La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Quartier lointain" ou le voyageur du temps

"Quartier lointain", Le Monfort Théatre, Paris

Un manga au théâtre ? Cherchez l’erreur ! On ne savait d’ailleurs même pas que c’était possible ! Et mieux, on imaginait encore moins qu’on pouvait aimer les mangas ! Celui-ci, "Quartier lointain" de Jirô Taniguchi, est un concentré de poésie. Dorian Rossel, sur la scène du Monfort Théâtre, a réussi à en extraire son essence avec non moins de beauté et de délicatesse.



"Quartier Lointain" © Carole Parodi
"Quartier Lointain" © Carole Parodi
Ce qui frappe, d’emblée, est la simplicité avec laquelle la scénographie s’organise et les personnages sont interprétés. Avec presque pas de costumes (certains comédiens jouent en jean) et à peine quelques accessoires, le metteur en scène Dorian Rossel mise sur la superposition des corps, des formes et des couleurs. Suggérer plutôt qu’affirmer. Dans ce théâtre, on joue sur le symbolisme des objets et leurs représentations. Ici, rien ni personne ne prend une place définitive. Le monde est en mouvement, comme le temps (d’ailleurs !) qui devient un "voyageur" et opère une trouée dans l’âme du héros. Élément essentiel, suggéré dès le départ par ce grand voile blanc qui ouvre la pièce et marque déjà une suspension, une sorte de bulle (de B.D. ?) dans laquelle nous allons peu à peu entrer.

La clarinette et le violon de Patricia Bosshard et d’Anne Gillot vont nous y aider. Un retour en arrière pour notre héros qui plonge à corps perdu dans son adolescence, comme si une machine mystérieuse à remonter le temps en était responsable. Il devient acteur des scènes de son enfance qui se déroulent en arrière-plan. cette place scénique occupée est essentielle, elle est certainement le symbole d’un inconscient refoulé qui resurgit et que l’on dévoile progressivement. Le rideau se lève alors lentement.

"Quartier Lointain" © Carole Parodi
"Quartier Lointain" © Carole Parodi
Quelques excellentes trouvailles aussi qui sont autant de clin d’œil à la verticalité du manga et à son dessin en 2 dimensions : les personnages dorment debout et certaines scènes se jouent de face. Autant de façons de montrer qu’il n’existe pas un mais plusieurs langages scéniques. Et cette jolie prouesse scénographique ne serait pas réalisable sans le talent des comédiens.

Ils sont 6 sur scène (et 2 musiciennes) pour interpréter les nombreux personnages de la B.D. Aucune confusion pourtant et Mathieu Delmonté, dans le rôle principal (Hiroshi) est émouvant. Il arrive à nous faire vivre les aventures de cet adulte pris au piège dans la conscience de son enfance retrouvée. Tout cela est un peu une "madeleine de Proust", un songe (ou pas d’ailleurs !), l’envie en tout cas de retrouver ce qui nous a bercé et de réaliser que si on ne peut tout à fait revenir sur ce qui nous a construit, on peut en revanche changer le présent.

Le plus étonnant tout de même… Sans n’avoir jusque-là jamais ouvert de Taniguchi, on a ce curieux sentiment (qu’on n’explique pas tout à fait) qu’on est entré dans une œuvre picturale et littéraire de laquelle il devient ensuite très difficile de sortir. Voilà une belle façon de toucher à l’essence d’une œuvre qui prend ici pleinement toute sa théâtralité.

"Quartier lointain"

"Quartier lointain" ou le voyageur du temps
Texte : adapté du manga de Jirô Taniguchi, publié en 1998 par Shogakukan Inc, Editions Castermann.
Adaptation : Cie STT (Super trop top).
Mise en scène : Dorian Rossel, assisté de Laure Bourgknecht
Collaboration artistique : Delphine Lanza.
Scénographie : Sylvie Kleiber.
Dramaturgie : Carine Corajoud.
Avec : Rodolphe Dekowski, Mathieu Delmonté, Xavier Fernandez-Cavada, Karim Kadjar, Delphine Lanza, Elodie Weber, Patricia Bosshard (musique), Anne Gillot (musique).
Musique originale : Patricia Bosshard et Anne Gillot.
Lumière : Bastien Depierre.
Costumes : Barbara Thonney, assistée de Nicole Conus
Vidéo : Jean-Luc Marchina.
Coordinatrice de production : Muriel Maggos.

En partenariat avec le Théâtre de la Ville.

Du 27 septembre au 29 octobre 2011
Monfort Théâtre, Paris 15e.
Réservations : 01 56 08 33 88
>> lemonfort.fr

Les dates de tournée
- Théâtres en Dracénie, Draguignan, 4 novembre 2011.
- Le lieu unique, Nantes, 8-10 novembre 2011.
- Nuithonie, Villars- sur- Glâne, 15 novembre 2011.
- Equinoxe, Châteauroux, 18 novembre 2011.
- ATP Aix en Provence, 22 novembre 2011.
- L'Allan, Montbéliard , 25 novembre 2011.
- Théâtre de la Renaissance, Oullins, 29 novembre - 1er décembre 2011.
- Maison des Arts, Thonon, 3 décembre 2011.
- Vidy - Lausanne, 7-23 décembre 2011.
- Le Carreau, Forbach, 5-6 janvier 2012.
- Forum Meyrin, Genève, 10-11 janvier 2012.
- Château Rouge, Annemasse, 13 janvier 2012.
- L'espal, le Mans, 17-18 janvier 2012.
- Centre culturel le Rive Gauche, St-Etienne-du-Rouvray, 24 janvier 2012.
- Le Salmanazar, Epernay, 26 janvier 2012.
- Le toboggan, Décines, 31 janvier - 1 février 2012.
- Co2, Bulle, 4 février 2012.
- Théâtre Populaire Romand, la Chaux-de-Fonds, 7 février 2012.
- Kurtheater, Baden, 23 février 2012.

Jeudi 27 Octobre 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022