La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Pourquoi Jessica a-t-elle quitté Brandon ?" Enquête "l'air de rien" sur notre monde hyperconnecté

On le sait, c'est irrémédiable, autant le dire tout de suite, Jessica va quitter Brandon. Mais au-delà de ce constat, les vraies questions ne sont-elles pas : qui est Brandon ? ; qui est Jessica ? ; quelle est la réelle raison de cette rupture ? Est-elle liée à l'univers particulier de Brandon, ancien pilote de drone devenu lanceur d'alerte. C'est, au travers d'une enquête théâtrale décalée, non dénuée d'humour et de dérision, que Pierre Solot et Emmanuel et Candido échafaudent quelques réponses en usant d'outils numériques variés et ludiques.



© Lionel Devuyst.
© Lionel Devuyst.
Et l'air de rien, voilà un bon prétexte pour interroger nos pratiques digitales quotidiennes, actuelles ou originelles (prenant naissance dès l'apparition des premiers jeux vidéo et des PC balbutiants). Dans notre société hyperconnectée, imprégnées d'interfaces informatiques, de réseaux sociaux, d'usages numériques commerciaux, de digitalisation d'actes qui furent intimes, ou encore de visioconférences dédiées à la communication, aux relations familiales ou amoureuses, à la confrontation physique, tout semble à la fois possible et terriblement virtuel, éphémère, d'une durée qui, de plus en plus, confine à l'insignifiant.

User ainsi d'une multitude de technologies actuelles, de modes virtuelles de communication, comme pour mieux en démontrer l'excès… Et mettre en avant l'aberration des pseudos relations se concluant en profils de solitaires définitifs, l'annihilation de toutes alertes, qu'elles qu'en soit la nature, se transformant en fugaces anecdotes… Démonstration qui, finalement, conduit le spectateur, via ces chemins de traverse, sur les traces bien réelles d'un ancien pilote de drone "tueur" de l'US Air Force… devenu "lanceur d'alerte".

Sur ce canevas vont se succéder de fil en aiguille un exposé pédagogique, une démo de jeu vidéo (sur une console de bar telle qu'on en trouvait dans les années quatre-vingt), une conférence gesticulée, une captation en direct d'un micro-récit se déroulant sur un plateau wargame avec figurines, des projections vidéo, quelques débats et causeries, etc. Sur celui-ci, nos deux créateurs belges, Pierre Solot et Emmanuel De Candido, jouant d'humour et de tragique burlesque, rassemblent les pièces d'un puzzle - réalité, virtualité, guerre propre, emprise fascinante des médias… - qui composent aujourd'hui notre civilisation binaire.

© Lionel Devuyst.
© Lionel Devuyst.
Pour dérouler cette aventure spectaculaire et surprenante aux multiples genres – narration classique, exposé gestuel, musique, multimédia, théâtre documentaire, etc. -, dévoiler les différentes facettes du monde de Brandon, les auteurs comédiens découpent en quatre chapitres leur exploration, leur enquête théâtrale.

Le chapitre historique des jeux vidéo avec rappel du premier qui devint populaire, "Pong", lancé en 1972. Quatre ans après, naît "Breakout", jeu d'arcade dérivé de "Pong". Il s'agit du tout premier jeu de casse-briques. Puis suivra "Tetris", puzzle conçu par Alekseï Pajitnov en juin 1984 à partir d'un code simple (doté d'une musique entêtante). Faisant référence à l'univers guerrier de Brandon, est évoqué "Death Race", sorti en 1976, qui sera le premier jeu vidéo controversé pour sa violence gratuite. Bien d'autres, plus cruels, comme "Les Sims" où celle-ci est générée par le joueur (qui a le droit de vie et de mort sur ses "Sims" comme s'il était Dieu) et non le jeu. Idem pour "World of Warcraft", jeu vidéo du type MMORPG, massivement multijoueur en ligne.

Le second, "Mythologie et rumeurs du monde" nous dit que "Naître au monde aujourd'hui, c'est techno naître" et détaille quelques aspects de la vie de notre héros futur soldat. S'ensuit le chapitre sur la guerre propre, devenu réalisable, opérable, grâce aux drones tueurs, aux programmes militaires meurtriers aux milliers de morts. Puis le dernier nous emmène vers la vraie intimité du "vrai" Brandon et la découverte de Jessica, sa psychologie. Pour tenter de comprendre pourquoi Brandon agissait ainsi, pourquoi il décide de témoigner, il devient un lanceur d'alerte.

Cette proposition singulière de Pierre Solot et Emmanuel De Candido, utilisant avec dérision des outils numériques variés et de multiples expressions artistiques, interpelle cette société numérisée où Twitter efface les puissants, où Facebook gère notre virtuelle notoriété, et où les pétitions en ligne ont plus d'influence que les manifestations physiques. Ici sont alors questionnées nos capacités à la prise de conscience individuelle et à la résistance collective. Quant à la réponse au titre ? Cela reste un mystère… À chacun de la trouver !

"Pourquoi Jessica a-t-elle quitté Brandon ?"

© Lionel Devuyst.
© Lionel Devuyst.
Concepteurs : Pierre Solot et Emmanuel De Candido.
Co-mise en scène : Olivier Lenel.
Avec : Emmanuel De Candido et Pierre Solot.
Créateur lumières et directeur technique : Clément Papin.
Scénographe et assistante plateau : Marie-Christine Meunier.
Conseiller artistique : Zoumana Meïté.
Création et dramaturgie sonore : Milena Kipfmüller.
Création vidéo : Emmanuel De Candido et Antoine Lanckmans.
Conseils vidéo : Lou Galopa.
Costumes : Perrine Langlais.
Par la compagnie MAPS.
Durée : 1 h 30.

>> compagniemaps.be

Vu le 17 janvier 2021 dans le cadre du Festival Impatience (représentations réservées aux professionnels et à la presse).
Au Cent-Quatre-Paris, Paris 19e.

19 mai 2021 : Centre Culturel, Ciney (Belgique).
4 juin 2021 : Centre Culturel, Bastogne (Belgique).
Juillet 2021 : Festival d’Avignon (Manufacture)

Gil Chauveau
Mercredi 24 Février 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Je vous écris dans le noir" Tragédie d'une femme libre, moderne… en quête de l'impossible amour

Même quand elle est emportée dans les vents de l'amour, Pauline Dubuisson n'échappe pas à son destin… Un destin aux accents de tragédie grecque, comme une filiation à la malédiction des Atrides… Adolescente charnelle et donc collabo "involontaire" durant l'occupation, tondue et violée à 15 ans, meurtrière passionnelle à 24 ans, son passé finira toujours par la rattraper. Entre souhaits d'indépendance, de liberté et désirs de sincérité, de volonté d'aveux voués à l'amour… elle perdra tout espoir de vivre une passion amoureuse "normale" et se suicidera à 36 ans.

© Roland Baduel.
Sensuelle et solaire Essaouira (appelée alors Mogador)… en fond sonore, une entêtante mélopée. En second plan, des voix de femmes parlant en arabe. Pauline est devenue Andrée (son deuxième prénom). Elle est interne dans cet hôpital marocain où elle est arrivée en 1962. Elle rencontre Jean Lafourcade, un ingénieur pétrolier de six ans plus jeune qui souhaite l'épouser. À nouveau l'amour. Mais le souvenir de Félix, qu'elle a tué, est toujours là. Flash-back : Dunkerque, Seconde Guerre mondiale. Apprentissage des plaisirs de la vie et du sexe avec un médecin-chef allemand.

Elle dira la vérité à Félix sur son passé : son statut de femme "tondue" à la libération et violée. Rupture suivie ensuite de fausses retrouvailles… Ils couchent ensemble, font l'amour mais, le lendemain matin, celui-ci la traite comme une prostituée. Elle le tue en tirant au hasard… ou pas. En prison, elle s'évadera par la lecture. Libérée au bout de six ans pour bonne conduite. C'est après la sortie du film d'Henri-Georges Clouzot, "La Vérité" avec Brigitte Bardot (1960), qu'elle fuira en 1962 à Essaouira. Séquence finale, le destin tragique déroule son dénouement… elle donne à Jean ses cahiers où sont contenus les drames de sa vie… Rupture, nouvel abandon… elle se suicide le 22 septembre 1963 à 36 ans.

Gil Chauveau
25/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022