La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• No Way, Veronica, du théâtre rock-and-roll, version remix, high level performance !

Ce spectacle n'est absolument pas correct ! Il va même à l'encontre de toutes les morales, de toutes les courtoisies. Il est sans vergogne, sans cache-sexe. Un opéra du "tout fout le camp", je vous assure. Un nid de langues vipérines, de voluptés misogynes et même d'orgies. Mais on nous dira que c'est du second degré ! Bien sûr !



© Square & Martins Production.
© Square & Martins Production.
Quel est son but, au fond, à ce spectacle ? Se moquer des femmes ? Parce qu'elles sont profondément hétérosexuelles ? C'est ça ? Et quel mal y a-t-il à être hétérosexuelle ? Mais ça ne s'arrête pas là : il faut les montrer coquettes, rusées comme illusionnistes et, surtout, surtout prêtes à tout pour dominer les hommes en grande tentatrice et en jouant de tous leurs charmes ! Est-ce bien noble de s'en prendre ainsi aux femmes ? Mais sachez-le, cet objectif pervers est raté, fatalement, oui, car l'image des femmes, et en particulier l'image de Veronica Evans, est ici finalement bien plus pure, plus conforme à la bienséance, aux devoirs de la femme que celles des hommes de cette pièce !

Car on nous les raconte, on nous les montre, ces hommes, comme dire ? On nous les montre s'occupant à des activités sans intérêt, sans véritable virilité : jouant aux échecs, écoutant de la musique, regardant la télé, lisant des livres ! Prenant des douches ! Et surtout refusant, avec une violence folle, toute présence féminine, au point d'assassiner ou de tenter d'assassiner cette pauvre Veronica. Ah ça, ils ne sont pas très… pas très gentils ces hommes qui ont l'air si satisfaits d'être homosexuels ! Y a-t-il de quoi ?

Alors, on nous dira qu'il faut penser tout cet opéra corrosif au deuxième degré !

Mais voyez par vous-même : la pièce se déroule dans une station météo sur une île en Antarctique. Il gèle, évidemment, au pôle. Ils sont on ne sait pas combien dans cette station. De mémoire, il y a Stanley Baker, Richard Crenna, Peter Falk, William Holden, Bob Hoskins, Jock Mahoney, James Mason, Craig T. Nelson, Daniel J. Travanti, Jean-Christophe Quenon… Rendez-vous compte : Peter Falk, William Holden, James Mason, pour ne citer que les acteurs les plus connus du cinéma hollywoodien ! Ils attendent la relève, qui ne viendra qu'au printemps, je crois.

© Square & Martins Production.
© Square & Martins Production.
Quand, soudain, apparaît sous différents déguisements et avec différents stratagèmes pour entrer dans la station météo : Gina Lollobrigida en personne. Que du beau monde ! Car dans cette histoire, Veronica Evans est interprétée par l'immense, la sculpturale, la callipyge Gina Lollobrigida ! Rien de moins ! Une Gina, elle-même interprétée par Isabelle Ronayette. Oui, c'est un peu complexe, torturé, emboîté…

Bref, vous l'avez bien senti, ressenti, pressenti, cette pauvre héroïne, Veronica Evans, pourtant si saine de corps et d'esprit, bien qu'apparemment un peu nymphomane - mais quel mal cela fait-il, et à qui ? -, cette innocente Veronica est tour à tour suspendue à un filin sous un hélicoptère, envoyée à travers l'océan Antarctique sur un ridicule Zodiac, puis jetée à l'eau (glacée) comme un sac, et enfin bardée de fusées de détresse et envoyée s'exploser dans les airs.

Mais vous ne verrez rien de toutes ces vilenies qui sont pourtant bel et bien dans ce texte sulfureux d'Armando Llamas, extrait du recueil "14 pièces piégées" (piégées, on comprend). Une certaine retenue du metteur en scène Jean Boillot, je pense (tout de même), une pudeur l'a empêché de réaliser en vrai ces scènes apocalyptiques (et sans doute aussi les moyens financiers, car réunir tant d'acteurs connus sur un plateau aurait coûté bonbon… mais on me dit que la plupart de ces fameux acteurs ne sont plus de ce monde, alors cela résout l'équation, Rip). Non, rassurez-vous, nos yeux sont épargnés, mais pas notre imaginaire.

L'univers sonore (le responsable est Christophe Hauser, sachez-le), les voix des quatre interprètes, les musiques (méfaits de David Jisse), les bruitages les plus surprenants (en direct émis par la bouche de Philippe Lardaud), les riffs de guitare rock (Hervé Rigaud ne fait pas que dire, jouer et chanter, eh oui), les morceaux interprétés et chantés en live (et Jean-Christophe Quenon, au synthé, en fait partie, on l'a entendu), tout cela emmailloté dans les lumières d'ambiance (œuvres de Ivan Mathis), des lumières vitales et toniques, et psychédéliques qui agissent intensément sur notre imaginaire. Et l'on voit tout de cette histoire délirante avec essentiellement un univers sonore d'une précision, d'une efficacité diabolique !

Évidemment, si l'on regarde cela du 2e, voire du 3e degré (pour une station météo, c'est logique de parler de degrés, ha !), les énormes clichés sociaux et télévisuels sont bien tous caricaturés ici. Femmes serviles et objets sexuels, homos effrayés par toutes les féminités, Armando Llamas les dégomme tous. "No way Véronica" résonne aujourd'hui où les luttes homosexuelles contre la domination de l'hétéro-normalité voisinent avec les luttes féministes contre le patriarcat", nous dit le metteur en scène Jean Boillot. Oui, certainement, oui, vrai.

Ce qui est sûr, c'est que ce spectacle rock-and-roll sur la banquise ne laissera personne de glace.

"No Way, Veronica"

"Ou nos gars ont la pêche"
Texte : Armando Llamas.
Mise en scène : Jean Boillot.
Avec : Isabelle Ronayette , Jean-Christophe Quenon, Philippe Lardaud, Hervé Rigaud.
Création musicale : David Jisse, avec la complicité d'Hervé Rigaud et de Jean-Christophe Quenon.
Lumières : Ivan Mathis.
Sonographie : Christophe Hauser.
Costumes : Pauline Pô.
Régie générale : Perceval Sanchez.
Durée : 1 heure.
Ce spectacle est dédié à la mémoire de David Jisse.

•Avignon Off 2021•
Du 7 au 29 juillet 2021.
Tous les jours à 15 h 15, relâche les 12, 19 et 26 juillet.
Le 11, 11, boulevard Raspail, Avignon.
Réservations : 04 84 51 20 10.
>> 11avignon.com
© Square & Martins Production.
© Square & Martins Production.

Bruno Fougniès
Mercredi 30 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021