La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Ouverture réussie de la 36e édition d'Humour et Eau Salée à Saint-Georges-de-Didonne

Malgré la crise sanitaire et le pass obligatoire, le festival Humour et Eau Salée garde le sourire. Une équipe de bénévoles plus que motivée, un directeur (Denis Lecat) chaleureux présentant chaque spectacle et une programmation de qualité pouvant satisfaire les plus exigeants, sont les ingrédients qui ont participé à la réussite des deux premières journées.



"Fée" de Fred Tousch © Pauline Le Goff.
"Fée" de Fred Tousch © Pauline Le Goff.
Ce festival d'humours tous azimuts "dedans dehors" se déroule du 31 juillet au 6 août 2021 à l'initiative de l'association Créa. Celle-ci et Denis Lecat, directeur et programmateur, choisissent chaque année un thème, ligne directrice de la programmation. Cette année, la thématique est : "Danse et sauve ta planète, mais pas forcément ensemble". Les spectacles ont donc été sélectionnés en réponse à ce thème et, pour la première fois, le festival associe une compagnie chorégraphique, la Cie Volubilis de Niort, qui présentera plusieurs de ses créations.

Le samedi 31, premier jour des festivités, débuta sur les chapeaux de fées avec un seul en scène décalée, improbable, mais plein d'espièglerie, imaginé par Fred Tousch, poète et philosophe de l'absurde. Accompagnée de sa baguette magique, la fée Cristalline, après un atterrissage forcé, son albatros s'étant légèrement blessé une aile, entreprend de résoudre quelques grands problèmes de notre époque et, qui peut le plus peut le moins, quelques petits maux de notre quotidien en complément.

"Le Baluche des Complices de Mr Larsène" © Gil Chauveau.
"Le Baluche des Complices de Mr Larsène" © Gil Chauveau.
L'affaire pourrait paraître simple, mais c'est sans compter l'énergie et l'incroyable gouaille de notre artiste performeur qui use de tous les stratagèmes, féériques ou pas, pour embarquer le public dans son univers aussi déjanté que subversif, mais dont les sujets abordés (pauvreté, mise en péril de la planète, emploi, rencontre de dragons, etc.) nous touchent tous surtout lorsqu'ils nous sont narrés avec un humour espiègle, une pointe de poésie et une conscience politique de saison ! Petits et grands enfants furent conquis.

20 h, une esquisse burlesque d'ouverture officielle du festival se mettait en place au stade Colette Besson avec la participation de Bénédicte Pilchard (Cie Volubilis) traductrice et experte en espéranto gestuel, discipline dansée aux limites de l'acrobatie clownesque. Moment fantaisiste, promesse de surprises à venir. Et en effet, dès 20 h 31, on sentait nettement que ça allait frétiller des gambettes, que le baloche, le baluche, n'allait pas tarder, le temps que Larsène rassemble ses facétieux complices et le bal pouvait commencer.

La Salle Bleue du Relais de la Côte de Beauté quasi complète © Gil Chauveau.
La Salle Bleue du Relais de la Côte de Beauté quasi complète © Gil Chauveau.
Dans une forme de guinguette atypique, chacun embarquait sa chacune pour une soirée à l'ambiance chaleureuse, chaloupée et conviviale… non dénuée de quelques séquences comiques et cadencées, propres à dérider les zygomatiques. Tout commence comme dans un bal traditionnel avec ses protocoles, ses personnalités, ses habitués fidèles. Les danses se succèdent, les couples se forment, les histoires se racontent ou naissent. Mais ici, l'imprévu surgit grâce aux petites interventions scénarisées mettant du sel au déroulement de la soirée.

Et les danses, choisies dans un large répertoire allant des années vingt aux années quatre-vingt, prennent alors une saveur particulière, subtil mélange de notes humoristiques, joyeuses, burlesques ou absurdes. Une soirée étonnante, diablement réjouissante et conviviale, une atmosphère chaleureuse et épicée parfaitement maîtrisée par Larsène et ses complices.

À suivre : dans les propositions faites aux festivaliers, on notera l'atelier "Slam-poésie" qui connaît un véritable succès depuis plusieurs années. Animé par Julien Barret, slameur, auteur et journaliste, expert en ce domaine…

"Le Baluche des Complices de Mr Larsène" © Gil Chauveau.
"Le Baluche des Complices de Mr Larsène" © Gil Chauveau.
"Fée"
De et par Fred Tousch.
Collaboration artistique : Martin Petitguyot.
Musique : Hubert Delgrange.
Costume : Sophie Deck.
Décor : Fabrice Deperrois.
Cie Le Nom du Titre.

"Le Baluche des Complices de Mr Larsène"
Cie Un Rien Extraordinaire.
Avec les complices : Marylou Couvreur Delaitre, Marina Bouin, Christian Lanes.

Atelier slam poésie : Julien Barret et Claude Bonin © Gil Chauveau.
Atelier slam poésie : Julien Barret et Claude Bonin © Gil Chauveau.
Humour et Eau salé, 36e édition
Du 31 juillet au 6 août 2021.
À Saint-Georges-de-Didonne (17).
>> crea-sgd.org
crea@crea-sgd.org
Tél. : 05 46 06 87 98.

Gil Chauveau
Lundi 2 Août 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021