La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Phèdre" Une Phèdre pétrie de douleur et incendiée de sensualité

Sous l'implacable raideur des personnages raciniens bouillonne un magma de passions démesurées. Brigitte Jacques-Wajeman affiche au grand jour ces pulsions pour donner aux personnages de Phèdre un charnel éclatant. Une lecture originale qui respecte pourtant à la césure et l'accentuation près, l'alexandrin.



© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.
Le décor de Grégoire Faucheux pourrait faire penser à une croix : un immense panneau courbe, en forme de vague, occupe le fond de scène et un autre panneau s'érige verticalement devant. Il évoque aussi un navire venu s'échouer là, sur cette plage de sable noir que recouvre le plateau du théâtre des Abbesses. Nous sommes dans une cité grecque, Trézène, mais nous sommes aussi au siècle de Racine dominé par la religion catholique. Les deux s'assemblent ici au travers de la tragédie du désir et de la mort.

Dans "Phèdre", tous les personnages principaux sont frappés d'amours interdites. L'amour incestueux de Phèdre pour son beau-fils Hippolyte, l'amour de celui-ci pour l'ennemie captive Aricie qui pourtant l'aime en retour, Thésée lui-même, que l'on croit mort au début de la pièce, coupable, pour la morale, d'un nombre infini d'infidélités. Et tous seront frappés par le destin.

Passion contre Raison. La mise en scène de Brigitte Jacques-Wajeman s'attache à libérer l'interprétation des personnages de la rhétorique. C'est un travail extrêmement physique qu'elle demande à ses interprètes, à la fois pour respirer l'Alexandrin et exprimer dans chaque scène ces sourds élans des sens par leurs corps en entier. Tous les comédiens réalisent une véritable performance et font preuve à la fois de technicité et d'énergie.

© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.
Les costumes de Pascale Robin rappellent, dans leurs souples drapées, les toges antiques. Monochromes, rutilants de reflets, ils semblent de soie et de caresse et rajoutent à la constante tentation des sens qui anime tous les protagonistes. Tout est fait pour immerger l'histoire dans ce bras de fer entre les pulsions et les interdits, qu'ils soient moraux ou politiques.

Ces lumières qui forment les ombres déclinantes d'un jour qui suit son cours, ces costumes souples comme des voiles posées sur des peaux frémissantes et le jeu très physique des comédiens, tout concours à faire vibrer ces désirs en lutte à mort contre les règles. Même la paroi qui forme le fond de scène, courbe comme une conque, et le mur comme un totem érigé devant elle, deviennent symboles sexuel, féminin, masculin, aux couleurs chaudes. Les symboles foisonnent jusqu'au seul accessoire du plateau, un polyèdre de matière brillante que Thésée dans sa colère arrache du sol, que les plus audacieux verront comme le symbole d'un clitoris.

© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.
Raphaèle Bouchard crée une Phèdre attirante et effrayante comme un félin en rut qui cherche une proie, Raphaël Naasz incarne un Hippolyte torturé et sensible, malmené par les humains et les dieux, Bertrand Pazos apporte à Thésée sa puissance masculine et une présence qui envahit tout le plateau, quant aux autres interprètes, ils sont tous très justes.

Aricie, qu'incarne Pauline Bolcatto, apparaît pure et sensible, dans une robe virginale, dans un monde cadenassé. Oenone, interprétée avec grâce et une tenue vocale irréprochable par Sophie Daull, lance cette dernière réplique, après que Phèdre l'ait accusée injustement, juste avant de quitter la scène pour mourir engloutie dans les flots : "Ah, dieux ! Pour la servir, j'ai tout fait, tout quitté ; et j'en reçois ce prix ! Je l'ai bien mérité". Elle aussi se rendant compte que ses sentiments la perdent.

"Phèdre"

© Cosimo Mirco Magliocca.
© Cosimo Mirco Magliocca.
Texte : Racine.
Mise en scène : Brigitte Jaques-Wajeman.
Assistant à la mise en scène : Pascal Bekkar.
Dramaturgie : François Regnault, Clément Camar-Mercier.
Avec : Bertrand Pazos, Raphaèle Bouchard, Raphaël Naasz, Pauline Bolcato, Sophie Daull, Pascal Bekkar, Lucie Digout, Kenza Lagnaoui.
Scénographie : Grégoire Faucheux.
Costumes : Pascale Robin.
Lumière : Nicolas Faucheux.
Maquillage et Coiffure : Catherine Saint-Sever.
Musique et Sons : Stéphanie Gibert.
Durée : 2 h.

Du 8 au 25 janvier 2020.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Théâtre des Abbesses, Paris 18e, 01 42 74 22 77.
>> theatredelaville-paris.com

Tournée
29 au 31 janvier 2020 : Théâtre de la Renaissance, Oullins (69).
5 et 6 février 2020 : L'Empreinte, Tulle (19).
10 et 11 mars 2020 : Scène du Beauvaisis, Beauvais (60).
24 au 27 mars 2020 : Théâtre Sorano, Toulouse (31).
31 mars et 1er avril 2020 : Le Parvis, Tarbes (65).
12 mai 2020 : Théâtre Municipal, Fontainebleau (77).

Bruno Fougniès
Jeudi 16 Janvier 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020