La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France Voyages vagabondages et intimes péripéties

Voyager au cœur de ce récit poétique - lui-même voyage initiatique -, en se laissant porter par les respirations/inspirations musicales insufflées par le violoncelle et la rythmique narrative, scandée avec une passion gourmande, de Marc Lauras, est un petit plaisir qui, une heure durant, nous conduit sur les voix ferroviaires et mentales d'un trajet menant à la perte d'innocence… et au difficile passage à l'âge adulte.



© L. Matillat.
© L. Matillat.
Publié en 1913, avec une mise en forme graphique et colorée réalisée par l'artiste peintre Sonia Delaunay, ce long poème de Blaise Cendrars, sans doute le plus célèbre, est constitué de 446 vers et fait partie d'une série de textes*, écrits avant la Première Guerre mondiale, qui tous se réfèrent à l'univers du voyage et à la rêverie poétique que celui-ci souvent procure.

Ce texte, fondateur de son œuvre, raconte son aventure, balade réelle ou rêvée, à bord de l'illustre Transsibérien, de Moscou à Kharbine (Chine du nord-est), ce dernier trajet correspondant au tracé établi en 1905 quand celui-ci traversait la Mandchourie en empruntant le chemin de fer de l'Est chinois.

En compagnie de Jeanne, une petite prostituée de Montmartre, amour éphémère d'adolescent ou souvenir mélancolique d'amant novice, il aborde, dans un premier temps, la nostalgie de la jeunesse sur le mode du refrain : "En ce temps-là j'étais en mon adolescence/J'avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà/plus de mon enfance (…) J'étais à 16 000 lieues du lieu de ma naissance/J'étais à Moscou, dans la ville des mille et trois clochers/et des sept gares (…) mon adolescence était si ardente et si folle…"

© DR.
© DR.
Puis l'écriture se fait plus picturale, plus animée, imagée, également plus séquencée. On passe allègrement des descriptions documentaires, paysagères, énumératives - de gares en gares, parfois brûlées - à des réflexions plus introspectives, éclairant la vie du jeune homme qu'il était alors, entre la révolution russe, évènement historique ici à ses prémices, et son amour pour la jeune femme-enfant… extraite du bordel montmartrois.

Création originale, inventive et généreuse, en double portée (vocale et instrumentale) de péripéties narratoires, la proposition de Marc Lauras (conteur, comédien et violoncelliste) est singulière par son approche émotionnelle - ayant pris sa source dans un déplacement en Union Soviétique à l'aube de la chute du mur de Berlin - et passionnée, avec ce désir de composer une musique pour accompagner, intégrer cette prose et, dans une double musicalité de mots et de notes, traverser la langue de Cendrars.

Sa voix, magnétique, doublée, appuyée par le son du violoncelle, mélodies glissées à l'archet ou séquencées par le pincement, la caresse digitale des cordes - posées sur cet instrument aux formes féminines, possible suggestion érotique d'une représentation ou évocation imagée de la petite Jeanne -, hypnotise le spectateur par le scandement mélodieux de ces vers sans rimes. La performance est ardente et enthousiaste, embrassant de mille éclats ce récit aventureux, vécu ou rêvé par Blaise Cendrars.

© DR.
© DR.
Mais est-il vraiment nécessaire de faire le voyage pour voyager ?

* "La Prose du Transsibérien…" est le poème intermédiaire entre "Les Pâques à New York" (conçu en avril 1912) et "Le Panama ou Les aventures de mes sept oncles" (écrit en 1914, mais seulement publiée en 1918). Ces trois poèmes sont le résultat de plusieurs années de voyages entre Paris, Moscou et New York. Ils forment un ensemble qui marque l'entrée de Cendrars en poésie, "Les Pâques" (titre initial) étant le premier poème signé du pseudonyme "Blaise Cendrars" - Frédéric Louis Sauser ayant usé d'autres pseudos avant. Ils composent le début du recueil "Du monde entier au cœur du monde".

"Prose du Transsibérien et de la petite Jeanne de France"

© André Hébrard.
© André Hébrard.
Texte : Blaise Cendrars.
Mise en scène : Olivier Borle.
Avec : Marc Lauras.
Régisseur général : Jacques Bertail.
Cie Le Théâtre Oblique.
Durée : 1 h.
À partir de 15 ans.

•Avignon Off 2019•
Du 4 au 28 juillet 2019.
Tous les jours à 12 h 35, relâche le mercredi.
Maison de la Poésie
6, rue Figuière.
Réservations : 04 90 82 90 66.
>> poesieavignon.eu

Gil Chauveau
Mercredi 24 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives







À découvrir

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Spectacle à la Une

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020