La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2024

•Off 2024• "Mephisto Valse" Quand des forces obscures s'immiscent dans l'écriture et en ternissent les intentions

Anna, la trentaine dynamique, metteuse en scène, est en couple avec Alex, la cinquantaine, dramaturge et écrivain en petite forme. Ce dernier souhaite lui dévoiler le tout début de sa prochaine pièce : un récit en alexandrins dans lequel il fait parler la Mort, prénommée Deathy.



© Arthaly Cie.
© Arthaly Cie.
Durant la lecture, Anna essaie de comprendre le sens de ce début, entre étonnement et amusement, lorsqu'un individu, se prétendant le Diable, s'invite brusquement, irrité par le contenu du propos. À vrai dire, il vient chercher Alex. Son but : grossir les rangs d'une nouvelle armée de prédateurs afin de contrôler de façon plus drastique la démographie humaine en l'aidant dans sa mission du XXIe siècle.

On peut toujours, à l'envi, s'interroger sur l'acte créatif lié à "l'objet théâtral" et chercher à comprendre, aussi, depuis quelles lointaines contrées surgit l'inspiration du dramaturge. À bien y regarder, c'est intéressant à plusieurs égards. De réponses, nous n'en n'avons pas forcément et ce n'est pas faute de connaître, pourtant, quelques auteurs de pièces de théâtre auxquels nous posons souvent la question… Finalement, avons-nous raison de le faire ? Car n'est-ce que le résultat qui compte : la pièce en tant que telle, avec les acteurs et les actrices sur les planches, et le metteur ou la metteuse en scène optant pour ses choix minutieux, tous personnels !

En perpétuelle évolution, le théâtre est un genre qui a encore beaucoup à offrir, tant du point de vue du spectacle que de l'approche littéraire.

© Arthaly Cie.
© Arthaly Cie.
C'est peut-être ce que François Brett, directeur de la Compagnie Arthaly, a cherché à mettre en œuvre dans " Méphisto Valse" en se questionnant notamment sur le fait qu'il soit encore possible, au XXIe siècle, d'écrire une pièce en alexandrins, qui plus est une comédie. Bien lui en a pris d'en avoir fait le pari. Ambitieux, certes, ce pari ; et le résultat est plutôt probant. Manier l'alexandrin n'est pourtant pas chose aisée. D'aucuns s'y sont frottés et l'épreuve fut mortelle !

Pour ce projet particulier d'écriture en alexandrin, François Brett en a brisé les principales règles : "Écrire avec un style plus actuel, loin des tragédies du XVIIe siècle, tout en respectant les règles établies, en faisant résonner la musicalité de la versification, mais proposant aux spectateurs de quasiment l'oublier pour coller à l'histoire ! Ne pas écrire de longues tirades, mais privilégier des dialogues et des répliques percutantes pour maintenir une dynamique rythmée" (sic).

Nous avons toujours voué une admiration sans bornes aux comédiens et comédiennes qui manient avec aisance l'alexandrin et, en assistant à cette pièce, nous n'avons pas été déçus. Le mélange du noble vers avec du lexique et des expressions modernes est judicieux. Ça fonctionne très bien. Les interprétations des personnages masculins par François Brett et Camille Monnet, ainsi que celles de Julie Costanza et Sylvie Pelligry l'honorent tout à fait.

Notons que Julie Costanza a été nominée aux Molières 2023 pour le spectacle "L'Odyssée, la conférence musicale" et qu'ici son jeu est fort justement incarné.

Pour ce qui est du propos de la pièce, derrière la flamboyance bien réelle des effets des alexandrins, nous nous interrogeons davantage. Geneviève Brett, la sœur aînée de l'auteur dans la vraie vie, précise à juste titre que "généralement un auteur souhaite toujours tout dire, mais que si on ne veut pas perdre le spectateur, il fait faire des choix et aller à l'essentiel".

Il semblerait que l'auteur s'y soit essayé corps et âme, de toute évidence, mais qu'il se soit peut-être un peu perdu, sans maîtriser suffisamment son inspiration et se laissant submerger par elle, ni sans parvenir à circonscrire suffisamment les différents paliers de son écriture. On s'égare parfois dans le labyrinthe du synopsis de cette pièce, entre différentes situations cocasses aux allures de huis clos – Alex pensant que c'est Anna qui est à l'origine de cette mascarade destinée à enrichir le contenu de la pièce qu'il vient d'achever –, puis finalement se laissant prendre au jeu de la situation, et invitant Méphisto, qu'il croit comédien, à s'incarner quelques heures afin de mesurer la puissance des vibrations communiquées par les cinq sens dont dispose l'être humain.

© Arthaly Cie.
© Arthaly Cie.
Vous suivez ? L'arrivée de Deathy, la Mort, ne fait que renforcer le propos un tant soit peu trop nébuleux et le spectateur va se perdre quelque peu.

La musique de Franz Liszt, intitulée elle-même "Méphisto Waltz", œuvre pour piano pour le moins difficile selon les connaisseurs, ponctue pourtant de façon harmonieuse et virevoltante l'enchaînement des répliques et soutient joliment le jeu des deux comédiens et des deux comédiennes. François Brett étant passionné par la musique qui fait partie de sa vie depuis de nombreuses années. Son dernier spectacle était d'ailleurs une comédie musicale intitulée "À Montmartre cette année-là", créée en collaboration avec Éric Breton.

La mise en scène professionnelle et dynamique de Geneviève Brett accorde à la pièce une saveur toute particulière et crée un univers peu convenu, une ambiance mystérieuse qui bouscule le spectateur et l'interpelle de façon certaine.

Pourtant, au risque de nous répéter, dans "Méphisto Valse", quelque chose nous a manqué quant au juste propos et au fond… Le passage de la Covid au moment de l'écriture de la pièce aurait-il laissé quelques traces diaboliques sous la plume de François Brett, trop confiné, et en manque d'inspiration ; ou, à l'inverse, a-t-il été catapulté par un trop grand flot d'idées qui ne demandaient qu'à s'exprimer ?

Cette Covid aurait-elle été le Diable en personne avec lequel François Brett a pactisé ?

Nous serions bien en reste si on nous demandait de résumer en profondeur ce dont parle la pièce. Ce sont des choses qui arrivent parfois. Fort heureusement, la musique de Franz Liszt et la qualité sans faille du jeu des comédiens procurent, malgré tout, au spectateur un moment de comédie divertissant.

"Mephisto Valse"

Comédie macabre et baroque.
Texte : François Brett
Mise en scène : Geneviève Brett.
Avec : François Brett, Julie Costanza, Camille Monnet, Sylvie Pellegry.
Lumières : Vincent Roussel.
Par la Cie Arthaly.
Durée 1 h 20.

Le spectacle s'est joué à l'Espace Folard à Morières-lès-Avignon (83) les samedi 4 et dimanche 5 novembre 2023.

•Avignon Off 2024•
Du 29 juin au 21 juillet 2024.
Tous les jours à 13 h 20. Relâche le lundi.
Théâtre de l'Étincelle, 14, Rue des Études, Avignon.
Réservations : 04 90 85 43 91.

Brigitte Corrigou
Lundi 3 Juin 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter







À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024