La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Quand le Quatuor Megamix prêche pour le retour du grand Saint Thétiseur...

Un ordre des synthétisins est apparu et prêche la bonne parole à travers des chants liturgiques "New Age", des Cantiques électroniques, des psaumes à modulation de fréquence ou encore des prières analogiques. Phil Collins, Eurythmics, Jean-Michel Jarre, Jean-Jacques Goldman... voici quelques-uns des prophètes compositeurs qui rythment cette burlesque cérémonie religieuse concoctée par quatre comiques musiciens : le Quatuor Megamix !



© Quatuor Megamix.
© Quatuor Megamix.
Le Quatuor Megamix est une est une formation musicale de quatre copains qui se rencontrent sur les bancs de la faculté de musicologie à Tours. En 2008, ils intègrent "La Saugrenue", un collectif artistique d'une trentaine de membres, regroupant principalement des musiciens et techniciens du spectacles (créé en 2002). Jouant à St Jean-de-Bray pour la fête de la musique, l'idée leur vient de créer un spectacle. Celui-ci, musical et théâtral, s'intitulera "La musique de danse de la fin du XXe siècle", ayant pour concept la reprise de titres "Eurodanse" (type Dr Alban ou 2 Unlimited) mais joués à l'aide d'instruments classiques.

Quelques années plus tard, en 2015, prenez ces quatre "beaux gosses" à qui l'on donnerait "le bon Dieu sans confession", ajoutez une bonne pincée d'espièglerie, habillez-les de tenues de prêtre, mettez-leur quelques cuivres et claviers électroniques des années quatre-vingt entre les mains et laissez-vous transporter dans l'univers décalé d'une messe dominicale revisitée. Ils prennent plaisir à détourner les codes spirituels en créant une ode à Saint Thétiseur.

© K_pture.
© K_pture.
Monter tout un spectacle autour du thème de l'instrument devenu culte depuis quarante ans, à savoir le clavier synthétiseur, était un pari pouvant laisser perplexe au premier abord. Eh bien, non, dès les premières notes de l'instrument, dans nos têtes, raisonnent des tubes que nous pouvons interpréter les yeux fermés. Si vous n'avez jamais communié à l'église avec pour fond sonore la musique du film "La Soupe aux choux", le quatuor est là pour vous y initier, effet novateur garanti ! Ne vous y trompez pas, il n'y a pas de faute de goût, ni marque irrespectueuse envers la religion. Tout est rondement mené et l'humour règne.

Les quatre acolytes se donnent la réplique, rivalisent de gestes clownesques, de pas de danse, de chants et de versés de la Bible réécrits, transposés avec le vocabulaire utilisé par les musiciens. Leur version de la prière "Notre père" fait rire toute l'assemblée, mise à contribution pour reprendre en cœur "Au nom de l'ampère, du fil et du synthétisme". "Le principe est le suivant. Le public doit reconnaitre dès les cinq premières secondes le morceau joué. Nous utilisons des anciens instruments comme ce saxophone midi acheté 30 euros sur une brocante, une rareté qui fait un effet bœuf dans le spectacle", précisent-ils.

© Quatuor Megamix.
© Quatuor Megamix.
Ce spectacle bien que tout public, compte tenu de ses références, rappellera plus de souvenirs à celles et ceux qui étaient ados ou plus dans les années quatre-vingt. Un conseil, ne jetez pas vos vieux synthés conservés au grenier, offrez-leur... Avec eux, ils vous feront des miracles !

"La passion selon Saint Thétiseur"
Humour musical.
Création du Quatuor Megamix.
Type de lieux : Rue ou salle.
Durée : 50 minutes.
Production : www.lasaugrenue.fr
Contact : Maxence Sergent.
>> quatuormegamix.com

Tournée 2015/2016
Samedi 25 juillet 2015 : soirée "Histoire de la musique", Guinguette, Tours (37).
Dimanche 2 Août 2015 : Festiloir, Lavenay (72).
Mardi 11 Août 2015 : "Les Mardis de l'été", Musée Saint-Roch, Issoudun (36).

23 juin 2016 : Centre culturel La Pyramide, Romorantin-Lanthenay (41).

Pierre-Yves Paris
Samedi 1 Août 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019