.

Le plus étonnant tout de même… Sans n’avoir jusque-là jamais ouvert de Taniguchi, on a ce curieux sentiment (qu’on n’explique pas tout à fait) qu’on est entré dans une œuvre picturale et littéraire de laquelle il devient ensuite très difficile de sortir. Voilà une belle façon de toucher à l’essence d’une œuvre qui prend ici pleinement toute sa théâtralité.

"Quartier lointain"

"Quartier lointain" ou le voyageur du temps
Texte : adapté du manga de Jirô Taniguchi, publié en 1998 par Shogakukan Inc, Editions Castermann.
Adaptation : Cie STT (Super trop top).
Mise en scène : Dorian Rossel, assisté de Laure Bourgknecht
Collaboration artistique : Delphine Lanza.
Scénographie : Sylvie Kleiber.
Dramaturgie : Carine Corajoud.
Avec : Rodolphe Dekowski, Mathieu Delmonté, Xavier Fernandez-Cavada, Karim Kadjar, Delphine Lanza, Elodie Weber, Patricia Bosshard (musique), Anne Gillot (musique).
Musique originale : Patricia Bosshard et Anne Gillot.
Lumière : Bastien Depierre.
Costumes : Barbara Thonney, assistée de Nicole Conus
Vidéo : Jean-Luc Marchina.
Coordinatrice de production : Muriel Maggos.

En partenariat avec le Théâtre de la Ville.

Du 27 septembre au 29 octobre 2011
Monfort Théâtre, Paris 15e.
Réservations : 01 56 08 33 88
>> lemonfort.fr

Les dates de tournée
- Théâtres en Dracénie, Draguignan, 4 novembre 2011.
- Le lieu unique, Nantes, 8-10 novembre 2011.
- Nuithonie, Villars- sur- Glâne, 15 novembre 2011.
- Equinoxe, Châteauroux, 18 novembre 2011.
- ATP Aix en Provence, 22 novembre 2011.
- L'Allan, Montbéliard , 25 novembre 2011.
- Théâtre de la Renaissance, Oullins, 29 novembre - 1er décembre 2011.
- Maison des Arts, Thonon, 3 décembre 2011.
- Vidy - Lausanne, 7-23 décembre 2011.
- Le Carreau, Forbach, 5-6 janvier 2012.
- Forum Meyrin, Genève, 10-11 janvier 2012.
- Château Rouge, Annemasse, 13 janvier 2012.
- L'espal, le Mans, 17-18 janvier 2012.
- Centre culturel le Rive Gauche, St-Etienne-du-Rouvray, 24 janvier 2012.
- Le Salmanazar, Epernay, 26 janvier 2012.
- Le toboggan, Décines, 31 janvier - 1 février 2012.
- Co2, Bulle, 4 février 2012.
- Théâtre Populaire Romand, la Chaux-de-Fonds, 7 février 2012.
- Kurtheater, Baden, 23 février 2012.

Jeudi 27 Octobre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024